Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Région
Stop à la gangrène raciste et fasciste : celle-ci n’a que trop sévi, notamment cet été ! PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 29 Août 2020 23:36

communiqué du NPA 69 :

Un maire d’origine maghrébine : intolérable pour les racistes de Givors et d’ailleurs ! Le NPA du Rhône condamne fermement les insultes aussi imbéciles qu’odieuses et les menaces de mort dont a été victime Mohamed Boudjellaba ; il assure celui-ci de sa totale solidarité.

Le NPA exige que les auteurs soient poursuivis et condamnés, mais il appelle également au rassemblement et à l’action collective et permanente de toutes celles et tous ceux qui veulent dire stop à la gangrène raciste et fasciste : celle-ci n’a que trop sévi, notamment cet été !


 
Hommage du NPA Rhône Alpes à Jean-François Mortel PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 14 Août 2020 08:47

Voici le texte lu par Roseline Vachetta aux obsèques de notre camarade :

J’ai rencontré Jean-François dans le cadre de nos activités politiques communes au sein de la LCR, C’était ici à Bourg en Bresse lors de l’un des multiples épisodes tumultueux vécus par cette drôle d’équipe de travailleurs sociaux complètement hors les clous!
Jean-François accueillait toujours chaleureusement avec son grand sourire tendre et fraternel, le trait d’humour toujours prêt à jaillir quelles que soient les circonstances de nos rencontres.. Son discours était simple et personnel, pas du tout langue de bois «même rouge», simple mais hors du commun. Il m’intriguait.

Chez lui «le dire et le faire» allaient ensemble, étaient inséparables Ainsi, le travail social se révélait contrôle,  stigmatisation et encadrement des plus pauvres. Et finalement rajoutait de l’exclusion à l’exclusion, eh bien il fallait faire autrement.

Lui et ses amis ont donc inventé et fait vivre l’une des plus longues expériences d’autogestion pour de vrai, une démocratie radicale, portée par la volonté d’agir avec toutes les personnes qui frappaient à la porte et qui n’avaient en commun que peu de ressources, peu de droit, pas de toit. Des personnes souvent cassées par l’exploitation et les multiples oppressions… ça Jean-François le savait, que le système économique capitaliste massacrait les vivants et la planète. Il l’avait appris dans les livres que tout jeune rebelle et de surcroît s’il était révolutionnaire trotskyste se devait de lire. C’était important pour lui. Il ré interrogeait sans cesse les expériences passées, ces moments où ceux et celles d’en bas ébranlent le pouvoir de ceux d’en haut, lisait et relisait ses prédécesseurs en invention sociale et en révolution. Mais il pouvait aussi s’ouvrir à des idées, des pensées qu’il ne partageait pas complètement parce qu’elles débroussaillaient des questions nouvelles… Il avait su, avec la belle équipe, créer un lieu d’intelligence collective, rythmé par des soirées de débats passionnés et de fêtes mémorables, où  chacun et chacune était invité quelles que soient ses convictions, sa culture. Ici, nous avons tous rencontrés des philosophes, des économistes, des militant.e.s associatifs, politiques, antiracistes, féministes, des écologistes, des journalistes, des musiciens... Jean-François fédérait,...

Lire la suite...
 
Hommage à Jean François Mortel, révolutionnaire, emmerdeur et pudique PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 07 Août 2020 22:26

Notre Ami Jean François, président de l'association "Reso la Canaille" (Bourg en Bresse)
Homme de combats et de convictions, nous a quittés après une dernière longue lutte contre la maladie.
Les obsèques auront lieu le mardi 11 août À 11h00  
Pompes funèbres Comtet de Viriat. Masques obligatoires.

​Jean-François Mortel, révolutionnaire, emmerdeur et pudique

Jean-François Mortel est mort. « Avec un nom pareil, c’est dans le court de la vie » aurait pu répliquer cet adepte de l’humour à froid et de l’autodérision. Ses traits cinglants n’épargnaient personne, surtout pas lui-même. Ils lui valaient quelques solides inimitiés, au moins autant que ses prises de position radicales. Jean-François Mortel ne cherchait pas à plaire mais à aller au bout de ses engagements. A gauche toute, toujours et encore. « Le seul truc qu’on a gagné, c’est le droit de recommencer » résumait le candidat NPA aux législatives 2012.

