Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

 

 

la page facebook du NPA 69

 

 

L'hebdo du NPA

 

 

site national du NPA

 

 

collectif 69 de soutien aux réfugiéEs et migrantEs


Collectif de Vigilance 69
contre l'extrême-droite


 

collectif de soutien
au peuple palestinien

 

 

Identification



 

 

 

 

 

Squat de Feyzin, ... halte aux expulsions sans relogement ! PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 10 Août 2021 19:03

Lettre ouverte du Collectif Intersquats Exilé.es Lyon et Environs et du Collectif soutiens/migrants Croix-Rousse à
Monsieur P. Mailhos, Préfet de la Région Auvergne Rhône Alpes
Monsieur Renaud PAYRE, vice Président de la Métropole,
Mme Christel BONNET, Directrice départementale de la DRDJSCS

"Madame, Monsieur,
Les habitants du squat de Feyzin (ex école Georges Brassens) ont reçu le 13 juillet dernier un commandement de quitter les lieux pour le 15 juillet !
C’est le 3ème squat sous plan résorption bidonvilles cette année. Des diagnostiques sociaux étendus ont été faits par les travailleurs sociaux (ALPIL, Alynea, LE MAS, CLASSES). Deux familles seulement ont reçu des propositions d’hébergement, d’autres sont parties, plus d’une centaine de personnes restent en attente de solution. Ces dernières sont prêtes à partir, leurs affaires ont été préparées, mais pour aller où ?? Le commandement est tombé, mais quelle est la solution pour eux?
Malgré des réunions quinzomadaires sur les squats et bidonvilles avec les associations, l’administration et la DIHAL n’ont pas réussi à anticiper cette situation.

Vous avez fait tout ce travail avec les habitants, vous êtes venu à leur rencontre, à quoi aura servi leur parole si elle n’est pas entendue? Vous avez une responsabilité !
Ce lieu classé PPRT (Seveso) est condamné quel que soit l’usage, comme toute la zone autour. Il n’y a donc pas d’urgence à son évacuation. L’urgence c’est le relogement. C’est pourquoi nous vous demandons de sursoir à l’expulsion du squat de Feyzin tant qu’il n’y a pas de solution pour tous les habitants. Nous vous demandons de ne pas faire appel à la force publique traumatisante pour les occupants et leurs soutiens et indigne. Avec les habitants, nous demandons à être prévenus de vos intentions au moins 48h à l’avance.

Les personnes remises à la rue sont en danger... Aucune d’elles ne fait le choix de l’errance mais toutes s’y trouvent contraintes. La remise à la rue est une violence, elle engendre des traumatismes physiques et psychiques dont il est difficile de se relever. En temps de crise sanitaire et de passeport vaccinal obligatoire c’est une grave incohérence, doit-on comprendre qu’il y aurait des vies qui valent moins que d’autres?
Après l’AmphiZ, après le collège Maurice Scève…, les fermetures de squats n’ont fait qu’amener à l’ouverture d’autres squats. La Métropole a signé 2 conventions jusqu’en juin 2022, qui concernent une centaine de personnes. Et après !? C’est un 1er pas. C’est un répit de quelques mois pour les habitants mais dès l’automne il faudra nous préparer à occuper d’autres lieux pour eux et bien d’autres.
En effet nous sommes sollicités tous les jours parfois par l’administration elle-même pour trouver une place dans un squat.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons :
- de prendre des mesures d’urgences pour toutes les personnes quelle que soit leur situation administrative.
- qu’il n’y ait pas d’expulsion de bidonvilles dans la métropole sans proposition digne préalable
- la mise à disposition des nombreux bâtiments inoccupés

Nous souhaitons une rencontre de toute urgence pour évoquer avec vous les situations qui nous préoccupent : les squats de Feyzin, Blanqui à Villeurbanne expulsables, celui de Caluire : le Duracuire occupant un bâtiment du ………..Vinatier ! la situation des Mineurs Non Accompagnés et du squat Chemineur à la Croix-Rousse…
Nous savons les actions que vous avez jusqu'à présent réalisées et nous vous demandons d’engager les élus et services à construire d’urgence avec nous un plan pour les mois qui viennent.
Dans l’attente veuillez agréer nos salutations distinguées"
Fait à Lyon, le 18/07/2021