Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Le NPA 69 fait campagne aux élections législatives ! PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 26 Mai 2022 10:51

Macron (mal) réélu compte maintenant obtenir un Parlement à sa botte pour gouverner sans partage. S’il y parvient, nous sommes repartis pour 5 ans de casse sociale et environnementale, d’oppressions en tout genre et de violence policière.

Mais ce scénario catastrophe n’est pas une fatalité. Une dynamique politique a vu le jour qui a abouti à la constitution de la NUPES. La possibilité existe d’envoyer au Parlement une opposition de gauche conséquente, voire d’imposer la cohabitation. Le NPA s’inscrit dans cette dynamique, même si certains désaccords ne lui ont pas permis d’intégrer la coalition. En conséquence il soutiendra et appellera à voter en majorité pour les candidatEs de la NUPES. Cela vaut aussi pour le Rhône, où nous participerons notamment à la campagne d’Abdelkader Lahmar dans la 7è circonscription et à celle d’Idir Boumertit dans la 14è.

Mais le NPA n’appellera pas à voter pour les défenseurs du social- ou néo-libéralisme, même camouflés sous l’étiquette NUPES. Dans la 2è du Rhône nous soutiendrons la candidature citoyenne et unitaire de Raphaêl Arnault contre le caméléon politique qu’est Hubert Jean-Lafferière. Par ailleurs la candidature d’Anaïs Barrallon du NPA sera présentée dans la 3è.

Ces élections représentent un véritable enjeu. Mais les élections ne peuvent pas tout. Quels que soient les résultats, la mobilisation de notre camp social sera essentielle après cette séquence. Pour mettre en échec les attaques de Macron contre les acquis sociaux. Pour aider un éventuel gouvernement de cohabitation à mettre en œuvre son programme et aller plus loin. L’unité réalisée autour du bulletin de vote devra trouver son prolongement dans les luttes, sur les lieux de travail et dans la rue. Pour notre part, nous nous y emploierons

.

 
Info publique sur plusieurs agressions contre des militant·es de la Jeune Garde et du milieu antifa PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 21 Mai 2022 19:00

Le milieu militant antifasciste et plus largement luttant contre l’extrême droite et ses idées est secoué depuis quelques semaines par une vague d’agressions, perpétrées non pas par un groupuscule fasciste mais par des militant·es se revendiquant elles et eux-mêmes de l’antifascisme. À Lyon, Paris, et ailleurs, ces agressions blessent déjà, menacent des manifestations, remettent en cause des initiatives unitaires. Des versions mensongères ou approximatives des faits sont propagées par les auteur·rices des agressions, cherchant à aggraver la crise. Au contraire, pour les organisations lyonnaises signataires de ce texte, l’urgence est au rétablissement du calme, à l’exposition claire des faits, à la condamnation des agressions et à la désescalade. L’heure est également à la remise en cause des pratiques virilistes dans les milieux antifascistes sur des bases féministes claires.
Nous analysons aujourd’hui que nous devons collectivement et clairement communiquer sur les faits qui se sont déroulés et ne pas laisser les réseaux sociaux être envahis par des versions des faits mensongères ou approximatives. Nous espérons que cette communication clarifiera à Lyon et dans les autres villes l’origine de la crise, ses tenants et aboutissants, éclairera les nécessaires prises de position, et nous permettra ensuite de reprendre notre lutte contre l’extrême droite et pour de nouvelles conquêtes sociales.

Le contexte

Nous nous sommes jusque là abstenu de toute communication publique, compte tenu de la procédure de dissolution qui visait la GALE, afin de ne pas donner prise à une instrumentalisation répressive par le gouvernement. De plus, nous n’avons pas comme pratique de diffuser des conflits sur les réseaux sociaux, ceci pour ne pas donner d’éléments à nos ennemis et à la police.
Les agressions par des groupes autonomes, en particulier la GALE, contre les militant·es du mouvement social lyonnais ne sont pas nouvelles : le 1er mai 2021 contre des militant·es CGT et de l’intersyndicale, en juin 2021 contre un militant LFI qui avait dû être exfiltré d’une manifestation, pour ne citer que les événements les plus récents.
Malgré ces pratiques détestables, nos organisations n’ont jamais considéré que le gouvernement puisse être un « arbitre » face à de telles pratiques, et nous nous sommes opposé·es à la procédure de dissolution visant ce groupe et avons participé au rassemblement de soutien et l’avons fait connaître...

