Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Info publique sur plusieurs agressions contre des militant·es de la Jeune Garde et du milieu antifa PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Samedi, 21 Mai 2022 19:00

Le milieu militant antifasciste et plus largement luttant contre l’extrême droite et ses idées est secoué depuis quelques semaines par une vague d’agressions, perpétrées non pas par un groupuscule fasciste mais par des militant·es se revendiquant elles et eux-mêmes de l’antifascisme. À Lyon, Paris, et ailleurs, ces agressions blessent déjà, menacent des manifestations, remettent en cause des initiatives unitaires. Des versions mensongères ou approximatives des faits sont propagées par les auteur·rices des agressions, cherchant à aggraver la crise. Au contraire, pour les organisations lyonnaises signataires de ce texte, l’urgence est au rétablissement du calme, à l’exposition claire des faits, à la condamnation des agressions et à la désescalade. L’heure est également à la remise en cause des pratiques virilistes dans les milieux antifascistes sur des bases féministes claires.
Nous analysons aujourd’hui que nous devons collectivement et clairement communiquer sur les faits qui se sont déroulés et ne pas laisser les réseaux sociaux être envahis par des versions des faits mensongères ou approximatives. Nous espérons que cette communication clarifiera à Lyon et dans les autres villes l’origine de la crise, ses tenants et aboutissants, éclairera les nécessaires prises de position, et nous permettra ensuite de reprendre notre lutte contre l’extrême droite et pour de nouvelles conquêtes sociales.

Le contexte

Nous nous sommes jusque là abstenu de toute communication publique, compte tenu de la procédure de dissolution qui visait la GALE, afin de ne pas donner prise à une instrumentalisation répressive par le gouvernement. De plus, nous n’avons pas comme pratique de diffuser des conflits sur les réseaux sociaux, ceci pour ne pas donner d’éléments à nos ennemis et à la police.
Les agressions par des groupes autonomes, en particulier la GALE, contre les militant·es du mouvement social lyonnais ne sont pas nouvelles : le 1er mai 2021 contre des militant·es CGT et de l’intersyndicale, en juin 2021 contre un militant LFI qui avait dû être exfiltré d’une manifestation, pour ne citer que les événements les plus récents.
Malgré ces pratiques détestables, nos organisations n’ont jamais considéré que le gouvernement puisse être un « arbitre » face à de telles pratiques, et nous nous sommes opposé·es à la procédure de dissolution visant ce groupe et avons participé au rassemblement de soutien et l’avons fait connaître...

Lire la suite...
 
Manif contre l'extrême droite et les politiques qui la nourrissent samedi 16 avril PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Samedi, 16 Avril 2022 07:28

A l'appel de Alternatiba ANV, ATTAC,Jeune Garde, LDH, Planniing Familial, FSU, Solidaires, UNEF Lyon, UD CGT, Ensemble!, FI, NPA, PCF, PG, UC, UCL, ...


Le point de vue du NPA :
"Contre Le Pen et les politiques libérales, riposte sociale et antifasciste !
Comme en 2017, Macron et Le Pen sont qualifiés pour le second tour. L’extrême droite, dont Zemmour, représente un tiers des voix, et Le Pen pourrait gagner l’élection. Une menace sans précédent contre les libertés démocratiques, contre les populations d’origine immigrée, pour surexploiter les travailleurs.
Son discours pseudo social est un mensonge : elle est contre l’augmentation des salaires, et les amis de l’extrême droite sont les grands patrons comme Bolloré.
Comme en 2002, la meilleure réponse face à l’extrême droite, c’est la mobilisation de masse des classes populaires, des exploité·e·s et de tou·te·s les opprimé·e·s.

Aucune confiance dans Macron

Nous ne pouvons faire aucune confiance à Macron pour combattre l’extrême droite...

Lire la suite...
 
