Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

 

 

la page facebook du NPA 69

 

 

L'hebdo du NPA

 

 

 

site national du NPA

 

 

collectif 69 pour un audit citoyen de la dette


Collectif de Vigilance 69
contre l'extrême-droite


 

collectif de soutien
au peuple palestinien

 

 

Identification



 

 

 

 

 

Rassemblement festif lundi 2 sept. de soutien aux décrocheurSEs de Macron PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 11 Août 2019 19:20

Communiqué d’Alternatiba Rhône :

« Fanny et Pierre seront jugé.e.s le lundi 2 septembre au Tribunal de Grande Instance de Lyon pour décrochage de portrait présidentiel. Nous ferons de ce procès celui de l’inaction climatique et l’événement de la rentrée à Lyon et dans la région !


Rendez-vous lundi 2 septembre 10h-00h Place Guichard Lyon 3
Rassemblement festif de soutien ** Temps fort 12h-14h** Conférences – Formations – Buvette

Concerts de 18h30 à minuit

Pourquoi 2 militant.e.s climat devant la justice ?

Le 21 février dernier, des militant.e.s d’ANV-COP21 décrochaient le portrait présidentiel de la Mairie du 2ème arrondissement de Lyon. L’objectif : laisser un mur aussi vide que l’est la politique climatique et sociale du gouvernement. S’en suivront immédiatement 2 gardes à vue, 3 perquisitions dont celle de l’ AlternatiBar Maison des Alternatives et 2 convocations devant la justice.

Devant son irresponsabilité, “décrocher” et “sortir” Macron pour le mettre face à la réalité :
Celle des 2 millions de signataires de L’Affaire du Siècle laissés sans réponse à la hauteur des enjeux. Des militant.e.s mettent Macron face aux signataires le 24 février dernier
Face à l’injustice sociale : Des militant.e.s mettent Macron face aux Gilets Jaunes à l’avant-première de "J’veux du soleil", le film, le 26 février

 

Lire la suite...
 
Canicule : la menace nucléaire, EDF contraint de mettre à l'arrêt des réacteurs PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 07 Août 2019 08:10

d’après http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2019/07/24/Canicule-et-chaleur-%3A-la-menace-nucl%C3%A9aire
Coordination dont le NPA fait partie

« Manque de débit d’eau de refroidissement


Golfech (Tarn-et-Garonne), Bugey (Ain), Tricastin (Drôme-Vaucluse) : depuis le 22 juillet la liste des réacteurs atomiques mis à l'arrêt en urgence par EDF ou dont la production est abaissée, ne cesse de s'allonger. C'est que leur refroidissement n’est plus assuré à cause de la chaleur et des effondrement du débit des eaux des fleuves qui augmentent dangereusement le risque d’accident nucléaire. Nogent-sur-Seine et Chooz sont aussi concernés et, en vérité, l'ensemble du parc  nucléaire tricolore. 58 réacteurs. Les arrêts pourraient se prolonger jusqu’au 30 juillet.

Le débit du Rhône est trop faible et a conduit au ralentissement de plusieurs centrales nucléaires le week-end dernier : à la centrale du Bugey (Ain), la capacité a dû être réduite de 910 à 500 mégawattheures pendant quelques heures, les deux réacteurs de Saint-Alban (Isère) sont passés de 1.335 mégawattheures à 851 pour le premier et à 929 pour le second, Tricastin 2 et 4 sont soit en arrêt soit au ralenti alors que Tricastin 1 est en arrêt pour tentative de prolongement de sa durée à 50 ans.

Pierre-Franck Chevet, l'ancien président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), estimait en 2018 que les sites de huit centrales – sur les 19 que compte la France – étaient « plus sensibles ».

Le plus grand consommateur d'eau en France : le nucléaire...

Lire la suite...
 
Lutte des salariéEs de FAMAR contre la fermeture du site de St Genis Laval PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 02 Août 2019 19:00
Le groupe pharmaceutique Famar, détenu par l’actionnaire KKR (un fonds d’investissement américain) a été mis en vente, comme l’ensemble des 12 sites. L’usine à côté de Lyon n’a pas été reprise et se retrouve en redressement judiciaire, alors qu’elle emploie 320 salariéEs... A l’appel d’une Intersyndicale, ils ont mené 2 actions en juillet.

