Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Féminisme
Contre la « Marche pour la vie » - Pour le droit de choisir PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 27 Mars 2021 18:19

Communiqué de presse du Collectif Droits des femmes 69 :


Contre la « Marche pour la vie » - Pour le droit de choisir


Alors qu’est annoncée une « Marche pour le vie » à Lyon le 28 mars prochain, le collectif Droits des femmes 69 dénonce les atteintes au droit à l’avortement, en France et dans le monde.
La défense de la vie ? Quelle hypocrisie…


Quand près de 50 000 femmes meurent chaque année dans le monde des suites d’un avortement réalisé dans l’illégalité.
Quand des gouvernements conservateurs comme en Pologne et au Honduras ont encore durci les lois interdisant l’accès à l’avortement, condamnant les femmes à avorter dans la clandestinité au péril de leur vie, et prévoyant des peines de plusieurs années de prison pour les personnes qui avortent et celles qui les aident.
Quand un groupe de pression cherche à imposer à l’ensemble de la société sa morale religieuse et sa conception rétrograde de la sexualité, de la place des femmes, de la famille.
Quand ce sont les mêmes réseaux qui veulent interdire l’accès à la PMA pour les toutes les femmes et qui répandent leurs discours homophobes à longueur d’année.

Nous défendons le droit de choisir !
Nous réaffirmons que le droit à disposer de son corps est un droit fondamental.
Nous revendiquons des législations qui garantissent le droit à l’IVG et des conditions d’accès sûres pour la santé des femmes.
Nous sommes en colère contre les menaces sur le droit à l'IVG partout dans le monde. Nous sommes solidaires des femmes qui luttent pour leurs droits, à l’exemple des Argentines dont la lutte victorieuse donne de l’espoir à toute l’Amérique latine, à l’exemple des Polonaises qui se battent contre la politique liberticide de leur gouvernement au prix d’arrestations massives et d’une répression sans précédent.
En France, l’extension à 9 semaines de l’IVG médicamenteuse hors structures hospitalières pendant le confinement n’a pas été pérennisée. La proposition de loi déposée à l’Assemblée nationale pour augmenter les délais légaux de deux semaines pour avorter et supprimer la double clause de conscience a d’abord été  refusée par le Sénat puis retirée de l’agenda parlementaire montrant ainsi les réticences réactionnaires toujours en place.

Nous réaffirmons que :...

Mise à jour le Lundi, 29 Mars 2021 06:48
Lire la suite...
 
Femmes en lutte : manif dimanche 7, grève et rassemblement lundi 8 mars PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 05 Mars 2021 09:12

A Lyon,
- Dimanche 7 mars à 14h à Bellecour, manif organisée par le Collectif droits des femmes


- Lundi 8 mars à partir de 15h40 Place Jean Macé, rassemblement « Indispensables, essentielles mais invisibles et sous-payées, le 8 mars des premières de corvée » à l’appel de CGT, FSU, Solidaires, CNT-SO et UNEF

le point de vue du NPA :

Femmes en première ligne, femmes en lutte : le 8 mars, touTEs en grève !

Ce lundi 8 mars 2021 a lieu dans un contexte de crise globale du système qui touche particulièrement les femmes. La grève féministe internationale, qui se construit depuis plusieurs années, prend d’autant plus d’importance pour combattre ce système dans toutes ses dimensions d’exploitation, de sur-exploitation des femmes et d’oppression sexiste, raciste et LGBTIphobe.

La crise sanitaire a renforcé toutes les violences sexistes

Avec la crise du Covid-19, les emplois qu’occupent très majoritairement les femmes, notamment dans le domaine du soin et de la santé mais aussi dans les services publics, sont en première ligne. Et comme les femmes sont aussi celles qui occupent les emplois les plus précaires (70 % des temps partiels, 3/4 des bas salaires), ce sont aussi les premières à subir les effets de la crise économique.
Avec la pandémie, les violences ne se sont pas arrêtées, car les différentes phases de confinement et de couvre-feu n’ont fait qu’accroître les violences intra-familiales et au foyer, contre lesquelles le mouvement féministe s’est tant levé ces dernières années.

Ordre moral et autoritarisme à l’offensive

Dans le même temps, le renforcement de la famille traditionnelle (favorisé entre autres par la crise sanitaire et le confinement)...

Mise à jour le Samedi, 03 Avril 2021 18:47
Lire la suite...
 
Pour les droits des femmes, manif dimanche 7 mars et rassemblement lundi 8 mars PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 20 Février 2021 20:47

rassemblement contre les violences faites aux femmes

Villeurbanne

25 novembre 2020

A Lyon,
- Dimanche 7 mars à 14h30 à Bellecour, manif organisée par le Collectif droits des femmes
- Lundi 8 mars à 15h40 Place Jean Macé, rassemblement « Indispensables, essentielles mais invisibles et sous-payées, le 8 mars des premières de corvée » à l’appel de l’Union Départementale CGT

l’appel national :

« Grève féministe du 8 mars 2021 : poursuivons la lutte !

