Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

 

 

la page facebook du NPA 69

 

 

L'hebdo du NPA

 

 

 

site national du NPA

 

 

collectif 69 pour un audit citoyen de la dette


Collectif de Vigilance 69
contre l'extrême-droite


 

collectif de soutien
au peuple palestinien

 

 

Identification



 

 

 

 

 

Ecologie
Rassemblement festif lundi 2 sept. de soutien aux décrocheurSEs de Macron PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Dimanche, 11 Août 2019 19:20

Communiqué d’Alternatiba Rhône :

« Fanny et Pierre seront jugé.e.s le lundi 2 septembre au Tribunal de Grande Instance de Lyon pour décrochage de portrait présidentiel. Nous ferons de ce procès celui de l’inaction climatique et l’événement de la rentrée à Lyon et dans la région !


Rendez-vous lundi 2 septembre 10h-00h Place Guichard Lyon 3
Rassemblement festif de soutien ** Temps fort 12h-14h** Conférences – Formations – Buvette

Concerts de 18h30 à minuit

Pourquoi 2 militant.e.s climat devant la justice ?

Le 21 février dernier, des militant.e.s d’ANV-COP21 décrochaient le portrait présidentiel de la Mairie du 2ème arrondissement de Lyon. L’objectif : laisser un mur aussi vide que l’est la politique climatique et sociale du gouvernement. S’en suivront immédiatement 2 gardes à vue, 3 perquisitions dont celle de l’ AlternatiBar Maison des Alternatives et 2 convocations devant la justice.

Devant son irresponsabilité, “décrocher” et “sortir” Macron pour le mettre face à la réalité :
Celle des 2 millions de signataires de L’Affaire du Siècle laissés sans réponse à la hauteur des enjeux. Des militant.e.s mettent Macron face aux signataires le 24 février dernier
Face à l’injustice sociale : Des militant.e.s mettent Macron face aux Gilets Jaunes à l’avant-première de "J’veux du soleil", le film, le 26 février

 

Mise à jour le Dimanche, 11 Août 2019 19:23
Lire la suite...
 
Canicule : la menace nucléaire, EDF contraint de mettre à l'arrêt des réacteurs PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 07 Août 2019 08:10

d’après http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2019/07/24/Canicule-et-chaleur-%3A-la-menace-nucl%C3%A9aire
Coordination dont le NPA fait partie

« Manque de débit d’eau de refroidissement


Golfech (Tarn-et-Garonne), Bugey (Ain), Tricastin (Drôme-Vaucluse) : depuis le 22 juillet la liste des réacteurs atomiques mis à l'arrêt en urgence par EDF ou dont la production est abaissée, ne cesse de s'allonger. C'est que leur refroidissement n’est plus assuré à cause de la chaleur et des effondrement du débit des eaux des fleuves qui augmentent dangereusement le risque d’accident nucléaire. Nogent-sur-Seine et Chooz sont aussi concernés et, en vérité, l'ensemble du parc  nucléaire tricolore. 58 réacteurs. Les arrêts pourraient se prolonger jusqu’au 30 juillet.

Le débit du Rhône est trop faible et a conduit au ralentissement de plusieurs centrales nucléaires le week-end dernier : à la centrale du Bugey (Ain), la capacité a dû être réduite de 910 à 500 mégawattheures pendant quelques heures, les deux réacteurs de Saint-Alban (Isère) sont passés de 1.335 mégawattheures à 851 pour le premier et à 929 pour le second, Tricastin 2 et 4 sont soit en arrêt soit au ralenti alors que Tricastin 1 est en arrêt pour tentative de prolongement de sa durée à 50 ans.

Pierre-Franck Chevet, l'ancien président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), estimait en 2018 que les sites de huit centrales – sur les 19 que compte la France – étaient « plus sensibles ».

Le plus grand consommateur d'eau en France : le nucléaire...

Mise à jour le Dimanche, 11 Août 2019 17:56
Lire la suite...
 
Pas de polluants radioactifs dans notre eau potable ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 26 Juillet 2019 06:25
Une campagne de la CRIIRAD (Commission de Recherches et d'Information Indépendante sur la Radioactivité), qui concerne particulièrement les habitantEs de la vallée du Rhône :
« DEMANDE DE PROTECTION

En France, des millions de personnes consomment de l’eau contaminée par le tritium, un radionucléide rejeté en grande quantité par les installations nucléaires. Pour les autorités il n’y a aucun problème puisque les concentrations sont très inférieures à la limite de potabilité (10 000 Bq/l) et même à la référence de qualité (100 Bq/l).

