Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Rassemblement des fiertés samedi 24 octobre à 13h place Bellecour PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 20 Octobre 2020 19:19

à l’appel du Collectif fiertés en lutte de Lyon :
« Après avoir été annulée en juin dernier, la Marche des Fiertés lyonnaise prend exceptionnellement ce 24 octobre la forme d’un rassemblement. Nous vous retrouverons, aux côtés de militant·e·s, d’associations communautaires et d’artistes pour porter haut nos Fiertés (tout en respectant les mesures sanitaires !) La jauge sur la place Bellecour sera limitée à 1 000 personnes, les entrées et sorties seront assurées par l’organisation. »

Le gouvernement Macron a voulu afficher un visage gay friendly. Mais qu’attendre d’un gouvernement peuplé d’homophobes, comme les anciens de LR ou de l’UMP, qui se sont opposés à la PMA et au mariage pour tou·te·s dès 2012…

Le rapport de l’année 2019 de SOS Homophobie fait état d’une augmentation de 26 % de témoignages de LGBTIphobies, avec une augmentation alarmante de nombres d’agressions physiques. 70 % des cas concernent des coups et des blessures et 13 % des agressions sexuelles et des viols. Le nombre des agressions physiques rapportées par des personnes trans a doublé avec une augmentation de 130 % ! La PMA, nous devrons l’arracher par la lutte.

Face à cette situation, une seule solution : s’organiser ! Nous voulons, dès maintenant :...

• des moyens pour nos associations et les services publics de santé
• la PMA pour tou·te·s avec un nouveau système de filiation adapté
• des parcours de transition libres, gratuits et simplifiés pour les personnes trans
• l’arrêt des mutilations contre les personnes intersexes
• une éducation au genre, aux sexualités LGBTI, et au consentement dès le plus jeune âge
• la régularisation de tous les sans-papiers et de toutes les sans-papières, notamment ceux et celles qui fuient les persécutions LGBTIphobes.
Face aux violences physiques, à l’offensive réactionnaire, à la destruction des services publics et de nos acquis sociaux, nous ne nous laisserons pas faire. Il est plus urgent que jamais d’unir notre camp social, de regrouper toutes les colères et toutes les revendications contre les politiques anti-sociales, racistes, sexistes, homophobes et transphobes.