Collectif pour la fermeture des locaux fascistes sur la procédure de dissolution du GALE PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme

Communiqué de presse du collectif pour la fermeture des locaux fascistes sur la procédure de dissolution du GALE

Le ministère de l’Intérieur vient de lancer la procédure de dissolution du GALE (Groupe Antifasciste Lyon et Environ), choisissant de donner des gages aux droites extrêmes qui la réclamaient. Alors que les attaques de groupes fascistes sont toujours plus nombreuses, en particulier à Lyon, l’Etat préfère sanctionner les personnes qui s'organisent pour se défendre face à ces attaques, plutôt que punir les attaquants qui ont pignon sur rue et qui n'hésitent pas revendiquer leurs forfaits. A l’heure actuelle, les locaux fascistes sont toujours ouverts dans Lyon, malgré les demandes répétées de fermetures de la part des associations, syndicats ainsi que des politiques. Récemment à Paris, la violence d'extrême droite a franchi un nouveau cap avec l'assassinat par balle, en pleine rue, du rugbyman argentin Federico Martin Arumburu. Alors que cet assassinat n'a à ce jour suscité aucune réaction publique du gouvernement, celui-ci préfère s'en prendre à un groupe antifasciste, montrant où se situent ses priorités. Le collectif “Fermons les locaux fascistes” dénonce cette procédure injustifiée et dangereuse.

Lyon le 26/03/22

 
Groupuscules fachos : le Collectif pour la Fermeture des Locaux Fascistes répond au Maire de Lyon PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Mercredi, 09 Février 2022 21:37

"Réaction du collectif pour la Fermeture des Locaux Fascistes à l'intervention du Maire de Lyon sur les groupuscules d'extrême-droite.

« Nous ne pouvons tolérer, dans notre ville, des attaques et des agressions répétées, réalisées au nom d'une doctrine politique de rejet de l'autre. Je viens d'écrire au ministre de l'intérieur et au ministre de la justice, pour que les groupuscules d'extrême-droite identifiés qui sèment la peur et le désordre dans notre cité, soient sanctionnés et démantelés afin que les troubles cessent. »
— Le Maire de Lyon, pendant le conseil municipal du 27 janvier 22

Depuis de trop nombreuses années, nos organisations alertent la population et les pouvoirs publics sur les agressions perpétrées par l'extrême-droite à Lyon, dont l'organisation est facilitée par l'existence du local La Traboule et de la salle de boxe l'Agogé.

Nous prenons donc acte de cette prise de parole du Maire.

Malgré une volonté affichée de certains représentant·es de la mairie d'apporter des réponses aux attaques menées par l'extrême droite à Lyon, nous attendons toujours des actes.
Les locaux fascistes ont pignon sur rue et les identitaires et autres nervis d’extrême droite, néo-nazis, royalistes, intégristes anti-avortement, etc., multiplient les descentes et les agressions, malgré la dissolution de Génération Identitaire. Plus d’une attaque par mois en 2021 selon le recensement de Rapports de force [1] ! Systématiquement, la seule réponse apportée à nos questions sur les suites données à ces attaques est que les caméras n'ont capté aucune image et que personne ne peut être identifié. Pourtant les meneurs de ces groupes sont bel et bien connus, et certaines vidéos publiées sur leur réseaux sociaux les montrent se félicitant de la « réussite » de leurs actions...

Lire la suite...
 
A Lyon, comme au niveau national, construisons une riposte sociale antifasciste ! PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Dimanche, 24 Octobre 2021 12:02

Avec l’augmentation de la violence des groupuscules d’extrême droite, Lyon est le symbole du climat nauséabond qui règne dans le pays. Les politiques libérales, racistes et autoritaires menées par les gouvernements successifs et accélérées par Macron n’ont fait que favoriser la progression de l’extrême droite.

Les derniers symptômes de la fascisation en cours sont les menaces de Blanquer à l’encontre des profs sommés de « transmettre les valeurs de la République ou de quitter l’enseignement », tout comme la récente dissolution, après celle du CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France), de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie au motif, notamment, de « cultiver le soupçon d'islamophobie au sein de la société française ».