Le 8 mars, nous serons en grève avec les femmes du monde entier pour refuser tou.te.s ensemble de payer le prix de la crise pandémique avec notre travail, notre salaire, notre corps. En France, comme en Pologne, au Chili comme en Italie et en Espagne, en Argentine comme au Nigeria, nous serons toutes et tous dans la rue pour dénoncer et arrêter une société patriarcale et raciste qui nous exploite, nous soumet et nous tue.
Les confinements ont mis en lumière que les femmes sont indispensables au fonctionnement de la société et invisibilisées en permanence : les femmes, et toujours plus les femmes migrantes, sont majoritaires dans les emplois du soin, de la santé, de l’éducation, du nettoyage, du commerce, elles sont sous-payées, peu ou pas reconnues…malgré les belles promesses, aucune négociation de fond n’a été initiée en ce sens !
Nous serons dans la rue pour réclamer la revalorisation des métiers à prédominance féminine et de réelles hausses de salaires !...

Mise à jour le Vendredi, 19 Mars 2021 04:31
Lire la suite...
 
Attaque fasciste du rassemblement le 31 janvier pour l'accès à la PMA pour toutes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 13 Février 2021 09:35

communiqué du Collectif unitaire 69 pour les Droits des Femmes, dont fait partie le NPA :


"Ce dimanche 31 janvier était organisé un contre-rassemblement en réaction à la manifestation « Marchons Enfants », issue de la Manif Pour Tous, mouvement réactionnaire mobilisé contre l'accès à la PMA pour toutes et tous, sans différenciation de sexe, de genre et de sexualité, et plus largement, contre le droit à disposer de notre corps librement.

Aux alentours de 16h30, ce contre-rassemblement a été violemment attaqué par plusieurs individus issus de différents groupuscules fascistes (tels que Génération Identitaire, Lyon Populaire …).

Près de la place des Jacobins, les manifestant.e.s ont subi plusieurs charges. Les assaillants étaient organisés, semblables à des milices, et opéraient par le biais d’un fonctionnement militaire : ils avançaient en rang, occupant toute la rue et armés au moyen de barres de fer, de tournevis, de gants coqués… Leur stratégie s’appuyait également sur des techniques d’intimidation violentes : ils allaient au contact des manifestant.e.s, hurlant et distribuant des coups de ceinture.

Ces attaques sont d’autant plus lâches, qu’elles se sont produites au moment où la contre-manifestation touchait à sa fin. Les attaquants ont profité de l’effet de surprise et de leur supériorité matérielle et numérique pour s’en prendre à des manifestant.e.s dispersé.e.s et isolé.e.s. La violence inouïe de ces attaques a des conséquences physiques, puisque de nombreux.ses blessé.e.s ont été recensé.e.s, mais aussi psychologiques sur les victimes qui ont, entre autre, assisté au passage à tabac de leurs ami.e.s et camarades.

Si la violence de cet événement nous laisse profondément choqué.e.s, celui-ci ne doit pas être analysé comme un incident isolé...

Mise à jour le Samedi, 27 Mars 2021 18:18
Lire la suite...
 
#JusticepourJulie : rassemblement dimanche 7 février devant les 24 colonnes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 06 Février 2021 13:30

La Cour de Cassation se réunit le 10 février pour étudier le recours de Julie, violée par 20 pompiers de ses 13 à 15 ans. Nous serons dans la rue pour la soutenir PARTOUT EN FRANCE : Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Avignon, Marseille, Metz, Clermont-Ferrand…
rendez-vous à partir de 14h30 devant l’ancien Palais de Justice, quai Romain Rolland (métro Vieux Lyon)

Signez la pétition : https://www.change.org/p/julie-viol%C3%A9e-%C3%A0-13-ans-par-des-pompiers-justice-pour-obtenir-la-requalification-en-viol

TRIBUNE parue dans Médiapart :

« Alors que des viols commis par 20 pompiers de Paris, subis par Julie entre 13 et 15 ans, ont été déqualifiés en atteinte sexuelle, un large ensemble de militant·e·s et de représentant·e·s d'associations féministes et de lutte contre la pédocriminalité dénoncent un grave « déni de justice ». Contre cette « justice patriarcale », elles et ils exigent que « les crimes perpétrés contre elle soient reconnus et que l'impunité dont jouissent ses agresseurs soit battue en brèche » et appellent à manifester dans toute la France le 7 février.

Appelons-la Julie. Julie avait entre 13 et 15 ans au moment des « faits ». Les faits, ce sont les viols commis par 20 pompiers...

Mise à jour le Dimanche, 14 Mars 2021 16:53
Lire la suite...
 
