Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

 

 

la page facebook du NPA 69

 

 

L'hebdo du NPA

 

 

 

site national du NPA

 

 

collectif 69 pour un audit citoyen de la dette


Collectif de Vigilance 69
contre l'extrême-droite


 

collectif de soutien
au peuple palestinien

 

 

Identification



 

 

 

 

 

Région
Après une bataille de 8 ans, le procès de la répression à Bellecour en 2010 aura bien lieu ! PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 27 Octobre 2018 19:51

Ne nous laissons pas priver de la liberté de manifester ! Il s’agit de lutter contre l'utilisation du « kettling » dans un contexte où cet enfermement préventif de manifestant et manifestantes tend à se développer et contre les exfiltrations au faciès. Depuis 2010, en effet, la répression ne fait que progresser contre les militant-es qui revendiquent la justice sociale, le partage des richesses, la solidarité avec les réfugié-es, la lutte contre le racisme. Petit à petit, ce sont nos libertés qui sont grignotées. Tous et toutes ensemble, ne laissons pas faire !
Le Collectif du 21 octobre avait porté plainte contre la garde à vue à ciel ouvert de 700 jeunes sur la place Bellecour pendant le mouvement social contre la réforme des retraites de 2010. L’instruction avait prononcé un non-lieu en 2017. Le Collectif a fait appel de cette décision et vient de gagner ! La bataille unitaire, à travers le collectif 21oct2010, a permis que cette affaire ne soit toujours pas classée, c’est une victoire !

Le Collectif du 21 octobre est composé de Syndicats (FSU, SAF, UD – CGT69, Solidaires69, UNEF, UNL), d’associations (ATTAC, FCPE, LDH, MRAP 69, Planning Familial 69, SOS Racisme Rhône), et d’organisations politiques (les Alternatifs, COVRA, Gauche alter Lyon, Gauche Unitaire, NPA69, PCF69, PG69).


 
Récit : Jean-François Mortel raconte « La belle histoire » PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 27 Décembre 2017 15:44
Le livre « La belle histoire », qui se déroule à Bourg en Bresse, est en vente auprès des militantEs (10 €)

« Ce récit est l’histoire de l’auteur et de celle de bien d’autres personnages, où engagement militant et activité professionnelle sont mêlés.
La première partie de l’action se déroule au sein d’une institution relevant du secteur médico-social, régie par le code de l’Action Sociale et des Familles. Le « FAR » (Foyer d’Accueil et de Réinsertion) était un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (C.H.R.S.) établissement en charge de l’accueil, de personnes à la rue, sans emploi, sortant de l’hôpital ou de prison, etc. Ces établissements sont sous la tutelle financière de l’État, représenté par la Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale devenue la Direction Départementale de la Cohésion Sociale en 2008. L’État finançait l’entièreté du budget du « FAR ». Seule une participation financière modeste des personnes accueillies complétait l’enveloppe allouée.

Mais le FAR, c’était avant tout l’autogestion. Lors de l’ouverture, en cette fin d’été 1976, la parenthèse enchantée des années 70, où tout semblait possible, se referme. Mais presque personne ne s’en rend compte. Et surtout pas ceux qui, à l’image du responsable d’alors, ont trempé dans toutes les luttes (on dirait aujourd’hui les “mouvements sociaux”) qui ont émaillé la décennie : Malville, le Larzac, le droit à l’avortement et la contraception, la solidarité avec le Chili, et bien sûr LIP avec le lumineux slogan inventé par ses salariés en grève : « on produit, on vend, on se paye ». Les “pionniers” du FAR sont largement influencés par ces expériences que les grincheux de toute sorte appelleront bientôt, avec un soupçon de mépris, soixante huitarde.
Ils pensent “autogestion” comme d’autres pensent “plan de carrière”.
Lors de l’ouverture, le Conseil d’Administration bienpensant nomme imprudemment un Directeur pour diriger les salariés du FAR.
Mais ce dernier n’en a pas l’intention. Il préfère le débat et la décision collective à l’exercice d’un pouvoir solitaire et hiérarchique. C’est un “partageux” qui, comme il le dit, “fricote avec l’extrême gauche”. Il rejoindra la Ligue Communiste Révolutionnaire au début des années 80...

Lire la suite...
 
Vidéo du meeting de Philippe Poutou à Lyon / Vénissieux PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 15 Avril 2017 11:44
Dans le cadre de la campagne pour les élections présidentielles, Philippe Poutou donnait un meeting à Vénissieux le 11 avril 2017.
Retrouvez en vidéo l'intégralité des interventions en cliquant sur l'image.