Dont une devant le siège de Merck, dans le 8e arrondissement de Lyon, pour demander que les capacités industrielles de Saint-Genis-Laval soient utilisées, surtout dans le climat actuel de pénurie de certains médicaments en France.


Télécharger le tract de la CGT sur la pénurie des médicaments et l’industrie pharmaceutique


 
Les Féminicides ne sont pas une fatalité ! PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 31 Juillet 2019 16:00

Jeudi 25 juillet, à Vénissieux, un homme a tué sa femme en l’écrasant contre un mur avec sa voiture, sur le parking du travail de la victime. Il était poursuivi pour violences conjugales, devait passer au Tribunal en octobre et était placé sous contrôle judiciaire en attendant ! Il est maintenant en prison pour « meurtre sur conjoint ».

A Lyon, le nouveau Collectif unitaire pour les droits des femmes prépare une action contre les féminicides lundi 9 septembre à 18h30 place de la Comédie à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville).

Le point de vue du NPA, paru dans l’hebdo l’Anticapitaliste le 18 juillet 2019 (les chiffres ont été mis à jour...) :


81 femmes ont étés assassinées par leur conjoint ou ex, depuis le début de l’année  en France !  On compte déjà plus de trois cents féminicides depuis le début du quinquennat de Macron. Le constat est accablant. Dans la majorité des situations, les femmes avaient alerté et n’ont pas été écoutées.  
Depuis quelques années, dans un contexte de capitalisme néo libéral féroce, une nouvelle génération de féministes s’est levée dans plusieurs pays du monde contre les féminicides en particuliers et contre les violences plus globalement.

Les féministes des années 1970 avaient mené des batailles pour que les violences soient reconnues et poursuivies (le qualificatif de viol conjugal est entré dans la loi en avril 2006). Elles sont les premières témoins des ravages des politiques d’austérité. Elles voient les  structures d’aide aux femmes qu’elles avaient construites, menacées, comme ce fut le cas pour l’AVFT et bien d’autres.

Aujourd’hui de nouveaux outils sont apparus avec les nouvelles générations, des militantes  diffusent les informations sur les noms des victimes, des assassins, les circonstances de chaque féminicide afin de leur redonner toute leur dimension humaine et politique, pour rompre avec leur invisibilisation.

Ceci rend plus aigu et plus insupportable l’écart entre les discours et la réalité de la politique du gouvernement : beaucoup de com’ et pas de moyens.

Lire la suite...
 
Pas de polluants radioactifs dans notre eau potable ! PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 26 Juillet 2019 06:25
Une campagne de la CRIIRAD (Commission de Recherches et d'Information Indépendante sur la Radioactivité), qui concerne particulièrement les habitantEs de la vallée du Rhône :
« DEMANDE DE PROTECTION

En France, des millions de personnes consomment de l’eau contaminée par le tritium, un radionucléide rejeté en grande quantité par les installations nucléaires. Pour les autorités il n’y a aucun problème puisque les concentrations sont très inférieures à la limite de potabilité (10 000 Bq/l) et même à la référence de qualité (100 Bq/l).

L’étude de la CRIIRAD a montré que les limites sanitaires définies pour la contamination radioactive de l’eau potable conduisent à un risque de cancer plus de 100 fois supérieur au maximum toléré pour les polluants cancérigènes chimiques. Il faut mettre fin à ce régime d’exception et fixer des limites qui protègent réellement la population. En soutien à la lettre que la CRIIRAD a adressée le 11 juillet aux autorités :

Je demande la suppression des privilèges accordés aux activités nucléaires et la révision à la baisse de toutes les limites sanitaires relatives à la radioactivité de l’eau.

Je demande en particulier l’abandon immédiat de la limite de 10 000 Bq/l que l’OMS a fixée pour le tritium.