Rassemblement mercredi 25 novembre à 18h contre le sexisme chez Mac Do PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Lundi, 23 Novembre 2020 08:29

à 18h, contre les violences faites aux femmes, devant le McDonalds de Charpennes (métro Charpennes)
à l’appel du Collectif pour les Droits des Femmes (rassemblement déposé en Préfecture et autorisé)
- soutien au Collectif McDroits en lutte contre le sexisme et le harcèlement sexuel dans les restos
- campagne pour la ratification par le gouvernement de la Convention de l’Organisation Internationale du Travail
pour protéger les femmes victimes de violences

Pouvoir travailler en paix, est-ce trop demander ?

« Tous les matins, se rendre au travail sans appréhension, savoir qu'on pourra compter sur les collègues ou sur la direction en cas de problème, qu'on pourra dénoncer le harcèlement ou l'agression qu'on a subie sans risquer de tout perdre... et aussi qu'on aura le droit, pour pouvoir souffler et prendre le temps de "se retourner", à quelques jours de congés si l'on doit fuir un conjoint violent... »*

A la fin du 1er confinement, associations féministes et syndicats interpellaient Macron pour demander, non pas des médailles, mais l’égalité et la fin des violences au travail. Un des objectifs étant d’obtenir la ratification par le gouvernement de la convention 190, adoptée par l’Organisation Internationale du Travail en 2019 : « Arrachées par la mobilisation des femmes et le mouvement syndical, la convention et la recommandation sont ambitieuses et novatrices et constituent le premier texte international contraignant visant à lutter contre le harcèlement et les violences au travail. Elles exigent des États et des employeurs la mise en place de politiques systématiques de prévention et de protection des victimes, que les violences aient lieu au travail ou dans le cadre domestique. Ces progrès majeurs ne pourront voir le jour que si cette convention est ratifiée par les États. (...)

Monsieur le Président, cette ratification doit être l’occasion de changer la donne en France et de nous doter d’une législation de référence pour éradiquer les violences sexistes et sexuelles au travail et créer des droits pour les victimes de violences conjugales à l’image du Canada, de l’Espagne, des Philippines, ou encore de la Nouvelle-Zélande. (…)...

Mise à jour le Jeudi, 11 Février 2021 17:02
Lire la suite...
 
Rassemblement samedi 21 novembre CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 18 Novembre 2020 22:21

« Nous sommes des millions de femmes à avoir subi et à subir encore des violences sexistes et sexuelles qui nous pourrissent la vie. Nous sommes des millions à avoir été victimes et avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos soeurs, nos voisines, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.


Ces violences ne sont pas un hasard, elles sont issues du patriarcat qui est un système inégalitaire fondé sur un rapport de domination des hommes sur les femmes.

Elles connaissent de nombreuses et diverses manifestations, allant du sexisme au quotidien aux violences conjugales, des violences psychologiques au harcèlement sexuel, du viol aux violences gynécologiques et obstétricales, des atteintes au droit à l’IVG aux stérilisations forcées…
Ces violences visent les femmes et les minorités de genre. Elles touchent aussi les enfants, co-victimes des violences conjugales ou victimes de violences sexuelles. Ces violences s’imbriquent et se cumulent pour certaines en raison de leur situation de handicap, de vulnérabilité, de leur âge, de leur origine sociale, de leur statut de migrantes, parce qu’elles sont lesbiennes ou bisexuelles, parce qu’elles sont trans, parce qu’elles sont autistes ou parce qu’elles sont racisées.

Pour le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, nous dénonçons l’ensemble de ces violences : Manifestons le refus des violences :
• Rassemblement le SAMEDI 21 NOVEMBRE À 15H place Bellecour, avec le happening des Femmes en blanc de l’association Filactions
• Formation “Stand Up” contre le harcèlement de rue le MARDI 24 NOVEMBRE À 18H30. Venez apprendre à réagir en tant que témoin et victime de harcèlement de rue !
• Rassemblement le MERCREDI 25 NOVEMBRE À 18h devant le Mac Donalds de Charpennes, pour dénoncer le harcèlement sexuel et le sexisme au travail et pour inciter le gouvernement à ratifier la convention 190 de l’Organisation Internationale du Travail permettant de protéger toutes les femmes du monde contre les violences sexistes et sexuelles sur leur lieu de travail...

Mise à jour le Vendredi, 27 Novembre 2020 19:15
Lire la suite...
 
PMA pour TOUSTES : rassemblement contre les fachos samedi 10 octobre à Grenoble PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 09 Octobre 2020 17:29

« Face au x fachos et aux cathos intégristes de «La Manif pour tous», défendons nos droits ! Samedi 10 octobre,"La Manif pour tous» appelle à la mobilisation partout en France contre la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA), contre le mariage pour toustes et l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Leur site est à ce sujet édifiant pour celles/ceux qui en douteraient. A chaque fois que les courants réactionnaires sont sortis pour attaquer nos droits, nous nous sommes mobiliséEs plus nombreux/euses qu’elleux. Lors de leurs prières devant le centre IVG ou de leurs conférences au diocèse, notre présence a permis de faire entendre notre voix plus forte que la leur ! Samedi 10 octobre, ne leur laissons pas la rue. Rassemblons-nous pour défendre nos droits contre les réacs et pour en gagner de nouveaux

PMA pour toustes !