Lire la suite...
 
Pour une gauche de rupture dans le 69 : lettre du NPA à la NUPES PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 21 Mai 2022 08:17

Comme vous le savez sans doute, il n’y a pas eu d’accord possible entre la Nouvelle Union populaire écologique et sociale et le NPA pour ces élections législatives, en raison des concessions que nous avons estimées trop importantes faites en particulier au Parti socialiste. Ces concessions concernaient selon nous certains éléments du programme et le trop grand nombre de circonscriptions laissées à ce parti, en particulier pour des candidatures qui ne sont à l’évidence pas celles d’une gauche de rupture.

Cependant, le NPA a décidé d’appeler à voter et de soutenir activement les candidatEs de la Nupes qui sont celles et ceux d’une véritable gauche en rupture avec les politiques libérales sur le terrain social, écologique et démocratique, de l’égalité des droits, en particulier celles issues de l’Union populaire.

En effet, nous considérons que la possibilité d’élire le plus de députéEs ayant un tel profil, face à l’extrême droite et à LREM, est un enjeu central des élections législatives.


Une dynamique militante peut être créée, dans le prolongement de celle qui a entouré la candidature de Jean-Luc Mélenchon, et nous voulons y contribuer, pour gagner des circonscriptions à un programme social, et poser les jalons d’activités communes contre le gouvernement Macron et le patronat.

Une dynamique militante peut être créée, dans le prolongement de celle qui a entouré la candidature de Jean-Luc Mélenchon, et nous voulons y contribuer, pour gagner des circonscriptions à un programme social, et poser les jalons d’activités communes contre le gouvernement Macron et le patronat.
Ce serait aussi un encouragement aux mobilisations à construire, en particulier dans le cas où Macron obtiendrait une majorité à l’Assemblée nationale pour mettre en œuvre sa politique de régression sociale, notamment sur la question des retraites...

Lire la suite...
 
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations  ! PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 12 Mai 2022 05:53

Retour sur une tribune intitulée « Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations  ! » sortie en novembre dernier. Le NPA en est signataire et fera le point sur la situation lors du week-end prochain, consacré à des formations et des débats, organisés à Paris par sa Commission Nationale sur Intervention Féministe.

Le texte de la tribune unitaire :

« Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
Avec le mouvement #MeToo, la question des luttes contre les violences sexistes et sexuelles dont sont victimes les femmes partout dans la sphère publique comme dans la sphère privée a fait irruption dans le débat public. Ce mouvement a obligé la société à entendre davantage la parole des femmes et à moins tolérer ces violences, même si les mesures gouvernementales restent largement insuffisantes.
Nous, organisations syndicales et politiques, sans avoir attendu ce moment, menons dans nos structures ce même combat afin que nos relations militantes soient des relations sans oppression ni domination, car vouloir changer la société passe aussi par une transformation profonde et par la mise en place d’un environnement militant sans violence sexiste ni sexuelle.
Des cellules de veille, commissions ou collectifs existent dans nos structures afin de protéger les victimes, d’écarter et de sanctionner les agresseurs et faire vivre nos valeurs d’égalité. Car, pour permettre l’égalité entre les femmes et les hommes, nous devons faire cesser les violences à l’encontre des femmes. C’est une condition sine qua non.


