Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Rassemblement contre la répression policière jeudi 19 septembre à 11H PDF Imprimer Envoyer
Divers
Samedi, 14 Septembre 2019 08:30

devant la Cour d’Appel (quai R. Rolland, à Lyon 5ème, métro Vieux Lyon)
21 octobre 2010 : 700 personnes nassées place Bellecour à Lyon
Un Collectif se monte pour dénoncer cette répression.
11 janvier 2011 : Une plainte est déposée1(6 plaignantes et plaignants en individuel et 19 organisations se sont constitués parties civiles)
10 septembre 2018 : après 8 ans de bataille judiciaire, la Cour d’Appel de Lyon discute de la demande d’envoyer devant le tribunal correctionnel le directeur de la police Albert Doutre et le Préfet de région Jacques Gérault. Suite de l’affaire ce 19 septembre...
Le Collectif est « fier de l'unité que nous avons su construire entre des plaignant.e.s en individuel et des organisations différentes, tant politiques, syndicales qu’associatives : dans l'action en justice, le travail de dossier, de soutien aux victimes, l'organisation de conférences et de manifestations, de vigilance…
Encerclement et harcèlement  
GIPN lacrymogènes  
Canons à eau et hélico  
Non, non, non, on n'oublie pas
Pour que justice soit faite contre cette immense garde à vue à ciel ouvert et contre les discriminations au faciès sur les exfiltrations. »
+ d’infos sur https://www.collectif21octobre.fr


 
Manif samedi 7 septembre à 14h contre l’expulsion de l’Amphi Z PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mercredi, 04 Septembre 2019 05:04

appel du Collectif de soutien à l’Amphi Z :


« On vit ici, on reste ici.


Après plus de vingt mois d’occupation et près de deux ans de lutte, l’Amphi Z est aujourd’hui menacé d’expulsion, laissant plus d’une centaine de personnes sans solution de relogement. Métropole et préfecture agissent main dans la main pour jeter à la rue familles, enfants, femmes et hommes seul.e.s alors même que la plupart devraient être légalement pris en charge par l’Etat.

Depuis un an la Métropole a assigné les habitants au tribunal. Le 10 mai 2019 le jugement a été rendu : l’amphi Z doit être évacué à partir du 1er septembre 2019. Dès le mois de mai, nous nous sommes conformés aux procédures préconisées par les services de l’Etat (diagnostic social) mais seules 30 personnes ont été relogées dans des foyers. Rien n’a été proposé aux autres, dont des familles avec des enfants et des personnes malades.

Le 29 août, un huissier s’est présenté pour signifier aux habitant.e.s leur obligation de quitter le bâtiment le 2 septembre. Nous avons immédiatement saisi le juge d’exécution des peines (JEX) afin de solliciter un délai supplémentaire en l’attente de solutions d’hébergement comme l’Etat en a l’obligation.

Nous restons vigilant.e.s en l’attente de cette audience puisque une expulsion est désormais possible à tout moment.
Nous exigeons une nouvelle fois...

Lire la suite...
 
Chaine humaine des Gilets Jaunes, entre la France et la Suisse, samedi 31 août PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 30 Août 2019 17:00

Info transmise par le NPA de Haute Savoie :

Rassemblement Place des Nations à Genève devant le siège de l’ONU, à partir de 15H30 Acte 42 : Événement national frontière France/Suisse

Pour stopper les violences policières et défendre le droit de manifester, samedi 31 août, les Gilets jaunes de France et les Gilets de Suisse se donnent la main autour de GENÈVE pour l'événement NATIONAL : https://youtu.be/3WYbdKzAmqk 1ère partie côté France : ✔ 9h : rassemblement en France sur le rond-point Porte de France (à St Genis Pouilly) Distribution de pancartes ✔ 10h : départ à pied du rond-point Porte de France vers la douane de Ferney-Voltaire (8km) ✔ 12h-13h : passage du flambeau en Suisse aux Gilets jaunes suisses et français déjà sur place et mise en place d'une chaîne humaine à partir du parking P47 Pendant ce temps, tenue d’un rond-point avec ralentissements, tractage et informations (RIC, violences policières, ...)

