Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Féminisme
Gouvernement sexiste, riposte féministe ! Manif vendredi 10 juillet PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 10 Juillet 2020 08:28

À 18h30 à partir de la place de la Comédie (Lyon 1er – métro Hôtel de Ville)


Communiqué de Superféministe (militantes du Planning Familial 69) :


« Ce n'est pas qu'on attendait monts et merveilles du nouveau gouvernement, mais l'avantage de notre Président, c'est qu'il a l'air et la manière de toujours nous énerver un peu plus, avec dans les rôles clefs du jour :
Un Ministre de l'Intérieur accusé de viol, dans le cadre d'une enquête en cours, et qui a qualifié le mariage pour tous de "réforme néfaste" pour la société,

Un Premier Ministre qui veut mettre en place une réforme des retraites profondément antisociale, en premier lieu pour les femmes...

Mise à jour le Vendredi, 10 Juillet 2020 08:42
Lire la suite...
 
Face à la crise sanitaire, économique et sociale, un plan d'urgence féministe ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 17 Juin 2020 20:56

8 mois après le 8 mars, plusieurs mouvements féministes ont appellé à un déconfinement militant et féministe. « Le féminisme a un fort pouvoir d'action politique et un rôle important à jouer pour la société que nous voulons : nos luttes féministes sont essentielles et doivent s’inscrire dans les transformations écologiques, sociales, économiques d'une société débarrassée de tous rapports d'exploitation, de domination, d'oppression. »
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/220520/face-la-crise-sanitaire-economique-et-sociale-un-plan-durgence-feministe

extrait :
« Nos revendications féministes, anticapitalistes, solidaires
Nous ne nous laisserons pas dicter en silence les mesures de « l’après », celles-là mêmes qui auront pour seul objectif de sauver à tout prix le modèle capitaliste.

Nous revendiquons un déconfinement militant et féministe.
Nous exigeons que les métiers essentiels, très souvent occupés par des femmes, soient reconnus à leur juste utilité, reconsidérés socialement et mieux rémunérés. Nous revendiquons la reconnaissance des conséquences du travail sur notre santé, et l'augmentation des salaires, notamment dans les emplois féminisés : l'égalité salariale entre les femmes et les hommes et la réduction du temps de travail.
Nous revendiquons la fin des politiques de casse des services publics et du code du travail. Nous nous battons pour des services publics gratuits et de qualité, prenant en charge la petite enfance, la prise en compte de la dépendance, la restauration, le nettoyage et pour qu'il y ait un partage des tâches au sein de chaque foyer...

Mise à jour le Vendredi, 10 Juillet 2020 08:29
Lire la suite...
 
Appel pétition :Il faut « revaloriser les emplois et carrières à prédominance féminine » PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 15 Mai 2020 21:43
Tribune et pétition : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-revalorisez-les-emplois-f%C3%A9minis%C3%A9s
« Aide-soignante, infirmière, aide à domicile, agente d’entretien ou caissière : parce que désignés comme des « métiers de femmes », ceux-ci souffrent d’une dévalorisation salariale, que dénoncent, dans une tribune au « Monde », des chercheurs et l’ensemble des représentants syndicaux. Tribune. Si tous les soirs nous applaudissons le travail du personnel soignant et de toutes les personnes qui continuent à occuper leurs emplois et assurent ainsi la continuité de nos vies quotidiennes, n’oublions pas que la majorité de ces emplois sont très féminisés. Ce sont les soignantes, infirmières (87 % de femmes) et aides-soignantes (91 % de femmes), mais aussi des aides à domicile et des aides ménagères (97 % de femmes), des agentes d’entretien (73 % de femmes), des caissières et des vendeuses (76 % de femmes), ce sont aussi des enseignantes (71 % de femmes).

Ces métiers sont différents. Ils exigent des niveaux de qualification et des diplômes différents, existent pour certains dans les secteurs privés et publics, mais ils sont tous marqués par cette féminisation, ce sont des «métiers de femmes», implicitement pour les femmes. Il s’agit d’éduquer, soigner, assister, nettoyer, conseiller, écouter, coordonner… bref, de faire appel à des «compétences présumées innées», si «naturelles» quand on est femme…
Cette dévalorisation est l’un des facteurs expliquant les 26 % d’écarts salariaux entre les femmes et les hommes (« Comparer...

Mise à jour le Mercredi, 17 Juin 2020 21:15
Lire la suite...
 
Confinement : Appel « protégeons les femmes victimes de violences » PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 25 Avril 2020 22:13

Info sur les associations locales qui accompagnent les femmes victimes de violences

VIFFIL SOS femmes :04 78 85 76 47 : permanences téléphoniques du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et 13h30 à 17h (sauf jeudi après-midi).

Centre d’information sur les droits des femmes et des familles 04 78 39 32 25 : permanences téléphoniques du lundi ou vendredi de 10h à 13h mais aussi par mail  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Un Centre d’Hébergement temporaire pour femmes victimes de violences conjugales a ouvert (avec la volonté des associations de pouvoir pérenniser ses places !) de 60 places.