Nous avons donc décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort·e·s notamment face à trois enjeux majeurs dans notre lutte à l’intérieur de nos organisations :
• - La prise en charge des victimes et sa temporalité (syndrome post-traumatique) est un sujet incontournable. L’impact de ces violences sur les femmes est délétère, que ce soit sur leur santé physique ou psychologique ou sur leur place dans nos organisations. L’accès aux soins et à la justice devrait être garanti car trop souvent la difficulté de prise en charge se révèle être un frein réel pour les femmes...

Lire la suite...
 
Extrême droite, la connaître, la combattre : débat samedi 7 mai PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 05 Mai 2022 18:10

organisé par le média du web « Rapports de force »,  l’info pour les mouvements sociaux
à l'occasion de l'anniversaire de ses 5 ans

au café « De l’autre côté du pont » – 25 Cours Gambetta – Lyon 3e arrondissement (métro Guillotière)

à 16H30 – Débat : « Extrême droite : la connaître, la combattre », avec la participation de Daphné Deschamps (journaliste indépendante), Guillaume Bernard (Rapports de force) et le collectif « Fermons les locaux fascistes » :
Banalisation de ses idées, violences politiques, progression électorale, quel rôle pour les militant.e.s et les journalistes face à la montée de l’extrême droite ?


 
Manif samedi 30 avril à 16h contre les attaques de la Turquie au Kurdistan PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 29 Avril 2022 12:33

à l’appel du Centre Culturel Mésopotamie de Lyon, place Bellecour.
Chaque organisation de la coordination lyonnaise prendra la décision de s'y associer ou non. Le délai est trop court pour faire un appel commun.

Déclaration de la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan, dont le NPA fait partie :

« Depuis le 17 avril l’armée turque a lancé une offensive dans le nord de l’Irak contre les forces du PKK. Troupes aéroportées, avions de chasse, hélicoptères, obusiers sont engagés contre les zones libres du Kurdistan. En parallèle, les forces de Barzani attaquent les Yezédis dans la région de Shengal.
Erdoğan et Barzani ont poussé le cynisme jusqu’à coordonner leurs attaques contre la résistance kurde et la minorité kurde victime des massacres de Daesh.
L'offensive turque menée en territoire Irakien s’étend sur un large front dans les régions de Zap, Avashin, Werxele. Des villages sont bombardés à Birïndara, Ertus, Sehid et alentour.
Erdoğan profite de la guerre en Ukraine qui mobilise l’attention de l’opinion publique pour poursuivre et amplifier ses attaques contre les populations Kurdes, tant en Turquie avec les centaines d’arrestations, condamnations, tortures que dans les zones libres du Kurdistan du sud (Rojava)

Face aux agressions, occupations de territoires, à la remise en cause des libertés, des droits humains, il ne peut y avoir de condamnation à géométrie variable. Les Kurdes, qui combattent les agressions de la Turquie et de son complice Barzani, sont des combattants de la liberté au même titre que les Ukrainiens qui résistent face à l’envahisseur russe.
Il ne peut y avoir d’un côté une mobilisation des instances européennes et internationales pour condamner la Russie et son Président Vladimir Poutine et le silence face à la guerre menée contre les Kurdes.
Il ne peut y avoir de référence à des crimes de guerre en Ukraine et le silence face aux exactions de l’armée turque à l’encontre des civils kurdes. Le fait que la Turquie soit membre de l’OTAN ne la dispense pas du respect du droit international.
· La CNSK appelle toutes organisations démocratiques de défense des droits humains, les syndicats et partis politiques à réagir avec force contre l’inacceptable.
· Elle invite l’opinion publique française à soutenir le combat que livrent les forces Kurdes contre l’envahisseur
· Appelle les instances dirigeantes de notre pays à réagir face à ce nouveau coup de force du Président Recep Tayyip Erdoğan.
· Demande le retrait immédiat des forces armées turques du Kurdistan d’Irak et une protection internationale pour les civils kurdes bombardés. »


 
Macron réélu, le combat continue, dimanche 1er Mai, tou·te·s dans la rue ! PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 29 Avril 2022 07:21