L’étude de la CRIIRAD a montré que les limites sanitaires définies pour la contamination radioactive de l’eau potable conduisent à un risque de cancer plus de 100 fois supérieur au maximum toléré pour les polluants cancérigènes chimiques. Il faut mettre fin à ce régime d’exception et fixer des limites qui protègent réellement la population. En soutien à la lettre que la CRIIRAD a adressée le 11 juillet aux autorités :

Je demande la suppression des privilèges accordés aux activités nucléaires et la révision à la baisse de toutes les limites sanitaires relatives à la radioactivité de l’eau.

Je demande en particulier l’abandon immédiat de la limite de 10 000 Bq/l que l’OMS a fixée pour le tritium.

Je demande le recensement de toutes les communes alimentées par de l’eau potable contaminée par le tritium et l’information de toutes les personnes concernées. Un plan d’actions correctives doit être établi avec un ordre de priorité qui tienne compte notamment de la durée et de l’intensité de l’exposition des habitants.


DEMANDE D’ENQUETE

Mise à jour le Vendredi, 26 Juillet 2019 06:28
Lire la suite...
 
Vendredi 24 & samedi 25 mai : deux jours d’actions pour le climat… et la solidarité globale PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 22 Mai 2019 19:27

La mobilisation lyonnaise commencera dès le vendredi 24 mai avec le collectif Youth for Climate Lyon dont la prochaine grande action sera de répondre à l'appel à la grève internationale des jeunes pour le climat lancé par Greta Thunberg. La précédente grève internationale avait réuni plus de 15 000 jeunes Lyonnai.se.s et plus de 1,7 million de personnes à travers le monde. L'appel à la grève se double d'une invitation à une grande manifestation dont le départ aura lieu place Bellecour à 14h et qui finira vers 17h au Parc Sergent Blandan (le lieu d’arrivée n’est pas encore certain). Cette manifestation aura pour mot d'ordre : "6ème extinction, toutes et tous en action !" et sera dédiée à l’extinction des espèces animales et végétales dues aux activités humaines et au dérèglement climatique.

Le samedi 25 mai, lendemain de la grève climatique mondiale, comme de nombreuses villes de France, Lyon se mobilisera massivement pour dénoncer l’urgence climatique. Cette marche climat organisée par le collectif “Lyon Climat” se fera derrière le mot d’ordre : “Solidarité globale : résistances locales”. De nombreuses associations de solidarité internationale ou locale se joignent au cortège pour l’occasion. Le départ sera donné de la Manufacture des Tabacs à 15h et l’arrivée est prévue à 16h30 sur les Berges du Rhône au niveau du Pont de la Guillotière. Un village associatif est prévu à l’arrivée.
Le NPA organise un cortège dans la Marche climat : rejoignez-nous à partir de 14h30 à la sortie de la station  de métro Sans Souci

Contribution de la Commission Nationale Ecologie du NPA :

Une révolution énergétique à accomplir

À l’échelle mondiale, il ne reste que dix ans pour réduire de 58 % les émissions de gaz à effet de serre. Les principaux pays d’Europe qui ont fondé leur développement sur le charbon, le gaz et le pétrole, sont parmi les premiers responsables de la catastrophe et doivent de toute urgence s’acquitter de cette « dette écologique » en réduisant drastiquement l’utilisation des énergies fossiles.
Quant à la France, sous la pression de l’industrie nucléaire et pétrolière, elle a un bilan énergétique figé sur un schéma aujourd’hui dépassé dans la plupart des pays européens : 67 % d’origine fossile, 23 % d’électricité (nucléaire, hydraulique), 10 % de renouvelable (thermiques et déchets).
C’est dire l’ampleur de la révolution énergétique à accomplir.
Aujourd’hui, le marché libéralisé de l’énergie est livré aux...

Mise à jour le Mercredi, 22 Mai 2019 19:28
Lire la suite...
 
Contre le Center Parc de Roybon, rassemblement mardi 30 avril à Lyon PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Lundi, 29 Avril 2019 06:12

Appel de la Coordination Center Parcs ni ici, ni ailleurs de Lyon :

« Après de nombreuses décisions de justice défavorables au Préfet comme à la multinationale du tourisme "Pierre et Vacances" (P&V), le Conseil d’État a invalidé en novembre 2018 (sur la forme) la décision de la Cour d’Appel Administrative de Lyon qui avait confirmé l’illégalité de l’arrêté préfectoral permettant la destruction des zones humides de Roybon. Le cas est donc rejugé en appel, mardi 30 avril à partir de 14 heures à la Cour administrative d’appel de Lyon, 184 rue Duguesclin, 69003 Lyon.
Pour la 4ème fois en 5 ans, la justice doit statuer sur le projet de Center Parcs de Roybon en Isère.
La saison IV de la saga Game Of Troncs s’annonce riche en péripéties.