L’élargissement de la PMA pour les femmes seules et les couples de lesbiennes met fin à une discrimination. Son remboursement par la Sécurité sociale est essentiel pour garantir son accès à toutes. Malgré ces avancées, la loi bioéthique ne va pas assez loin et il reste plusieurs points problématiques : Concernant la filiation dans les couples de lesbiennes, l’extension du droit commun est la seule disposition garantissant l’égalité de traitement de toutes les familles. La reconnaissance conjointe, anticipée devant notaire, qui sera exigée pour les couples de lesbiennes, reste discriminante. Rien n’est prévu non plus concernant la filiation des personnes trans (personnes dont l’identité de genre ne correspond pas à celle assignée à leur naissance). L’utilisation de ses propres gamètes n’est pas autorisée pour les couples de lesbiennes ni pour les personnes trans, alors qu’elle est recommandée pour les couples hétérosexuels. Là encore, il y a discrimination.

Pour l’arrêt des mutilations des enfants intersexes ! ...

Mise à jour le Samedi, 07 Novembre 2020 19:51
Lire la suite...
 
50 ans du mouvement des Femmes : rencontre vendredi 2 octobre PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 02 Octobre 2020 08:27

il reste des places,


n'hésitez pas à participer !




Mise à jour le Vendredi, 09 Octobre 2020 17:31
 
Pour une délégation pleine et entière à l’égalité à la Ville de Lyon PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 15 Juillet 2020 07:14

Lettre ouverte du Collectif Droits des Femmes 69 :


"Nous refusons d’être la cinquième roue du carrosse !
Pour une délégation pleine et entière à l’égalité à la Ville de Lyon.


Le 4 juillet 2020, nous apprenions par voie de presse la composition du nouvel exécutif de la Ville de Lyon, composé de 21 adjoint.e.s.

C’est avec effarement et colère que nous avons constaté qu’en lieu et place de la reconduction d’une délégation à l’Egalité pleine et entière, cette question était reléguée en dix-huitième position dans une délégation comprenant quatre autres domaines « Droits et égalités, mémoire, culte et spiritualité ». Nous tenons par cette tribune à manifester notre indignation...

Mise à jour le Vendredi, 02 Octobre 2020 08:28
Lire la suite...
 
Gouvernement sexiste, riposte féministe ! Manif vendredi 10 juillet PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 10 Juillet 2020 08:28

À 18h30 à partir de la place de la Comédie (Lyon 1er – métro Hôtel de Ville)


Communiqué de Superféministe (militantes du Planning Familial 69) :


« Ce n'est pas qu'on attendait monts et merveilles du nouveau gouvernement, mais l'avantage de notre Président, c'est qu'il a l'air et la manière de toujours nous énerver un peu plus, avec dans les rôles clefs du jour :
Un Ministre de l'Intérieur accusé de viol, dans le cadre d'une enquête en cours, et qui a qualifié le mariage pour tous de "réforme néfaste" pour la société,

Un Premier Ministre qui veut mettre en place une réforme des retraites profondément antisociale, en premier lieu pour les femmes...

Mise à jour le Lundi, 20 Juillet 2020 04:35
Lire la suite...
 
Face à la crise sanitaire, économique et sociale, un plan d'urgence féministe ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 17 Juin 2020 20:56

8 mois après le 8 mars, plusieurs mouvements féministes ont appellé à un déconfinement militant et féministe. « Le féminisme a un fort pouvoir d'action politique et un rôle important à jouer pour la société que nous voulons : nos luttes féministes sont essentielles et doivent s’inscrire dans les transformations écologiques, sociales, économiques d'une société débarrassée de tous rapports d'exploitation, de domination, d'oppression. »
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/220520/face-la-crise-sanitaire-economique-et-sociale-un-plan-durgence-feministe

extrait :
« Nos revendications féministes, anticapitalistes, solidaires
Nous ne nous laisserons pas dicter en silence les mesures de « l’après », celles-là mêmes qui auront pour seul objectif de sauver à tout prix le modèle capitaliste.

Nous revendiquons un déconfinement militant et féministe.
Nous exigeons que les métiers essentiels, très souvent occupés par des femmes, soient reconnus à leur juste utilité, reconsidérés socialement et mieux rémunérés. Nous revendiquons la reconnaissance des conséquences du travail sur notre santé, et l'augmentation des salaires, notamment dans les emplois féminisés : l'égalité salariale entre les femmes et les hommes et la réduction du temps de travail.
Nous revendiquons la fin des politiques de casse des services publics et du code du travail. Nous nous battons pour des services publics gratuits et de qualité, prenant en charge la petite enfance, la prise en compte de la dépendance, la restauration, le nettoyage et pour qu'il y ait un partage des tâches au sein de chaque foyer...

