Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

A Lyon, comme au niveau national, construisons une riposte sociale antifasciste ! PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Dimanche, 24 Octobre 2021 12:02

Avec l’augmentation de la violence des groupuscules d’extrême droite, Lyon est le symbole du climat nauséabond qui règne dans le pays. Les politiques libérales, racistes et autoritaires menées par les gouvernements successifs et accélérées par Macron n’ont fait que favoriser la progression de l’extrême droite.

Les derniers symptômes de la fascisation en cours sont les menaces de Blanquer à l’encontre des profs sommés de « transmettre les valeurs de la République ou de quitter l’enseignement », tout comme la récente dissolution, après celle du CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France), de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie au motif, notamment, de « cultiver le soupçon d'islamophobie au sein de la société française ».

Éric Le Pen ou Marine Zemmour : le même programme raciste et antisocial

Avec l’émergence de la candidature Zemmour, nous assistons à une offensive politique raciste et sexiste qui ne s’embarrasse plus de la « dédiabolisation » que souhaitaient réaliser le Rassemblement National et Marine Le Pen. Bien que cette dernière critique le caractère ultralibéral de Zemmour, les deux ont en réalité le même programme économique.
Ce dernier repose sur une réduction des impôts des entreprises et des cotisations sociales pour permettre aux actionnaires... de réaliser plus de profit tout en donnant l’impression de ne pas toucher au pouvoir d’achat. Et dans les deux cas c’est une politique raciste qui sert de clef de voûte. Qu’il s’agisse de la préférence nationale ou de la « remigration » il s’agit ni plus ni moins que de couper les droits sociaux et de discriminer des millions de personnes,  étrangères ou françaises, n’adhérant pas aux valeurs de l’extrême droite, voire de les « déporter ». Ces mesures racistes combinent avec un programme liberticide prévoyant notamment la dissolution de toutes les organisations soutenant les étrangerEs.

Construire une riposte sociale antifasciste

L’objectif de l’extrême droite est d’écraser, y compris par la violence  physique, les personnes racisées, les LGBT+, les femmes, les syndicalistes et toutes celles et tous ceux qui se battent pour leurs droits... Cette politique se combine aujourd’hui dans une offensive politique menée par Zemmour et Marine Le Pen et, dans une moindre mesure, dans une offensive physique mené par une nébuleuse violente radicale. Les premiers se dégagent de toute responsabilité dans les actes commis par les seconds. Pourtant nous savons qu’à Lyon les identitaires assument une responsabilité importante dans les agressions. Ces mêmes identitaires qui sont embauchés par les conseillers régionaux du RN dans les Hauts-de-France ou par le maire de Cogolin.

Plus que jamais il y a urgence à construire une riposte sociale antifasciste. Cette dernière implique que l’ensemble des forces associatives, syndicales et politiques, et plus largement l’ensemble des jeunes et des travailleurSEs se coordonnent pour opposer un front uni aux discours et aux actions de l’extrême droite. Nous devons nous coordonner pour mener une contre-offensive politique sur le terrain de l’égalité des droits et de la justice sociale, pour écraser dans l’œuf la menace physique que fait planer sur nous la prise de confiance de la nébuleuse violente. Mais cette riposte antifasciste ne peut être que sociale car ce sont par des mobilisations de masse et en obtenant de nouvelles victoires sociales que nous réimposerons l’idée qu’une émancipation collective est possible. Ce sont ces perspectives que nous entendons porter avec la candidature de Philippe Poutou à l’élection présidentielle, et que nous proposons de porter avec nous à toutes celles et tous ceux qui le souhaitent. No pasarán !