Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

 

 

la page facebook du NPA 69

 

 

L'hebdo du NPA

 

 

site national du NPA

 

 

collectif 69 de soutien aux réfugiéEs et migrantEs


Collectif de Vigilance 69
contre l'extrême-droite


 

collectif de soutien
au peuple palestinien

 

 

Identification



 

 

 

 

 

Grève aux TCL : un premier round qui en appelle d’autres PDF Imprimer Envoyer
Service public
Dimanche, 19 Septembre 2021 17:19

Ras-le-bol des violences contre les conducteurEs et de la dégradation des conditions de travail.

Lundi 13 septembre, quatre heures du matin. Les conducteurEs en grève du dépôt de bus de Perrache se regroupent. Ils sont une trentaine, mais sur le dépôt, on compte entre 70 et 80 grévistes. « Et plus de 110 à Vaise ! », un autre dépôt. Pas mal pour une première journée ! D’autant que cela fait longtemps qu’il n’y en avait pas eu une comme ça, venant de la base.
Salaires rognés, pression permanente

Quatre coups de feu tirés sur un conducteur le 1er septembre ont déclenché la grève. Heureusement, il n’est pas blessé, mais ras-le-bol des violences contre les conducteurs. Alors contre les actes de ce genre, il n’y a pas grand-chose à faire. Mais pour la multitude d’agressions qui pèsent sur le quotidien, c’est autre chose. Car les plannings de la direction planifient surtout les retards et la surcharge des bus… et donc le stress des passagerEs qui n’arrange pas les choses, bien au contraire.

Telle ligne est en « horaires vacances » depuis début septembre. Les bus sont moins fréquents et le temps pour parcourir la ligne, donc le temps payé au conducteur, plus resserré. Une mesquinerie de Keolis Lyon, la filiale qui exploite le réseau et les conducteurEs, dont elle rogne ainsi les salaires tout en ­organisant un retard permanent.

Et les mesquineries de ce genre s’accumulent : le nouveau logiciel Hastus qui fait disparaitre les heures supplémentaires, les roulements qui changent à la dernière minute, les pauses qui ne sont plus payées au-delà de 30 minutes, les services « mixtes » (en deux fois ou plus) qui se multiplient, avec des 12 h, 13 h voire 13 h 30 d’amplitude. Et puis le sous-effectif permanent. Et la pression mise sur les conducteurs pour dépanner.

Huit heures du matin. Les grévistes de Perrache rejoignent ceux de Vaise. Il y en a aussi de la Soie, un dépôt à l’est de la métropole. Plus de cent grévistes de différents dépôts échangent. Certains ont entendu parler de la grève à Transdev, en région parisienne : ici comme là-bas, ce sont les mêmes problèmes ! Le prochain rendez-vous est donné pour le 20 septembre. Il faudra mettre dans le coup les dépôts qui n’étaient pas en grève cette fois-ci. Le mot tourne déjà…


 
Manif de soignantEs SAMEDI 18 SEPTEMBRE à 14h à Grange Blanche PDF Imprimer Envoyer
Service public
Samedi, 18 Septembre 2021 09:17

l'appel de SUD Hôpital Edouard Herriot, FO HEH et le Collectif Soignants Hospitaliers Résistants 69 :

« Manifestation déclarée à la préfecture

14H DEVANT l’HÔPITAL Édouard Herriot : HAPPENING, PRISE DE PAROLE DES SOIGNANTS puis départ en manifestation Direction l’hôpital Saint Joseph et Saint Luc

Virés mais pas Résignés! Le combat continue! Public/Privé : toutes et tous dans le même bateau !! Le 15 septembre, les directions des hôpitaux ont mis à exécution les menaces du gouvernement : la suspension des soignants et des salariés !