Je demande le recensement de toutes les communes alimentées par de l’eau potable contaminée par le tritium et l’information de toutes les personnes concernées. Un plan d’actions correctives doit être établi avec un ordre de priorité qui tienne compte notamment de la durée et de l’intensité de l’exposition des habitants.


DEMANDE D’ENQUETE

Lire la suite...
 
Rassemblement contre l’expulsion de l’ancien Collège Maurice Scève mercredi 24 juillet à 9h PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 23 Juillet 2019 05:52

devant le Tribunal d’Instance, 67 rue Servient à Lyon 3ème ‘métro Guichard)
communiqué du Collectif du Collège Sans Frontières Maurice Scève :
« Le vendredi 28 juin dernier, la Métropole avait assigné les habitant.e.s et soutiens de l’ex collège Maurice Scève en justice pour une expulsion en urgence et sans délai. Le procès avait été reporté et aura lieu ce mercredi 24 juillet. Visiblement pour satisfaire les intérêts économiques de Vinci Immobilier qui rachète le site, la Métropole veut remettre à la rue des centaines de migrant.e.s : des mineurs isolés, des jeunes majeurs, et des familles avec enfants en bas-âge ! Rassemblement de soutien ce mercredi 24 juillet à 9h devant le Tribunal d’Instance de Lyon - 67 rue Servient.

En septembre 2018, nous, soutiens, citoyen.ne.s, militant.e.s associatifs et jeunes exilés, face à l’incapacité des pouvoirs publics de répondre aux besoins d’un groupe de mineurs isolés étrangers relevant des services de protection de l’enfance, nous avons décidé de réquisitionner les locaux, vides depuis 5 ans, de l’ancien Collège Maurice Scève appartenant à la Métropole de Lyon. Suite à la plainte déposée par cette dernière, le juge du tribunal administratif refusa l’expulsion d’urgence (audience du 15 octobre 2018). Depuis cette date, ce sont plus de 250 jeunes qui ont trouvé dans ce lieu une protection précaire. Parmi eux au moins un tiers sont des mineurs, certains ayant moins de quinze ans. La Métropole assigne aujourd’hui les habitant.e.s et les soutiens en justice, dans une procédure en référé. La Métropole qui n’a cessé de nous dire qu’elle ne savait pas travailler dans l’urgence pour l’hébergement, la prise en charge, la scolarisation... des mineur.e.s isolé.e.s, n’hésite pas à utiliser les procédures d’urgence quand il s’agit de remettre à la rue 250 à 300 exilé.e.s. La Métropole continue à user du double langage. D’une main, elle mandate des associations (Foyer Notre-Dame des Sans Abris et ALPIL) pour intervenir sur l’ex-collège, travailler avec les habitant.e.s et les soutiens et aménager le lieu (très sommairement). Et engage pour cela des fonds publics (400 000 euros) votés le 13 mai 2019 au Conseil de la Métropole. De l’autre main, elle poursuit en justice, dans une procédure d’expulsion d’urgence, les habitant.e.s et les soutiens !!!

Nous refusons l’expulsion de ces exilé.e.s, sans relogement et solutions dignes pour tous les habitant.e.s du Collège. Au lieu d’assigner les occupants du Collège en Référé pour les menacer d’expulsion immédiate, pourquoi ne pas transformer ce squat en un lieu d’hébergement temporaire, avec une convention d’occupation, comme cela se pratique déjà dans d’autres départements ? C’était une des demandes exprimées dans la lettre ouverte envoyée le 8 avril 2019 par le Collectif Maurice Scève à la Métropole et à la Préfecture… lettre ouverte qui n’a jamais reçu de réponse jusqu’à maintenant !

Lire la suite...
 
Mobilisation des sapeurs pompiers du Rhône comme au niveau national PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 21 Juillet 2019 08:31
Appel de la CGT du Service Départemental et Métropolitain des Services d’Incendie et de Secours (SDMIS) : « Dans le cadre du préavis de grève national du 19 juin 2019 porté par les 7 organisations syndicales regroupant 85% des Sapeurs Pompiers Professionnels, le syndicat CGT des agents du SDMIS appelle l'ensemble des agents du SDMIS à se mobiliser et dans ces conditions, dépose un préavis de grève de 13h00 à 13h45 du lundi au vendredi sur toute la période de juillet et aout 2019.

