Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

A Lyon, comme au niveau national, construisons une riposte sociale antifasciste ! PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 24 Octobre 2021 12:02

Avec l’augmentation de la violence des groupuscules d’extrême droite, Lyon est le symbole du climat nauséabond qui règne dans le pays. Les politiques libérales, racistes et autoritaires menées par les gouvernements successifs et accélérées par Macron n’ont fait que favoriser la progression de l’extrême droite.

Les derniers symptômes de la fascisation en cours sont les menaces de Blanquer à l’encontre des profs sommés de « transmettre les valeurs de la République ou de quitter l’enseignement », tout comme la récente dissolution, après celle du CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France), de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie au motif, notamment, de « cultiver le soupçon d'islamophobie au sein de la société française ».

Éric Le Pen ou Marine Zemmour : le même programme raciste et antisocial

Avec l’émergence de la candidature Zemmour, nous assistons à une offensive politique raciste et sexiste qui ne s’embarrasse plus de la « dédiabolisation » que souhaitaient réaliser le Rassemblement National et Marine Le Pen. Bien que cette dernière critique le caractère ultralibéral de Zemmour, les deux ont en réalité le même programme économique.
Ce dernier repose sur une réduction des impôts des entreprises et des cotisations sociales pour permettre aux actionnaires...

Lire la suite...
 
Réunion publique avec Philippe Poutou mercredi 3 novembre à Bourg en Bresse PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 22 Octobre 2021 18:44

salle Blériot, 40, rue Blériot
Le NPA 69 organise un co-voiturage de Lyon pour assister à ce meeting, inscrivez-vous auprès des militantEs ou de l'Equipe Départementale de Direction

Une candidature anticapitaliste et révolutionnaire, c’est urgent, nécessaire, possible !

Dans un air du temps où soufflent des vents nauséabonds, la présence de Philippe Poutou, candidat du NPA à la prochaine élection présidentielle, est utile. À l’opposé de la campagne réactionnaire autour du vrai-faux suspense de la candidature Zemmour, de la surenchère entre les différents prétendants de droite, et de la politique macroniste qui conjugue reculs sociaux et autoritarisme, la présence de Philippe Poutou fait entendre un tout autre discours et tranche avec les autres candidatures.

Au-delà, c’est bien tout un système que le débat de la campagne présidentielle doit permettre de mettre en accusation. Car au quotidien, le travail, l’exploitation, la précarité et la pauvreté tuent eux aussi, et s’il y a une leçon à retenir de la crise sanitaire mondiale du Covid-19, c’est que le capitalisme, avec le règne du profit qui empêche des pays entiers d’accéder à la vaccination, et des attaques incessantes contre l’hôpital et le service public de santé, est une faillite néfaste.

Face à cette offensive libérale et autoritaire, il faut une réponse radicale. Mais cette bataille politique, les partis de la gauche réformiste, du PCF à EELV, ne veulent la mener jusqu’au bout car elle exige de rompre avec le capitalisme et ses institutions.
La participation de candidats du PCF ou d’EELV à la manifestation des syndicats de policiers en mai dernier en est l’illustration.

La gauche réformiste est également gangrenée par les options souverainistes, avec des nuances, de Montebourg à La France insoumise en passant par le PCF. Cette volonté de retour aux frontières nationales prétendument protectrices, sème des illusions et participe à la confusion ambiante : les frontières entre les travailleurEs protègent en réalité les intérêts des privilégiés et nous divisent.

Pour défendre des mesures répondant aux urgences actuelles sur le terrain social (notamment de l’emploi et des revenus), de l’écologie radicale, des libertés démocratiques ou de l’égalité des droits, pour porter la nécessité de construire une société libérée de l’exploitation et des oppressions, Philippe Poutou et le NPA sont donc en campagne. Venez en discuter !


 
Manifestation contre les violences de l'extrême-droite samedi 23 Octobre 2021 à 14h30 à Lyon PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 18 Octobre 2021 02:17

Lyon, considérée comme un "laboratoire de l'extrême-droite", depuis maintenant plus de 10 ans, subit de multiples agressions de l'extrême-droite (attaques racistes, islamophobes, antisémites, attaques au couteau, attaques de manifestations, attaques de librairies, attaques LGBTIphobes, etc...).
Nous avons constaté ces derniers jours, à Lyon et ailleurs, ces dernières semaines, une accélération de ces violences, allant même jusqu'au projet d'attentats.