Dans cette saga juridique où tous les coups sont permis, le groupe P&V a bénéficié et continue de bénéficier de tous les appuis politiques et financiers possibles : préfecture et département de l’Isère, Région Rhône-Alpes-Auvergne (4,7 millions d’euros de subventions), Direction Régionale Environnement Aménagement Logement, Office National des Forêts et Ministère de l’agriculture.
Édouard Philippe, Premier ministre, et son ministre de l’Agriculture Stéphane Travert ont tous deux en juillet 2018, prolongé en toute opacité, sur demande expresse du PDG de P&V Gérard Brémond, l’autorisation de défrichement (normalement caduque depuis 2018) permettant à la multinationale de pouvoir continuer à prétendre détruire le site.

Dans cette saga juridique où tous les coups sont permis, le groupe P&V a bénéficié et continue de bénéficier de tous les appuis politiques et financiers possibles : préfecture et département de l’Isère, Région Rhône-Alpes-Auvergne (4,7 millions d’euros de subventions), Direction Régionale Environnement Aménagement Logement, Office National des Forêts et Ministère de l’agriculture...

Mise à jour le Dimanche, 12 Mai 2019 17:00
Lire la suite...
 
Film-débat "Tchernobyl, le monde d’après" lundi 29 avril PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 26 Avril 2019 19:56

Note de l’auteur qui sera présent au débat :


« Plus de trois décennies après Tchernobyl, la vie dans "le monde d’après" reste l’objet de témoignages limités et de reportages contradictoires allant du lénifiant à l’apocalyptique. L’évolution de l’état de santé de la population nourrit des controverses irréductibles, nombre d’études allant jusqu’à omettre le facteur radiations dans son incontestable dégradation. L’ancienne génération peut croire la page à peu près tournée, une page que les jeunes générations sont en majorité incapables de situer dans l’histoire du XXe siècle. La désinformation a de plus en plus le champ libre.

Ainsi, après avoir instillé l’idée que la Zone Interdite était un véritable Eden, des auteurs de cette désinformation ont entrepris de donner à croire qu’habiter dans une région contaminée est une expérience valant d’être vécue – une chance, à Tchernobyl comme à Fukushima !

Début mai 2016, l’association Enfants de Tchernobyl Belarus a décidé de combler un vide en donnant la parole à quelques unes des rares personnes qui ont consacré leur vie à réduire autant que possible les risques et dommages qui menacent la population du fait d’un environnement radioactif. Surmontant le syndrome de la victime, refusant toute passivité fataliste, elles se dressent comme des figures de "derniers liquidateurs" investies dans une tâche sans fin – vivantes incarnations du Mythe de Sysiphe. Ce film a pour ambition première de leur rendre justice.
Des données récemment collectées révèlent que les malformations cardiaques congénitales dans la population enfantine...

Mise à jour le Samedi, 04 Mai 2019 09:07
Lire la suite...
 
Pour le climat, grève et manif des jeunes vendredi 12 avril PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 12 Avril 2019 02:58

Les capitalistes détruisent notre avenir, non seulement en détruisant les services publics, l'accès à l'emploi et aux études, mais aussi parce qu’ils menacent l'écosystème. Cette situation de crise climatique ne vient pas de nulle part : près de 100 entreprises – parmi les plus riches au monde – sont responsables de 70% des émissions de gaz à effet de serre ! Le gouvernement tout en se présentant comme défenseur de l'écologie, vient de repousser l'interdiction des pesticides à 2025 et poursuit son projet de mine d'or géante en Guyane, entraînant ainsi une déforestation massive. Ceux qui polluent aujourd’hui, et détruisent la planète ce sont les grandes entreprises et les gouvernements à leur service, pour les profits financiers d’une minorité !

La grève massive de vendredi constitue un nouveau pas, et une nouvelle grève mondiale est prévue le 24 mai. Nous n’allons pas attendre 2 mois avant de poursuivre cette lutte ! C’est notre avenir qui est en jeu. La lutte pour la justice climatique doit aller main dans la main avec la lutte pour la justice sociale et les gilets jaunes l’ont bien compris, se joignant à la marche climatique samedi après midi. Gouvernement et patrons détruisent notre avenir, que ça soit en cassant nos droits à l’éducation, à un emploi, mais aussi en brulant notre planète ! C’est à nous de décider !

Ce qui se passe en Algérie, certes sur des questions différentes doit nous montrer la voie. Nous n’avons rien à attendre des gouvernements, prenons nos affaires en main !