 
Projection-débat du film La Tourmente grecque II le 9 avril à 10h45 PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 05 Avril 2017 16:36

Le Comité de Solidarité avec le Peuple Grec (CSPG), en partenariat avec Attac, Les Amis du Monde diplomatique, le CADTM, le CAC 69, On Vaulx mieux que ça et les Éclaireuses Éclaireurs de France Jean Bart, organisent la projection-débat du film documentaire La Tourmente grecque II, en présence du réalisateur Philippe Menut.

Cette projection-débat se tiendra le dimanche 9 avril à 10h45 au cinéma Comoedia – 13 Avenue Berthelot, 69007 Lyon (tram T2, arrêt Centre Berthelot).

Tarif : 4,90 euros pour tou-te-s

Vous pouvez réserver vos places ici : http://www.cinema-comoedia.com/film/208134/

En quoi sommes-nous concerné-e-s par la Grèce ? D’abord parce qu’elle est l’illustration la plus dramatique des politiques imposées par l’Union européenne : réduction des sa­laires et des retraites, baisse du pouvoir d’achat, explosion du taux de chômage (de 10 % en 2009 à 23 % actuellement), augmentation de la TVA et des impôts, report à 67 ans de l’âge de départ à la retraite, privatisations, baisse des dépenses pour la santé et l’éducation.

Comment en est-on arrivé là ?

Lire la suite...
 
COMMUNIQUE DU NPA 69 SUR LE SECOND TOUR DES ELECTIONS MUNICIPALES PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 28 Mars 2014 11:18

A l'image des résultats nationaux, le 1er tour sur Lyon est un désaveu certain pour le PS et Gérard Collomb : il paraît loin le temps où il était réélu dès le 1er tour. C'est qu'il incarne, à l'échelle locale, la politique social-libérale et sécuritaire du gouvernement Hollande-Ayrault. Comme eux, il privatise les services publics,  inféode sa politique aux intérêts du MEDEF, sacrifie tout enjeu écologique, met en concurrence les territoires, désigne les roms en bouc-émissaires, laisse prospérer l'extrême droite. Et il en soutient les contre-réformes destructrices comme celle de Peillon sur les rythmes scolaires. Cette "gauche", de renoncements en trahisons, produit du désespoir. Les 44% d’abstention sur Lyon sont bien le signe d'une rupture radicale entre le système politique et la population : les conditions de vie du plus grand nombre ne font que s’aggraver et, de votes en votes, rien ne change.

L'extrême-droite progresse, la droite aussi, tentant d'incarner l'opposition à Collomb. Elles parlent au nom du "peuple"… Et pourtant, il n'y a jamais rien à attendre d'elles, sinon le pire. Elles n'ont vocation qu'à servir les plus puissants et à détruire, pour cela, toutes les solidarités. Le discours anti-système de l'extrême-droite n'est qu'un leurre : elle est bel et bien partie prenante de ce système qui la fait prospérer, la met en valeur et reprend ses idées racistes, sexistes, homophobes et nationalistes.

Les politiques de droite et d'extrême droite sont toujours anti-sociales.

C'est pourquoi il est important qu'elles subissent, dimanche, lors du 2nd tour, une véritable défaite. Mais il est nécessaire, aussi, que la politique social-libérale menée par Gérard Collomb et ses alliés d'EELV soit très clairement sanctionnée. C'est pour cela qu'au-delà de nos réserves politiques vis-à-vis des démarches en présence, le NPA 69 appelle à voter, au second tour, pour les listes situées résolument à la gauche du Parti Socialiste et d'EELV : dans le 1er et le 4ème, celles soutenues par le Front de Gauche. Pour le reste des secteurs, si pas une voix ne doit aller à la droite et à l’extrême droite, nous ne formulons aucune consigne de vote.

L'urgence est de construire une riposte et une opposition de gauche aussi acharnée à défendre les intérêts des salarié-es, des chômeurs/ses, de la jeunesse, les droits des femmes, des étrangers, l'écologie.., que Collomb et Hollande le sont à satisfaire les intérêts du Medef. Le combat pour une autre société débarrassée du profit, de l'exploitation et des oppressions, au service du plus grand nombre, ne sera gagné que par nos luttes et nos mobilisations. Il faut reprendre la rue. C’est pour cela que nous donnons rendez-vous à tou-tes pour la marche nationale contre le gouvernement, contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses le 12 avril prochain sur Paris : « Maintenant, ça suffit ! »

Celles et ceux qui sont en colère contre la politique d’austérité et de cadeaux aux patrons menée par le gouvernement, celles et ceux qui refusent de laisser l’extrême-droite en profiter doivent se retrouver partout dans les villes, les quartiers, les entreprises, la jeunesse pour préparer cette manifestation qui ne restera pas sans lendemain.