Que ce soit les hôpitaux publics, les cliniques, les IME, et d’autres associations d’accueil pour enfants, adolescents en difficultés, tous les secteurs seront impactés par cette amputation de personnel compétent. SUD HEH et le Collectif Hospitaliers Résistants 69 appelle à manifester le samedi 18 septembre contre la loi du 5 août et ses conséquences.

Les revendications sont :> Retrait des suspensions et des sanctions contre les collègues > Retrait du Passe Sanitaire > Retrait de l’obligation vaccinale du COVID > Liberté de choix pour les vaccins

Depuis deux mois, un faux débat pollue l’espace public : les pro et antivax...

Lire la suite...
 
Rassemblement des soignantEs mardi 14 septembre à 13h devant l’Agence Régionale de Santé PDF Imprimer Envoyer
Service public
Mardi, 14 Septembre 2021 05:34

communiqué de CGT, FO et SUD Santé :
« Le passe sanitaire et l’obligation vaccinale vont accroitre les difficultés déjà sans précèdent dans le secteur de la santé et du médico-social. Partout nous manquons de personnels, des lits continuent à être fermés même en réa.
Nous constatons une accélération de la fuite des personnels de la santé et de l’action sociale, personnels extenués fortement impacté, un jour des héros, un jour des criminels…
Les conséquences vont être désastreuses empêchant l’accès au soin et de nombreuses personnes renonceront à se soigner faute de passe sanitaire.

La crise sanitaire c’est d’abord le manque de moyen humain et de lits.
Dans la conjoncture actuelle, nous sommes déjà sur le fil du rasoir.
Comment comprendre cette loi? Son application accélèrera la fermeture automatique de lits et réduira l’accès aux soins pour tous.

Que cherche à faire le gouvernement ? A dégouter les soignants ? Accélérer ses restructurations et fermeture de lits et services ?
On a besoin de tous les soignants et tous les personnels.
Assez de culpabilisation du personnel de nos établissements de la part du gouvernement qui détruit notre système de santé et de l’action sociale.

La contrainte est un aveu d’échec politique et les salariés n’ont pas à le payer.
Nous sommes pour la vaccination au libre choix de chacun et contre la vaccination obligatoire.
L’obligation du passe sanitaire ne constitue pas de l’aveu même des représentants de l’état un moyen immédiat de protection des salariés.

Nos revendications sont plus que jamais à l’ordre du jour :...

Lire la suite...
 
Grève de soignantEs contre le pass sanitaire à l'Hôpital Edouard Herriot PDF Imprimer Envoyer
Service public
Mercredi, 04 Août 2021 10:20

Manif appelée par SUD et FO jeudi 5 août à 10h à partir du métro Grange blanche à la Préfecture

suivie d'un pique nique revendicatif devant la Préfecture de 11 à 16h (quai Augagneur)

voir l’Événement FaceBook https://www.facebook.com/events/797129530932972/

 
Contre le pass sanitaire, rassemblement de soutien aux hospitalierEs le 31 juillet PDF Imprimer Envoyer
Service public
Samedi, 31 Juillet 2021 19:04

A l’appel des sections SUD et FO d'HEH (hôpital E. Herriot) :
« TOUS UNIS VACCINES, NON VACCINES, SUR LES REVENDICATIONS
> Retrait du Pass Sanitaire,
> Retrait des mesures de suspensions sans salaire et de mise à pied en cas de non vaccination
> Non au tri des patients
> Non à l’obligation vaccinale »

Article de l’Anticapitaliste, l’hebdomadaire du NPA (abonnez-vous !) :

« Contre l’autoritarisme, pour une vraie politique sanitaire, pas de trêve estivale !

Depuis les annonces d’Emmanuel Macron le 12 juillet, la contestation des projets gouvernementaux, et notamment du pass sanitaire, ne faiblit pas. Il faut dire qu’une fois de plus, la Macronie a choisi le passage en force, avec toujours le même principe : contraindre plutôt que convaincre.