Mise à jour le Vendredi, 26 Avril 2019 19:42
 
Marches pour le climat vendredi 15 et samedi 16 mars à Lyon PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 13 Mars 2019 22:18

Le changement climatique c'est ici et maintenant…
Jusqu’alors c’était une menace future (pour la fin du siècle), et éloignée (typhons, sécheresses et inondations frappaient d’autres régions du monde, surtout au Sud) … L’été 2018 la vague de chaleur et les pics de pollution, les orages dévastateurs et les inondations ont touché la France. Des températures extrêmes (plus de 50 °C) ont été enregistrées au Koweït, au Sud de l’Algérie, en Californie et en Argentine. La Grèce, le Portugal, la Californie mais aussi la Suède et la Lettonie ont été ravagées par des incendies.

Toutes ces catastrophes sont en lien avec une augmentation de la température moyenne de la Terre de 1 °C depuis le début de l’industrialisation, il y a 200 ans.

L’un des pires effets du réchauffement est l’élévation du niveau des océans due en particulier à la fonte des glaces aux pôles. Or l’augmentation de la température est trois fois plus rapide que la moyenne mondiale au Groenland et en Antarctique.

Dans le monde entier les coulées de boues, les inondations, les cyclones détruisent les bidonvilles ; les riches vivent dans des zones protégées. Ce sont les paysan·ne·s pauvres qui souffrent le plus des sécheresses. Ils et elles sont des dizaines de millions contraint·e·s de fuir et n’ont même pas le droit au statut de réfugié·e·s.
Les gaz à effet de serre émis en brûlant du gaz, du charbon ou du pétrole, sont, avec la destruction de forêts qui absorbent ces gaz, responsables du réchauffement. Il faudrait diviser par cinq l’utilisation de ces énergies fossiles et les remplacer par des énergies renouvelables comme le soleil et le vent. Le nucléaire, dangereux et producteur de déchets pour des centaines d’années, n’est pas la solution.

L’écologie n’est pas compatible avec le capitalisme
Fin 2015, dans un accord signé à Paris, les gouvernements affirmaient vouloir limiter l’augmentation moyenne à 2°C ou 1,5°C. Mais l’addition de leurs engagements aboutirait tout de même à une hausse supérieure à 3 °C… s’ils sont tenus ! Et rien n’est moins sûr, car ils ne veulent pas nuire aux grands groupes capitalistes du pétrole, de l’agriculture industrielle, des transports… responsables des émissions de gaz à effet de serre.

Les 15 et 16 mars, le mouvement pour le climat va franchir un nouveau seuil...

Mise à jour le Vendredi, 12 Avril 2019 18:25
Lire la suite...
 
Lyon mobilisé dimanche 27 janvier contre la pollution de l’air PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Dimanche, 20 Janvier 2019 21:52

Rendez-vous à 15h Départ Place des Terreaux, Arrivée Place Bellecour : Chaîne humaine et happening géant,

à l’initiative de la Coalition Climat Rhône, dans la suite des Marches pour le climat

Le point de vue du NPA :
La question climatique est une question sociale majeure. Les changements de comportement individuels, s’ils sont indispensables, ne suffiront pas à modifier la donne.
Une puissante mobilisation mondiale des mouvements environnementaux, syndicaux, paysans, féministes et indigènes est nécessaire et urgente. Nous avons besoin d’un mouvement pour la justice climatique capable d’imposer des mesures de rupture radicales, une révolution écosocialiste. C’est bien tout le système de production et de consommation qu’il faut changer.
Les Marches pour le Climat sont un début. Il n’est plus suffisant de s’indigner et de faire pression sur les décideurs, il faut construire la convergence des luttes, descendre dans la rue par millions, bloquer les investissements fossiles et tous les projets inutiles et destructeurs imposés aux populations, stopper les accaparements de terres et le militarisme, s’investir activement dans le soutien aux paysanEs, jeter les bases de pratiques sociales qui sortent du cadre capitaliste…

Des victoires sont possibles contre les bétonneurs comme à Notre-Dame-des- Landes, contre l’industrie du charbon à Hambach (Allemagne) où la mobilisation a imposé l’arrêt du déboisement de la forêt ancienne par l’avancée d’une mine de lignite… Elles sont le résultat de larges convergences, de la détermination, de la radicalité, de la créativité démocratique…
Chaque victoire, chaque avancée compte.Nous avons besoin de victoires, même partielles parce qu’elles mettent en pratique l’autonomie et l’auto-organisation qui sont des préconditions nécessaires et décisives à une transformation radicale du monde, à l’auto-émancipation des exploitéEs et des oppriméEs. Elles montrent qu’un autre monde, écosocialiste, est possible.


