Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Manif lundi 9 et grève nationale interprofessionnelle mardi 10 avec manif à 11h30 place J. Macé PDF Imprimer Envoyer
Service public
Dimanche, 08 Décembre 2019 22:06

Communiqué de l’Intersyndicale de l’Education Nationale :
« L’intersyndicale Education des syndicats Snes-FSU, Snuipp-FSU, CGT, FO, SUD et CNT soutient l’appel de l’assemblée générale du vendredi 6 décembre à reconduire la grève et à réunir des AG de secteurs.
L’intersyndicale se félicite de la poursuite de la grève après la journée massive du jeudi 5 décembre. Cette grève a été reconduite dans de nombreux établissements (écoles, collèges, lycées, rectorat). La participation a été forte à la manifestation de ce jour qui a réuni 4000 personnes.
L’intersyndicale dénonce avec la plus grande fermeté les violences commises vendredi 6 décembre devant le lycée Ampère Saxe à l’encontre d’élèves de l’établissement. Un lycéen a reçu un tir de lanceur de balle de défense dans la mâchoire -des examens sont en cours, les dernières nouvelles seraient plutôt rassurantes sans préjuger de l’impact psychologique subi. Une lycéenne, sans attitude menaçante, a été isolée du reste du groupe et retenue un moment pendant lequel elle a été sérieusement intimidée et même molestée. Ces pratiques sont inacceptables. En cette période de mobilisation sociale, l’intersyndicale attend de nos institutions (rectorat, préfecture...) qu’elles protègent l’intégrité physique des élèves et elles exigent une réaction forte pour éviter que ne se reproduisent de tels agissements.

Elle revendique le renforcement et l’amélioration du système actuel de retraite solidaire et intergénérationnel. Elle réaffirme son refus d’un système par points dit universel qui immanquablement conduirait à une baisse des pensions et à devoir reculer encore l’âge de départ. Elle appelle au retrait du projet.
C’est pourquoi l’intersyndicale appelle à renforcer et élargir encore la mobilisation par la grève et la reconduction de celle-ci là où le personnel le décide dès lundi. Dans ce cadre, elles donnent rendez-vous aussi le mardi 10 décembre pour une journée massive de grève et de manifestations interprofessionnelles et intergénérationnelles.
L’intersyndicale Education soutient l’appel à la manifestation lundi 9 décembre à 14h place Jean Macé. La manifestation fera un arrêt devant le lycée Ampère Saxe.
L’intersyndicale appelle à être massivement en grève et à la manifestation de mardi 10 décembre, à se réunir en AG locales et de participer à l’Assemblée Générale à 15h à la Bourse du Travail pour discuter des suites de la mobilisation. »



 
Manif vendredi 6 décembre, samedi 7 et poursuite de la grève PDF Imprimer Envoyer
Entreprises
Vendredi, 06 Décembre 2019 08:08

Avec entre 21 000 (selon la police) et 35 000 manifestantEs (selon la CGT), cette première journée de grève contre la réforme de retraites a été particulièrement suivie à Lyon. A Paris et dans de nombreuses villes, on n’avait pas vu autant de monde dans les rues depuis longtemps, quelquefois depuis le grand mouvement de l’hiver 1995, ce qui est de bonne augure pour la suite… Dans de nombreuses villes, les interventions de la police ont perturbé les défilés, mais rien n’y a fait : la détermination était de mise chez les manifestantEs, qui n’ont pas cédé face aux provocations et aux violences policières.

La fréquentation des manifestations est à l’image de cette première journée de grève contre le projet de Macron, qui a été tout aussi massive dans beaucoup de secteurs, de services publics, et même dans certaines entreprises privées. A la SNCF, il y avait entre 60 et 90 % de grévistes selon les professions, avec 90 % des trains qui n’ont pas circulé aujourd’hui, et on annonce déjà une journée au même niveau dès demain. Tout autant mobilisés, les salariéEs de la RATP ont aussi voté largement dans leur AG la reconduction pour demain. Dans l’éducation nationale, les taux de grèves n’ont pas été aussi hauts depuis de nombreuses années : si le ministère annonce un peu plus de 40 % de grévistes, les syndicats décomptent environ 70 % de grévistes dans le premier et second degré, avec de nombreuses écoles totalement fermées.


Du coup, il va falloir à ce pouvoir un peu plus que des petites manœuvres pour éteindre cette colère. Espère-t-il s’en sortir en présentant sa contre-réforme un peu plus tôt que prévue, dès le milieu de la semaine prochaine, comme il l’a annoncé aujourd’hui ? CertainEs - parmi ses « partenaires sociaux » - se prêteront sans nul doute à ce petit jeu, alors qu’il n’y a rien à négocier : les grévistes veulent le retrait du projet, point barre...

 

Lire la suite...
 
Pour nos retraites et contre Macron, manif intersyndicale jeudi 5 décembre PDF Imprimer Envoyer
Entreprises
Mardi, 03 Décembre 2019 04:35

à 10h30, de la Manufacture des tabacs (métro Sans Souci) à J. Macé
manif vendredi 6 décembre à 11h30 de J. Macé à la Préfecture (au moins à l'appel de Solidaires 69...)
manif samedi 7 décembre à 14h à partir de J. Macé

TouTEs en grève jusqu’au retrait !