Logique dangereuse

Ce pass sanitaire est une aberration. Exemple particulièrement significatif parmi bien d’autres, l’obligation de présenter un pass sanitaire attestant d’une vaccinationcomplète, un test sérologique négatif ou un certificat médical de rétablissement du covid... pour toute personne se rendant dans un établissement sanitaire, social ou médico-social. Autrement dit, de potentielles privations de soins médicaux au nom d’arguments…

Lire la suite...
 
Manif et grève des profs pour renforcer l’accueil au collège L. Aubrac de Givors PDF Imprimer Envoyer
Service public
Dimanche, 31 Janvier 2021 20:46

Les 28 et 29 janvier, après 3 agressions dans la semaine, les enseignantEs ont bloqué l’entrée du collège L. Aubrac de Givors. Samedi, les parentEs d’élèves se sont massivement mobilisés dans une manif de soutien, qui a rassemblé entre 300 et 400 personnes à Givors.

Leur appel, qu’on peut signer sur :
https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-rep-rien-de-plus?

« L'équipe éducative du collège Lucie Aubrac de Givors, les parents d'élèves et les élèves sont en alerte.

Nous vivons depuis un certain temps une dégradation du climat scolaire qui a culminé cette semaine avec l'agression de 3 de nos enseignants. Un premier a été menacé par un élève en classe avec des ciseaux. Une autre à l'extérieur s'est faite aborder par 3 élèves du collège qui l'ont suivie et agressée verbalement en essayant de l'empêcher de passer. Enfin, un troisième sortait du collège à vélo et s'est fait pourchasser par une voiture qui attendait, proche du collège (plaque masquée) et qui a essayé de l'écraser à trois reprises (tentative d'homicide volontaire).
Aujourd'hui nous sommes classé REP, cela veut dire que nous avons déjà des aides. Cependant, ce classement n'est plus adapté à notre situation et surtout risque de disparaître dès l'année prochaine.
Pourquoi voulons-nous la REP+ ? Depuis des années, nous remplissons tous les critères établis par le ministère lui-même pour l'obtenir (élèves boursiers, élèves vivant dans des quartiers défavorisés, etc.). Il y a 5 ans on nous a promis ce statut de REP+ mais depuis le rectorat et le ministère nous ont oubliés et ne veulent plus répondre à notre demande. Maintenant, nous devons résister et nous battre pour l'obtenir. Nos classes deviennent surchargées, la tension monte et les agressions se multiplient.

Les évènements de cette semaine ne sont malheureusement que quelques exemples de ce que nous vivons au quotidien...

Lire la suite...
 
Grève nationale de l’Education mardi 26 janvier avec manif à 14h à partir de la place Guichard PDF Imprimer Envoyer
Service public
Dimanche, 24 Janvier 2021 14:14

Depuis le mois de décembre, une intersyndicale qui va de Sud-Éducation au SNALC en passant par la FSU, la CGT Éduc’Action et FO appelle à la grève le 26 janvier autour d’un plan d’urgence pour l’éducation.

Un plan d’urgence est clairement à l’ordre du jour lorsque l’on sait que le budget de l’éducation ne représente que 8 % des dépenses publiques contre 11 % en moyenne dans les autres pays de l’OCDE, pourtant pas encore convertis au socialisme. Alors quand Jean Castex nous dit « l’éducation nationale, notre majorité l’a particulièrement choyée, et nous allons continuer de le faire », il y a de quoi voir rouge.

Chute de 18 % du point d’indice

Le budget de l’éducation, c’est avant tout les salaires des personnels, puisque les équipements et toute une partie des personnels agentEs sont gérés par les collectivités territoriales, ce qui génère inévitablement de lourdes inégalités dans les conditions de travail des salariéEs et des élèves.

Depuis 2000, le point d’indice qui sert de base de calcul au salaire a perdu 18 % de sa valeur, avec une accélération puisque 14 % ont fondu depuis 2010. Dans l’éducation nationale qui compte 68 % de salariées (82 % dans le 1er degré), les femmes gagnent 13 % de salaire en moins que les collègues masculins. L’égalité hommes-femmes est « en marche » !