Dans ce contexte la CGT demande à toutes et tous de se porter massivement grévistes pendant 45 mn durant les périodes précitées, pour protester contre l’absence de réponses de la part du ministère de l’intérieur, de l’Association des Départements de France et de l’Association des Maires de France depuis le 14 mars 2019 concernant les revendications suivantes :

- Le retrait du Projet de loi de transformation de la fonction publique.

- Le maintien et le développement des libertés syndicales et démocratiques.

- La revalorisation significative de la prime de feu à hauteur de 28 % minimum.

- La garantie de la pérennité de CNRACL et l’institution d’un dispositif de portabilité des droits pour les agents de la catégorie active en déplafonnant les 1 an pour 5 ans et en supprimant les sur-cotisations.

- Prioriser les préoccupations relatives aux questions de protection de la santé et de la sécurité pour les agents des SDIS (temps de travail, respect de la directive 2003-88/CE et de ses jurisprudences, dispositions adaptées face aux agressions subies par les sapeurs-pompiers, cancers liés à la toxicité des fumées).

- Le recrutement massif d’emplois statutaires afin de répondre aux besoins des Services départementaux d’Incendie et de Secours. »


 
Etudier est un droit, pas un privilège ! AG et rassemblement vendredi 19 juillet PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 19 Juillet 2019 02:42

appel du Collectif des Etudiant-es Etranger-es, de Solidaires Etudiant-es et de l'Unef (Tacle) :
« Parcoursup : un échec total ! L'an passé nous avons connu la première boucherie de Parcoursup : en effet ce sont près de 220 000 néo-bachelier-e-s qui se sont retrouvé-e-s sans place dans l'enseignement supérieur. On compte à peu près 180 000 condidat-e-s qui auraient quitté-e-s la plateforme en cours et 45 000 considéré-e-s comme inactif-ves. Au total, ce sont environ un quart des candidat-e-s qui n'ont pas eu d'affectation. Face à une plateforme qui a rencontré de nombreux défauts, des délais très courts, un nombre de place réduit et une pression considérablement importante (communication ministérielle, avis des conseils de classe, etc..), beaucoup de jeunes ont choisis des filiaires par défauts par peur de se retrouver sur le carreau.

Sélection en Master... La loi légalisant la sélection en Master qui existe depuis 2016 ne garantit plus une place en master malgré l'obtention d'une licence. Cela bloque l'accès à la poursuite d'étude à de nombreuxses étudiant-e-s, avec des p laces en master réduites ou une obligation à la mobilité avec très peu d'aide.

Bienvenue en France : c'est une arnaque ! Cette année nous avons fait face à la mise en place du programme Bienvenue en France augmentant les frais d'inscriptions pour les étudiant-es venant de l'extérieur de l'Union Européenne en passant à 2700€ de frais d'inscription en licence et 3770€ en Master. Par ailleurs, la plateforme Campus France par laquelle passe les,gine, interdiction de demander lors d'une candidature...

Une université adaptée aux besoin du grand patronat Le gouvernement, en sélectionnant d'autant plus et en augmentant les frais d'inscriptions, fait le choix de fermer les universités aux classes populaires et de réduire le budget des université. Cela lui permet de s'adapter aux besoin du patronat en faisant des économies sur l'éducation!

Si vous êtes :
- LYCEEN.E REFUSE.E DANS VOTRE VOEUX DE REFERENCE
- LYCEN.E NON INSCRIT.E SUR PARCOURSUP
- LYCEN.E REFUSE.E OU EN ATTENTE SUR TOUS VOS VOEUX
- ETUDIANT.E ETRANGER.E AVEC OU SANS PAPIER REFUSE.E
- ETUDIANT.E DONT LA REORIENTATION A ETE REFUSEE
- ETUDIANT.E REFUSE.E EN MASTER
Prenez contact avec nous !

Lire la suite...
 