À quelques jours de la journée de grève interprofessionnelle du 5 décembre, le climat social se réchauffe et accroît l'affrontement avec le pouvoir. Retraites, racisme, violences faites aux femmes, climat... La possibilité d’une convergence des colères contre la politique de Macron fragilise un gouvernement qui alterne effets d’annonces, déclarations méprisantes et menaçantes, et tentatives de division.

Des effets d’annonce… sans effets !

Après la journée de grève et de manifestation historique des soignantEs, Macron a annoncé à grand bruit un « plan d’urgence » : le troisième en six mois. Mais ce n’est qu’un effet d’annonce, qui ne répond pas à l’essentiel : le manque d’effectifs et de lits, les salaires trop bas, les heures supplémentaires non payées, la dégradation incessante des conditions de travail. Une nouvelle journée de mobilisation est prévue ce 30 novembre.
Au lendemain d’une mobilisation historique (150 000 personnes dans tout le pays) contre les féminicides samedi dernier, le « Grenelle des violences conjugales » n’accorde pas un euro pour mettre en œuvre les maigres propositions !
Et face à la précarité grandissante des étudiantEs, la réponse du gouvernement est encore à côté de la plaque...

Lire la suite...
 
Poursuite de la mobilisation des personnels et usagers des hôpitaux samedi 30 novembre PDF Imprimer Envoyer
Service public
Jeudi, 28 Novembre 2019 23:30

autour d’initiatives de sensibilisation des professionnels, des patients et de leurs familles dans et autour des établissements. Rassemblement à 14h00 devant l’Hôpital E. Herriot place d’Arsonval à Lyon 8ème (métro Grange Blanche)

dans le cadre de l’appel national des collectifs : Inter-Blocs, Inter-Urgences, Inter-Hôpitaux et les associations : Printemps de la Psychiatrie et Coordination Nationale des Comités de Défense des Maternités et des Hôpitaux de Proximité ainsi que les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales : AMUF, APH, CFE-CGC, CFTC, CFDT, CGT, SUD, UNSA,

Le point de vue du NPA :

Plan urgences hôpital : un « ballon d’oxygène »… pour continuer comme avant

(paru dans l’Anticapitaliste Hebdo du 28 novembre 2019 : abonnez-vous !)

À deux semaines du 5 décembre, le pouvoir a pris conscience du danger que représente la mobilisation hospitalière qui ne cesse de s’amplifier. Pour déminer le terrain, le Premier ministre a présenté, le 20 novembre, avec la ministre de la Santé, un plan...

Lire la suite...
 
Un collectif unitaire en cours de construction dans le Rhône pour défendre les retraites PDF Imprimer Envoyer
Entreprises
Mardi, 26 Novembre 2019 10:34
voir le site https://reformedesretraites.fr/

 

Macron et le gouvernement ont annoncé un report de la réforme des retraites, vraisemblablement à l’été prochain. Ne soyons pas dupes de la communication du gouvernement, leur projet reste le même: détruire le système de retraite par répartition au profit d'un système par points. Les conséquences sont connues: baisse du niveau des pensions, augmentation de l'âge de départ (légal ou réel), alignement par le bas de tous les régimes spécifiques, etc. Cette réforme touchera les travailleur.se.s les plus précaires d'entre nous, et notamment les femmes. Une intersyndicale regroupant syndicats de salarié.e.s, lycéen.ne.s et étudiant.e.s a d'ores et déjà appelé à une journée de grève le jeudi 5 décembre. Il nous paraît important d'appuyer cette démarche, notamment par un travail politique d'information à une large échelle pour s'opposer au discours dominant. La question des retraites n'est pas une question technique ou "budgétaire", c'est une question politique et de choix de société. Nous savons que les moyens pour financer un système de retraite par répartition et égalitaire existent ! C’est dans ce cadre que le NPA a invité toutes les organisations (associatives, syndicales et politiques) intéressées à se réunir, pour échanger sur les actions à engager localement et de manière unitaire (4 pages informatifs, tracts, meeting unitaire, intervention dans l'espace public, conférence de presse, etc.). Ont participé à une réunion des Gilets Jaunes de Lyon centre, ATTAC, le Planning Familial, la CNT-SO, l’UNEF Tacle, la FA, FI, le NPA Jeunes, le PG, l’UCL. Un Collectif en défense des retraites et de la protection sociale est né, il ne demande qu’à s’élargir…

télécharger le 1er tract du Collectif

 

 
Algérie : un nouveau souffle pour impulser l’auto-organisation PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Samedi, 23 Novembre 2019 23:08

La marée humaine qui a inondé toutes les villes du pays le 1er novembre 2019, et plus particulièrement Alger, a consacré indiscutablement un nouveau souffle mobilisateur de notre Hirak révolutionnaire, à l’aube de son neuvième mois.
Par son ampleur, la mobilisation a permis non seulement la réappropriation populaire d’une date historique prestigieuse, à l’occasion de son 65e anniversaire, mais elle a aussi unifié en un seul combat la lutte pour l’indépendance et la souveraineté nationales d’hier avec la lutte pour les libertés démocratiques, l’égalité et la justice sociale d’aujourd’hui. Sinon, quelles que soient les spéculations sur les chiffres, il est évident que nous étions plusieurs millions à l’échelle nationale à confirmer, sans équivoque, notre rejet du régime, du pouvoir de fait actuel et de son simulacre de scrutin présidentiel du 12 décembre prochain.