La situation lyonnaise, que nous dénonçons depuis plusieurs années, est en train de s'étendre sur l'ensemble du territoire.
L'extrême-droitisation des discours, du champ politique et médiatique a une immense responsabilité, et ce jusqu'au gouvernement. La surreprésentation de personnages comme Zemmour ou Le Pen a une répercussion directe dans nos rues. Les théories racistes comme le "grand remplacement" servent de motivations concrètes, pour les terroristes d'extrême-droite, à multiplier les attaques, voire à projeter des attentats.

Plus localement, la Préfecture exerce un jeu trouble, en laissant se développer la fachosphère, à travers l'existence de locaux comme "La Traboule" et "l'Agogé", situés dans le Vieux Lyon, point de départ de la majorité des attaques. L'extrême-droite est autorisée à manifester où elle le souhaite dans Lyon, alors qu'il est interdit aux manifestations LGBTI, féministes et antiracistes de passer dans le Vieux-Lyon. Les attaques menées par l'extrême-droite, que les victimes aient porté plainte ou non, ne débouchent jamais sur des condamnations alors que la répression continue à s'exercer sur les militants antifascistes. Forts de leur impunité, ces groupuscules d'extrême-droite vont jusqu'à revendiquer leurs attaques...

Lire la suite...
 
MANIFESTATION samedi 16 octobre Pour la régularisation de tous les sans-papiers PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 14 Octobre 2021 21:08

"Pour la régularisation de tous les sans-papiers
Pour la protection des mineurs étrangers sans famille
Rendez-vous place de la Comédie à 14h30
Du 13 au 23 octobre : semaine de l'hospitalité organisée par La Métropole de Lyon
Mais quelle "hospitalité" ? … car pendant ce temps,
Des centaines de personnes dorment dans la rue, les expulsions de squats se multiplient, à Lyon, Villeurbanne, Caluire… alors que des milliers de logements restent vides
La préfecture ne répond pas aux demandes de régularisation des sans-papiers
Quel "accueil" pour ces exilés qui arrivent ici après des épreuves terribles dans leur pays, mais aussi en Lybie, en Méditerranée : 1200 tués en 2021… ?
Nombre de mineurs étrangers sans famille qui demandent la protection de l’aide sociale à l’enfance sont mis à la rue, alors qu'ils sont dans l'attente de leur passage devant le juge des enfants. Pour ces jeunes "évalués" non mineurs par la Métropole (et Forum réfugié-COSI auprès de qui des missions de protection de l'enfance ont été externalisées), c'est le retour à l'errance, sous prétexte de fraude concernant leur âge, et sans attendre leur passage devant le juge des enfants (ce qui peut prendre plusieurs mois). Leur scolarité est en suspens.
Nous exigeons la prise en charge des mineurs étrangers par l’aide sociale à l’enfance et la fin du harcèlement concernant leur âge.
Nous exigeons la régularisation de tous les sans-papiers.
Nous exigeons l’ouverture des nombreux lieux actuellement disponibles, pour permettre de loger dignement les exilés qui vivent actuellement dans la rue.
Nous exigeons l’accès aux droits et à la citoyenneté, et la liberté de circulation et d'installation pour tous les sans-papiers.
Nous exigeons la fermeture des Centre de rétention administrative (CRA).

Il y a un an…

Lire la suite...
 
APPEL À UN RASSEMBLEMENT mardi 19 octobre EN SOUTIEN À LA JOURNALISTE ET FÉMINISTE ARROI BARAKET PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 12 Octobre 2021 20:49
« Nous appelons à participer, le mardi 19 octobre à partir de 18h30, Place de la République à Paris et devant le Consulat tunisien à Lyon, aux rassemblements en soutien à Arroi Baraket, pour demander l’arrêt immédiat des charges qui pèsent contre elle. Son procès est prévu le 22 octobre 2021.
Elle est poursuivie par le Procureur de Tunis pour agression avec "extrême violence contre un fonctionnaire public". Elle se retrouve accusée de faits extrêmement graves et passibles de prison alors qu’elle a été victime de violences policières.