2ème partie côté Suisse : Chaîne humaine de Gilets jaunes France et Suisse depuis la frontière (de Ferney-Voltaire) jusqu'à la Place des Nations de Genève (ONU). ✔ Entre 12h et 13h : deux lieux d'arrivée au choix pour les participants : Place des Nations ou parking P47 après la douane de Ferney-Voltaire ✔ 13h30 à 14h30 : la chaîne humaine est progressivement constituée entre le parking P47 et la Place des Nations ✔ 14h30 à 15h30 : les participants rejoignent la Place des Nations en file indienne sur le trottoir ✔ Vers 15h30 : l’ensemble des participants sont regroupés sur la Place des Nations ✔ 16h à 18h sur la Place des Nations : remise du flambeau, remise de médailles aux victimes, prises de parole ✔ 18h à plus tard au Parc Rigot (juste à côté de la Place des Nations) : moment de détente, de restauration, de musique et de partages Présentation de l'organisation suisse : https://m.youtube.com/watch?v=uz2dd0LiwFM&feature=youtu.be

Après 42 semaines de manifestations réprimées dans une violence inédite par les forces aux ordres du gouvernement Macron, les citoyennes et les citoyens de France et de Suisse appellent conjointement à l'arrêt définitif de l'utilisation des armes de guerre, en particulier le LBD40...

Lire la suite...
 
Rassemblement contre l’expulsion de l’ancien Collège Maurice Scève mercredi 24 juillet à 9h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 23 Juillet 2019 05:52

devant le Tribunal d’Instance, 67 rue Servient à Lyon 3ème ‘métro Guichard)
communiqué du Collectif du Collège Sans Frontières Maurice Scève :
« Le vendredi 28 juin dernier, la Métropole avait assigné les habitant.e.s et soutiens de l’ex collège Maurice Scève en justice pour une expulsion en urgence et sans délai. Le procès avait été reporté et aura lieu ce mercredi 24 juillet. Visiblement pour satisfaire les intérêts économiques de Vinci Immobilier qui rachète le site, la Métropole veut remettre à la rue des centaines de migrant.e.s : des mineurs isolés, des jeunes majeurs, et des familles avec enfants en bas-âge ! Rassemblement de soutien ce mercredi 24 juillet à 9h devant le Tribunal d’Instance de Lyon - 67 rue Servient.

En septembre 2018, nous, soutiens, citoyen.ne.s, militant.e.s associatifs et jeunes exilés, face à l’incapacité des pouvoirs publics de répondre aux besoins d’un groupe de mineurs isolés étrangers relevant des services de protection de l’enfance, nous avons décidé de réquisitionner les locaux, vides depuis 5 ans, de l’ancien Collège Maurice Scève appartenant à la Métropole de Lyon. Suite à la plainte déposée par cette dernière, le juge du tribunal administratif refusa l’expulsion d’urgence (audience du 15 octobre 2018). Depuis cette date, ce sont plus de 250 jeunes qui ont trouvé dans ce lieu une protection précaire. Parmi eux au moins un tiers sont des mineurs, certains ayant moins de quinze ans. La Métropole assigne aujourd’hui les habitant.e.s et les soutiens en justice, dans une procédure en référé. La Métropole qui n’a cessé de nous dire qu’elle ne savait pas travailler dans l’urgence pour l’hébergement, la prise en charge, la scolarisation... des mineur.e.s isolé.e.s, n’hésite pas à utiliser les procédures d’urgence quand il s’agit de remettre à la rue 250 à 300 exilé.e.s. La Métropole continue à user du double langage. D’une main, elle mandate des associations (Foyer Notre-Dame des Sans Abris et ALPIL) pour intervenir sur l’ex-collège, travailler avec les habitant.e.s et les soutiens et aménager le lieu (très sommairement). Et engage pour cela des fonds publics (400 000 euros) votés le 13 mai 2019 au Conseil de la Métropole. De l’autre main, elle poursuit en justice, dans une procédure d’expulsion d’urgence, les habitant.e.s et les soutiens !!!