Mise à jour le Jeudi, 14 Mars 2019 20:05
 
CONCERT DE SOUTIEN à la lutte contre le projet CIGEO de BURE samedi 15 décembre PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 15 Décembre 2018 10:02
CIGEO (CENTRE D’ ENFOUISSEMENT DE DECHETS RADIOACTIFS)
SAMEDI 15 DECEMBRE à 20HAu BISTROT DES CLAMEURS 23 Rue d’Aguesseau - 69007 LYON Métro Guillotière
VIDEO SUR DECHETS
MUSIQUES VARIÉES AUTOUR D AIRS ESPAGNOLS
Avec : Imanol IRAOLA, aux chants et percussions, Marc DE LA LINDE à la Viole de gambe, Cécile BLAIS à l’épinette
Les opposants au nucléaire, dont les militants de BURE, font l’objet d’une répression abusive. On assiste à des arrestations arbitraires et des procès sont en cours. Pour les soutenir,
Venez nombreux ! Nous échangerons sur la situation en Meuse.

extrait de l'hebdomadaire du NPA, L'Anticapitaliste : abonnez-vous !

Le quotidien Libération (15 novembre 2018) a eu accès au dossier de 10?000 pages à charge contre des militantEs de Bure, bien qu’il soit couvert par le secret de l’instruction. Les informations qui ont fuité donnent le vertige :
Des milliers de conversations téléphoniques écoutées ; des poses de balises sous des voitures ; l’usage d’appareils de surveillance utilisés pour intercepter le trafic des communications mobiles d’une zone donnée – lors de manifestations, mais aussi lors de procès ; des centaines de saisies d’ordinateurs, de téléphones, de disques durs et de clefs USB au fil des 23 perquisitions de l’année écoulée ; des géolocalisations de téléphones ; une tentative de sonorisation de la Maison de résistance à Bure ; des dizaines d’expertises informatiques et ADN (parfois menées sur des sous-vêtements confisqués en garde-à-vue). On en passe…

Au cœur du processus répressif

Nous vivons, en direct et grandeur nature, sur le site de Bure, l’expérimentation d’une extension de la loi de juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement à toutes les résistances politiques. Aujourd’hui on parle de Bure, mais les autres territoires en lutte, les luttes ouvrières, la solidarité avec les migrantEs… sont aussi concernés.
Le panel d’interdictions imposées aux misEs en examen n’est d’ailleurs pas un à-côté du dossier, il est au cœur même du processus répressif. Toutes les personnes mises en examen et placées sous contrôle judiciaire ont interdiction d’entrer en contact, et sont frappées d’interdiction de séjour à périmètres variables, allant des seules communes de Bure et de Saudron jusqu’à la totalité des départements de Meuse et de Haute-Marne. Derrière les atteintes à la liberté de réunion et d’association,...

Mise à jour le Dimanche, 13 Janvier 2019 11:30
Lire la suite...
 
Samedi 8 décembre : dans la rue pour changer le système, pas le climat ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Jeudi, 06 Décembre 2018 19:14

Rendez-vous place Jean Macé à Lyon 7ème (rendez-vous NPA devant la mairie)

Le changement climatique ici et maintenant

Ce n’est plus une menace lointaine. Vagues de chaleur, pics de pollution, orages dévastateurs, inondations, fonte de la calotte glaciaire, élévation du niveau des océans, incendies meurtriers sont les fléaux récemment vécus au Koweït, au Sud de l’Algérie, en Californie, en Argentine, en Grèce, au Portugal, mais aussi en Suède, en Lettonie, en France.
L’augmentation de la température moyenne de la Terre de 1 °C depuis 200 ans provoque déjà des catastrophes dont les plus pauvres sont les principales victimes. Ils et elles sont des dizaines de millions contraint·e·s de fuir, sans le droit au statut de réfugié·e·s.

Sortir au plus tôt et complètement des combustibles fossiles

La combustion du charbon, du pétrole, du gaz émet des gaz à effet de serre. Il faut diviser par cinq leur utilisation. Il faut arrêter le nucléaire, dangereux et producteur de déchets toxiques pour des millénaires. Réaffecter les sommes extravagantes qu’il engloutit (EPR de Flamanville, Bure) aux infrastructures et à la recherche dans les renouvelables. Cette transformation radicale doit inclure la reconversion de tou.te.s les travailleur.euse.s des secteurs concernés vers ceux où des centaines de milliers d’emplois nouveaux peuvent être créés.

Il est encore temps pour agir

Pour baisser la demande d’énergie il faut éliminer d’urgence les productions inutiles ou nuisibles (production d’armes…), abandonner l’agriculture industrielle en faveur d’une agriculture écologique locale qui peut fixer d’énormes quantités de carbone dans les sols et procurer une nourriture saine à toutes et tous. Il faut arrêter tous les grands projets inutiles, coûteux et dévastateurs comme le contournement de Strasbourg ou les lignes de trains à grande vitesse. Il faut combattre l’obsolescence programmée des produits et les absurdes transports de marchandises à travers le monde.

L’écologie n’est pas compatible avec le capitalisme...

Mise à jour le Dimanche, 20 Janvier 2019 21:53
Lire la suite...
 