Du FAR (foyer d’accueil et de réinsertion) à l’hôtel-restaurant solidaire le Temps des Cerises/la Canaille, de l’occupation du square Joubert à celle des logements réquisitionnés au nom du Droit au logement, il fut pendant quarante ans de tous les combats pour les plus démunis. Fil rouge (forcément) de la contestation sociale, bête noire des préfets de l’Ain et de l’Agence Régionale de Santé, éducateur révolutionnaire et emmerdeur permanent, ce petit bonhomme de santé fragile ne lâchait rien.
Quand le gaucho baissait la garde,...

Lire la suite...
 
Rassemblement pour la TRÊVE GÉNÉRALE mercredi 1er juillet PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 01 Juillet 2020 21:42

Une centaine de personnes se sont retrouvées devant le siège de Grand Lyon Habitat.
Le Collectif de travailleurSEs sociaux "hebergement en danger" explique sa participation à l'action le 1er juillet (voir ci-dessous) :

"Après la période du confinement qui a été plus que compliquée pour les personnes à la rue. La plupart des dispositifs d'accès au soins, aux droits ou même aux besoins primaires ayant fermés. Le déconfinement a certes permis quelques avancées mais la situation reste critique pour les plus précaires avec des mesures qui semblent peu pertinentes au vu de la réouverture des lieux de sociabilité pour la majeure partie de la population :
- Les accueils de jours : Les accueils de jours ré-ouvrent depuis le confinement mais avec un accès restreint et des mesures barrières importantes : plus ou presque pas d'accès à l'hygiène, plus de repas, accès seulement sur rendez vous, plus de convivialité
- Un accès à l'accompagnement social très restreint : les Maisons de la Métropole totalement inaccessibles pendant le confinement, depuis, seulement sur rendez vous.
- L'arret des nuités 115 : A ce jour 8 places à la nuité au lieu des 60/70 avant la crise sanitaire
- L'accès au droit à l'hébergement : Rendez-vous MVS uniquement par téléphonique
- Fermeture du vestiaire du Foyer Notre Dame des Sans Abris jusqu'en Septembre
- Accès au soin : Arrêt des permanences de la PASS de St Luc St Joseph (rendez-vous à 3 semaines)
- Permanences limités de la CAF et CPAM
- Demande d'Asile : Fermeture de Forum Réfugiés puis réouverture sur rendez vous + Explosion des délais d'attente à la Préfecture et à l'OFII

Avec pour conséquence une précarisation massive de personnes à la rue et vivant de petits emplois.
La volonté de la Métropole et de la DDCS est de n'avoir aucune remise à la rue suite au plan froid (et aux hébergements COVID :...

Lire la suite...
 
17 avril : Journée internationale des luttes paysannes PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 18 Avril 2020 19:34

L’occasion pour parler de l’Appel : Nourrir Lyon en temps de crise (et après)

Pour une marché d'intérêt métropolitain


A la suite de cet appel figure la déclaration de Via Campesina, mouvement mondial de paysanNEs
La Confédération paysanne fait partie des premiers signataires de cet appel, qu’elle demande de relayer massivement, appel à créer un Marché d'intérêt métropolitain dans le Grand Lyon pour augmenter son autonomie alimentaire.
D'un côté des paysans obligés de surgeler ou détruire leur production faute de débouchés ; de l'autre des consommateurs placés sur liste d'attente avant d'être approvisionnés par des AMAP ou autres filières courtes. La crise sanitaire et la fermeture des marchés ont mis en évidence la fragilité des liens entre l'agglomération lyonnaise et son bassin agricole, qui est pourtant l'un des plus riches de France. Pour sortir de cette aberration, une centaine d'acteurs de l'alimentation régionale demandent à David Kimelfeld de doter la Métropole, dont il est toujours président, d'un Marché d'intérêt Métropolitain.
« Appel : Nourrir Lyon, autrement, localement, solidairement

Alors que la crise sanitaire bouleverse la société toute entière, nous observons en tant qu'acteurs de l'alimentation durable lyonnais une crise alimentaire à laquelle il s'agit de répondre avec urgence, justice et solidarité. Cette crise peut nous donner l'opportunité d'améliorer l'autonomie alimentaire de notre territoire. Toutes les conditions sont réunies : d'un côté, la volonté de soutenir les producteurs locaux, accompagner le besoin de consommer des produits frais, sains et de qualité, et favoriser l'accessibilité alimentaire dans les espaces périphériques ; de l'autre, le besoin de trouver des moyens d'écouler en toute sécurité avec des modes de paiement adaptés la production agricole locale qui doit s'adapter face à l'arrêt brutal d'une bonne part de ses débouchés habituels.