Nous refusons l’expulsion de ces exilé.e.s, sans relogement et solutions dignes pour tous les habitant.e.s du Collège. Au lieu d’assigner les occupants du Collège en Référé pour les menacer d’expulsion immédiate, pourquoi ne pas transformer ce squat en un lieu d’hébergement temporaire, avec une convention d’occupation, comme cela se pratique déjà dans d’autres départements ? C’était une des demandes exprimées dans la lettre ouverte envoyée le 8 avril 2019 par le Collectif Maurice Scève à la Métropole et à la Préfecture… lettre ouverte qui n’a jamais reçu de réponse jusqu’à maintenant !

Lire la suite...
 
Rassemblement pour la libération de Tuna Altinel jeudi 11 juillet à 18 h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mercredi, 10 Juillet 2019 05:41

Place de la République à Lyon 2ème (métro Cordeliers ou Bellecour)
Tuna Altinel est maitre de conférences à l’Université de Lyon 1 et chercheur en mathématiques à l’Institut Camille Jordan. Il a été arrêté en Turquie alors qu’il rentrait dans son pays pour voir sa famille le 11 mai dernier et emprisonné le 12 mai.
Que lui reprochent les autorités turques ? Deux choses :
D’avoir signé la pétition des Universitaires pour la Paix « Nous ne serons pas complices de ces crimes » appelant à l’arrêt des exactions commises par le pouvoir turc contre les populations civiles à majorité kurde dans le sud-est de la Turquie.
D’avoir participé à une réunion publique dénonçant les crimes de l’armée turque à Cizre, ville du sud-est de la Turquie, (en 2016) organisée à Villeurbanne en février 2019 par l’Association « Amitiés Kurdes de Lyon »

Ses collègues mathématiciens se sont immédiatement mobilisés. Une pétition atteint aujourd’hui 6000 signatures. Cinquante-quatre députés de tous bords politiques appellent à sa libération. Interpellé à l’Assemblée Nationale par Cédric Villani, médaille Fiels de mathématiques, le Ministre des Affaires étrangères M. Le Drian a assuré vouloir tout « mettre en œuvre » pour sa libération
Tuna Altinel fait à ce jour l’objet de deux poursuites qui se traduiront par deux procès. Un premier le 16 juillet pour sa signature de la pétition. Le second le 30 juillet pour sa participation à la réunion de Villeurbanne pour laquelle il est poursuivi pour « appartenance à une organisation terroriste » !!!
Des dizaines de milliers d’opposant.e.s à Erdogan croupissent dans les prisons turques : journalistes, avocats, juges, enseignants, militaires, syndicalistes et militant.e.s divers.es.
Il faut empêcher que Tuna Altinel reste en prison !

METTONS TOUT EN ŒUVRE POUR AMPLIFIER LE MOUVEMENT DE SOLIDARITÉJUSQU’À SA LIBÉRATION !
Signataires : Association Culturelle Mésopotamie, Amitiés Kurdes de Lyon Rhône Alpes, Association France Kurdistan du Rhône, Comité universitaire de soutien à Tuna Altinel, Ligue des droits de l’homme Rhône, Comités génération-s de la métropole de Lyon, Ensemble ! Rhône, Europe écologie les verts du Rhône, Parti Communiste Français du Rhône, Confédération nationale du travail Rhône, Union Syndicale Solidaire du Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste



 
Rassemblement mercredi 10 juillet contre la criminalisation des exilé.e.s et de leurs soutiens PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 07 Juillet 2019 16:07

Appel du Collectif 69 de soutien aux réfugiéEs : "Dans la nuit du samedi 29 juin, Carola Rackete a été arrêtée par la police italienne après avoir accosté avec son navire dans le port de Lampedusa. À son bord, 42 personnes secourues dans les eaux internationales au large de la Libye.
Après 17 jours d’errance en Méditerranée, la capitaine du Sea Watch.3 a pris la décision d’entrer sans autorisation dans le port, bravant ainsi les interdits du ministre de l’Intérieur italien, Salvini et le silence de l’Union Européenne.