Fuite en avant du pouvoir

Cette mobilisation populaire historique constitue, on ne peut mieux, une réponse cinglante au chef de l’état-major de l’armée qui, avec son mépris et son arrogance habituels, menaçait la veille « l’insignifiante minorité » qui s’est opposée à son agenda électoral et à la continuité du régime. Mais, au lendemain d’une aussi grande démonstration populaire, le pouvoir de fait a continué sa fuite en avant en faisant la sourde oreille. L’ancien ministre de la Justice de Bouteflika, propulsé chef d’une prétendue commission électorale « indépendante », annonçait sans la moindre honte que cinq candidats sont retenus pour la prochaine mascarade électorale. Il s’agit de cinq personnalités triées sur le volet : un ancien ministre, deux anciens Premiers ministres et deux anciens alliés du régime Bouteflika. Il s’agit d’un coup de force contre la volonté populaire par excellence !
C’est dans ce contexte, où le rapport de forces politique est instable entre les résidus du régime libéral et autoritaire de Bouteflika...

Lire la suite...
 
Rassemblement pour les droits des enfants étrangers mercredi 20 novembre PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 19 Novembre 2019 22:41

"À Lyon comme à Paris et à Bruxelles : Une même politique contre les réfugiés

À Lyon se multiplient les mesures contre les sans papiers : obstacles mis à leur régularisation, entraves à la scolarisation des mineurs, Obligations de Quitter leTerritoire Français, expulsions, fermetures de squats.  
Ces mesures sont l’application de la politique nationale dictée par Macron, lequel contribue aussi à définir la politique européenne de plus en plus hostile aux migrants.
Macron et sa politique migratoire : Un grand débat…
Le 16 septembre, Macron a déclaré vouloir faire de l’immigration une question centrale, et “regarder le sujet en face’’. Il prépare les élections en se plaçant sur le terrain de Le Pen, légitime ainsi la xénophobie.

Début octobre, le gouvernement a organisé un débat au Parlement (sans vote) pour préparer de nouvelles mesures contre les migrants..

Lire la suite...
 
S’organiser contre l’exacerbation de la violence d’État : réunion publique mardi 19 novembre PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 17 Novembre 2019 16:39

communiqué du Comité contre les violences policières :

« Au racisme d’État, à la répression « anti-jeunes » « anti-quartiers », « anti-pauvres », s’ajoute maintenant la répression « anti-gilets Jaunes », dernier avatar d’une violence d’État de plus en plus étendue, de plus en plus offensive. En prolongement des violences policières, la répression judiciaire fonctionne à plein régime, pour les classes populaires, les personnes racisées, les personnes en manifestation et autres contestataires. C’est face à ce constat que nous, comité de liaison contre les violences policières, avons constitué une commission d’enquête populaire afin de rendre visible la violence d’État, à travers la construction d’un dossier démontrant le caractère systémique de la répression, dossier pouvant également servir à des recours juridiques, notamment au niveau international.

STOP AU DENI DE JUSTICE ! STOP A LA REPRESSION ! Rejoignez-nous le mardi 19 novembre à la Bourse du travail, à 18h30 précises, pour une réunion publique : nous présenterons un premier résultat avec une enquête sur la répression judiciaire des Gilets jaunes à Lyon, un an après le début du mouvement. Pour construire et alimenter ce dossier sur l’ensemble de la violence d’État, du sommet de l’État au simple agent, des violences policières aux violences judiciaires, nous avons besoin de la participation de toutes les personnes concernées ! Merci de nous contacter ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) pour nous rejoindre, nous faire part d’informations sur des violences policières ou judiciaires, qu’elles vous aient visé-e ou que vous en ayez été témoin ! »

 
Rassemblement des gilets jaunes samedi 16 novembre à Bellecour PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Vendredi, 15 Novembre 2019 06:23

à partir de 13h

Un an de mouvement : contre Macron et son monde, avec les Gilets jaunes !

Ce week-end, les Gilets jaunes sont à nouveau dans la rue pour un « Acte 53 » qui marque le premier anniversaire du début de ce grand mouvement de contestation du pouvoir.