+ qu’une marche pour le climat samedi 13 octobre à partir de 15 h aux Terreaux PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 13 Octobre 2018 05:02

"Parce que #IlEstEncoreTemps de freiner le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité. Parce qu’on était 15 000 le 8 septembre à faire le siège de l’Hôtel de Ville de Lyon. Parce qu’on ne va pas s’arrêter là. Parce qu’on veut se rassembler, s’organiser, exiger plus, et faire ensemble. (...) A 15h, rendez-vous à l’Hôtel de Ville de Lyon pour faire masse et découvrir les différentes batailles que l’on peut mener et gagner dans les prochains mois ! A 16h, nous descendrons jusqu’à la métropole en un cortège animé et festif.”

Le NPA appelle à participer massivement aux marches pour le climat qui se tiendront samedi 13 octobre :

Notre planète, nos vies, la vie… valent plus que leurs profits !

Le rapport spécial du GIEC paru le 8 octobre est à la fois sans surprise (les impacts sociaux et environnementaux du changement climatique sont d'ores et déjà catastrophiques) et sans appel (la limite impérative à ne pas dépasser n'est pas 2 °C d'augmentation de la température moyenne de la terre, mais 1,5 °C).
Si l’expertise du GIEC est incontournable quand il s’agit d’évaluer le changement climatique, ses propositions sont biaisées par sa soumission aux impératifs capitalistes de la croissance et du profit. Du maintien du nucléaire au déploiement des technologies à émissions négatives – censées retirer du carbone – en passant par la géo-ingénierie – censée limiter l’entrée de l’énergie solaire dans l’atmosphère – ces technologies d’apprenti sorcier sont dans le meilleur des cas inefficaces, et dans le pire terriblement dangereuses. 
Or ce rapport servira de base aux négociations de la COP24 en décembre prochain. On ne peut laisser la main aux gouvernements et aux capitalistes.

C'est le système qu’il faut changer.

Sauver le climat impose de socialiser le secteur énergétique et bancaire pour planifier un système 100% renouvelable, sans énergie...

Mise à jour le Dimanche, 09 Décembre 2018 07:07
Lire la suite...
 
A Roybon, les 28 & 29 avril, NINA crève la bulle ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Vendredi, 27 Avril 2018 10:02

Repris sur le Blog d'opposants à Pierre et Vacances Center Parcs
http://chambarans.unblog.fr/ :

« LES RAISONS DE NOTRE OPPOSITION AU PROJET DU CENTER PARCS
Nous refusons d’admettre qu’un bien commun, comme le bois des Avenières à Roybon, soit accaparé par et pour l’intérêt privé de la société Pierre et Vacances
Nous refusons d’admettre que ce projet d’intérêt privé soit financé par la collectivité qui ne bénéficiera d’aucun avantage
Nous condamnons le fait que Center Parcs devienne la vitrine des Chambarans
Nous défendons notre attachement à un lieu (un territoire) inexploité et sans valeur marchande
Nous dénonçons la propagande faite par la société Pierre et Vacances et par certains élus qui présentent la destruction de plus de 50 ha de forêt comme du développement durable
Nous dénonçons le développement durable comme moyen de propagande et comme nouvelle pierre angulaire de la société industrielle

De l’implantation d’un  Center Parcs en Isère et du choix imposé entre une forêt et sa vie sauvageet une usine à loisirs

Isérois et amoureux de la forêt et de la vie sauvage qu’elle abrite, je déteste l’idée qu’un marchand de loisirs ultra-rentables...

Mise à jour le Samedi, 05 Mai 2018 15:26
Lire la suite...
 
Rassemblement contre l’expulsion des militantEs antinucléaires de Bure jeudi 22 février PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Jeudi, 22 Février 2018 15:38

Appel du Réseau Sortir Du Nucléaire à des rassemblements à 18 h partout en France devant les préfectures :

à Lyon, préfecture du Rhône, rue Dunoir, Lyon 3ème, métro Guichard

Dans l'Hebdo du NPA, L’Anticapitaliste du 08/02/2018 :

Bure : « L’enfouissement des déchets nucléaires est une question qui concerne toute la population et les générations à venir. »

Entretien. Après la victoire de Notre-Dame-des-Landes, formidable encouragement pour l’ensemble des luttes contre les grands projets inutiles, imposés et destructeurs, nous avons décidé de donner la parole à Laura Hameaux, membre de la collégiale de la Maison de résistance de Bure, à propos de la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires dans ce petit village de la Meuse.