D'une crise sanitaire à une crise agricole et alimentaire...

Lire la suite...
 
Rassemblement pour le droit au logement dans la Métropole lyonnaise PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 04 Novembre 2019 11:22

Le 4 novembre, les associations de défense des locataires et de consommateurs CLCV, CSF et CNL étaient devant le siège de la Métropole. Leur appel  :


« LE LOGEMENT EN PERIL DANS NOTRE METROPOLE Les citoyens attendent des réponses !
Le 09 juillet 2019, nos associations de défense des locataires et de consommateurs CLCV, CSF et CNL ont interpellé la Métropole de Lyon par courrier pour faire part de nos inquiétudes sur le logement...

 

Lire la suite...
 
Récit : Jean-François Mortel raconte « La belle histoire » PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 27 Décembre 2017 15:44
Le livre « La belle histoire », qui se déroule à Bourg en Bresse, est en vente auprès des militantEs (10 €)

« Ce récit est l’histoire de l’auteur et de celle de bien d’autres personnages, où engagement militant et activité professionnelle sont mêlés.
La première partie de l’action se déroule au sein d’une institution relevant du secteur médico-social, régie par le code de l’Action Sociale et des Familles. Le « FAR » (Foyer d’Accueil et de Réinsertion) était un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (C.H.R.S.) établissement en charge de l’accueil, de personnes à la rue, sans emploi, sortant de l’hôpital ou de prison, etc. Ces établissements sont sous la tutelle financière de l’État, représenté par la Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale devenue la Direction Départementale de la Cohésion Sociale en 2008. L’État finançait l’entièreté du budget du « FAR ». Seule une participation financière modeste des personnes accueillies complétait l’enveloppe allouée.

Mais le FAR, c’était avant tout l’autogestion. Lors de l’ouverture, en cette fin d’été 1976, la parenthèse enchantée des années 70, où tout semblait possible, se referme. Mais presque personne ne s’en rend compte. Et surtout pas ceux qui, à l’image du responsable d’alors, ont trempé dans toutes les luttes (on dirait aujourd’hui les “mouvements sociaux”) qui ont émaillé la décennie : Malville, le Larzac, le droit à l’avortement et la contraception, la solidarité avec le Chili, et bien sûr LIP avec le lumineux slogan inventé par ses salariés en grève : « on produit, on vend, on se paye ». Les “pionniers” du FAR sont largement influencés par ces expériences que les grincheux de toute sorte appelleront bientôt, avec un soupçon de mépris, soixante huitarde.
Ils pensent “autogestion” comme d’autres pensent “plan de carrière”.
Lors de l’ouverture, le Conseil d’Administration bienpensant nomme imprudemment un Directeur pour diriger les salariés du FAR.
Mais ce dernier n’en a pas l’intention. Il préfère le débat et la décision collective à l’exercice d’un pouvoir solitaire et hiérarchique. C’est un “partageux” qui, comme il le dit, “fricote avec l’extrême gauche”. Il rejoindra la Ligue Communiste Révolutionnaire au début des années 80...

Lire la suite...
 
Projection-débat du film La Tourmente grecque II le 9 avril à 10h45 PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 05 Avril 2017 16:36

Le Comité de Solidarité avec le Peuple Grec (CSPG), en partenariat avec Attac, Les Amis du Monde diplomatique, le CADTM, le CAC 69, On Vaulx mieux que ça et les Éclaireuses Éclaireurs de France Jean Bart, organisent la projection-débat du film documentaire La Tourmente grecque II, en présence du réalisateur Philippe Menut.