Lorsque, courant octobre 2018, les premiers appels à se mobiliser le 17 novembre 2018 contre la hausse de la taxe sur les carburants ont commencé à circuler, nul ne pouvait s’attendre à ce qui allait se passer dans les semaines suivantes. Ce jour là, 300 000 personnes ont occupé 2000 points de blocage dans tout le pays, lançant ainsi un mouvement populaire inédit exigeant la démission de Macron. Et un an plus tard, nul ne peut contester que celui-ci a contribué à bouleverser le climat social et politique, mais aussi à bousculer l’ensemble des organisations du mouvement ouvrier.
Durement réprimé par le pouvoir et calomnié par les médias à son service, le mouvement a su très vite contraindre Macron et le gouvernement à des reculs. Après l'annulation pour 2019 de la hausse de fiscalité sur les carburants décidée le 5 décembre, Macron a du annoncer ensuite quelques mesures, le plus souvent en faux-semblants : 100 euros de plus par mois pour certains salariéEs au Smic, des heures supplémentaires sans impôts ni cotisations sociales, et une exemption de hausse de CSG pour les retraitéEs gagnant moins de 2000 euros mensuel. Le tout est évalué à 10 milliards d'euros.

C’est une vraie leçon de choses pour l’ensemble du mouvement ouvrier qui a globalement raté la convergence nécessaire...

Lire la suite...
 
Manif à l’appel des hôpitaux en lutte et des syndicats jeudi 14 novembre à 14h PDF Imprimer Envoyer
Service public
Mardi, 12 Novembre 2019 23:37

à partir de la station de métro Grange Blanche

Dénonçant depuis plus de 7 mois les conditions de travail et d’accueil à l’hôpital, les grévistes des Services d’Accueil et d’Urgences se sont coordonnés au niveau national. Et la mobilisation s’élargit notamment aux services de SAMU-SMUR et aux médecins de tous services regroupés derrière le Collectif Inter-Hôpitaux (CIH). Différents services de l’hôpital se déclarent en grève dans plusieurs villes : des services de médecine générale, de maternité, des EHPAD. Et le secteur de la psychiatrie très mobilisé l’année dernière participe aux Assemblées Générales et aux manifestations. Tous exigent des moyens supplémentaires conséquents, pas de simples réorganisations : PLUS DE PERSONNELS, PLUS DE MOYENS, PLUS DE LITS et DES AUGMENTATIONS DE SALAIRE.

Financement de la Sécurité Sociale

Le 29 octobre, a été voté à l’assemblée nationale en 1ère lecture le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) qui suit l’ONDAM (Objectif National des Dépenses de l’Assurance Maladie). Cette année encore, et malgré l’explosion de colère, 4,2 milliards d’euros seront encore ponctionnés sur la santé et l’enveloppe hospitalière est encore revue à la baisse, elle n’augmentera que de 2,1% alors qu’il faudrait plus de 4% pour maintenir les moyens existants.

DANS LE PRIVÉ AUSSI

Des pétitions circulent dans les laboratoires privés, contre les menaces de fusion, entraînant des licenciements et encore une diminution de l’accès aux soins. Dans les cliniques privées, des voix se font entendre également. En juin dernier, les salariés d’une clinique de SSR de Pierrefitte-sur-Seine (93) étaient en grève pour plus de personnel et plus de salaires...

Lire la suite...
 
Colloque "mobilisations contre risques professionnels et atteintes à l'environnement" PDF Imprimer Envoyer
Entreprises
Mardi, 12 Novembre 2019 23:34

COLLOQUE À GIVORS 14-15 NOVEMBRE 2019
communiqué de l’Association des anciens verriers de Givors :
« L’association des anciens verriers, en partenariat avec Sciences-Po Lyon, la Maison des Sciences de l’homme Lyon Saint-Etienne, les laboratoires CMW, Triangle, LARHRA, EVS et IRIS, organise les jeudi 14 et vendredi 15 novembre à Givors un colloque sur les risques professionnels et les atteintes à l’environnement. La Région Auvergne-Rhône-Alpes et les villes de Givors et Grigny apportent également leur soutien, ainsi que le GIS Gestes.
Ce colloque entend réunir les acteurs des luttes et chercheurs en santé au travail et contre les pollutions industrielles : il est déjà soutenu par plus d'une dizaine d'organisations impliquées dans ces mobilisations.
Cette initiative scientifique se déroulera dans un contexte social particulier. Il se tiendra au moment de l’ouverture des travaux de réforme de la santé au travail lancés par le gouvernement...

Lire la suite...
 
Manif de solidarité avec le Rojava samedi 9 novembre à 15h30 Place Bellecour PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Vendredi, 08 Novembre 2019 20:50

Avec le soutien de la Coordination Lyonnaise Solidarité Kurdistan (Association Culturelle Mésopotamie, Amitiés Kurdes de Lyon Rhône Alpes, Association France Kurdistan du Rhône, Confédération nationale du travail, DiEM25 Lyon, Ensemble Rhône, Étudiants communistes du Rhône, Mouvement des jeunes communistes du Rhône, Mouvement pour la Paix, NPA Rhône, PCF du Rhône, UD CGT 69, Union Syndicale Solidaires du Rhône)

ci-dessous un article de l’Anticapitaliste, l’hebdo du NPA : abonnez-vous !

