Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

STOP A LA REPRESSION CONTRE LES LYCEENS MOBILISES ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Dimanche, 15 Novembre 2020 09:11

Depuis plus d’une semaine, les lycéen-nes et enseignant-es de nombreux établissements se mobilisent pour exiger un protocole sanitaire leur permettant d’étudier et d’enseigner sans mettre en danger leur santé et celle de leurs proches. En effet, cela fait maintenant deux semaines que le gouvernement a annoncé, pour faire face à l’épidémie de Covid-19, la mise en place d’une sorte de « semi-confinement », où les travailleurs-ses doivent continuer à travailler et où les établissements scolaires sont maintenus ouverts avec un protocole sanitaire soi-disant renforcé. Pourtant, les nombreuses images et témoignages d’élèves comme d’enseignant-es montrent qu’en réalité dans les collèges et lycées, aucune mesure sérieuse et à la hauteur de la situation n’a été mise en place et que des centaines d’élèves se côtoient chaque jours dans les salles, couloirs et réfectoires bondés : encore une fois, l’école est maintenue ouverte pour faire office de garderie du MEDEF et non pas pour le maintien d’une poursuite pédagogique avec les moyens nécessaires !

Plutôt que d’entendre la colère légitime des lycéen-nes, c’est par la matraque que le gouvernement a accueilli leur mobilisation ! Dans de nombreux établissements, c’est la police qui a été envoyée contre des lycéen-nes : gaz lacrymogènes, coups, matraque, interpellations, c’est avec une violence extrême que la police est intervenue. C’est ce qu’il s’est passé au lycée Saint-Exupéry de Lyon jeudi 5 novembre : les lycéen-nes se sont retrouvé-es le matin pour bloquer le lycée, tout en prenant soin de laisser un passage pour les collégien-nes et enseignant-es. Pourtant, la police et la BAC sont violemment intervenues : un jeune jeté au sol, une dizaine d’entre elles et eux plaqué-es contre les grilles pour un contrôle d’identité. Plus tard, ils reviennent et chargent les lycéen-nes en les coursant dans les rues adjacentes et interpellent plusieurs d’entre elles et eux, qui seront placé-es en garde-à-vue, six y passeront la nuit. En garde-à-vue, ils et elles recevront des coups et des menaces de mort. A l’heure actuelle, deux d’entre elles et eux sont poursuivis en justice et doivent passer devant le juge pour enfants.

Cette répression contre des lycéen-nes qui se mobilisent légitimement pour prendre en main leur santé est inadmissible ! Blanquer et son gouvernement doivent mettre les moyens nécessaires pour ne pas mettre les lycéen-nes, personnels et leurs familles en danger et non chercher à faire taire toute contestation par la violence en envoyant la police sur des jeunes légitimement en colère contre leurs conditions d’étude ! Nous ne pouvons pas laisser passer une telle répression : nous apportons notre soutien aux lycéen-nes réprimé-es et exigeons l’abandon de toute poursuite à leur encontre.
Face aux attaques du gouvernement, à sa gestion désastreuse de la situation sanitaire et à la répression, ils ne nous ferons pas taire !
CGT Educ’action, CNT, Ensemble, FSU, Jeunes Insoumis, NPA, PG, SUD Educ, UCL, UEC, UNEF, UNEL, ...


Mise à jour le Dimanche, 22 Novembre 2020 14:59