Cette projection-débat se tiendra le dimanche 9 avril à 10h45 au cinéma Comoedia – 13 Avenue Berthelot, 69007 Lyon (tram T2, arrêt Centre Berthelot).

Tarif : 4,90 euros pour tou-te-s

Vous pouvez réserver vos places ici : http://www.cinema-comoedia.com/film/208134/

En quoi sommes-nous concerné-e-s par la Grèce ? D’abord parce qu’elle est l’illustration la plus dramatique des politiques imposées par l’Union européenne : réduction des sa­laires et des retraites, baisse du pouvoir d’achat, explosion du taux de chômage (de 10 % en 2009 à 23 % actuellement), augmentation de la TVA et des impôts, report à 67 ans de l’âge de départ à la retraite, privatisations, baisse des dépenses pour la santé et l’éducation.

Comment en est-on arrivé là ?

Lire la suite...
 
COMMUNIQUE DU NPA 69 SUR LE SECOND TOUR DES ELECTIONS MUNICIPALES PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 28 Mars 2014 11:18

A l'image des résultats nationaux, le 1er tour sur Lyon est un désaveu certain pour le PS et Gérard Collomb : il paraît loin le temps où il était réélu dès le 1er tour. C'est qu'il incarne, à l'échelle locale, la politique social-libérale et sécuritaire du gouvernement Hollande-Ayrault. Comme eux, il privatise les services publics,  inféode sa politique aux intérêts du MEDEF, sacrifie tout enjeu écologique, met en concurrence les territoires, désigne les roms en bouc-émissaires, laisse prospérer l'extrême droite. Et il en soutient les contre-réformes destructrices comme celle de Peillon sur les rythmes scolaires. Cette "gauche", de renoncements en trahisons, produit du désespoir. Les 44% d’abstention sur Lyon sont bien le signe d'une rupture radicale entre le système politique et la population : les conditions de vie du plus grand nombre ne font que s’aggraver et, de votes en votes, rien ne change.

L'extrême-droite progresse, la droite aussi, tentant d'incarner l'opposition à Collomb. Elles parlent au nom du "peuple"… Et pourtant, il n'y a jamais rien à attendre d'elles, sinon le pire. Elles n'ont vocation qu'à servir les plus puissants et à détruire, pour cela, toutes les solidarités. Le discours anti-système de l'extrême-droite n'est qu'un leurre : elle est bel et bien partie prenante de ce système qui la fait prospérer, la met en valeur et reprend ses idées racistes, sexistes, homophobes et nationalistes.

Les politiques de droite et d'extrême droite sont toujours anti-sociales.

C'est pourquoi il est important qu'elles subissent, dimanche, lors du 2nd tour, une véritable défaite. Mais il est nécessaire, aussi, que la politique social-libérale menée par Gérard Collomb et ses alliés d'EELV soit très clairement sanctionnée. C'est pour cela qu'au-delà de nos réserves politiques vis-à-vis des démarches en présence, le NPA 69 appelle à voter, au second tour, pour les listes situées résolument à la gauche du Parti Socialiste et d'EELV : dans le 1er et le 4ème, celles soutenues par le Front de Gauche. Pour le reste des secteurs, si pas une voix ne doit aller à la droite et à l’extrême droite, nous ne formulons aucune consigne de vote.

L'urgence est de construire une riposte et une opposition de gauche aussi acharnée à défendre les intérêts des salarié-es, des chômeurs/ses, de la jeunesse, les droits des femmes, des étrangers, l'écologie.., que Collomb et Hollande le sont à satisfaire les intérêts du Medef. Le combat pour une autre société débarrassée du profit, de l'exploitation et des oppressions, au service du plus grand nombre, ne sera gagné que par nos luttes et nos mobilisations. Il faut reprendre la rue. C’est pour cela que nous donnons rendez-vous à tou-tes pour la marche nationale contre le gouvernement, contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses le 12 avril prochain sur Paris : « Maintenant, ça suffit ! »

Celles et ceux qui sont en colère contre la politique d’austérité et de cadeaux aux patrons menée par le gouvernement, celles et ceux qui refusent de laisser l’extrême-droite en profiter doivent se retrouver partout dans les villes, les quartiers, les entreprises, la jeunesse pour préparer cette manifestation qui ne restera pas sans lendemain.