Éric Le Pen ou Marine Zemmour : le même programme raciste et antisocial

Avec l’émergence de la candidature Zemmour, nous assistons à une offensive politique raciste et sexiste qui ne s’embarrasse plus de la « dédiabolisation » que souhaitaient réaliser le Rassemblement National et Marine Le Pen. Bien que cette dernière critique le caractère ultralibéral de Zemmour, les deux ont en réalité le même programme économique.
Ce dernier repose sur une réduction des impôts des entreprises et des cotisations sociales pour permettre aux actionnaires...

Lire la suite...
 
Manifestation contre les violences de l'extrême-droite samedi 23 Octobre 2021 à 14h30 à Lyon PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Lundi, 18 Octobre 2021 02:17

Lyon, considérée comme un "laboratoire de l'extrême-droite", depuis maintenant plus de 10 ans, subit de multiples agressions de l'extrême-droite (attaques racistes, islamophobes, antisémites, attaques au couteau, attaques de manifestations, attaques de librairies, attaques LGBTIphobes, etc...).
Nous avons constaté ces derniers jours, à Lyon et ailleurs, ces dernières semaines, une accélération de ces violences, allant même jusqu'au projet d'attentats.


La situation lyonnaise, que nous dénonçons depuis plusieurs années, est en train de s'étendre sur l'ensemble du territoire.
L'extrême-droitisation des discours, du champ politique et médiatique a une immense responsabilité, et ce jusqu'au gouvernement. La surreprésentation de personnages comme Zemmour ou Le Pen a une répercussion directe dans nos rues. Les théories racistes comme le "grand remplacement" servent de motivations concrètes, pour les terroristes d'extrême-droite, à multiplier les attaques, voire à projeter des attentats.

Plus localement, la Préfecture exerce un jeu trouble, en laissant se développer la fachosphère, à travers l'existence de locaux comme "La Traboule" et "l'Agogé", situés dans le Vieux Lyon, point de départ de la majorité des attaques. L'extrême-droite est autorisée à manifester où elle le souhaite dans Lyon, alors qu'il est interdit aux manifestations LGBTI, féministes et antiracistes de passer dans le Vieux-Lyon. Les attaques menées par l'extrême-droite, que les victimes aient porté plainte ou non, ne débouchent jamais sur des condamnations alors que la répression continue à s'exercer sur les militants antifascistes. Forts de leur impunité, ces groupuscules d'extrême-droite vont jusqu'à revendiquer leurs attaques...

 

Lire la suite...
 
Nouvelle agression de l'extrême droite, à la sortie d'une conférence du sociologue N. Lebourg PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Samedi, 02 Octobre 2021 13:50

communiqué du Collectif unitaire "Fermons les locaux fascistes" :
"La Marie de Lyon organisait le 29 septembre 2021 une conférence sur l'histoire et la sociologie de l'extrême-droite, donnée par Nicolas Lebourg. Cette conférence a rassemblé de nombreuses personnes actives dans la lutte antifasciste.
Après cette conférence, alors que le public rejoignait les transports en commun, une bande d'individus guetta le passage de militants antifascistes pour les passer à tabac. Les personnes agressées ont pu se protéger et se défendre. Les agresseurs d'extrême droite sont repartis impunément, comme à chaque fois qu'ils organisent des raids.
Alors que la Préfecture et le parquet ont été prompts à s’auto-saisir et à mettre en détention des militants antifascistes, nous sommes exaspéré-e-s de déplorer jour après jour ces attaques, revendiquées par l'extrême-droite dans un texte posté sur Ouest Casual qui se termine par « 3 humiliations en 3 semaines, promis ce n’est que le début ».
Nous sommes exaspéré-e-s par l'inaction de l'Etat et de ses services face à l'extrême droite, qui continue de se réunir et de lancer des attaques depuis ses locaux dans le Vieux Lyon. Nous exprimons notre solidarité aux camarades attaqués, et nous demandons, une nouvelle fois, à la Préfecture d'agir et de fermer les locaux fascistes de Lyon."