Elle l’a fait au nom de l’humanité et du respect des droits fondamentaux. Elle et son équipage ont choisi de sauver 42 femmes et hommes exilé·e·s, condamné·e·s à se noyer au milieu de la Méditerranée, ou à être torturé·e·s, violé·e·s, enfermé·e·s.

En niant le droit de ces personnes d’être secourues, l’Italie se rend complice de l’enfer qu’est devenue la Libye aujourd’hui pour les personnes exilées.

En fermant les yeux et en se déresponsabilisant, la France se rend tout autant complice.

En militarisant ses frontières et en déléguant l’accueil des personnes à des pays tiers, les États de Union Européenne sont tout aussi responsables.

Exigeons que les personnes sauvées et que tou·te·s les exilé·e·s soient protégé·e·s et que leurs droits soient respectés. Exigeons que tous bateaux avec à leur bord des enfants, des femmes et des hommes en danger soient accueillis dans tous les ports de l’Union Européenne.
Exigeons l’arrêt des poursuites contre Carola Rackete, Pia Klemp et tout l’équipage du Sea Watch 3.
Liberté de circulation pour toutes et tous !
RASSEMBLEMENT Mercredi 10 juillet 18h30 Place de la Comédie à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville)
pour dénoncer une atteinte inqualifiable aux droits humains les plus fondamentaux et soutenir l’ensemble des personnes exilées et leurs soutiens.

Lire la suite...
 
Marche des fiertés contre les racismes et les LGBTIphobies samedi 15 juin PDF Imprimer Envoyer
Divers
Lundi, 10 Juin 2019 20:44

La 24ème marche des fiertés LGBTI de Lyon aura lieu le 15 juin 2019. Elle est organisée, comme chaque année, par l’association Lesbian and Gay Pride de Lyon avec de nombreux syndicats, partis politiques, associations de défense des droits humains et de commerces LGBT et friendly.


Le départ sera donné à 14 h place Bellecour, l’arrivée est prévue au même endroit vers 17 h 30 avec le village associatif et un bar à bières jusqu’à 19 h.


A l’occasion des 50 ans des émeutes de Stonewall, la marche des Fiertés LGBTI 2019 vous propose un parcours inédit le plus long jamais emprunté en passant à proximité de lieux symboliques : à la fois dans le 5e arrondissement devant l’ancien palais de justice (Cour d’appel de Lyon), puis l’Hôtel de Ville de Lyon avant de traverser le Rhône et de redescendre sur le Quai Augagneur, à proximité de la Préfecture du Rhône.

Au delà de la marche, participez également aux nombreux évènements de la quinzaine des Cultures LGBTI !

Pour une mobilisation inclusive et incluante : face aux racismes et LGBTIphobies, unissons-nous !
- L’expulsion au cœur des politiques migratoires : une honte ! Prise de Paroles de migrants LGBTI par 2MSG

- L’accès à la PMA à tou·te·s : toujours au stade de la promesse !

- Pour une réforme de la filiation qui protège tous les enfants !
- Pour les personnes intersexes, le droit à disposer de leur corps n’est toujours pas reconnu.


 
Stop Dublin ! Rassemblement samedi 25 mai à partir de 12h place Guichard à Lyon 3ème PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 23 Mai 2019 20:13

Sauvons le droit d’asile : STOP DUBLIN !
Les exilé(e)s ne peuvent pas choisir le pays dans lequel ils souhaiteraient demander l’asile. Le Règlement dit “Dublin III” prévoit qu’une demande d’asile doit être examinée dans le premier pays européen où les empreintes du demandeur d’asile ont été prises.


Les demandeurs d’asile arrivant principalement dans les Etats à la frontière sud de l’Union Européenne (Italie, Grèce, Espagne, Bulgarie...), leurs empreintes y sont prises de façon plus ou moins forcée : ils sont automatiquement soumis à ce règlement.