Soirée de convergence des luttes vendredi 14 juin à 19h PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 11 Juin 2019 06:42

Depuis six mois, la colère gronde dans le pays. Ce qu’ont démontré les gilets jaunes, c’est bien que la combativité ne manque pas. Bien au contraire les luttes sont nombreuses.
Dans la poste, depuis le début de l’année, des grèves se succèdent contre les restructurations et les licenciements. Dans les Hauts de Seine, les postier-es entament leur 15 ème mois de grève !
Dans les hôpitaux, les soignant-es sont excédé-es par le manque de moyens et la surcharge de travail qui a pour conséquences des soins bâclés pour les patients. Contre cela, ce ne sont pas moins de 70 services dans différents hôpitaux qui sont en grève dans toute la France, notamment à Lyon avec le service des urgences de la Croix Rousse, de Saint Joseph…
Dans la fonction publique, les enseignant-es font face à la réforme Blanquer, une réforme qui vise à restreindre l’accès à l’éducation pour toutes et tous, à réduire les effectifs enseignants, à dégrader les conditions de travail des profs et d’études des élèves de la maternelle à la fac.
De plus, de nombreuses grèves se déclenchent sous le ras le bol des salarié-es: localement, ce sont les salarié-es du Grand Lyon, de Pizzorno, de Cogepart, de JST qui se sont mis en grève pour des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail.

Cette soirée, à l'initiative du NPA, vise à la rencontre des salarié-es en lutte en partant d’un constat simple: ce sont les mêmes qui nous attaquent, c’est ensemble qu’il faut contre-attaquer. Il faut créer des liens de solidarités dès à présent car ces liens seront utiles pour nos luttes de demain.
Pour cela la parole sera donnée aux grévistes et anciens grévistes qui nous expliqueront leurs combats.
Interventions de grévistes suivies d'un débat
Soirée conviviale avec repas à prix libre

Réunion sur invitation, contactez les militantEs du NPA ou son Equipe Départementale de Direction pour y participer

 
Bulletin NPA du 10 juin 2019 pour les agents TCL PDF Imprimer Envoyer
cliquer sur l'image à droite pour lire le bulletin
 
Européennes : attention, danger ! Des mobilisations à amplifier, une perspective à construire PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 26 Mai 2019 20:57

Européennes : attention, danger ! Des mobilisations à amplifier, une perspective anticapitaliste à construire

Les vents mauvais continuent de souffler sur l’Europe. Sur les braises d’une Union européenne faite pour les banques et par les barbelés, l’extrême droite engrange le fruit des colères légitimes pour les dévoyer sur le terrain du racisme et de la lutte du touTEs contre touTEs. L’opération de Macron - transformer l’élection en plébiscite pour sa politique, celle là-même qui est contestée depuis six mois dans la rue et sur les rond-points - a échoué : ce scrutin est devenu un référendum anti-Macron au seul profit du Rassemblement national, que Macron et LREM ont désigné durant la campagne comme leur seul adversaire, au sein d’une alternative mortifère.
Le Pen et Macron, les deux meilleurs ennemis ont fait cavalier seul dans les urnes sur le dos des intérêts du monde du travail, de la très grande majorité de la population. Arrivé en tête le 26 mai, le danger du RN, notre pire ennemi, est donc lourd. D’autant plus dans un tableau où les forces de gauche sont historiquement faibles. Si EELV a pu profiter notamment des préoccupations écologiques grandissantes et des mobilisations pour la justice climatique pour engranger des voix, le faible score des autres composantes de la gauche - quels que soient leur histoire et leur programme - est un signal adressée à touTEs.