Erdogan et Poutine veulent écraser le Rojava

Cela fait maintenant un mois qu’Erdogan a débuté sa troisième offensive en Syrie, ironiquement baptisée « Source de paix ». Prévue depuis longtemps par l’autocrate turc, l’invasion du Rojava a pu être déclenchée à la faveur du retrait des unités françaises et étatsuniennes de la région.
Le but affiché est de créer une « zone de sécurité » d’une profondeur de 30 km à l’intérieur du territoire syrien pour en chasser les Forces démocratiques syriennes (les forces armées de l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES), composées de Kurdes, d’Arabes et de minorités ethniques syriennes), détruire le confédéralisme démocratique et y remplacer les populations kurdes par les réfugiéEs syriens (3,6 millions sont aujourd’hui en Turquie après avoir fui le chaos et les massacres engendrés par le boucher Assad)...

Lire la suite...
 
Préparer un mouvement d’ensemble en défense des retraites PDF Imprimer Envoyer
Entreprises
Samedi, 02 Novembre 2019 20:06

Réduction et individualisation des pensions

Avec le système de retraite par points, la retraite devient une affaire individuelle, où chacun-e accumulera des points tout au long de sa vie. On se retrouve seul face aux difficultés de son parcours professionnel : années d’études, de chômage, pour élever des enfants, viendront réduire la pension. Fini les régimes spéciaux qui prenaient en compte les contraintes de certains métiers. Fini le calcul sur les meilleures années de salaire. C’est le grand nivellement par le bas !

Travailler plus pour gagner moins ?

De plus, le mécanisme réduit automatiquement le niveau des pensions : car la partie de la richesse produite nationalement (le Produit Intérieur Brut - PIB) consacrée aux retraites va rester fixe (à 14% du PIB), alors que le nombre de retraités augmente par rapport à la population active. Les révélations sur les calculs du gouvernement sont éclairantes : si la réforme passe, on perdra 5 à 20% sur nos pensions, selon les cas :
(voir le site reformedesretraites.fr).
Cette baisse massive des pensions va progressivement ouvrir la voie à la capitalisation : seulement pour celles et ceux qui en auront les moyens, épargner pour ses vieux jours, si un crach boursier ne vient pas faire fondre ses économies...

Une autre répartition des richesses est possible

On peut garantir le niveau des pensions en augmentant les cotisations patronales, comme cela s’est toujours fait depuis que l’espérance...

Lire la suite...
 
Défendons le Rojava : marche aux flambeaux vendredi 1 et manif samedi 2 nov. PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Jeudi, 31 Octobre 2019 22:44

Appel de la Coordination Lyonnaise Solidarité Kurdistan, dont fait partie le NPA :


« DÉFENDONS LE ROJAVA CONTRE L’AGRESSION MILITAIRE TURQUE !

La décision irresponsable du Président des États-Unis Donald Trump de retirer les troupes américaines du nord de la Syrie a laissé le champ libre à la Turquie pour envahir cette zone, le Rojava, peuplée majoritairement de Kurdes, et assouvir les plans de nettoyage ethnique que le régime d'Erdogan nourrit depuis si longtemps à l'encontre des Kurdes.

Les attaques de l’armée turque et des djihadistes à sa solde ont causé une catastrophe humanitaire dans cette région jusqu’à présent épargnée par la guerre qui fait rage en Syrie. Par ailleurs, plusieurs civils, dont la Coprésidente du parti Avenir de la Syrie, Hevrîn Khalef, ont été sauvagement exécutés par des mercenaires djihadistes.
Les organisations de la société civile au nord de la Syrie ont lancé un appel urgent à l’aide humanitaire, soulignant que l’armée turque ciblait les civils et le personnel médical et alertant sur l’utilisation d’armes non conventionnelles.

Par ailleurs, de nombreux djihadistes détenus dans les prisons du nord de la Syrie ont profité de l’agression militaire turque pour s’échapper. L’accord de cessez-le feu convenu jeudi 17 octobre entre les États-Unis et la Turquie (accord non respecté par la Turquie et ses supplétifs) et celui convenu à Sotchi entre la Turquie et la Russie le 22 octobre visent à anéantir le projet politique fondé sur la démocratie, le pluralisme et l'égalité des genres, développé par les Kurdes au nord de la Syrie...

Lire la suite...
 
A Lyon, nouvelles attaques par l'extrême-droite PDF Imprimer Envoyer
Anti fascisme
Lundi, 28 Octobre 2019 06:01

Communiqué du Collectif de vigilance 69 contre l’extrême-droite :
« Il a fallu de longs mois pour que les militants d'extrême droite ayant attaqué le local du PCF pour la 4e fois soient interpellés, jugés et condamnés. Les autorités lyonnaises s’en félicitaient ainsi que de la dissolution du Bastion Social et de la fermeture de leur local.
Et voilà que le week-end du 20/10/19, les agressions continuent :
- contre le local de l'Union Syndicale Solidaires Rhône, rue Garibaldi (après des attaques contre les locaux de la CGT et de la CNT antérieurement), avec l'agression physique d'un syndicaliste présent.
- dégradation de la plaque commémorative de la rafle antisémite de la rue Sté Catherine le 9 février 1943.
Le CV 69 condamne ces agressions et assure le Syndicat Solidaire et le syndicaliste blessé de toute sa solidarité.