A l’initiative de Nous Toutes, un appel national est à signer sur

https://www.change.org/p/coronavirus-emmanuelmacron-prot%C3%A9geons-les-femmes-victimes-de-violences
« Les périodes de crise comme celle que nous traversons sont des moments à risque pour les personnes vulnérables. Pour les femmes et les enfants qui sont confiné.e.s avec un conjoint ou père violent, le danger n'est pas qu'en dehors de leur domicile.
En Chine, avec le Coronavirus, les violences au sein du couple ont explosé. Les violences ne sont pas une fatalité, nous pouvons réagir.
Que faire ? Le gouvernement peut agir...

Mise à jour le Vendredi, 15 Mai 2020 21:31
Lire la suite...
 
Les avortements ne peuvent attendre ! Pétition pour une loi d'urgence ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 11 Avril 2020 18:33

Pétition l’initiative du Collectif « Avortement en Europe : les femmes décident » :

https://www.change.org/p/gouvement-responsables-politiques-assembl%C3%A9e-nationale-s%C3%A9nat-covid-19-les-avortements-ne-peuvent-attendre-pour-une-loi-d-urgence

« Dans cette période de confinement, que deviennent les Droits des femmes à obtenir selon la loi une IVG, dans les délais légaux, à proximité de leur domicile, ou une première contraception, ou un changement contraceptif pour intolérance à celui utilisé ? Certains établissements hospitaliers et certains centres de planification n’assurent plus leurs missions dans ce domaine, soit pour prioriser les soins aux personnes atteintes gravement par le coronavirus- avec la fermeture des créneaux de bloc opératoire pour les IVG instrumentales -, soit par manque de matériel de protection pour le personnel d’accueil et soignant. Des mesures d’urgence doivent être prises car les IVG ne peuvent attendre plusieurs semaines. Le Collectif Avortement en Europe les femmes décident, qui regroupe de nombreuses associations féministes, syndicats et partis politiques, réclame :

- le maintien obligatoire de l’activité d’IVG et de fourniture de contraceptifs, selon des modalités adaptées à cette période ;

- la fourniture de masques et de gels hydroalcooliques aux structures concernées pour qu'elles puissent continuer à fonctionner ;

- que le délai pour pratiquer une IVG soit allongé du nombre de semaines que durera le confinement

- que l'obligation du deuxième rendez-vous pour les patientes mineures, pour lesquelles sont prévus deux rendez-vous à 48h d'intervalle, soit supprimée;

- que toute femme demandant une IVG dans la période actuelle trouve une solution de proximité, quels que soient son lieu de résidence, sa couverture maladie, avec ou sans droit au séjour. Les droits des Femmes n’ont pas à payer le prix des conséquences de l'épidémie !

Pour des informations fiables : numéro vert national IVG-Contraception-Sexualités 0800 08 11 11. N'hésitez pas à appeler ! »

Mise à jour le Samedi, 25 Avril 2020 22:09
 
Face aux violences, mettons en place un geste barrière : je signale PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 04 Avril 2020 14:41

Communiqué de l’association Femmes Solidaires :
« Dans le contexte du confinement, nous constatons une augmentation importante des violences faites aux femmes et aux enfants. Toute l'année, Femmes solidaires est mobilisée sur tous les territoires pour lutter contre cette violence : la déconstruire par des temps de sensibilisation, d'échange, la nommer en informant les femmes qui en sont victimes sur leurs droits, la punir en lien avec nos avocates solidaires.
Femmes solidaires reste mobilisée sur le terrain, pendant le confinement et bien entendu après dans cette lutte contre les violences. Fortes de cette expertise, nous avons aujourd'hui un message très important à vous transmettre : face à cette violence, nous avons toutes et tous une réponse: la 12 vigilance.
Vous savez déjà ce qu'est la violence. Vous l'avez probablement déjà vue, entendue. Vous connaissez les cris, les bruits sourds, la peur dans le regard de votre voisine lorsque vous la croisiez ou ce que vos enfants vous racontaient d'un.e camarade en rentrant de l'école. Ces violences perdurent. Face aux violences mettons en place un geste barrière : je signale à chaque fois :
https ://arretonslesviolences.gouv.fr et 3919 ; En cas d’urgence : j’appelle le 17 ; Pour l’enfance maltraitée : j’appelle le 119 ;

Je suis victime, j'ai des droits :
- Ce n'est pas de ma faute. Rien ne justifie la violence que j'ai subie ;
- J'appelle le 3919 pour être informée et orientée ;
- Je peux porter plainte, quelle que soit la violence que j'ai subi ;
- Je peux signaler la violence qui m'est faite dans une pharmacie ou un supermarché ;
- Je peux demander un hébergement d'urgence, contacter mon bailleur. J'ai le droit de partir et cela ne veut pas dire que la personne violente conservera mon logement ;...

Mise à jour le Samedi, 11 Avril 2020 18:13
Lire la suite...
 