à 10h30 place J. Macé, rejoignez le cortège du NPA !
Attention, il n'y a pas de TCL le 1er mai
Dimanche soir, en conclusion d’une non-campagne et comme symptôme d'une crise démocratique sans précédent, Macron a été réélu. Le « tout-sauf-Macron » ne l'a pas emporté sur le « tout-sauf-Le-Pen », et c’est tant mieux pour notre camp social, tant cette dernière représentait un danger mortel. Mais les combats restent devant nous…

Un président mal élu

Le pire a été évité : en politique plus qu'ailleurs, deux maux, mêmes très graves, doivent toujours être hiérarchisés. D'un côté une droite dure, ultra-libérale, technocratique, policière, liée aux vieux partis de gouvernement, à l’État et ses appareils, aux firmes du CAC 40, mais sans base sociale de masse et détestée par une grande partie du pays. De l'autre une extrême droite raciste en quête de respectabilité, avec malheureusement une certaine base populaire...
L'abstention s’élève à 28 % : il s'agit du second score le plus important de l'histoire de la Ve République... derrière l'élection de 1969 qui avait opposé deux candidats de droite. Près d'un tiers des électeurEs ne veulent même plus jouer cette comédie.

Le nombre de votes blancs et nuls s’élève à plus de 3 millions (6,2 %), un chiffre là encore particulièrement élevé. Au total, Macron n’a donc été élu que par 38,52 % des inscritEs.

Rouleau compresseur

La crise politique, démocratique, qui met en cause la légitimité de ce président à nouveau mal élu, s'accentue. Le boulevard pour l'extrême droite devrait donc encore s’élargir avec une Marine Le Pen qui, de son côté, a gagné 2,7 millions de voix par rapport au second tour de 2017. Autant le dire : durant cinq ans, Macron, avec ses politiques racistes, autoritaires et antisociales, n’a nullement été un « rempart »...

Lire la suite...
 
Marche lesbienne samedi 23 avril : pour gagner sur la PMA PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 23 Avril 2022 08:25

à partir de 15h place L. Pradel à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville)
Le NPA appelle à se joindre à cette initiative :
Il y a quelques semaines le Sénat votait contre l’article 2 de la loi bioéthique, dit «de la PMA pour toutes», loi déjà très inégalitaire, en créant une filiation particulière et coûteuse pour les couples de lesbiennes et en refusant son accès aux personnes trans.
Cet épisode n’est que la suite du long feuilleton ayant cours depuis 2012 et refusant que nous puissions construire d’autres types de familles que celui du modèle hétérosexuel.

Les gouvernements s’enchainent, leurs promesses aussi et cela fait maintenant 9 ans que nous réclamons une PMA POUR TOUT-E-S.
Depuis 2012, nous avons assisté à une montée de l’offensive réactionnaire, ce qui a ouvert les portes à l’extrême droite qui est aujourd’hui annoncée première dans les sondages pour l’élection présidentielle de 2022, et qui se lâche en attaquant les militantEs LGBTI et antifascistes comme cela s’est passé, récemment, à Lyon à la librairie La Plume Noire.

Le climat nauséabond dans lequel nous nous trouvons, à l’image de l’amendement voté au Sénat il y a quelques semaines, permettant de dissoudre les organisations qui pratiquent une non-mixité entre personnes racisées, se nourrit de nos défaites et de celles du mouvement ouvrier. Il est plus que temps de relever la tête.
Les lesbiennes vivent une oppression quotidienne : les agressions lesbophobes sont toujours monnaie courante qu’elles se produisent dans la rue, au travail ou dans la sphère familiale. D’ailleurs les lesbiennes dans le monde du travail subissent deux fois plus le harcèlement que les femmes hétérosexuelles (sondage IFOP 2018), elles  vivent également  une fétichisation de leur sexualité mais aussi une inégalité en termes de droit (PMA, filiation,...).