Et tous les projets déballés au Grenelle de l’éducation ces dernières semaines ne visent qu’à diminuer encore les salaires en individualisant les rémunérations (au mérite) en lien avec l’accélération du démantèlement du caractère national de l’éducation, déjà bien entamé :...

Lire la suite...
 
Retour sur la grève des services de réanimation des hôpitaux lyonnais PDF Imprimer Envoyer
Service public
Lundi, 09 Novembre 2020 07:04

« On refuse de revivre le bricolage de la première vague », , "Entre la 1ère et la 2e vague, rien n'a été préparé ! Depuis le confinement, on rattrape le retard lié aux premières déprogrammations." « Nous sommes sur les rotules avant même de démarrer cette seconde vague de Covid-19 », « On ne pourra pas sauver tout le monde. Il n’y aura pas assez de lits. » « Non, M. Macron, ce n’est pas une question d’organisation mais de moyens » Même les masques et les surblouses viennent à manquer : gardés 8 heures par jour, réutilisés de chambre en chambre… et les agents testés positifs au virus sont priés de continuer à travailler !

La CGT des Hospices Civils de Lyon (HCL) a listé les revendications des agents des services de réanimation et de soins critiques. Entre autres :

- « Plus d’effectifs et de façon pérenne », en anticipant le recrutement pour assurer la formation spécifique nécessaire : mais la direction ne fait que redéployer le personnel « libéré » par les chirurgies déprogrammées. Il est difficile d’évaluer les besoins car les HCL refusent de donner les chiffres, il faudrait que les soignantEs fassent eux-mêmes les comptes service par service..
.
- « Des moyens de protection, ainsi que le matériel et les outils nécessaires pour exercer en toute sécurité » ; comme les pousse-seringues (servant à doser les médicaments injectés) qui viennent à manquer dans les services de réanimation.

Le ras-le-bol est tel que la grève a été décidée pour le 19 octobre. L’hôpital de la Croix Rousse et celui de Lyon sud ont été particulièrement mobilisés, mais il est difficile pour les différents services de se coordonner, de dépasser les divisions corporatistes et de mener la grève quand l’assignation est de rigueur. Le mouvement n’a duré qu’une journée. Aussi parce que la direction s’est engagée sur l’approvisionnement du matériel nécessaire et parce que les soignantEs veulent se concentrer sur les patientEs… mais la mobilisation est prête à rebondir !
Depuis, c'est au tour de soignantEs de l'hôpital du Vinatier de s'être mis en grève, pour obtenir la même augmentation des salaires pour touTEs...


 
Manif jeudi 15 octobre pour des embauches et la réouverture de lits dans les hôpitaux PDF Imprimer Envoyer
Service public
Dimanche, 11 Octobre 2020 15:36

Dans le cadre de la journée nationale d'action unitaire, appel CFDT, CGT et SUD à la grève des personnels de la Santé et de l’Action Sociale et à manifester le 15 octobre à 14h00 devant l’ADAPEI (75 cours Albert Thomas à Lyon 3ème) pour aller jusqu’à préfecture où une délégation sera reçue.

Pour le NPA, contre le gouvernement et le patronat, il faut imposer un bouclier social et sanitaire !

Politique sanitaire catastrophique, licenciements et suppressions de postes en masse :gouvernement et patronat nous conduisent droit dans le mur. Seules nos mobilisations, notre capacité à les faire converger, peuvent empêcher l’aggravation de la situation.

Une catastrophe sanitaire annoncée...

Lire la suite...
 