Elle a été violemment agressée par un agent de police dans la soirée du 17 septembre 2021 tandis qu’elle filmait une scène mettant en évidence la partialité de la police.
Arroi Baraket rentrait chez elle avec deux ami.es quand elle s’est fait contrôler par une patrouille de police, quelques minutes après le début du couvre-feu. Après avoir signé le PV de l’amende, elle filme la rue pour montrer les autres voitures circulant librement. L’agent de police s’engouffre alors dans la voiture, se jette sur elle et la roue de coups. Il lui arrache son téléphone. Elle est ainsi empêchée de contacter son avocat et le syndicat des journalistes.
Alors qu’elle exige qu’il lui rende son téléphone, il continue de l’insulter, dans la rue, ...

Lire la suite...
 
Du MLF à aujourd’hui, 50 ans de luttes des femmes : festival du 8 au 17 octobre PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 09 Octobre 2021 12:08

« Féministes tant qu’il le faudra !
Un festival placé sous le signe de la transmission intergénérationnelle  !
Au programme : débats, conférences, rencontres, spectacles, projections, forum, concert sont au programme !
A l’occasion des 50 ans du Mouvement des Femmes, et dans la lignée de la vague #Metoo, des mobilisations récurrentes contre les violences faites aux femmes, pour le droit à l’avortement, pour l’égalité salariale, contre les discriminations racistes et sexistes... nous avons jugé important et crucial de suivre le fil des luttes féministes des 50 dernières années. Si la déconstruction des stéréotypes, l’avancée des droits des femmes et de l’égalité semblent rester au cœur des luttes féministes des années 70 à 2021, qu’y-a-t-il de nouveau dans les expressions féministes aujourd’hui ? En écoutant les féministes des différentes générations, quelles préoccupations et luttes persistent, se transforment, disparaissent ou naissent ? Que révèlent les luttes qui jalonnent ces 50 dernières années, du Manifeste des 343 à #Metoo, sur la capacité des femmes à se mobiliser ? Peut-on parler de transmission et si oui comment s’est-elle faite ? Quelles différences et similarités peut-on retrouver dans ces luttes et dans leurs formes d’expression ? Et surtout, quels dialogues sont possibles entre féministes des différentes générations ?
En partant de l’environnement lyonnais et en partenariat avec des associations féministes, syndicats, compagnies de théâtre, institutions culturelles et universitaires, c’est l’histoire du mouvement, de ses luttes et de ses concepts qui sera abordée durant cette programmation. »

Plus d’informations également sur Instagram : festivalfemmesenlutte

Télécharger le programme

https://maisondespassages.org/IMG/pdf/plaquette_festival_feministe.pdf

Organisé par la Maison des Passages en partenariat avec Le Planning Familial 69, Frisse, Collectif Me too Lyon, Osez le féminisme 69, Filactions, Viffil, Impact, Les Débuteuses, La CGT UD 69 Tous des Lyonnes Collectif femmes mixité, le CNT Solidarité Ouvrière, la Librairie La Madeleine, Les Curieux Polyglottes, le Théâtre des Cinq Jardins, Le Théâtre du point du Jour.


 
Emploi, salaires, droits sociaux : mardi 5 octobre, touTEs en grève et dans la rue ! PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 04 Octobre 2021 16:37

Extrait du communiqué intersyndical :

« Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, CNT, UNEF, CNT- SO, du Rhône appellent les femmes et les hommes de toutes les professions, les jeunes, les retraité.es à se mobiliser, le 5 octobre, par la grève et à manifester à 11 H depuis la Manufacture des Tabacs en direction de la place Bellecour, pour obtenir de meilleurs salaires, pour leurs emplois et leurs droits et une meilleure protection sociale. »

 

Augmentez nos salaires !

Leur politique est claire : d’un côté taper sur les chômeurEs, en réduisant drastiquement leurs droits au chômage et en baissant leurs allocations, de l’autre précariser et faciliter les licenciements dans le privé comme dans le public.