Mais pour nous, au-delà de l’oppression, les identités et sexualités lesbiennes sont aussi politiques. Effectivement, face à l’hétérosexualité injonctive de la société, les lesbiennes construisent des relations amoureuses et sexuelles en dehors du rapport de domination hommes femmes. Être lesbienne, c’est aussi chercher à construire d’autres types de familles, en dehors de celle, aliénante, que veut nous imposer le modèle hétérosexuel. Et parce qu’elles remettent en cause le fonctionnement même de ce modèle hétérosexuel, on cherche à leur mettre des bâtons dans les roues. Nous ne gagnerons nos droits qu’en faisant plier les réactionnaires par nos luttes !


 
Solidarité avec la résistance ukrainienne : rassemblement samedi 23 avril PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 20 Avril 2022 03:18

de 13 à 15h place Bellecour
à l’appel de Association Lyon-Ukraine, Comité Ukraine 33, Association Européenne de l’Education AuRA, ATTAC 69, Cimade Lyon, Comité d’Information pour une SYrie Libre et Démocratique, Emancipation, ENSEMBLE ! 69, Ligue des Droits de l'Homme 69, L’Insurgé, Nouvelle Donne 69, NPA, Planning Familial 69, Union des Fédéralistes Européens AuRA, Union syndicale Solidaires 69

pour info, vient de paraître,
signé par des Organisations anticapitalistes de Russie, d’Ukraine et de pays de l’Otan, un

« Manifeste internationaliste contre la guerre

La guerre criminelle lancée par l’impérialisme russe contre l’Ukraine est la plus grave menace pour la paix mondiale depuis la fin de la guerre froide. Elle porte la possibilité d’une conflagration mondiale à un point jamais atteint depuis les initiatives de paix de Mikhaïl Gorbatchev.
Le principal responsable de cette dangereuse évolution est l’impérialisme étatsunien, qui a profité de la chute de l’Union soviétique pour consolider son réseau militaire mondial, étendre sa présence dans diverses régions du monde et lancer des guerres d’invasion en Afghanistan et en Irak. Washington a favorisé en Russie et en Europe de l’Est l’adoption d’un programme néolibéral brutal qui a créé les conditions d’une dérive d’extrême droite dans la plupart de ces pays, en particulier en Russie où les États-Unis ont soutenu le coup d’État antidémocratique de Boris Eltsine en 1993.

Souligner cette responsabilité historique du vainqueur de la guerre froide n’exonère en rien le gouvernement d’extrême droite de Vladimir Poutine de ses ambitions expansionnistes grand-russes, de sa propre poussée militariste, de son interventionnisme réactionnaire mondial accru et, surtout, de son invasion meurtrière de l’Ukraine, l’invasion la plus brutale d’un pays par un autre depuis l’invasion américaine de l’Irak...

Lire la suite...
 
Manif contre l'extrême droite et les politiques qui la nourrissent samedi 16 avril PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 16 Avril 2022 07:28

A l'appel de Alternatiba ANV, ATTAC,Jeune Garde, LDH, Planniing Familial, FSU, Solidaires, UNEF Lyon, UD CGT, Ensemble!, FI, NPA, PCF, PG, UC, UCL, ...


Le point de vue du NPA :
"Contre Le Pen et les politiques libérales, riposte sociale et antifasciste !
Comme en 2017, Macron et Le Pen sont qualifiés pour le second tour. L’extrême droite, dont Zemmour, représente un tiers des voix, et Le Pen pourrait gagner l’élection. Une menace sans précédent contre les libertés démocratiques, contre les populations d’origine immigrée, pour surexploiter les travailleurs.
Son discours pseudo social est un mensonge : elle est contre l’augmentation des salaires, et les amis de l’extrême droite sont les grands patrons comme Bolloré.
Comme en 2002, la meilleure réponse face à l’extrême droite, c’est la mobilisation de masse des classes populaires, des exploité·e·s et de tou·te·s les opprimé·e·s.

Aucune confiance dans Macron

Nous ne pouvons faire aucune confiance à Macron pour combattre l’extrême droite...