Le CV69 exige que les autorités locales et nationales se donnent  les moyens d'une lutte efficace et dans la durée contre l'extrême-droite et ses groupuscules violents qui une fois dissous se reconstituent.
Cela passe aussi par un débat au Conseil Municipal pour une prise de position ferme et publique sur la mise au ban de ces groupes et de leur idéologie raciste, antisémite et islamophobe, comme l'ont fait plusieurs conseils municipaux de grandes agglomérations.
Cela passe aussi par la dénonciation de leur volonté d'implantation territoriale (Vœux Lyon) et une campagne contre leurs locaux, véritables « camps de base » pour se regrouper, diffuser leur idéologie de haine et passer à l'acte violent contre les personnes.
Le CV69 reste disponible pour toute campagne unitaire. »
Le CV69  est composé de Agir pour l'égalité, Attac, Collectif de Soutien au Peuple Grec, COllectif Villeurbannais pour un Rassemblement Antilibéral, Confédération Nationale du Travail - Education, Ensemble !, Europe Ecologie Les Verts, Fédération Syndicale Unitaire, Homosexualité Et Socialisme, Ligue des Droits de l'Homme, Mouvement Français pour le Planning Familial, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Ras l'front, Réseau des MJC de Lyon, Solidaires - Education, Union Nationale des Etudiants de France


 
MANIFESTATION Solidarité Kurdistan SAMEDI 26 OCTOBRE à 16h30 PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Vendredi, 25 Octobre 2019 17:14

place Guichard, en direction de la place Jean Macé à l’appel de : Association Culturelle Mésopotamie, Amitiés Kurdes de Lyon Rhône Alpes, Association France Kurdistan du Rhône, Confédération nationale du travail, Ensemble Rhône, Europe écologie les verts, Etudiant-e-s communistes du Rhône, Mouvement pour la paix, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) du Rhône, Parti Communiste-Rhône, Parti de gauche-Rhône, Union Syndicale Solidaires du Rhône

Contre la sale guerre d’Erdogan et les complicités occidentales, solidarité avec le Rojava !

Article paru dans l’hebdomadaire du NPA, l’Anticapitaliste, le 17 octobre 2019 : abonnez-vous !

Depuis plus d’une semaine, l’armée turque, deuxième armée de l’OTAN, attaque les territoires du nord et de l’est de la Syrie, qu’on appelle aussi Rojava, gouverné par une Administration autonome (AANES). Àl’heure où ces lignes sont écrites, la Turquie pilonne des villes et des agglomérations situées le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie. L’armée turque et ses supplétifs – dont beaucoup sont des forces jihadistes – ont franchi la frontière pour tenter de s’emparer des villes de Serêkaniyê (Ras al Ain) et de Tel Abyad (Girê Spî). De violents combats se déroulent dans les villes et les villages environnants. En face, les FDS (Forces démocratiques syriennes), composées principalement de citoyens syriens arabes, turkmènes, chrétiens syriaques, et les YPG/YPJ, les combattantes et combattants kurdes, tentent tant bien que mal de résister.

Une expérience intolérable pour Erdogan

Pourquoi la Turquie les attaque-t-elle ? Parce que depuis que les YPG/YPJ ont vaincu Daech en arrêtant leur déferlement à Kobané en 2014, il s’est mis en place très vite au nord et à l’est de la Syrie un système politique qui tranche profondément avec les dynamiques régionales : le développement du multiconfessionnalisme, le respect de l’autonomie des nationalités, les avancées concernant les droits des femmes… rendent son existence intolérable pour l’autocrate Erdogan. En difficulté dans son pays parce qu’il vient de perdre les élections municipales dans toutes les grandes villes turques, Erdogan a choisi la guerre...

Lire la suite...
 
Marche contre les crimes policiers samedi 26 octobre de Vaulx au 24 Colonnes PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Mardi, 22 Octobre 2019 21:10

à 14 h départ de Vaulx en Velin, place G. Moquet (bus C3), puis points de ralliement à 15 h métro Charpennes et 15h30 place Guichard

 
Manifestation de soutien au Rojava samedi 19 octobre à 15h30 place Bellecour PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Vendredi, 18 Octobre 2019 09:45

à Lyon 2ème, à l’appel de l’Association Culturelle Mésopotamie

communiqué de Alliance des socialistes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord :

« Non à l’invasion et l’occupation du Nord Est de la Syrie par l’armée turque

Après l’annonce du retrait des troupes des Etats-Unis du Nord-Est de la Syrie, le gouvernement autoritaire et réactionnaire d’Ankara, après avoir bombardé les régions et villes frontalières, a lancé le mercredi 9 octobre le début de son opération militaire terrestre dans le nord-est de la Syrie, région contrôlée par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), alliance militaire de combattants kurdes, arabes et assyriens, dominée par les forces kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), branche militaire du mouvement kurde du Parti de l’Union Démocratique (connu sous l’acronyme kurde du PYD), considérées par Ankara comme une organisation « terroriste » en raison de ses liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).
Plus de 100 000 civils ont déjà fui les zones bombardées et menacées par l'invasion turque. 200 000 autres sont menacés de déplacement.
L'offensive de l’armée turque est menée en coopération avec des combattants syriens de ladite « Armée nationale syrienne (ANS) », une coalition de groupes réactionnaires et fondamentalistes islamiques, financée et entraînée par la Turquie, qui a déjà commis de nombreuses violations des droits humains, notamment dans la région d’Afrin, occupée par l’armée turque.