Corona virus : pour des mesures d’urgence pour maintenir le droit à avorter PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Dimanche, 22 Mars 2020 21:23

« Quand certains imaginent un monde nouveau du fait du corona virus ;
Quand le « rester chez soi » est le mot d’ordre national ;
Quand les déplacements pour motif de santé, motif familial impérieux sont autorisés, que même les besoins des animaux de compagnie sont envisagés ;
Que deviennent les Droits des femmes à obtenir selon la loi une IVG, dans les délais légaux, à proximité de leur domicile, ou une première contraception, ou un changement contraceptif pour intolérance à celui utilisé ?
Certains établissements hospitaliers et certains centres de planification n’assurent plus leurs missions dans ce domaine, soit pour prioriser les soins aux personnes atteintes gravement par le corona virus - avec la fermeture des créneaux de bloc opératoire pour les IVG instrumentale - soit par manque de matériel de protection pour le personnel d’accueil et soignant.

Des mesures d’urgence doivent être prises car les IVG ne peuvent attendre plusieurs semaines
- Maintien obligatoire de l’activité d’IVG et de fourniture de contraceptifs, selon des modalités adaptées à cette période ;
- Fourniture de masques et de gels hydro-alcooliques aux structures concernées ;
- Que le délai pour pratiquer une IVG soit allongé du nombre de semaines que durera le confinement ;

- Que toute femme demandant une IVG dans la période actuelle trouve une solution de proximité, quel que soit le lieu de résidence, la couverture maladie, avec ou sans droit au séjour.

Les droits des Femmes n’ont pas à payer le prix de la crise sanitaire ou économique ! »

Collectif Avortement : les femmes décident !
http://avortementeurope.org/


Mise à jour le Dimanche, 05 Avril 2020 10:23
 
Manif dimanche 8 mars 15H PLACE BELLECOUR : Fortes, fières et en lutte ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 29 Février 2020 20:48
"La journée du 8 mars ne se «fête» pas par un cadeau ou une distribution de fleurs, ce n’est pas la journée de «la femme» mais la journée internationale de lutte pour les droits des femmes.
Nous appelons à la grève des femmes, comme en Pologne, en Argentine, en Espagne, en Belgique. Montrons que quand les femmes s’arrêtent… tout s’arrête !
C’est la grève du travail salarié, mais aussi la grève du travail domestique !Manifestation le 8 mars
Flashmob ! Percussions des Femmes Battantes ! Chorale féministe !
Portons toutes et tous du violet !

Les femmes en première ligne

Depuis le 5 décembre les femmes sont mobilisées contre la réforme des retraites dont les conséquences vont être l’aggravation de la précarité et l’accentuation des inégalités économiques entre les femmes et les hommes. Les femmes touchent les salaires les plus bas et ont les carrières les plus morcelées. A cela, on doit ajouter qu’elles effectuent encore la grande majorité du travail domestique et de soin, sans que cela ne soit jamais pris en compte dans leurs vies de salariées et de retraitées.
Nos luttes en France s’inscrivent dans un grand mouvement de lutte à travers le monde où...

 

Mise à jour le Dimanche, 22 Mars 2020 21:24
Lire la suite...
 
AG et cortège féministes dans la mobilisation contre la réforme des retraites PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   

Depuis mi-décembre est apparu un cortège féministe massif dans les manifs lyonnaises contre la réforme des retraites. Plusieurs Assemblées Générales ont eu lieu à la Bourse du travail (la prochaine est jeudi 27 février à 17h à la Bourse du travail, place Guichard à Lyon 3ème) et des actions se préparent…

Retraites des femmes : on nous prend pour des quiches ?

Article de l’Anticapitaliste, l’hebdo du NPA : abonnez-vous !

Ce gouvernement n’a pas honte quand il ose dire que sa réforme va réduire les écarts de retraite entre les hommes et les femmes.  En effet, quatre mécanismes principaux de la réforme rendent cela tout simplement impossible :

– La durée sur laquelle la retraite est calculée augmente, passant des 25 meilleures années (privé) ou des six derniers mois (public) à l’ensemble de la carrière. Or on sait que près de 80 % des temps partiels sont occupés par des femmes. Donc ces années à moindre salaire seront forcément toutes prises en compte alors qu’elles ne l’étaient que partiellement avant.

De même pour les congés parentaux, qui étaient validés dans la limite de trois ans et qui étaient, de fait, effacés par l’effet 25 meilleurs années/six mois. Avec la réforme Delevoye, ils seront comptabilisés dans le calcul global de points à hauteur de 60 % du SMIC. Comment l’intégration de toutes les « mauvaises » années au calcul ­pourrait-il favoriser les femmes qui les subissent encore ­davantage que les hommes ?...

Mise à jour le Samedi, 29 Février 2020 20:40
Lire la suite...
 