Notre-Dame-des-Landes abandonné tous les regards se posent sur Cigeo à Bure. Les médias parlent de zad, parlent de migration des zadistes. Alors : Bure, une copie conforme ou une lutte avec ses propres formes d’organisation ?
L’annonce de l’abandon du site de Notre-Dame-des-Landes, combat avec lequel nous avons noué des liens étroits et une belle solidarité, nous réjouit. Des années de lutte multiforme et déterminée contre un méga-projet de développement aérien ont payé... Des hectares de terres agricoles et maraîchères et des zones humides seront préservés, et des lieux d’expérimentation sociale déjà en construction vont pouvoir s’y renforcer.
À Bure nous n’avons jamais revendiqué l’étiquette « ZAD », qui cache les spécificités propres à chaque lutte. Nous ne croyons pas non plus à un « transfert de ZAD », comme si les raisons de lutter étaient inter-changeables, que des gens circulaient sans raison profonde, au gré de l’actualité, de Notre-Dame-des-Landes à Bure ou ailleurs. Agiter l’épouvantail de cette migration zadiste, comme le font certains élus et les médias mainstream, n’est qu’un moyen de légitimer à peu de frais la répression qui sévit ici. La réalité est en fait beaucoup plus simple : si de nouvelles personnes doivent nous rejoindre, venues de l’Ouest ou d’ailleurs, ce sera parce que le nucléaire est mortifère et que, plus que jamais, cela fait sens de venir en 2018 dans la Meuse pour s’y opposer.
Et puis – sans vouloir minimiser la victoire contre Vinci – les enjeux qui se jouent ici dépassent largement la question d’un aéoroport. L’enfouissement des déchets nucléaires est une question qui concerne toute la population et les générations à venir. Cigéo, ce serait un monstrueux et fragile « métro » radioactif souterrain, potentiellement inflammable, un legs infinançable, un cadeau empoisonné et irréversible pour des millions d’années...

Autour de la Maison de la résistance s’est formé depuis déjà plusieurs -années un lieu de pratiques concrètes...

Mise à jour le Jeudi, 15 Mars 2018 19:20
Lire la suite...
 
L'écologie : nécessairement anticapitaliste ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Lundi, 17 Juillet 2017 14:30

Chapitre 1 :

La dégradation de l'environnement et les dangers pour l'humanité

 

La question du réchauffement climatique

Le changement climatique commence à apparaître de manière visible dans nos vies. Les hivers sans neige, le chant des cigales à Lyon, l'apparition dans le Midi de la France de certaines espèces de moustiques qui n'existaient que dans les régions tropicales. Le seuil de 2° considéré comme dangereux sera très probablement franchi quoi qu'on fasse.

Un petit rappel sur les mécanismes du réchauffement climatique : quand le soleil chauffe la terre, une partie du rayonnement est renvoyée vers l'espace. Mais pas la totalité car l'atmosphère retient la chaleur et maintient une partie de ce rayonnement au niveau du sol. Sans cette particularité, la température moyenne de la terre serait de -18°. Ce mécanisme qui a été favorable à la vie est en train d'être gravement perturbé. Le gaz carbonique est le principal contributeur à effet de serre. Or le fait de brûler du pétrole, du gaz et du charbon a pour effet d'élever considérablement le taux de gaz carbonique dans l'atmosphère, qui est passé de l'ère industrielle de 280 ppm à 380 : c'est une augmentation considérable.

Le gaz carbonique n'est pas le seul gaz à effet de serre : il y a aussi le méthane. Sa concentration dans l'atmosphère a plus que doublé. Or le méthane bien que présent en très petite quantité est 14 fois plus puissant que le gaz carbonique comme gaz à effet de serre. Le méthane provient de la décomposition des matières organiques, pour partie de l'agriculture.

La troisième composante importante des gaz à effet de serre est la famille des oxydes nitreux. Leur augmentation est aussi considérable. Ces gaz peuvent être entre 100 et 300 fois plus puissants que le gaz carbonique pour réchauffer l'atmosphère. Les oxydes nitreux proviennent de l'industrie et en partie de l'agriculture.

Pourquoi a-t-on dit qu'il ne fallait pas dépasser 2° d'augmentation ? Dans les risques du réchauffement climatique, il n'y a pas seulement le fait que demain il risque de faire plus chaud qu'aujourd'hui, mais aussi des risques d'emballement. Au-delà d'un certain seuil qu'on ne sait pas très bien définir, le climat peut se modifier de manière extrêmement brutale pour arriver à des températures qu'on n'a pas vues sur Terre depuis plus de 100 millions d'années.

Mise à jour le Mercredi, 16 Mai 2018 06:43
Lire la suite...
 