Cette opération militaire est la troisième incursion de l'armée turque en Syrie, depuis 2016 : la première, en août 2016, a été intitulée « Bouclier de l'Euphrate » ; la seconde, en janvier 2018, dénommée « Branche d'olivier », a abouti à l'occupation de la région d'Afrin en mars de la même année, entraînant le déplacement forcé de plus de 150 000 personnes, en grandes majorité des Kurdes, et de nombreuses violations des droits humains qui sont toujours en cours.bL’agression militaire s’inscrit dans la continuité de la guerre menée par le gouvernement d’Ankara contre les mouvements de libération kurde et leurs représentant·e·s...

Lire la suite...
 
Pour que toutes les forces armées étrangères quittent la Syrie PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Samedi, 12 Octobre 2019 20:01

Communiqué du Collectif Lyon 69 avec la Révolution Populaire Syrienne, composé de CISyLD, Ensemble!, L’insurgé, NPA, Union Syndicale Solidaires, Émancipation et UJFP :


« Avec la complicité de Donald Trump qui lui a donné son accord, le dirigeant turc Erdogan a engagé son armée, le 9 octobre, dans les territoires syriens jusqu’alors contrôlés par les forces kurdes syriennes.
Depuis des années, en Turquie, Erdogan mène une guerre féroce contre le peuple kurde, corrélativement à la répression menée contre l’ensemble des opposants, contre les syndicalistes et les démocrates. Maintenant, Erdogan envoie son armée en Syrie, et le Collectif condamne fermement cette intervention.

Ainsi, après avoir utilisé et instrumentalisé les forces kurdes de Syrie dans la lutte contre
Daesh tout en préservant le régime criminel de Bachar al-Assad, après avoir tout fait pour interdire à la révolution populaire syrienne de mettre à bas la dictature de Bachar al-Assad, le gouvernement américain livre ses anciens « alliés » kurdes en Syrie aux armées d’Erdogan.
Une telle « trahison » ne peut que conforter la dictature de Bachar al-Assad, comme elle conforte Erdogan.
Les différents alliés des États-Unis, dont la France, peuvent bien « protester » contre l’offensive turque en Syrie et le blanc-seing donné à Erdogan par Trump, ils ont eux-mêmes accompagné la politique américaine en Syrie depuis le premier jour de l’insurrection populaire syrienne, politiquement et militairement. Ils ont prétendu combattre Daesch tout en protégeant Bachar al-Assad, ...

Lire la suite...
 
Soutien au Rojava contre l’invasion turque : manif samedi 12 octobre à 15h30 PDF Imprimer Envoyer
Internationalisme
Mercredi, 09 Octobre 2019 20:39

place Bellecour, à l’appel de Association Culturelle Mésopotamie, Amitiés Kurdes de Lyon Rhône Alpes, Association France Kurdistan du Rhône, Confédération nationale du travail, Europe Écologie les Verts du Rhône, Ensemble Rhône, Génération.s, Mouvement de la Jeunesse Communiste (MJCF) du Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) du Rhône, Parti Communiste Français (PCF) du Rhône, Parti de gauche du Rhône, Union Syndicale Solidaires du Rhône, Association d’édition Presse fédéraliste

Contre l’expédition militaire d’Erdogan, le NPA appelle au soutien au Rojava :

Erdogan a donc mis ses menaces à exécution, en lançant une nouvelle opération militaire d’ampleur contre l'Administration autonome du Nord et de l'Est de la Syrie (AANES, Rojava), avec une invasion terrestre et des bombardements sur les villes frontalières de Serekanye, Tall Abyad et même Qamishlo, la capitale du Rojava. L’objectif est clair : détruire la zone d’autonomie créée par les Kurdes, qu’Erdogan ne peut voir que comme une menace pour son pouvoir et son projet nationaliste, alors qu’il a été mis en difficulté lors des dernières élections municipales.
L’annonce faite par Trump du retrait des troupes US de la zone tampon située entre la Turquie et la zone sous contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS), quand bien même le président des États-Unis serait revenu en partie sur ses déclarations, a été prise comme un feu vert donné à Erdogan pour commettre un nouveau massacre.

L’expérience du confédéralisme démocratique en plein chaos syrien est, malgré ses difficultés et ses limites, porteuse d’un espoir pour toute la région. Le développement du multiconfessionnalisme, le respect de l’autonomie des nationalités, les avancées concernant les droits des femmes rendent son existence intolérable pour l’autocrate Erdogan...

Lire la suite...
 