Manif contre les violences faites aux femmes samedi 23 novembre à 14h PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Jeudi, 21 Novembre 2019 22:46

place Bellecour (Lyon 2ème), à l’appel du Collectif Droits des Femmes : Planning Familial 69, Filactions, OLF 69, Collectif Metoo Lyon, Cabiria, Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme, Lesbian and Gay Pride de Lyon, Frisse, UD CGT 69, CFDT Lyon Rhône, Solidaires 69, Solidaires Étudiant-e-s, Sud Éducation 69, Sud Santé Sociaux, FSU 69, Ensemble, Groupe Graine d’Anar de la Fédération Anarchiste, NPA, PS du Rhône, Union Communiste Libertaire, Parti de Gauche, PCF Rhône

Le point de vue du NPA :

Pour en finir avec les violences faites aux femmes : mobilisation générale !

132 femmes assassinées par leur (ex) conjoint depuis janvier 2019 (chiffre du 12 novembre), 250 viols ou tentatives de viol par jour en France… Plus personne ne peut dire qu’il/elle ne savait pas : depuis deux ans, les témoignages, les affiches avec des messages choc contre les féminicides, ont fait voler en éclat la loi du silence qui étouffait la parole des femmes.

Un système qui repose sur ces violences

Tout est fait pour que celles-ci apparaissent comme «  normales  ». En disciplinant les femmes par les violences, cela rend possible leur surexploitation, que ce soit par le travail gratuit réalisé dans le cadre de la famille ou par le travail sous payé dans le cadre du précariat.
L’exigence portée aujourd'hui par le mouvement féministe à travers le monde est forte et claire : « ni una menos » ! nous ne voulons plus aucune victime ! Partout dans le monde, la mobilisation des femmes est massive et radicale. Il ne s’agit plus de revendiquer l'égalité en droit, mais l’égalité réelle. En effet, nous ne nous contenterons plus de mots inscrits dans la loi, il faut aller au-delà, puisque cela ne suffit pas.

Obtenir l’égalité réelle

Pour avoir l’égalité réelle, il faut en finir avec l'inaction, les tolérances face aux violences qui permettent au système de...

Mise à jour le Samedi, 04 Janvier 2020 17:35
Lire la suite...
 
Festival « Brisons le Silence » du 13 au 30 novembre PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 06 Novembre 2019 22:54

communiqué de Filactions : « 15 jours d’actions culturelles et publiques pour dénoncer les violences sexistes et conjugales
– du 13 novembre au 30 novembre 2019 –
Lyon, Bron, Villeurbanne et Nord-Isère
2019 et encore trop de féminicides ! Il est temps d’agir !
– Parce qu’une femme est assassinée tous les 2,5 jours par son (ex)-partenaire. –
– Parce que les violences faites aux femmes ne sont pas un hasard mais le reflet d’une société sexiste et inégalitaire. –
– Retrouvez-nous pour échanger, réfléchir et briser le tabou sur les violences faites aux femmes. –
– Pour dire NON ensemble aux violences sexistes et conjugales ! –
– Pour montrer notre soutien à toutes les femmes en situation de violence et faire entendre qu’il est possible d’en sortir ! –
Venez participer à nos différentes actions :
Soirée artistique, ciné-débat, table-ronde, pièce de théâtre, concert, conte, Happening des Femmes en Blanc et bien d’autres … »

programme sur http://www.filactions.org/15e-festival-brisons-le-silence-contre-les-violences-conjugales/


Mise à jour le Dimanche, 01 Décembre 2019 17:04
 
Aurore Koechlin présente La révolution féministe mercredi 9 octobre PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Dimanche, 06 Octobre 2019 05:05

À 19h, à la librairie Le bal des ardents, 17, rue Neuve à Lyon 1er, entre les stations de métro Cordeliers et Hôtel de Ville
Présentation par l’Anticapitaliste, hebdo du NPA :

« La révolution féministe d’Aurore Koechlin se propose d’étudier la possibilité d’une quatrième vague du féministe et de la mettre en regard avec l’histoire du féminisme pour comprendre ce qui se joue en ce moment sur la scène internationale et nos perspectives en France.

Une histoire du féminisme en France

Nous avons pour principe de ne pas tracer de perspectives sans bilan. La première partie du livre intitulée : « les féminismes historiques » revient donc largement sur l’histoire française, pour permettre de comprendre les évolutions, les courants féministes et les enjeux d’aujourd’hui. Mais ici, il ne s’agit ni de faire une simple chronologie de la seconde vague du féminisme (des années 70) qui est souvent connue des militantes féministes, mais bien de comprendre comment le féminisme « traditionnel » a évolué en lien ou parfois contre le mouvement ouvrier, dans une période et un contexte précis. Plutôt que de simplement regarder ce qu’ont défendu les féministes à ce moment de l’histoire, il s’agit ici plutôt de le comprendre le féminisme en lien avec les modifications du capitalisme, des structures du mouvement ouvrier et des flux et des reflux de la conscience de classe. Cette perspective est disons-le salutaire, car pour construire un mouvement de masse en capacité de changer la société, il est nécessaire d’accumuler les expériences du mouvement féministe et du mouvement ouvrier et de tirer les bilans des erreurs notamment celles du réformisme, mais aussi celles des postures radicales. C’est aussi dans cette partie que l’on peut se rappeler qu’une tradition marxiste et féministe a été dès le départ au cœur de la seconde vague, même si certainEs souhaiteraient sans doute effacer notre courant politique : le féminisme lutte de classe.
L’un des apports dans l’histoire du féminisme se situe aussi dans l’histoire de ladite « troisième vague » du féminisme, ...

