Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Décès de notre camarade Christian Banliat PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 08 Juillet 2022 06:21

Ce samedi 2 juillet, des centaines de personnes sont descendues dans la rue à Lyon pour le droit à l’IVG et son inscription dans la constitution ; nul doute, cher camarade, que tu aurais aimé y être, toi qui a participé à tant de luttes et de manifestations pour l’émancipation des femmes et des hommes.

Certains anciens ont connu Christian du temps de Ras le Front, où il militait d’arrache-pied pour que les comités antifascistes soient à l’offensive sur l’agglomération. Il nous entraînait à construire ces groupes, avec un humour et une générosité qui rendaient agréables les tâches les plus difficiles.


Mais la plupart ont rencontré Christian dans les débuts du Nouveau Parti Anticapitaliste : nous nous réunissions chez Christiane et Christian, rue Audry ; nous nous retrouvions  souvent nombreux dans le petit salon, parfois plus de quinze, étudiant-e-s, Cheminot-e-s, profs, ouvrier-e-s, artistes, Chômeur-se-s, infirmier, maraicher bio, mère au foyer, agent de sécurité, inspectrice du travail… tout un concentré de peuple porté par l’espoir soulevé par la victoire au référendum sur le « très néo-libéral » Traité Constitutionnel Européen, militant-e-s enthousiastes à la perspective d’un autre monde possible. Cette période fut, a bien des égards, très excitante, même si à ce moment-là, comme aujourd’hui, la construction d’une unicité idéologique n’était pas chose aisée...

 

C’est dans ce contexte que nous avons pu observer la capacité de Christian à fédérer cet aéropage hétéroclite de nouvelles et nouveaux militant-e-s aux parcours très différents qui débarquaient dans son salon ; lui, le militant chevronné de la Ligue Communiste Révolutionnaire, l’animateur du comité, devait tout à la fois tenter la  synthèse entre communisme révolutionnaire et aspirations libertaires et éco-socialistes des jeunes altermondialistes…  et parfois aussi faire face aux  élucubrations péremptoires des néophytes en science politique que nous étions ; c’est alors que nous avons pu admirer  la patience du professeur d’université qui ne cédait jamais à  l’impatience ou à l’agacement devant notre manque d’acuité politique, mais continuait au contraire à considérer tous les camarades avec bienveillance.

 

Aux beaux jours, nous nous retrouvions dans les jardins ouvriers de Loyasse, devant un Barbecue ou un repas tiré du sac. Ce jardin où tu aimais tant te ressourcer et dans lequel tu t’es investi jusqu’au bout de tes forces. Là aussi, les discussions endiablées duraient jusqu’à tard dans la soirée. Les débats étaient vifs, mais toujours empreints du respect de la parole de l’autre. Nous avons toutes et tous beaucoup appris sur nous à cette époque-là…
Souvenirs aussi des équipées joyeuses d’affichage sauvage…et de la conduite non moins « sauvage » de ta twingo et de ta capacité très personnelle de la « poser »  au plus près du « spot » de collage, au mépris des hauteurs de trottoirs et des sens interdits ! Méthode efficace que certains ont repris à leur  compte depuis…


Au moment de faire valoir ses droits à une retraite bien méritée, Christian a pris du recul avec le parti, laissant sa place à des plus jeunes, concentrant son énergie pour militer à la FSU. Mais nous avions plaisir à nous croiser, à parler culture, un sujet qu’il affectionnait particulièrement comme bien d’autres sujets, lui dont la curiosité et l’appétit d’apprendre n’étaient jamais satisfaits.
C’était cela Christian, mélange d’érudition, de curiosité et de simplicité, il avait de l’empathie pour ses semblables  qu’il savait mettre à l’aise, avec une incroyable capacité à s’intéresser aux autres, à leur vie, à entendre leurs points de vue, parfois contradictoires, faire synthèse, rassembler sans céder à l’essentiel et, au bout du compte, permettre à toutes et tous de s’élever dans la réflexion, sans jamais mépriser ou blesser quiconque.
Il donnait corps au mot Humanisme.
… Et jamais tu n’auras renoncé à changer ce monde.
Merci Christian, notre camarade, pour tout ce que tu nous as apporté, pour ce combat mené ensemble et que nous poursuivrons. Merci Christiane, d’avoir toujours été à ses côtés. Dans ce moment douloureux, nous sommes de tout cœur avec toi et avec Aurélie.


Mise à jour le Vendredi, 08 Juillet 2022 06:25