 
Dimanche 13 juin, MARCHE POUR LES LIBERTÉS CONTRE LES IDÉES D’EXTRÊME DROITE PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Samedi, 05 Juin 2021 15:21

"Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons un climat politique et social alarmant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent. Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement. Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire les injustices explosent et génèrent une forte misère sociale.

Plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui empêcheraient d’informer sur des violences policières, déjà trop importantes. De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d’autres en ciblent en raison de leur activité militante.

Comme les signataires de l’appel pour les libertés et contre les idées mortifères de d’extrême droite (https://www.appelpourleslibertes.com), nous ressentons toutes et tous l’urgence de construire une réponse forte et unitaire qui dessine l’alliance des libertés, du travail et d’un avenir durable.

 

Les premiers signataires du Rhône  :

: Union Départementale CGT, CNT, CNT-SO, FSU, Union syndicale Solidaires, Syndicat des Avocats de France, UNEF (Union nationale des Étudiants de France)

Associations et collectifs : Alternatiba, Association France Amérique Latine Villeurbanne, ATTAC, ECOVIP (Espace de coordination Colombie vie, paix et dignité), La Jeune Garde Lyon, LDH, Planning Familial

Organisations politiques : ENSEMBLE !, EELV, La France insoumise, NPA, Parti de Gauche, PCF, UCL (Union Communiste Libertaire)

 
A Lyon, nouvelles attaques par l'extrême-droite PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Lundi, 28 Octobre 2019 06:01

Communiqué du Collectif de vigilance 69 contre l’extrême-droite :
« Il a fallu de longs mois pour que les militants d'extrême droite ayant attaqué le local du PCF pour la 4e fois soient interpellés, jugés et condamnés. Les autorités lyonnaises s’en félicitaient ainsi que de la dissolution du Bastion Social et de la fermeture de leur local.
Et voilà que le week-end du 20/10/19, les agressions continuent :
- contre le local de l'Union Syndicale Solidaires Rhône, rue Garibaldi (après des attaques contre les locaux de la CGT et de la CNT antérieurement), avec l'agression physique d'un syndicaliste présent.
- dégradation de la plaque commémorative de la rafle antisémite de la rue Sté Catherine le 9 février 1943.
Le CV 69 condamne ces agressions et assure le Syndicat Solidaire et le syndicaliste blessé de toute sa solidarité.

Le CV69 exige que les autorités locales et nationales se donnent  les moyens d'une lutte efficace et dans la durée contre l'extrême-droite et ses groupuscules violents qui une fois dissous se reconstituent.
Cela passe aussi par un débat au Conseil Municipal pour une prise de position ferme et publique sur la mise au ban de ces groupes et de leur idéologie raciste, antisémite et islamophobe, comme l'ont fait plusieurs conseils municipaux de grandes agglomérations.
Cela passe aussi par la dénonciation de leur volonté d'implantation territoriale (Vœux Lyon) et une campagne contre leurs locaux, véritables « camps de base » pour se regrouper, diffuser leur idéologie de haine et passer à l'acte violent contre les personnes.
Le CV69 reste disponible pour toute campagne unitaire. »
Le CV69  est composé de Agir pour l'égalité, Attac, Collectif de Soutien au Peuple Grec, COllectif Villeurbannais pour un Rassemblement Antilibéral, Confédération Nationale du Travail - Education, Ensemble !, Europe Ecologie Les Verts, Fédération Syndicale Unitaire, Homosexualité Et Socialisme, Ligue des Droits de l'Homme, Mouvement Français pour le Planning Familial, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Ras l'front, Réseau des MJC de Lyon, Solidaires - Education, Union Nationale des Etudiants de France