Mise à jour le Mardi, 15 Octobre 2019 08:21
Lire la suite...
 
28 septembre 2019, journée internationale pour le droit à l’avortement PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 28 Septembre 2019 14:22

"Nous réaffirmons que le droit à disposer de son corps est un droit fondamental. Alors que 47 000 femmes meurent chaque année dans le monde des suites d’un avortement réalisé dans l’illégalité, nous revendiquons des législations qui garantissent le droit à l’IVG et des conditions d’accès sûres pour la santé des femmes. Après les luttes exemplaires des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, des irlandaises et argentines en 2018, nous exprimons notre solidarité avec les femmes en lutte pour leurs droits.

2019, encore des reculs sur le droit à l’avortement !

Aux Etats-Unis, plus de la moitié des Etats ont adopté de fortes restrictions à la possibilité d’avorter : réduction des délais, pénalisation (avec des peines d’emprisonnement prévues pour les femmes recourant à l’avortement), statut juridique pour l’embryon ouvrant la voie à des condamnations pour meurtre… Cette série d’attaques sans précédent vise à remettre en cause l’arrêt historique de la Cour Suprême (Roe v. Wade) qui garantit l’accès à l’avortement sur tout le territoire.

Au Maroc, la journaliste Hajar Raissouni est actuellement incarcérée et risque 2 ans de prison pour « avortement illégal ». Les associations des droits humains dénoncent une manœuvre politique en lien avec son travail. Au Maroc, l’avortement est interdit et la répression se fait de plus en plus sévère. 73 femmes ont ainsi été condamnées en 2018. Les peines de prison concernent aussi les professionnel-le-s qui les aident à avorter. Le recours aux avortements clandestins non médicalisés augmente, avec leurs conséquences dramatiques pour la santé et la vie des femmes.

En Europe, le droit à l'avortement relève de la compétence de chaque Etat et de grandes disparités existent selon les législations...

Mise à jour le Dimanche, 06 Octobre 2019 04:52
Lire la suite...
 
Rassemblement contre les féminicides lundi 4 novembre à 18h30 à côté de l’Hôtel de Ville PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   

« Le féminicide est un assassinat misogyne de femmes par les hommes.

• 122 femmes en 2019 ont été tuées, victimes de leurs compagnons ou ex.

• 1 femme est en moyenne tuée tous les 2 jours en 2019 (2,8 en 2017)

• 1532 féminicides ont été comptabilisés, sur un peu plus de 10 années.

Pour exprimer notre colère et notre ras-le-bol, le Collectif Droits des Femmes appelle à un premier rassemblement :
Rdv le lundi 7 octobre À 18h30 place Louis Pradel à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville)

et tous les quinze jours le lundi

code couleur : violet et blanc. venez avec vos pancartes ! »

Le Collectif Droits des Femmes regroupe de nombreuses associations féministes, syndicats et partis progressistes, dont le NPA



Mise à jour le Mercredi, 06 Novembre 2019 22:52
 
Les Féminicides ne sont pas une fatalité ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 31 Juillet 2019 16:00

Jeudi 25 juillet, à Vénissieux, un homme a tué sa femme en l’écrasant contre un mur avec sa voiture, sur le parking du travail de la victime. Il était poursuivi pour violences conjugales, devait passer au Tribunal en octobre et était placé sous contrôle judiciaire en attendant ! Il est maintenant en prison pour « meurtre sur conjoint ».

A Lyon, le nouveau Collectif unitaire pour les droits des femmes prépare une action contre les féminicides lundi 9 septembre à 18h30 place de la Comédie à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville).

Le point de vue du NPA, paru dans l’hebdo l’Anticapitaliste le 18 juillet 2019 (les chiffres ont été mis à jour...) :


81 femmes ont étés assassinées par leur conjoint ou ex, depuis le début de l’année  en France !  On compte déjà plus de trois cents féminicides depuis le début du quinquennat de Macron. Le constat est accablant. Dans la majorité des situations, les femmes avaient alerté et n’ont pas été écoutées.  
Depuis quelques années, dans un contexte de capitalisme néo libéral féroce, une nouvelle génération de féministes s’est levée dans plusieurs pays du monde contre les féminicides en particuliers et contre les violences plus globalement.

Les féministes des années 1970 avaient mené des batailles pour que les violences soient reconnues et poursuivies (le qualificatif de viol conjugal est entré dans la loi en avril 2006). Elles sont les premières témoins des ravages des politiques d’austérité. Elles voient les  structures d’aide aux femmes qu’elles avaient construites, menacées, comme ce fut le cas pour l’AVFT et bien d’autres.