Mise à jour le Vendredi, 10 Juillet 2020 08:29
Lire la suite...
 
Appel pétition :Il faut « revaloriser les emplois et carrières à prédominance féminine » PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 15 Mai 2020 21:43
Tribune et pétition : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-revalorisez-les-emplois-f%C3%A9minis%C3%A9s
« Aide-soignante, infirmière, aide à domicile, agente d’entretien ou caissière : parce que désignés comme des « métiers de femmes », ceux-ci souffrent d’une dévalorisation salariale, que dénoncent, dans une tribune au « Monde », des chercheurs et l’ensemble des représentants syndicaux. Tribune. Si tous les soirs nous applaudissons le travail du personnel soignant et de toutes les personnes qui continuent à occuper leurs emplois et assurent ainsi la continuité de nos vies quotidiennes, n’oublions pas que la majorité de ces emplois sont très féminisés. Ce sont les soignantes, infirmières (87 % de femmes) et aides-soignantes (91 % de femmes), mais aussi des aides à domicile et des aides ménagères (97 % de femmes), des agentes d’entretien (73 % de femmes), des caissières et des vendeuses (76 % de femmes), ce sont aussi des enseignantes (71 % de femmes).

Ces métiers sont différents. Ils exigent des niveaux de qualification et des diplômes différents, existent pour certains dans les secteurs privés et publics, mais ils sont tous marqués par cette féminisation, ce sont des «métiers de femmes», implicitement pour les femmes. Il s’agit d’éduquer, soigner, assister, nettoyer, conseiller, écouter, coordonner… bref, de faire appel à des «compétences présumées innées», si «naturelles» quand on est femme…
Cette dévalorisation est l’un des facteurs expliquant les 26 % d’écarts salariaux entre les femmes et les hommes (« Comparer...

Mise à jour le Mercredi, 17 Juin 2020 21:15
Lire la suite...
 
Confinement : Appel « protégeons les femmes victimes de violences » PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 25 Avril 2020 22:13

Info sur les associations locales qui accompagnent les femmes victimes de violences

VIFFIL SOS femmes :04 78 85 76 47 : permanences téléphoniques du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et 13h30 à 17h (sauf jeudi après-midi).

Centre d’information sur les droits des femmes et des familles 04 78 39 32 25 : permanences téléphoniques du lundi ou vendredi de 10h à 13h mais aussi par mail  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Un Centre d’Hébergement temporaire pour femmes victimes de violences conjugales a ouvert (avec la volonté des associations de pouvoir pérenniser ses places !) de 60 places.

A l’initiative de Nous Toutes, un appel national est à signer sur

https://www.change.org/p/coronavirus-emmanuelmacron-prot%C3%A9geons-les-femmes-victimes-de-violences
« Les périodes de crise comme celle que nous traversons sont des moments à risque pour les personnes vulnérables. Pour les femmes et les enfants qui sont confiné.e.s avec un conjoint ou père violent, le danger n'est pas qu'en dehors de leur domicile.
En Chine, avec le Coronavirus, les violences au sein du couple ont explosé. Les violences ne sont pas une fatalité, nous pouvons réagir.
Que faire ? Le gouvernement peut agir...

Mise à jour le Vendredi, 15 Mai 2020 21:31
Lire la suite...
 
Les avortements ne peuvent attendre ! Pétition pour une loi d'urgence ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 11 Avril 2020 18:33

Pétition l’initiative du Collectif « Avortement en Europe : les femmes décident » :

https://www.change.org/p/gouvement-responsables-politiques-assembl%C3%A9e-nationale-s%C3%A9nat-covid-19-les-avortements-ne-peuvent-attendre-pour-une-loi-d-urgence

« Dans cette période de confinement, que deviennent les Droits des femmes à obtenir selon la loi une IVG, dans les délais légaux, à proximité de leur domicile, ou une première contraception, ou un changement contraceptif pour intolérance à celui utilisé ? Certains établissements hospitaliers et certains centres de planification n’assurent plus leurs missions dans ce domaine, soit pour prioriser les soins aux personnes atteintes gravement par le coronavirus- avec la fermeture des créneaux de bloc opératoire pour les IVG instrumentales -, soit par manque de matériel de protection pour le personnel d’accueil et soignant. Des mesures d’urgence doivent être prises car les IVG ne peuvent attendre plusieurs semaines. Le Collectif Avortement en Europe les femmes décident, qui regroupe de nombreuses associations féministes, syndicats et partis politiques, réclame :

- le maintien obligatoire de l’activité d’IVG et de fourniture de contraceptifs, selon des modalités adaptées à cette période ;

- la fourniture de masques et de gels hydroalcooliques aux structures concernées pour qu'elles puissent continuer à fonctionner ;

- que le délai pour pratiquer une IVG soit allongé du nombre de semaines que durera le confinement

- que l'obligation du deuxième rendez-vous pour les patientes mineures, pour lesquelles sont prévus deux rendez-vous à 48h d'intervalle, soit supprimée;

- que toute femme demandant une IVG dans la période actuelle trouve une solution de proximité, quels que soient son lieu de résidence, sa couverture maladie, avec ou sans droit au séjour. Les droits des Femmes n’ont pas à payer le prix des conséquences de l'épidémie !