Plus que jamais, l’heure est à la construction des résistances, à travailler à leur convergence. Les votes ne nous protègent pas des injustices sociales, de la casse des services publics, du racisme et de la xénophobie, du réchauffement climatique, nous en avons encore la preuve ce soir. Sur les lieux de travail et d’étude, sur les ronds-points, nous devons nous organiser, débattre de comment, ensemble, notre camp social peut reprendre la main et remporter des victoires sur nos revendications. Les résultats de ce soir, s’ils sonnent comme un avertissement, ne font pas disparaître les luttes de ces derniers mois qui doivent continuer.
Ces résultats montrent aussi que les petits calculs boutiquiers ne peuvent plus être de mise. Personne ne peut prétendre représenter à lui seul un quelconque rassemblement, une quelconque expression populaire des intérêts de la majorité. Il y a urgence à tracer une perspective d’émancipation, révolutionnaire, à regrouper les forces de l’anticapitalisme, à reconstruire une représentation politique pour les exploitéEs.
Contre les ennemis du monde du travail, meilleurs amis du capital, le combat continue.


 
Bulletin du NPA Lyon distribué sur le secteur Santé Social PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 27 Janvier 2019 00:00
cliquer sur l'image à droite pour lire le bulletin
 
Vendredi 24 & samedi 25 mai : deux jours d’actions pour le climat… et la solidarité globale PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 22 Mai 2019 19:27

La mobilisation lyonnaise commencera dès le vendredi 24 mai avec le collectif Youth for Climate Lyon dont la prochaine grande action sera de répondre à l'appel à la grève internationale des jeunes pour le climat lancé par Greta Thunberg. La précédente grève internationale avait réuni plus de 15 000 jeunes Lyonnai.se.s et plus de 1,7 million de personnes à travers le monde. L'appel à la grève se double d'une invitation à une grande manifestation dont le départ aura lieu place Bellecour à 14h et qui finira vers 17h au Parc Sergent Blandan (le lieu d’arrivée n’est pas encore certain). Cette manifestation aura pour mot d'ordre : "6ème extinction, toutes et tous en action !" et sera dédiée à l’extinction des espèces animales et végétales dues aux activités humaines et au dérèglement climatique.

Le samedi 25 mai, lendemain de la grève climatique mondiale, comme de nombreuses villes de France, Lyon se mobilisera massivement pour dénoncer l’urgence climatique. Cette marche climat organisée par le collectif “Lyon Climat” se fera derrière le mot d’ordre : “Solidarité globale : résistances locales”. De nombreuses associations de solidarité internationale ou locale se joignent au cortège pour l’occasion. Le départ sera donné de la Manufacture des Tabacs à 15h et l’arrivée est prévue à 16h30 sur les Berges du Rhône au niveau du Pont de la Guillotière. Un village associatif est prévu à l’arrivée.
Le NPA organise un cortège dans la Marche climat : rejoignez-nous à partir de 14h30 à la sortie de la station  de métro Sans Souci

Contribution de la Commission Nationale Ecologie du NPA :

Une révolution énergétique à accomplir

À l’échelle mondiale, il ne reste que dix ans pour réduire de 58 % les émissions de gaz à effet de serre. Les principaux pays d’Europe qui ont fondé leur développement sur le charbon, le gaz et le pétrole, sont parmi les premiers responsables de la catastrophe et doivent de toute urgence s’acquitter de cette « dette écologique » en réduisant drastiquement l’utilisation des énergies fossiles.
Quant à la France, sous la pression de l’industrie nucléaire et pétrolière, elle a un bilan énergétique figé sur un schéma aujourd’hui dépassé dans la plupart des pays européens : 67 % d’origine fossile, 23 % d’électricité (nucléaire, hydraulique), 10 % de renouvelable (thermiques et déchets).
C’est dire l’ampleur de la révolution énergétique à accomplir.
Aujourd’hui, le marché libéralisé de l’énergie est livré aux...

Lire la suite...
 
Bulletin NPA Lyon du 24 juin 2019 pour les cheminotEs PDF Imprimer Envoyer
cliquer sur l'image à gauche pour lire le bulletin
 
Pour vous procurer « L’Anticapitaliste », hebdomadaire du NPA, abonnez-vous ! PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 30 Décembre 2015 08:00

Suite à une augmentation importante des tarifs de diffusion en kiosque, l'hebdomadaire du NPA n'est disponible que sur abonnements (par chèque ou prélèvement) ou en vente auprès des militantEs.


Télécharger

les anciens numéros