Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Pour une délégation pleine et entière à l’égalité à la Ville de Lyon PDF Imprimer Envoyer
Écrit par NPA   
Mercredi, 15 Juillet 2020 07:14

Lettre ouverte du Collectif Droits des Femmes 69 :


"Nous refusons d’être la cinquième roue du carrosse !
Pour une délégation pleine et entière à l’égalité à la Ville de Lyon.


Le 4 juillet 2020, nous apprenions par voie de presse la composition du nouvel exécutif de la Ville de Lyon, composé de 21 adjoint.e.s.

C’est avec effarement et colère que nous avons constaté qu’en lieu et place de la reconduction d’une délégation à l’Egalité pleine et entière, cette question était reléguée en dix-huitième position dans une délégation comprenant quatre autres domaines « Droits et égalités, mémoire, culte et spiritualité ». Nous tenons par cette tribune à manifester notre indignation...

face à ce qui nous semble être un signal extrêmement préoccupant envoyé aux femmes ainsi qu’à l’ensemble des personnes qui subissent des inégalités dans notre société et qui sont concernées au premier chef par les politiques que mènera cette nouvelle délégation. Des personnes trop souvent ignorées des politiques publiques alors même qu’à Lyon a été constatée ces dernières années une recrudescence des violences homophobes, transphobes, racistes et sexistes.
Les inégalités produites par nos sociétés capitalistes, patriarcales, sexistes et racistes sont multiples. Aussi, la lutte pour l'égalité ne saurait être reléguée à 1/5e d'une délégation quelle que soit sa composition et nous exigeons un mandat plein et entier pour traiter cet enjeu absolument fondamental pour l'existence digne d'une majorité de la population qui subit le sexisme et la transphobie, le racisme, les oppressions liées aux orientations sexuelles dites "minoritaires", les inégalités de classes, le validisme. Les femmes sont au croisement de multiples oppressions, certaines subissent simultanément l'ensemble d'entre elles.  Elles sont présentes au quotidien dans les luttes contre les politiques délétères menées par les gouvernements libéraux successifs. Ces politiques violentes à l’encontre des services publics et des systèmes de solidarité précarisent et mettent en danger la très grande majorité de la population au profit d’une minorité au pouvoir.
Depuis de nombreuses années, les femmes sont mobilisées pour conquérir de nouveaux droits ou pour maintenir certains d’entre eux, et luttent pour une réelle égalité entre les femmes et les hommes, entre toutes et tous.

En tant qu’associations et organisations féministes du territoire de Lyon et de la Métropole, nous nous battons pour les femmes ici et ailleurs, et demandons que les élus locaux se battent pour faire avancer les droits des femmes au niveau local.


- Les femmes sont mobilisées contre la réforme des retraites dont les conséquences vont être l'aggravation de la précarité et l'accentuation des inégalités économiques entre les femmes et les hommes car les femmes touchent les salaires les plus bas et ont les carrières les plus morcelées.
- Exploitées au travail, les femmes le sont aussi dès lors qu’elles rentrent à leur domicile : elles effectuent encore la grande majorité du travail domestique et de soin sans jamais que cela ne soit pris en compte dans leurs vies de salariées et de retraitées.
- Les femmes ont été en première ligne pendant la crise sanitaire, car elles sont majoritaires dans les métiers précaires enfin reconnus comme vitaux pour l’ensemble de la population.
- La libération de la parole et la dénonciation des violences que subissent les femmes dans l’espace public, au travail, ou au sein du couple, ont entraîné partout en France de fortes mobilisations pour reconnaître et faire cesser ces violences, aggravées par le confinement et le déconfinement. Ce mouvement a gagné tous les milieux et interpellé la société dans son ensemble et doit s’inscrire dans toutes les politiques publiques, nationales comme locales.
- Les femmes racisées sont aujourd’hui (et depuis des décennies) les voix les plus puissantes à se faire entendre dans les luttes antiracistes actuelles, fondées sur une pensée de l’égalité sans conditions et d’une réelle justice pour toutes et tous.
- Les femmes lesbiennes sont encore et toujours en lutte pour que soient enfin reconnues pleinement leurs familles. Les municipalités ont un rôle évident à jouer pour leur accès aux mêmes droits que les couples hétérosexuels.
- Les personnes transgenres qui subissent une transphobie quotidienne mais également institutionnelle doivent également être prises en compte de manière urgente dans cette lutte pour l’égalité et ne sauraient se voir reléguer à un dixième d’un cinquième d’une délégation de la troisième plus grande ville de France.

Nous, militant.e.s dans des associations féministes ou au sein du Collectif Droits des Femmes 69, attendons des actes forts de la part des nouveaux conseils municipaux. Nous prenons actes que des femmes vont occuper des délégations importantes. Nous avançons !
Nous avons cependant été fortement surpris.es et interloqué.e.s par l’ordre et la composition des délégations des nouveaux adjoint.e.s de la Ville de Lyon :
il faut attendre la 18ème pour trouver l’adjointe chargée des « Droits et égalités, mémoire, culte et spiritualité » ;
ce mélange de thématiques sous une même appellation nous interpelle ;
l’égalité est indiquée sans précision aucune de ce que cela concerne ;
nous ne voyons pas le lien entre la gestion du culte et de la spiritualité historiquement dominés par des figures masculines, et nos combats pour l’égalité. Doit-on s’inquiéter de discussions sur l’avortement ou la PMA avec des représentants locaux des religions monothéistes ? Est-il nécessaire de rappeler la violence quotidienne qu’exercent les militant.e.s de la Manif pour tous et consorts par leurs manifestations mais également par les campagnes d’affichage haineuses qui ornent les murs de la Ville de Lyon ?
quant à la question de la spiritualité, si le terme a le mérite de prendre en compte la diversité des croyances, nous appelons à la plus grande vigilance sur les risques de dérive essentialiste et Lgbt-phobe de certains courants de la mouvance écologiste.
La question de la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes, la lutte contre les violences faites aux femmes, le maintien de droits fondamentaux comme le droit à l’avortement, à l’éducation non genrée et à la sexualité, l’accès aux droits pour toutes et tous sont des sujets qui devraient être prioritaires. Encore une fois, alors que nous nous battons tous les jours en accueillant et accompagnant des femmes et en nous mobilisant dans la rue, la question des droits des femmes est relayée au dernier plan.

Nous ne sommes et ne voulons plus ni être Cendrillon ni la cinquième roue de son carrosse citrouille.
Nous existons, nous sommes fortes, nous faisons partie de l’humanité et nous voulons les même droits et la même place que les hommes !
Il nous paraît aussi absolument crucial que l’antiracisme et la lutte contre les LGBTQIphobies soient pensés comme faisant partie intégrante de la lutte contre les inégalités.

C’est en raison du constat de cette démultiplication des inégalités que la délégation Egalité de la troisième plus grande ville de France doit se donner des moyens à la hauteur de la lutte pour l’Egalité de toutes et tous. Nous méritons plus qu’une délégation fourre-tout.
Nous demandons donc que les droits des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes soient dotés d’une vraie délégation et nous resterons vigilant.e.s à l’égard de l’action de la nouvelle équipe municipale."

Collectif Droits des Femmes : Femmes Solidaires du Rhône, Collectif MeToo, Planning Familial du Rhône, Osez le féminisme 69, UD CGT du Rhône, Solidaires Rhône, Sud Education, PCF, PG 69, Ensemble !, NPA


Mise à jour le Vendredi, 02 Octobre 2020 08:28