Pour des informations fiables : numéro vert national IVG-Contraception-Sexualités 0800 08 11 11. N'hésitez pas à appeler ! »

Mise à jour le Samedi, 25 Avril 2020 22:09
 
Femmes et travail : spécificités, attaques et résistances PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Cotentin   
Dimanche, 12 Février 2017 11:29
Vidéo de la soirée formation sur "Femmes et travail : spécificités, attaques et résistances", organisée à Lyon le 9 février et animée par Alice.
Pour la visionner, cliquez sur l'image

Mise à jour le Jeudi, 05 Juillet 2018 16:49
 
Communiqué de presse du Collectif de défense de l’IVG dans le Rhône PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 29 Novembre 2013 10:26

DANGER : LES ANTI-IVG A L’OFFENSIVE

Alors que l’accès à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est fondamental pour garantir l’exercice de ce droit par les femmes dans de bonnes conditions, les anti-choix se mobilisent encore et toujours sur Internet (multiplication de pseudos sites d’informations qui sont des sites anti-IVG) et dans la rue.

Et depuis la publication par le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes d’un « rapport relatif à l’accès à l’IVG » en deux volets : «  Information sur IVG sur internet[1] » le 12 sept 2013, « Accès à l’IVG dans les territoires[2] »le 7 novembre 2013, les anti-choix se lâchent et contre attaquent.

Dans ce rapport, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes a recommandé la création de toute urgence d’un site internet institutionnel dédié à l’avortement à destination des femmes et des professionnel-le-s. Cette recommandation a été suivie d’effet puisque le 30 septembre dernier un site officiel www.ivg.gouv.fr a été créé et nous le recommandons. Ce site permet de contrebalancer les sites des anti-IVG qui encore récemment occupaient les premières places en termes de référencement dans les moteurs de recherche.

De plus, pour améliorer l’accès à l’avortement en France, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes a soumis plusieurs propositions et recommandations à la Ministre des droits des femmes afin de :

- Faire de l’IVG un droit à part entière.

-     Développer un dispositif global d’information et de communication afin de faciliter l’orientation et le parcours des femmes.

-        Développer une offre de soins permettant aux femmes un accès rapide et de proximité à l’IVG et leur garantissant le choix de la méthode, la gratuité et la confidentialité. A Lyon, la mise en place de cette recommandation doit se traduire par l’arrêt des restructurations et faire de nouveau des Centres IVG de Lyon Sud et de la Croix Rousse des CIVG autonomes.

-        Clarifier les responsabilités, organiser un véritable suivi de l’activité et permettre la coordination des professionnel-le-s.

Les recommandations de ce rapport et la mobilisation pour garantir le droit à l’avortement en France n’est pas du goût de la nébuleuse anti-IVG qui a appelé à manifester dans différentes villes françaises le samedi 30 novembre prochain.

A Lyon « J’aime la vie » et « Université pour la vie » soutenu par le Cardinal Barbarin appellent à une « Grande Marche pour la vie » sous titrée « pour une  écologie humaine ». Le tract d’appel, sous une communication bon enfant, dénonce le droit à l’IVG, l’IMG, la PMA, la recherche sur les cellules souches, le mariage pour tous, l’homoparentalité, …

Des groupuscules d’extrême droite ont appelé à rejoindre cette marche.

Nous, Collectif de défense de l’IVG dans le Rhône, dénonçons les attaques des anti-IVG.

Nous sommes pour la reconnaissance de l’IVG comme faisant partie du parcours des femmes et rappelons que 1 femme sur 3 a recours à un avortement dans sa vie.

Nous nous battons pour que le droit des femmes à disposer de leur corps, conquis par nos luttes et sans cesse remis en cause, soit garanti !


[1] http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce-rapport_ivg_et_internet_20130912_version_adoptee.pdf

[2] http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_ivg_volet2_v10.pdf

Mise à jour le Samedi, 14 Décembre 2013 23:58
 
19/04/2013 : Un jour triste pour le droit des femmes à disposer de leur corps. PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 19 Avril 2013 10:11

Le Collectif de défense de l’IVG

dénonce la mise en place de la restructuration du Centre IVG de la Croix Rousse

A l’hôpital de la Croix-Rousse

Après plusieurs mois d’incertitude et des non réponses de la part de la direction des HCL, la restructuration du Centre d’IVG de la Croix Rousse est effective aujourd’hui le 19 avril 2013. Comme pour Lyon Sud, le service est démantelé, avec l’hospitalisation des femmes en gynécologie au nom de la « mutualisation des compétences » alors que l’on connaît très bien les raisons de cette restructuration : les économies budgétaires.