DÉFENSE DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE : manif vendredi 9 novembre à 12h gare de Perrache PDF Imprimer Envoyer
Service public
Mercredi, 07 Novembre 2018 19:47

DÉFENSE DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE : manif vendredi 9 novembre à 12h à partir de la gare de Perrache

rendez-vous sur l'esplanade en bas de la gare, au niveau de la gare routière

"POUR LA DÉFENSE DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE

Le dérèglement climatique et les inégalités sociales se font chaque jour plus pressants, qui influence, au quotidien, la vie de milliers de nos concitoyens. Les transports collectifs, et particulièrement le service public ferroviaire est un outil indispensable qu’il nous faut développer avec l’ambition d’en faire le pivot de nos politiques de mobilités, pour répondre aux urgences sociales et environnementales.

L’originalité du Service Public à la française réside dans le fait qu’il recouvre à la fois le service rendus et le statut de fournisseur du Service Public, autrement dit le train et le cheminot. Cette idée est unique en ce sens qu’elle renvoie à la cohésion entre l’objectif à atteindre et les moyens à mettre en œuvre. C’est donc à la fois la réponse à une mission d’intérêt général à laquelle chaque citoyen doit avoir un égal accès, et le fait que cette mission soit remplie par des personnels disposant de droits et de garanties, d’un statut les assurant d’une indépendance réelle vis à vis du pouvoir politique et de transparence vis à vis des usagers.

Il s’agit de pousser plus avant cette logique, en intégrant les usagers dans les prises de décisions, afin de garantir une cogestion d’un Service Public ferroviaire de qualité, entre l’Etat/les collectivités, les personnels et les usagers ; et mettre un coup d’arrêt aux réductions de personnels cheminots, de fermeture de lignes et de gares. Car la SNCF constitue pour tous les citoyens un patrimoine national que nous refusons de voir sacrifier à l’aune des politiques libérales, notamment par le biais des filialisations – qui ne recherche que la réduction des coûts salariaux et le profit- et qui conduit au dumpling social et à de la perte de technicité.

L’évolution du fret ferroviaire doit nous mettre en garde contre le danger de l’ouverture à la concurrence, à la logique du « tout marché », qui fait chaque jour la démonstration de son incapacité à répondre aux défis de notre siècle. Au moment où un mouvement de renationalisation du fer s'amplifie au Royaume Uni, confirmant la gabegie et l'efficacité des concurrences privées, Macron privatise le chemin de fer en accord avec les consignes libérales de l'UE. En effet, depuis son ouverture à la concurrence en 2006, la part du fret dans le transport de marchandises ne cesse de diminuer :...

Lire la suite...
 
LYON : LES POSTIERS ET POSTIERES GRÉVISTES TIENNENT BON PDF Imprimer Envoyer
Service public
Mardi, 30 Avril 2013 10:01

OB Poste Lyon DR.jpg
Crédit Photo:
DR

Depuis le 2 avril, les postierEs du 8e arrondissement à Lyon sont en grève majoritaire contre la restructuration de leur bureau. Ils/elles ont reçu le soutien d'Olivier Besancenot mardi 16 avril.


La technique de la direction de La Poste est maintenant bien rodée : on supprime deux tournées en prétextant une baisse de l’activité (mensonge éhonté, les immeubles poussent comme des champignons dans le 8e) et on les remplace par de la mutualisation ou « sécabilité » : une forme de travail gratuit qui oblige les facteurs et factrices à faire des tournées supplémentaires pour remplacer leurs collègues en congé ou en RTT, etc.
Face à l’intransigeance de la direction, le piquet de grève s’est organisé en AG depuis le début du mouvement. Le choix a été fait de se tourner vers l’extérieur : des délégations partent voir les autres bureaux, apparaissent lors de la manifestation du 9 avril contre l’ANI, et vont à la rencontre des usagers. Et ça marche ! Mardi 16, les bureaux des 1er, 2e, 4e, 5e arrondissement et de Dardilly se sont mis en grève et ont envoyé des délégations sur le piquet de Lyon 8. Le même jour, après avoir transmis un message de soutien en début de grève, Olivier Besancenot est venu leur apporter son soutien et a été chaleureusement accueilli.