Et pour touTEs les autres, à qui l’on veut faire croire qu’ils et elles ont bien de la chance de garder un emploi, il faudrait se satisfaire de conditions de travail toujours dégradées, d’horaires infernaux et d’un salaire de misère... Question salaires d’ailleurs, c’est le gel du point d’indice pour les travailleurs et travailleuses du public, et un SMIC à 1250 euros nets à temps plein pour le privé… Et tandis que les salaires baissent ou stagnent, les dépenses, elles, ne cessent d’augmenter, à l’image de l’augmentation de plus de 12 % du prix du gaz avant le début de l’hiver. C’est bien pour cela qu’une augmentation des salaires et leur prise en compte dans le calcul de nos retraites n’aurait de sens pour notre classe sociale que si elle est indexée sur le coût de la vie (le coût du logement, des biens de première nécessité, de l’énergie…).

Il est possible de se battre... et de gagner !...

Lire la suite...
 
Manif pour la fermeture de la centrale du Bugey dimanche 3 octobre PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 27 Septembre 2021 06:56

à 14h, à St Vulbas, dans l’Ain


Si vous souhaitez proposer un covoiturage, ou en cherchez un, rendez vous ici :http://www.movewiz.fr/participation?PMW=61wrBkaFRZNSM8010

La centrale du Bugey est désormais la doyenne des centrales nucléaires françaises, rejoignez nous pour affirmer que sortir de l’impasse nucléaire, c’est possible !
La coordination Stop Bugey avec 30 autres organisations rhônalpines et suisses et le soutien de Greenpeace et du Réseau SDN, organise une grande manifestation le dimanche 3 octobre 2021 à Saint Vulbas, près de la centrale nucléaire du Bugey, en bordure du Rhône. Les 4 réacteurs de cette centrale âgés aujourd’hui de 42 et 43 ans, constituent un risque majeur pour une région densément peuplée de 5 millions d’habitants dans un rayon de 100 km, avec 6 grandes villes.
Venez nombreux et nombreuses pour exiger la fin de ce risque industriel totalement insensé !

Cette manifestation reposera sur 4 revendications :
- NON à la prolongation des vieux réacteurs au delà de 40 ans
- NON à leur remplacement par deux nouveaux réacteurs de type EPR : aussi dangereux que 4 vieux, ils seraient trop chers et trop lents à construire pour répondre vite à l’enjeu climatique (leur construction augmentera le réchauffement ) !
- NON au fonctionnement d’ICEDA (Installation de conditionnement et entreposage de déchets activés) : qui représente la porte ouverte à l’accroissement des déchets issus des vieux réacteurs et des nouveaux envisagés !
- OUI aux énergies renouvelables ! : parce qu’une transition énergétique sans EPR, c’est possible, plus sûr, moins cher ! technologies mûres et sûres, elles dessinent un nouveau chemin alliant efficacité et sobriété pour une société apaisée.

Pour le NPA, il faut sortir rapidement du nucléaire

La filière nucléaire (EDF, Orano, CEA, Andra) était déjà en difficulté avant la crise...

Lire la suite...
 
Manif de soignantEs SAMEDI 18 SEPTEMBRE à 14h à Grange Blanche PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 18 Septembre 2021 09:17

l'appel de SUD Hôpital Edouard Herriot, FO HEH et le Collectif Soignants Hospitaliers Résistants 69 :

« Manifestation déclarée à la préfecture

14H DEVANT l’HÔPITAL Édouard Herriot : HAPPENING, PRISE DE PAROLE DES SOIGNANTS puis départ en manifestation Direction l’hôpital Saint Joseph et Saint Luc

Virés mais pas Résignés! Le combat continue! Public/Privé : toutes et tous dans le même bateau !! Le 15 septembre, les directions des hôpitaux ont mis à exécution les menaces du gouvernement : la suspension des soignants et des salariés !

Que ce soit les hôpitaux publics, les cliniques, les IME, et d’autres associations d’accueil pour enfants, adolescents en difficultés, tous les secteurs seront impactés par cette amputation de personnel compétent. SUD HEH et le Collectif Hospitaliers Résistants 69 appelle à manifester le samedi 18 septembre contre la loi du 5 août et ses conséquences.

Les revendications sont :> Retrait des suspensions et des sanctions contre les collègues > Retrait du Passe Sanitaire > Retrait de l’obligation vaccinale du COVID > Liberté de choix pour les vaccins

Depuis deux mois, un faux débat pollue l’espace public : les pro et antivax...

Lire la suite...
 