Rassemblement pour le fret ferroviaire ce 4 avril à Ambérieu PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Cotentin   
Dimanche, 02 Avril 2017 21:57

Pour une autre politique des transports de marchandises, la fédération Sud-Rail organise un rassemblement national le 4 avril 2017 à partir de 11h, à Ambérieu (dans l'Ain, à une cinquantaine de kilomètres de Lyon) afin de faire converger toutes les forces syndicales, politiques et associatives qui veulent :

  • un report modal massif avec une politique de développement du Fret Ferroviaire et des transports écologiques ;

  • une relocalisation des emplois au plus près des besoins des populations et qui combatte le système capitaliste ;

  • des solutions concrètes et immédiates qui permettent de combattre le réchauffement climatique et la pollution ;

  • une remise en cause du culte énergivore et polluant de la grande vitesse ;

C'est maintenant qu'il faut agir car il y a urgence !

En 2010, à l'initiative de la fédération Sud-Rail, plusieurs organisations avaient signé un appel pour exiger la création d'un grand service public de transport ferroviaire et routier de marchandises. Quelques années plus tard, le report modal sur le rail est toujours aussi ridicule, les travailleuses / travailleurs du rail de ce secteur sont exploité-e-s et les conséquences climatiques sont désastreuses.

Il ne doit pas y avoir de problème de fric, car ce sont nos santés qui sont en jeu !

Cet abandon du fret ferroviaire engendre des conséquences catastrophiques sur l'environnement local et global (effet de serre, pollution, etc.). Nous devons, dès maintenant, imposer une politique vraiment efficace de lutte contre le changement climatique qui met en danger les moyens d'existence et les vies de milliards d'êtres humains.

Mise à jour le Mercredi, 19 Avril 2017 23:02
Lire la suite...
 
Contre la nouvelle ligne Lyon-Turin, pour mettre enfin les camions sur les trains! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Samedi, 04 Février 2017 19:13

Extraits du communiqué du syndicat SUD Rail :
« Alors qu’il refuse de reprendre la dette publique du système ferroviaire français, le gouvernement n’a aucun scrupule à passer en force pour valider le démarrage d’un projet inutile à près de 30 milliards et de surcroit offert au privé. Les citoyens n’ont pas besoin d’une énième ratification mais d’un report modal dès 2017 entre la France et l’Italie. Mettre enfin les camions sur les trains : voilà ce que doit être la réponse responsable et immédiate face aux pics de pollution des vallées alpines et aux milliers de circulations routières chaque jour dans les tunnels des Alpes ! (...)

Ainsi la fédération des syndicats SUD-Rail revendique :
. Le retrait de ce projet de loi afin que les financements publics, prévus au Lyon-Turin, soient consacrés à la maintenance et à la modernisation du système ferroviaire. Les dossiers ne manquent pas sur la région Rhône-Alpes afin d’améliorer le quotidien des usagers.
. La mise en place d’un véritable report modal, dès 2017, au départ du site ferroviaire d’Ambérieu. La relance du fret ferroviaire, dans les Alpes, doit être assurée par l’entreprise publique SNCF qui doit arrêter de détruire l’outil de production pour le fret
ferroviaire et tout particulièrement dans la Vallée de la Maurienne. »

Interview donné par Daniel Ibanez à l’Anticapitaliste, hebdomadaire du NPA :

Citoyen engagé, Daniel Ibanez est devenu la principale figure des opposants français au Lyon-Turin ferroviaire. Au-delà d’un militantisme de terrain incessant, il a fourni un considérable travail de dossier qui lui a permis de démontrer point par point que ce projet absurde n’avait d’autres raisons d’être que de servir les intérêts de quelques grandes entreprises du BTP. Fruit d’une enquête minutieuse, son dernier livre, « Lyon-Turin, les "Réseaux" déraillent. Lettre au juge administratif », montre ainsi comment les collusions d’intérêts entre grandes entreprises, élus et agents de l’État sont à la source des grands projets inutiles.

Où en sont aujourd’hui les oppositions françaises et italiennes au projet ?
Je dois tout d’abord préciser qu’il n’y a qu’une opposition franco-italienne composée de mouvements français et italien eux-mêmes composés d’une grande diversité d’approches.
En France, le soutien très large que rencontrait le projet a volé en éclat devant nos démonstrations. L’opposition au Lyon-Turin continue à démonter les mensonges des promoteurs de ce projet. En ce qui nous concerne, si nous acceptons le terme d’opposants, c’est parce qu’aux illusions vendues par ces marchands de rêves, nous opposons des solutions concrètes et de bon sens. Ça s’exprime en France sous la forme de propositions démontrant que le transport des marchandises sur le réseau ferré existant est parfaitement possible aujourd’hui, en démontrant également que rien n’est fait alors que les moyens existent et peuvent être mis en service sans dépense lourde. Ça s’exprime aussi par l’exigence de sortir les marchandises de la route immédiatement car c’est un problème de santé publique.
La difficulté que nous rencontrons est que nous nous heurtons à une croyance...

Mise à jour le Dimanche, 12 Février 2017 11:03
Lire la suite...