Une direction qui fait pression

Pour briser la grève, La Poste ne recule devant rien : pression sur les non-grévistes, emploi illégal d’intérimaires pour distribuer le courrier dans des voitures de location via le site antigrève de Corbas. Ces derniers se retrouvent avec du courrier confidentiel entre les mains : chéquiers, cartes bancaires, déclarations d’impôts, etc. Un gréviste témoigne : « Ils ne sont pas formés, et avec la pression qu’ils ont, on retrouve des paquets ­d’enveloppes posés sur les boîtes aux lettres ! »


Voilà donc le visage de la privatisation : suppressions d’emplois, salaires toujours plus bas, dégradation des conditions de travail… et pour les usagers, des files d’attentes interminables aux guichets, la fermeture des bureaux de poste, un courrier qui arrive de plus en plus tard, même pour les recommandés.

PostierEs et UsagerEs doivent se battre côte à côte pour imposer le monopole d’un vrai service public postal. En attendant, la mobilisation lyonnaise continue !

 
Non aux restructurations des Centres d'Interruption Volontaire de Grossesse PDF Imprimer Envoyer
Service public
Mardi, 15 Janvier 2013 14:34

Le collectif de défense de l'IVG Rhône appelle à un Rassemblement le mardi 22 janvier 2013 à 18h devant les Hospices Civils de Lyon (3 quai des Célestins)

pour déposer les pétitions, proposer notre argumentaire et rencontrer Monsieur DEROUBAIX, nouveau Directeur Général des HCL.

La pétition en ligne : http://luttes-unitaires-rhone.org/spip.php?article7

A l'appel du Collectif de Défense de l’IVG Rhône, composé d’associations féministes : Femmes Solidaires du Rhône, le Planning Familial, Cabiria, Femmes Égalité, Osez le Féminisme 69 ; de syndicats : CGT santé, SUD santé sociaux, SUD éducation ; d’organisations politiques : Gauche Unitaire, Parti de Gauche Coordination des Groupes Anarchistes, NPA, Lutte Ouvrière; des professionnelles des centres IVG.

 

Lire la suite...
 
Pas de privatisation des cantines! PDF Imprimer Envoyer
Service public
Vendredi, 12 Octobre 2012 10:10

Le Conseil Général du Rhône a décidé le 20 juillet 2012 de la mise en place de délégations de service public (DSP), c’est-à-dire de la privatisation de toutes les cantines (confection et service) des départements du Rhône d’ici 2020.

Déjà 12 établissements du Rhône sont sous DSP, une liste de 24 cantines de collège à privatiser a été publiée. Le rythme d’externalisation de la restauration scolaire serait de 10 par an.

Solidarité avec les salariéEs menacéEs

Pour les personnels des cantines concernées, trois possibilités leur sont proposées :

1) un redéploiement dans la fonction publique territoriale (sans réel lien avec leur métier et leurs qualifications) ;

2) une aide financière pour quitter la fonction publique ;

3) rejoindre l’entreprise sous-traitante.

C’est inacceptable !

La privatisation, c’est :

Pour les élèves et leurs familles

- Hausse des prix

- Difficultés d’accès pour les enfants défavorisés.

-Baisse de la qualité et des quantités

- Hausse de la durée d’attente

-Pressions accrues pour finir son plateau plus vite

-Agression publicitaire

Pour les salariéES

-Précarisation (contrats courts, flexibles et incomplets)

-Augmentation de la charge de travail

-Baisse des effectifs

- Hausse des risques ...

Toutes et tous
en grève et au rassemblement

le jeudi 18 octobre 2012 de 10 à 12 heures devant l’hôtel du département,

( 29 cours Liberté, Lyon 3 )

A l’occasion d’un Comité Technique Paritaire
( à l’initiative de syndicats d’agents territoriaux et de l’Education nationale )