De jour en jour, la situation se dégrade : moins de recours à des vacataires pour les IVG mais à des assistantEs programméEs mais ne pouvant pas intervenir, baisse de l'accompagnement de qualité des femmes, absence de lits dédiés comme promis par les HCL, 20 jours de délais pour une première consultation dans certains CIVG...

Le Collectif de défense de l’IVG sur le Rhône dénonce cette nouvelle restructuration.
Le Collectif de défense de l’IVG demande l’arrêt des restructurations et le maintien des Centre IVG autonomes.
Le Collectif de défense de l’IVG s’inquiète de la situation notamment à l’approche de la période estivale, période très tendue qui l’avait été particulièrement l’été dernier. Nous redemandons à l'Agence Régionale de Santé d’organiser une réunion d'urgence sur l’offre et les conditions d’application de l’IVG comme cela aurait du être fait fin septembre 2013.

 

Mise à jour le Jeudi, 13 Juin 2013 07:55
 
Harcèlement sexuel, regards croisés France-Egypte PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 20 Novembre 2012 10:36

Le collectif Femmes en révolutions vous invite au débat :

Harcèlement sexuel, regards croisés France-Egypte

Lundi 26 novembre 2012 à 19h au Palais du travail (Villeurbanne)

Dans la rue, au travail, à l’école, à l’université, dans les partis politiques, dans les activités sportives, les femmes sont victimes de harcèlement sexuel dans tous les espaces sociaux.

Quel que soit leur milieu social, leur niveau scolaire, leur culture, le pays ou elles vivent, toutes les femmes sont concernées par cette agression sexiste.

Entre mai et juillet 2012 de fortes mobilisations de femmes et d’associations féministes ont eu lieu en France et en Egypte contre le harcèlement sexuel :

  • En France : les femmes et leurs associations réclamaient qu’une nouvelle loi voit rapidement le jour et que celle-ci prenne en compte leurs attentes.
  • En Egypte : en pleine campagne électorale pour les présidentielles, les femmes et leurs associations se sont massivement mobilisées pour dénoncer le harcèlement sexuel quasi permanent dont elles sont victimes.

Le débat aura lieu en présence de :

- Nawla Darwiche, membre de la New Woman Foundation

(Le Caire, Egypte)

- Pascale Crozon, députée du Rhône et rapporteure devant l'Assemblée Nationale de la loi sur le harcèlement sexuel

- Danielle Lebail, conseillère régionale Rhône-Alpes, conseillère municipale de Villefranche-sur-Saône, mobilisée contre le harcèlement sexuel en politique

et d'une représentante de l'association Femmes Solidaires

contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Le Collectif Femmes en révolutions est né à Lyon au printemps 2011. Il regroupe des associations féministes, des individuel-les et membres d’organisations culturelles. Il s’est constitué en toute solidarité pour faire écho aux revendications et aux aspirations des femmes au Maghreb et au Proche-Orient.

Mise à jour le Jeudi, 13 Juin 2013 07:56
 
Pétition en ligne pour la défense des centres IVG PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 15 Octobre 2012 08:30

Non aux restructurations

des Centres d’Interruption Volontaire de Grossesse

de la Croix Rousse et de Lyon Sud

Nous voulons :

- 1. Le maintien d’un parcours identifié et cohérent avec une ligne téléphonique dédiée, avec un message d’information en cas de ligne occupée ou d’absence et un personnel de consultation dédié et formé ;

- 2. Un personnel dédié, formé et volontaire pour une prise en charge globale. Il s’agit de prendre en compte la parole des femmes, des couples, et leur vécu de la sexualité. Il s’agit de respecter leur cheminement et leurs ambivalences pour les accompagner vers un choix satisfaisant ;

- 3. La possibilité du choix de la méthode et du type d’anesthésie ;

- 4. La possibilité de bénéficier d’un entretien pré-IVG. Si le caractère obligatoire de l’entretien pré-IVG, a été supprimé pour les majeures depuis la loi de 2001, celui-ci doit être systématiquement proposé à toute femme en demande d’IVG ;

- 5. Des délais de rendez-vous conformes aux recommandations de la Haute Autorité de Santé, soit moins de 5 jours pour la 1re consultation ;

- 6. Une prise en charge de toutes les demandes d’IVG jusqu’au délai légal (14 semaines d’absence de règles).

- 7. Des CIVG autonomes avec des locaux, des salles d’attente et des moyens dédiés.

Signer la pétition
Mise à jour le Mardi, 20 Novembre 2012 18:21
 
Restructurations = logique de rentabilité contre droits des femmes à disposer de leurs corps ! PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 02 Octobre 2012 21:00

Mutualisation des personnels, fusion des services... appelée « restructuration », le refrain est connu dans les centres hospitaliers. Trois ans après la fermeture de l’Hôpital Hôtel-Dieu et le transfert du Centre d’Interruption Volontaire de Grossesse (CIVG) sur l’Hôpital Edouard- Herriot, les services d’orthogénie lyonnais, qui pratiquent les interruptions volontaires de grossesse (IVG) sont de nouveau menacés car peu rentables (CIVG de la Croix Rousse et CIVG de Lyon Sud).