Aujourd’hui de nouveaux outils sont apparus avec les nouvelles générations, des militantes  diffusent les informations sur les noms des victimes, des assassins, les circonstances de chaque féminicide afin de leur redonner toute leur dimension humaine et politique, pour rompre avec leur invisibilisation.

Ceci rend plus aigu et plus insupportable l’écart entre les discours et la réalité de la politique du gouvernement : beaucoup de com’ et pas de moyens.

Mise à jour le Samedi, 07 Septembre 2019 09:47
Lire la suite...
 
Femmes et travail : spécificités, attaques et résistances PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Cotentin   
Dimanche, 12 Février 2017 11:29
Vidéo de la soirée formation sur "Femmes et travail : spécificités, attaques et résistances", organisée à Lyon le 9 février et animée par Alice.
Pour la visionner, cliquez sur l'image

Mise à jour le Jeudi, 05 Juillet 2018 16:49
 
Communiqué de presse du Collectif de défense de l’IVG dans le Rhône PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 29 Novembre 2013 10:26

DANGER : LES ANTI-IVG A L’OFFENSIVE

Alors que l’accès à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est fondamental pour garantir l’exercice de ce droit par les femmes dans de bonnes conditions, les anti-choix se mobilisent encore et toujours sur Internet (multiplication de pseudos sites d’informations qui sont des sites anti-IVG) et dans la rue.

Et depuis la publication par le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes d’un « rapport relatif à l’accès à l’IVG » en deux volets : «  Information sur IVG sur internet[1] » le 12 sept 2013, « Accès à l’IVG dans les territoires[2] »le 7 novembre 2013, les anti-choix se lâchent et contre attaquent.

Dans ce rapport, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes a recommandé la création de toute urgence d’un site internet institutionnel dédié à l’avortement à destination des femmes et des professionnel-le-s. Cette recommandation a été suivie d’effet puisque le 30 septembre dernier un site officiel www.ivg.gouv.fr a été créé et nous le recommandons. Ce site permet de contrebalancer les sites des anti-IVG qui encore récemment occupaient les premières places en termes de référencement dans les moteurs de recherche.

De plus, pour améliorer l’accès à l’avortement en France, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes a soumis plusieurs propositions et recommandations à la Ministre des droits des femmes afin de :

- Faire de l’IVG un droit à part entière.

-     Développer un dispositif global d’information et de communication afin de faciliter l’orientation et le parcours des femmes.

-        Développer une offre de soins permettant aux femmes un accès rapide et de proximité à l’IVG et leur garantissant le choix de la méthode, la gratuité et la confidentialité. A Lyon, la mise en place de cette recommandation doit se traduire par l’arrêt des restructurations et faire de nouveau des Centres IVG de Lyon Sud et de la Croix Rousse des CIVG autonomes.

-        Clarifier les responsabilités, organiser un véritable suivi de l’activité et permettre la coordination des professionnel-le-s.

Les recommandations de ce rapport et la mobilisation pour garantir le droit à l’avortement en France n’est pas du goût de la nébuleuse anti-IVG qui a appelé à manifester dans différentes villes françaises le samedi 30 novembre prochain.

A Lyon « J’aime la vie » et « Université pour la vie » soutenu par le Cardinal Barbarin appellent à une « Grande Marche pour la vie » sous titrée « pour une  écologie humaine ». Le tract d’appel, sous une communication bon enfant, dénonce le droit à l’IVG, l’IMG, la PMA, la recherche sur les cellules souches, le mariage pour tous, l’homoparentalité, …

Des groupuscules d’extrême droite ont appelé à rejoindre cette marche.

Nous, Collectif de défense de l’IVG dans le Rhône, dénonçons les attaques des anti-IVG.

Nous sommes pour la reconnaissance de l’IVG comme faisant partie du parcours des femmes et rappelons que 1 femme sur 3 a recours à un avortement dans sa vie.

Nous nous battons pour que le droit des femmes à disposer de leur corps, conquis par nos luttes et sans cesse remis en cause, soit garanti !


[1] http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce-rapport_ivg_et_internet_20130912_version_adoptee.pdf

[2] http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_ivg_volet2_v10.pdf

Mise à jour le Samedi, 14 Décembre 2013 23:58
 
19/04/2013 : Un jour triste pour le droit des femmes à disposer de leur corps. PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 19 Avril 2013 10:11

Le Collectif de défense de l’IVG

dénonce la mise en place de la restructuration du Centre IVG de la Croix Rousse

A l’hôpital de la Croix-Rousse

Après plusieurs mois d’incertitude et des non réponses de la part de la direction des HCL, la restructuration du Centre d’IVG de la Croix Rousse est effective aujourd’hui le 19 avril 2013. Comme pour Lyon Sud, le service est démantelé, avec l’hospitalisation des femmes en gynécologie au nom de la « mutualisation des compétences » alors que l’on connaît très bien les raisons de cette restructuration : les économies budgétaires.