Lire la suite...
 
Déclaration de Philippe Poutou au soir du 1er tour PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 11 Avril 2022 04:40

Nous tenons tout d’abord à remercier les électeurs et électrices qui ont choisi de voter pour nous. Par ce vote, ils et elles ont porté leur suffrage sur un ouvrier licencié, quelqu’un qui leur ressemble. Il et elles ont voulu exprimer le rejet d’un capitalisme qui mène l’humanité droit dans le mur, source de crises écologique, sanitaire, sociale et démocratique. Ils et elles ont voulu affirmer que le changement se fera par en bas, par les mobilisations et en rompant avec ce système.

Nous savons aussi que bien d’autres se sont reconnus dans notre candidature mais ont préféré glisser un autre bulletin dans l’urne, espérant « voter utile ».


Comme en 2017, Macron et Le Pen sont donc qualifiés à l’issue d’une non-campagne. L’élection présidentielle est déjà particulièrement antidémocratique, cette campagne en a été la caricature, la parole étant confisquée par la droite et l’extrême droite, particulièrement par Macron. À aucun moment de cette campagne, celui-ci n’aura voulu rendre de comptes sur la politique menée ces cinq dernières années, une politique particulièrement antisociale et autoritaire.

Le taux d’abstention, en augmentation, marque la défiance de la population vis-à-vis du pouvoir de Macron. Sans parler des étrangers, privés de droit de vote et de pouvoir peser sur la politique du pays où elles et ils habitent et travaillent.


Le désaveu de ce quinquennat profite hélas à l’extrême droite. Nous le mesurons aujourd’hui : Macron n’est en rien un rempart contre l’extrême droite. Pire, sa politique la nourrit quand il s’attaque aux conditions de vie des salariéEs et des chômeurs, quand il chasse, avec Darmanin, les migrantEs et les sans-papiers, quand il réprime violemment les manifestations, comme celles du mouvement des Gilets jaunes...

Lire la suite...
 
Rassemblement jeudi 31 mars pour le droit à un logement digne pour touTEs PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 30 Mars 2022 09:13

« Rassemblement jeudi 31 mars pour Mobilisation pour le droit à un logement digne pour toutes et tous à l'occasion de la fin de la trêve hivernale

A l’initiative de l’inter-organisations logement 69 : Collectif Hébergement en Danger, Collectif Jamais Sans Toit, Collectif Sans Papiers 69 (CSP 69), Collectif Solidarités Cusset, Coordination d’Action pour le Logement Lyon et environs (CALLE), Espace Communal de la Guillotière (ECG), Intersquats 69, Médecins du Monde Auvergne Rhône Alpes (MDM), Migrations Minorités Sexuelles et de Genre (2MSG)

L’inter-organisations logement 69 appelle à un rassemblement le jeudi 31 mars, à l’occasion de la fin de la trêve hivernale, afin de dénoncer la reprise des expulsions, de locataires ou d’habitant.e.s de lieux de vie informels, et des coupures des fluides (électricité, gaz) . Nous dénonçons également la remise à la rue des personnes hébergées pendant la trêve hivernale.
Après un répit dû à la crise sanitaire, aujourd’hui en France ce sont 40 000 personnes qui sont menacées d’expulsion. Selon la Métropole de Lyon il y a 20 000 personnes mal-logées et près de 2 500 personnes sans-abris sur notre territoire.
Pourtant l’article L 345-2-2 du code de l’action sociale et familiale précise que : « Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence. [...] »...

Lire la suite...
 
Pour vous procurer « L’Anticapitaliste », hebdomadaire du NPA, abonnez-vous ! PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 30 Décembre 2015 08:00

Suite à une augmentation importante des tarifs de diffusion en kiosque, l'hebdomadaire du NPA n'est disponible que sur abonnements (par chèque ou prélèvement) ou en vente auprès des militantEs.


Télécharger

les anciens numéros