Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

 

 

la page facebook du NPA 69

 

 

L'hebdo du NPA

 

 

 

site national du NPA

 

 

collectif 69 pour un audit citoyen de la dette


Collectif de Vigilance 69
contre l'extrême-droite


 

collectif de soutien
au peuple palestinien

 

 

Identification



 

 

 

 

 

Le TGV Lyon-Turin : Stupidité économique, Imposture écologique, Scandale démocratique PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Dimanche, 05 Juillet 2020 19:18

La prise de position du nouveau maire de Lyon sur l’absurdité du LYON-TURIN donne l’occasion au NPA de rappeler son opposition au TGV Lyon Turin. Voici un argumentaire intéressant :

Pour plus d’infos, voir le site http://lyonturin.eu/index.php

« Il existe déjà entre Lyon et Turin une infrastructure ferroviaire suffisante et largement sous-utilisée ;  faire croire qu’avec le TGV nous relancerons l’activité est absurde. Cette position de Grégory Doucet reprend à son compte le contenu des rapports unanimes depuis plus de 20 ans, en commençant par le premier rapport du Conseil Général des Ponts et Chaussées de 1998, suivi par de nombreux autres rapports, de la Cour des Comptes, de l’Inspection Générale des Finances, ou du Conseil d’Orientation des Infrastructures en février 2018

Nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin ? Une stupidité économique

Il existe une ligne ferroviaire sur laquelle circulaient plus de 100 trains de fret par jour. Après un milliard d’euros de travaux, il n’en circule qu’une vingtaine par jour. Il suffit de regarder la liquidation judiciaire de Perpignan-Figueras ou l’arrêt du service fret Perpignan-Rungis pour comprendre l’inconséquence et la stupidité alors que l’offre ferroviaire fret est inexistante en France. Sur cet axe, l’exploitation des voies ferroviaires existantes est actuellement 30% moins chère que le coût routier et la FNTR a demandé qu’une offre intermodale soit développée sur cet axe. Une seconde ligne ferroviaire à 26 milliards d’euros ne sera évidemment plus compétitive avec la route et les financements manqueront pour les priorités du quotidien et la régénération ferroviaire. En 2018, le Conseil d’Orientation des Infrastructures concluait : « les caractéristiques socio-économiques apparaissent à ce stade clairement défavorables. »

Nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin ? Une imposture écologique

Artificialiser des terres agricoles, tarir des sources, assécher les nappes phréatiques, émettre des millions de tonnes de CO2 pour la construction, ...

répandre des millions de m³ de déblais alors que l’infrastructure ferroviaire existante n’est utilisée qu’à 20% de sa capacité est un désastre écologique. Prétendre comme le font les mercenaires de la communication de ce projet que l’économie de CO2 sera de 3 millions de tonnes à l’année est un mensonge démonté par l’ADEME, ce serait 7 fois moins, et la Cour des Comptes Européenne a également émis des doutes. Refroidir un tunnel dont la température intérieure est de plus 50°C, 365 jours/365, alors que la voie existante n’est pas utilisée, démontre l’imposture écologique de ce projet. Les régions alpines sont déjà largement touchées par les sécheresses, porter atteinte aux nappes souterraines est un écocide, déforester comme le font les promoteurs, également.

 

Nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin ? Un scandale démocratique

Les députés européens qui ont demandé des comptes à la commission européenne sur l’utilisation de l’argent publique n’ont reçu pour toute réponse qu’un document noirci pour masquer les informations. Le président de TELT, maître d’ouvrage de tunnel transfrontalier, est également président du lobby de l’IGD où figurent les grands du BTP qui bénéficient des contrats de travaux publics ou d’études ; Les avis unanimes de la haute administration rejetant ce projet n’ont pas été pris en compte et n’ont pas été communiqués à la population lors des enquêtes publiques ; Commissaire enquêteur intéressé au projet au travers de l’association qu’il préside, prévisions fantaisistes, sous-évaluations financières des coûts qui sont passés de 3 milliards d’euros à 26 milliards (valeur 2012), fausses informations et mensonges, sont la base de la communication pour justifier ce projet. Détournement des péages routiers en faveur du doublement du tunnel routier du Fréjus alors qu’ils sont destinés au transfert de la route vers le rail...   Tout conduit à demander l’utilisation immédiate des infrastructures existantes pour le report modal et l’arrêt du projet de nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin. »

Mise à jour le Dimanche, 26 Juillet 2020 14:19