En France, les réorganisations des établissements de santé, en particulier publics où se pratiquent la grande majorité des IVG, ont conduit à la disparition de plus de 150 CIVG en 10 ans.

Au-delà du maintien ou non du nombre de lits dédiés aux IVG, c’est la qualité de la prise en charge des femmes et des couples qui est en jeu.

A la Croix Rousse, quel projet de restructuration ?

Plusieurs scénarios sont à l’étude. Tous vont dans le sens d’un éclatement du service d’IVG : un espace pour le 1er accueil et les consultations, et le transfert des lits d’hospitalisation vers le service de gynécologie.

A Lyon Sud, même schéma :

Toujours dans une logique de rentabilité, une 1ère restructuration vient d’être présentée. Ici aussi est prévue la délocalisation des lits d’IVG vers la gynécologie. Au cours de cette restructuration, le service d’IVG passerait de 2 personnes actuellement (une infirmière et une aide-soignante), à une seule, qui ferait à la fois les prises de rendez-vous téléphoniques, l’accueil des femmes, les ouvertures de dossiers, etc...

Mise à jour le Lundi, 15 Octobre 2012 23:32
Lire la suite...
 
28 septembre, Journée internationale pour la dépénalisation de l'avortement PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 28 Septembre 2012 16:56

La campagne internationale pour le droit des femmes à un avortement sûr, lancée en mai 2012, appelle à faire du 28 septembre une date symbolique de mobilisation pour demander la dépénalisation de l'avortement.

Les femmes ont peu ou pas accès à l'avortement dans une très grande majorité de pays à travers le monde. Les législations en la matière sont extrèmement restrictives. Même quand elles remplissent les conditions légales, les femmes accèdent difficilement à des services d'avortement, surtout les femmes en situation de pauvreté. Du coup, beaucoup avortements sont pratiqués dans des conditions très risqués pour la santé des femmes.

De nombreuses organisations travaillent, dans le monde entier, pour améliorer l'accès des femmes aux services d'avortement sûrs - à travers le plaidoyer, la réforme des lois et politiques, le renforcement des capacités, la prestation de services, la formation, le partage de l'information et le réseautage.

Face à la menace croissante des forces politiques conservatrices et religieuses qui cherchent à revenir en arrière, à bloquer les efforts pour améliorer les lois et fournir des services, nombre d'organisations - y compris en Europe - ont bien vu la nécessité de créer un mouvement international de défense et de promotion du droit à l'avortement. La campagne internationale pour le droit des femmes à un avortement sûr, lancée en mai 2012, vise à créer un tel mouvement.

 

Mise à jour le Jeudi, 04 Octobre 2012 08:49
Lire la suite...
 
Rassemblement de soutien aux Pussy Riot le 1er octobre PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 28 Septembre 2012 09:19

Libérez les Pussy Riot!

Le 17 août 2012, après plusieurs mois de détention préventive, trois membres du groupe punk féministe PUSSY RIOT ont été condamnées à 2 ans de camp de travail forcé pour « hooliganisme » et  « incitation à la haine religieuse ». Leur crime? Avoir chanté le 21 février dernier une « prière punk anti-Poutine » dans la cathédrale du christ-sauveur de Moscou. Opposées au principe de grâce présidentielle, elles ont fait appel de leur jugement. Deux autres participantes à l'action ont dû quitter le pays pour échapper aux poursuites.

Comme elles, nous dénonçons :

- la collusion entre le pouvoir et l’église en Russie.

- un climat liberticide en Russie où opposants et journalistes sont sévèrement réprimés, quand ce n’est pas assassinés.

- un état menant une politique particulièrement discriminatoire vis-à-vis de la communauté LGBT, qui a notamment interdit  toute manifestation homosexuelle pour les 100 prochaines années.

Partout dans le monde, nous restons mobilisé-e-s.

Des artistes, des associations, des individu-e-s dénoncent cette injustice flagrante, se heurtant bien souvent aux limites des limites d’expression de leur propres pays.

N’oublions pas qu’en France, des arrestations ont lieu pour port de cagoules lors de manifestations de soutien aux Pussy Riot.

Rassemblement  le 1er octobre

Jour de leur jugement en appel

19H place des terreaux

 

La place d'une idée n'est pas en prison!

Pas de négociations pour la liberté d'expression!

« Free Pussy Riot Lyon » https://www.facebook.com/fprlyon

Collectif de soutien aux Pussy Riot Lyon : les sœurs de la perpétuelle indulgence-couvent des 69 gaules, le collectif lesbien lyonnais, le planning familial du Rhône, des individu-e-s

 

Mise à jour le Jeudi, 04 Octobre 2012 08:40