Squat de Feyzin, ... halte aux expulsions sans relogement ! PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 10 Août 2021 19:03

Lettre ouverte du Collectif Intersquats Exilé.es Lyon et Environs et du Collectif soutiens/migrants Croix-Rousse à
Monsieur P. Mailhos, Préfet de la Région Auvergne Rhône Alpes
Monsieur Renaud PAYRE, vice Président de la Métropole,
Mme Christel BONNET, Directrice départementale de la DRDJSCS

"Madame, Monsieur,
Les habitants du squat de Feyzin (ex école Georges Brassens) ont reçu le 13 juillet dernier un commandement de quitter les lieux pour le 15 juillet !
C’est le 3ème squat sous plan résorption bidonvilles cette année. Des diagnostiques sociaux étendus ont été faits par les travailleurs sociaux (ALPIL, Alynea, LE MAS, CLASSES). Deux familles seulement ont reçu des propositions d’hébergement, d’autres sont parties, plus d’une centaine de personnes restent en attente de solution. Ces dernières sont prêtes à partir, leurs affaires ont été préparées, mais pour aller où ?? Le commandement est tombé, mais quelle est la solution pour eux?
Malgré des réunions quinzomadaires sur les squats et bidonvilles avec les associations, l’administration et la DIHAL n’ont pas réussi à anticiper cette situation.

Vous avez fait tout ce travail avec les habitants, vous êtes venu à leur rencontre, à quoi aura servi leur parole si elle n’est pas entendue? Vous avez une responsabilité !
Ce lieu classé PPRT (Seveso) est condamné quel que soit l’usage, comme toute la zone autour. Il n’y a donc pas d’urgence à son évacuation. L’urgence c’est le relogement. C’est pourquoi nous vous demandons de sursoir à l’expulsion du squat de Feyzin tant qu’il n’y a pas de solution pour tous les habitants. Nous vous demandons de ne pas faire appel à la force publique traumatisante pour les occupants et leurs soutiens et indigne. Avec les habitants, nous demandons à être prévenus de vos intentions au moins 48h à l’avance.

Les personnes remises à la rue sont en danger...

Lire la suite...
 
A la rencontre des éluEs, pour les 500 parrainages de notre candidature à la présidentielle PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 24 Juillet 2021 16:20

Cette année, du fait de la pandémie et des difficultés internes qu’elle a accentuées, nous avons commencé avec un certain retard par rapport à la campagne de pré-signatures pour les présidentielles 2017. Pour autant, nous avons d’indéniables points d’appui avec la figure de notre candidat, bien plus connu, et le ressenti des éluEs quant à la situation politique (au sens large de la gestion des crises économique, sanitaire, écologique, politique…).
Le nom de Philippe Poutou parle largement aux maires, mais aussi à celles et ceux que l’on rencontre dans les mairies et qui côtoient les maires : les adjointEs et les secrétaires. Ce sont aussi elles et eux qui identifient Philippe à quelqu’un qui leur ressemblent, connaît leurs préoccupations et leurs problèmes ou ceux de membres de leur famille, notamment sur le boulot et les risques de licenciement.

Les effets de la crise sanitaire

La situation a politisé les éluEs, y compris celles et ceux en fonction depuis mars-avril 2020, et qui ont dû faire front à leurs obligations de maires durant le premier confinement ! Des éluEs qui pour beaucoup s’affirmaient sans positionnement politique, notamment dans les petites communes, ont été suspenduEs aux décisions politiques nationales et ont vécu très concrètement le tournant autoritaire du pouvoir dans l’exercice de leur mandat. L’autoritarisme du pouvoir vise à masquer son impuissance à protéger la population ainsi qu’à anticiper les développements de la crise sanitaire. Incapable d’obtenir l’adhésion à des politiques erratiques et toujours en retard d’une nouvelle phase de la crise, Macron recourt à la coercition et la division

Cela renforce l’enjeu d’une candidature qui bouscule le jeu politique national, ce que Philippe Poutou a en partie réussi en 2017...

Lire la suite...
 
Pour vous procurer « L’Anticapitaliste », hebdomadaire du NPA, abonnez-vous ! PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 30 Décembre 2015 08:00

Suite à une augmentation importante des tarifs de diffusion en kiosque, l'hebdomadaire du NPA n'est disponible que sur abonnements (par chèque ou prélèvement) ou en vente auprès des militantEs.


Télécharger

les anciens numéros