De jour en jour, la situation se dégrade : moins de recours à des vacataires pour les IVG mais à des assistantEs programméEs mais ne pouvant pas intervenir, baisse de l'accompagnement de qualité des femmes, absence de lits dédiés comme promis par les HCL, 20 jours de délais pour une première consultation dans certains CIVG...

Le Collectif de défense de l’IVG sur le Rhône dénonce cette nouvelle restructuration.
Le Collectif de défense de l’IVG demande l’arrêt des restructurations et le maintien des Centre IVG autonomes.
Le Collectif de défense de l’IVG s’inquiète de la situation notamment à l’approche de la période estivale, période très tendue qui l’avait été particulièrement l’été dernier. Nous redemandons à l'Agence Régionale de Santé d’organiser une réunion d'urgence sur l’offre et les conditions d’application de l’IVG comme cela aurait du être fait fin septembre 2013.

 

Mise à jour le Jeudi, 13 Juin 2013 07:55
 
Harcèlement sexuel, regards croisés France-Egypte PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 20 Novembre 2012 10:36

Le collectif Femmes en révolutions vous invite au débat :

Harcèlement sexuel, regards croisés France-Egypte

Lundi 26 novembre 2012 à 19h au Palais du travail (Villeurbanne)

Dans la rue, au travail, à l’école, à l’université, dans les partis politiques, dans les activités sportives, les femmes sont victimes de harcèlement sexuel dans tous les espaces sociaux.

Quel que soit leur milieu social, leur niveau scolaire, leur culture, le pays ou elles vivent, toutes les femmes sont concernées par cette agression sexiste.

Entre mai et juillet 2012 de fortes mobilisations de femmes et d’associations féministes ont eu lieu en France et en Egypte contre le harcèlement sexuel :

  • En France : les femmes et leurs associations réclamaient qu’une nouvelle loi voit rapidement le jour et que celle-ci prenne en compte leurs attentes.
  • En Egypte : en pleine campagne électorale pour les présidentielles, les femmes et leurs associations se sont massivement mobilisées pour dénoncer le harcèlement sexuel quasi permanent dont elles sont victimes.

Le débat aura lieu en présence de :

- Nawla Darwiche, membre de la New Woman Foundation

(Le Caire, Egypte)

- Pascale Crozon, députée du Rhône et rapporteure devant l'Assemblée Nationale de la loi sur le harcèlement sexuel

- Danielle Lebail, conseillère régionale Rhône-Alpes, conseillère municipale de Villefranche-sur-Saône, mobilisée contre le harcèlement sexuel en politique

et d'une représentante de l'association Femmes Solidaires

contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Le Collectif Femmes en révolutions est né à Lyon au printemps 2011. Il regroupe des associations féministes, des individuel-les et membres d’organisations culturelles. Il s’est constitué en toute solidarité pour faire écho aux revendications et aux aspirations des femmes au Maghreb et au Proche-Orient.

Mise à jour le Jeudi, 13 Juin 2013 07:56
 
Pétition en ligne pour la défense des centres IVG PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 15 Octobre 2012 08:30

Non aux restructurations

des Centres d’Interruption Volontaire de Grossesse

de la Croix Rousse et de Lyon Sud

Nous voulons :

- 1. Le maintien d’un parcours identifié et cohérent avec une ligne téléphonique dédiée, avec un message d’information en cas de ligne occupée ou d’absence et un personnel de consultation dédié et formé ;

- 2. Un personnel dédié, formé et volontaire pour une prise en charge globale. Il s’agit de prendre en compte la parole des femmes, des couples, et leur vécu de la sexualité. Il s’agit de respecter leur cheminement et leurs ambivalences pour les accompagner vers un choix satisfaisant ;

- 3. La possibilité du choix de la méthode et du type d’anesthésie ;

- 4. La possibilité de bénéficier d’un entretien pré-IVG. Si le caractère obligatoire de l’entretien pré-IVG, a été supprimé pour les majeures depuis la loi de 2001, celui-ci doit être systématiquement proposé à toute femme en demande d’IVG ;

- 5. Des délais de rendez-vous conformes aux recommandations de la Haute Autorité de Santé, soit moins de 5 jours pour la 1re consultation ;

- 6. Une prise en charge de toutes les demandes d’IVG jusqu’au délai légal (14 semaines d’absence de règles).

- 7. Des CIVG autonomes avec des locaux, des salles d’attente et des moyens dédiés.

Signer la pétition
Mise à jour le Mardi, 20 Novembre 2012 18:21
 
Restructurations = logique de rentabilité contre droits des femmes à disposer de leurs corps ! PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 02 Octobre 2012 21:00

Mutualisation des personnels, fusion des services... appelée « restructuration », le refrain est connu dans les centres hospitaliers. Trois ans après la fermeture de l’Hôpital Hôtel-Dieu et le transfert du Centre d’Interruption Volontaire de Grossesse (CIVG) sur l’Hôpital Edouard- Herriot, les services d’orthogénie lyonnais, qui pratiquent les interruptions volontaires de grossesse (IVG) sont de nouveau menacés car peu rentables (CIVG de la Croix Rousse et CIVG de Lyon Sud).