Rassemblement pour le droit à la PMA pour touTEs dimanche 6 octobre à 15h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 03 Octobre 2019 04:33

place Sathonay, à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville)
"La PMA, vraiment pour toustes?
Le 27 septembre 2019, l'article 1 de la loi bioéthique relatif à la PMA est adopté. Avec seulement 75 votant-es, on ne peut que noter l'intérêt débordant de nos député-es pour une loi qui concerne nos corps et nos familles. S'il ouvre l'accès à la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, elle ne nous satisfait pas pour autant.
Aucune mention n'est faite des personnes trans et intersexes en capacité de porter un enfant mais dont le genre à l'état civil est masculin. La proposition d'amendement visant à les inclure a été rejetée. Il faut donc en conclure que quand il s'agit d'accorder des droits aux personnes trans et intersexes, la biologie, pourtant si chère aux réacs quand il s'agit d'interdire la congélation des gamètes aux femmes trans, disparaît étrangement du débat.

Cette loi discrimine ouvertement les couples lesbiens et leurs enfants : au lieu d'étendre le régime de filiation actuel, réservé aux couples hétérosexuels, le gouvernement décide de créer un régime de filiation spécifique aux couples lesbiens. La Déclaration Anticipée de Volonté oblige les mères à produire un acte notarié payant pour s'engager à être parents. L'article 4 de la loi, en prévoyant d'inscrire cette DAV sur les actes de naissance, instaure une différence entre les enfants de couples hétéros et de couples lesbiens. Le gouvernement justifie ce régime de filiation particulier en invoquant une soit-disant "vraisemblance biologique".
Pour nous, ce ne sont que des compromis avec les revendications lesbophobes et transphobes des anti-PMA.

Face à ces constats :
Nous demandons l'accès à la PMA sans conditions, qu'importe le genre ou l'état civil....

Lire la suite...
 
Mobilisation pour le procès en appel des délinquants solidaires PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 01 Octobre 2019 06:53

à l’appel du Comité de soutien des 3+4+2… de Briançon :

« Les 2 et 24 octobre prochains, deux solidaires passeront en appel au tribunal de Grenoble pour délit de solidarité… Ils sont accusés d’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière sur le territoire français alors qu’ils portaient assistance à des personnes en danger qui avaient déjà franchi la frontière.

Ces appels font suite à des peines de prison prononcées à leur encontre par le tribunal de Gap (05) en janvier dernier (respectivement 4 et 3 mois de prison avec sursis), au mépris de tous les droits de la défense (dossier non parvenu à l’avocat, refus de visionnement d’une vidéo contredisant la version des policiers…). Bientôt suivra le procès en appel des 3+4 de Briançon.

Cette répression s’inscrit dans une politique générale de harcèlement tant pour les solidaires que pour les exilés. L’Organisation « Human Rights Watch » vient de publier un rapport à ce sujet, dénonçant ces pratiques d’intimidation : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/05/les-militants-pro-migrants-dans-les-hautes-alpes-harceles-par-la-police-selon-hrw_5506616_3224.html

La mobilisation de tous est nécessaire car la justice veut créer une jurisprudence qui pèsera sur tous les solidaires. Il faut absolument que Kévin et Pierre soient acquittés.
Pour soutenir les solidaires et lutter pour un monde fraternel, à l’inverse des politiques migratoires actuelles, Les procès se tiennent précisément à partir de 13h45 les 2 et 24 octobre à la Cour d'Appel de Grenoble, située place Firmin Gauthier, dans le nouveau quartier proche de la gare SNCF (côté est). C'est là que nous nous rassemblerons pour les soutenir. »


 
Soirée contre les violences policières vendredi 27 septembre à Vaulx-en-Velin PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 26 Septembre 2019 16:46

« Le comité de liaison contre les violences policières qui s’est constitué dans le Rhône ces derniers mois – autour d’associations, de syndicats, de collectifs et de familles de victimes – appelle à une grande réunion publique le 27 septembre 2019 de 17h à 23h, à la salle de cinéma des Amphis (Vaulx-en-Velin).

Cette soirée permettra d’entendre : sociologue (pour l’analyse de la violence d’État), avocats (pour les possibilités offertes par le droit), collectifs de lutte et victimes (ou leurs familles). La réunion sera aussi l’occasion d’un débat avec les participants. Un repas sera également proposé, et l’entrée est gratuite. Rendez-vous nombreuses et nombreux vendredi 27 septembre, 17h, à la Salle de Cinéma des Amphis, 12 rue Pierre Cot à Vaulx-en-Velin ! Accès : bus 37 ou bus 83, arrêt Vaulx Jean Moulin

Alors que le président de la République et le gouvernement ont choisi le déni le plus complet face aux violences policières massives commises ces derniers mois durant les manifestations, le comité de liaison contre les violences policières du Rhône appelle à une réunion publique le 27 septembre pour les comprendre et les dénoncer. Les violences policières sont un phénomène dénoncé de longue date par les habitants des quartiers populaires, à travers de nombreux collectifs de lutte.

Le journal en ligne Bastamag a identifié 578 morts à la suite d’interventions policières en quarante-deux ans, entre janvier 1977 et décembre 2018. Ce recensement permet d’établir un profil type des victimes : des hommes jeunes des quartiers populaires. Près de la moitié de ces affaires se concentrent en région parisienne et au sein des agglomérations lyonnaises et marseillaises, la moitié des personnes mortes recensées avaient moins de 26 ans, 92 % d’entre elles étaient des hommes.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 4