En France, les réorganisations des établissements de santé, en particulier publics où se pratiquent la grande majorité des IVG, ont conduit à la disparition de plus de 150 CIVG en 10 ans.

Au-delà du maintien ou non du nombre de lits dédiés aux IVG, c’est la qualité de la prise en charge des femmes et des couples qui est en jeu.

A la Croix Rousse, quel projet de restructuration ?

Plusieurs scénarios sont à l’étude. Tous vont dans le sens d’un éclatement du service d’IVG : un espace pour le 1er accueil et les consultations, et le transfert des lits d’hospitalisation vers le service de gynécologie.

A Lyon Sud, même schéma :

Toujours dans une logique de rentabilité, une 1ère restructuration vient d’être présentée. Ici aussi est prévue la délocalisation des lits d’IVG vers la gynécologie. Au cours de cette restructuration, le service d’IVG passerait de 2 personnes actuellement (une infirmière et une aide-soignante), à une seule, qui ferait à la fois les prises de rendez-vous téléphoniques, l’accueil des femmes, les ouvertures de dossiers, etc...

Mise à jour le Lundi, 15 Octobre 2012 23:32
Lire la suite...
 
28 septembre, Journée internationale pour la dépénalisation de l'avortement PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 28 Septembre 2012 16:56

La campagne internationale pour le droit des femmes à un avortement sûr, lancée en mai 2012, appelle à faire du 28 septembre une date symbolique de mobilisation pour demander la dépénalisation de l'avortement.

Les femmes ont peu ou pas accès à l'avortement dans une très grande majorité de pays à travers le monde. Les législations en la matière sont extrèmement restrictives. Même quand elles remplissent les conditions légales, les femmes accèdent difficilement à des services d'avortement, surtout les femmes en situation de pauvreté. Du coup, beaucoup avortements sont pratiqués dans des conditions très risqués pour la santé des femmes.

De nombreuses organisations travaillent, dans le monde entier, pour améliorer l'accès des femmes aux services d'avortement sûrs - à travers le plaidoyer, la réforme des lois et politiques, le renforcement des capacités, la prestation de services, la formation, le partage de l'information et le réseautage.

Face à la menace croissante des forces politiques conservatrices et religieuses qui cherchent à revenir en arrière, à bloquer les efforts pour améliorer les lois et fournir des services, nombre d'organisations - y compris en Europe - ont bien vu la nécessité de créer un mouvement international de défense et de promotion du droit à l'avortement. La campagne internationale pour le droit des femmes à un avortement sûr, lancée en mai 2012, vise à créer un tel mouvement.

 

Mise à jour le Jeudi, 04 Octobre 2012 08:49
Lire la suite...
 
Rassemblement de soutien aux Pussy Riot le 1er octobre PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 28 Septembre 2012 09:19

Libérez les Pussy Riot!

Le 17 août 2012, après plusieurs mois de détention préventive, trois membres du groupe punk féministe PUSSY RIOT ont été condamnées à 2 ans de camp de travail forcé pour « hooliganisme » et  « incitation à la haine religieuse ». Leur crime? Avoir chanté le 21 février dernier une « prière punk anti-Poutine » dans la cathédrale du christ-sauveur de Moscou. Opposées au principe de grâce présidentielle, elles ont fait appel de leur jugement. Deux autres participantes à l'action ont dû quitter le pays pour échapper aux poursuites.

Comme elles, nous dénonçons :

- la collusion entre le pouvoir et l’église en Russie.

- un climat liberticide en Russie où opposants et journalistes sont sévèrement réprimés, quand ce n’est pas assassinés.

- un état menant une politique particulièrement discriminatoire vis-à-vis de la communauté LGBT, qui a notamment interdit  toute manifestation homosexuelle pour les 100 prochaines années.

Partout dans le monde, nous restons mobilisé-e-s.

Des artistes, des associations, des individu-e-s dénoncent cette injustice flagrante, se heurtant bien souvent aux limites des limites d’expression de leur propres pays.

N’oublions pas qu’en France, des arrestations ont lieu pour port de cagoules lors de manifestations de soutien aux Pussy Riot.

Rassemblement  le 1er octobre

Jour de leur jugement en appel

19H place des terreaux

 

La place d'une idée n'est pas en prison!

Pas de négociations pour la liberté d'expression!

« Free Pussy Riot Lyon » https://www.facebook.com/fprlyon

Collectif de soutien aux Pussy Riot Lyon : les sœurs de la perpétuelle indulgence-couvent des 69 gaules, le collectif lesbien lyonnais, le planning familial du Rhône, des individu-e-s

 

Mise à jour le Jeudi, 04 Octobre 2012 08:40