 

Le système Dublin nuit gravement au droit d’asile et à la santé des exilés!
Le système Dublin est coûteux, absurde et inefficace !

Le système Dublin empêche l’intégration des réfugiés !
Pour sortir de cette politique inhumaine, le demandeur d’asile doit avoir le choix du pays où déposer sa demande : le règlement Dublin III doit être abrogé. Comme nous, tous les êtres humains doivent avoir la liberté de circulation et d’installation ; et bénéficier de l’égalité des droits : régularisation de tous les sans-papiers !
Rassemblement samedi 25 mai à partir de 12h place Guichard à Lyon 3ème

 
Manif samedi 13 avril à 13h pour la LIBERTE DE MANIFESTER ! PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 12 Avril 2019 18:29

et l'ABROGATION DE LA LOI ANTI-MANIFESTANTS
"Si la loi est votée par le Parlement au nom du peuple français, elle ne peut et elle ne doit pas porter atteinte à la libre expression du peuple. La proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale qui prétend encadrer le droit de manifester reste, malgré la censure du Conseil constitutionnel, une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.
Participer à une manifestation ne saurait pas plus signifier le risque pour tout individu d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement.

Soumettre les participants et les participantes à une manifestation à une fouille systématique, faire d’un visage en partie couvert un délit, persister dans l’usage d’armes qui mutilent, voici l’esprit et la lettre de mesures qui sont autant d’empêchements à l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement, collectivement et pacifiquement son opinion.
Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain. Nous en demandons l’abrogation. C’est pourquoi nous appelons à manifester partout en France le samedi 13 avril 2019.
Alors que depuis des mois, une grave répression touche les manifestants, ce samedi, à Lyon, la préfecture annonce l’interdiction de défiler dans certaines zones de la ville. C’est ainsi qu’une modification de parcours nous été imposée.
UNE RAISON DE PLUS POUR MANIFESTER NOMBREUX, A LYON, COMME PARTOUT EN FRANCE, LE SAMEDI 13 AVRIL A 13 H
DEPART : PLACE LOUIS PRADEL (Lyon 1er – Métro Hôtel de Ville)"

LIGUE DES DROITS DE L'HOMME (LDH69), UD-CGT69, LIBRE PENSÉE DU RHÔNE, MOUVEMENT ENSEMBLE! 69 (E!69), NOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE (NPA), PARTI OUVRIER INDÉPENDANT (POI), PARTI DE GAUCHE DU RHÔNE, UD-CNT 69, SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE-Section de Lyon, FRANCE INSOUMISE, ATTAC69, PLANNING FAMILIAL, SOLIDAIRES RHÔNE, COMMISSION JUSTICE DES GILETS JAUNES DES ASSEMBLEES DE LYON, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS (PCF), GROUPE DE RÉFLEXION ET D'ACTION MÉTROPOLITAINE (GRAM), GROUPE GRAINE D’ANAR (FÉDÉRATION ANARCHISTE).


 
Rassemblement mercredi 3 avril pour la régularisation de tous les sans-papiers PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 02 Avril 2019 06:44

rue Dunoir à Lyon 3ème, métro Guichard


"MERCREDI 3 AVRIL 2019 18H LANCEMENT D’UNE GRANDE CAMPAGNE POUR LA RÉGULARISATION ET L’ÉGALITE DES DROITSNous, Collectifs de Sans-papiers et MigrantEs, Syndicats, et Associations, appelons à démarrer une grande campagne pour réclamer la régularisation de tous et toutes les sans-papiers et l’égalité des droits par des rassemblements dans tout le pays devant les préfectures et le ministère de l’Intérieur en Île-de-France le 3 avril.

Dans le Rhône, nous nous rassemblerons DEVANT LA PRÉFECTURE à 18H.
Dans un contexte de montée des nationalismes, des racismes et des fascismes partout en Europe et dans le monde ;
Alors que des dizaines de milliers de femmes, hommes et enfants sont mortEs et meurent encore sur les routes de la migration victimes des frontières et des politiques anti-migratoires des gouvernements des pays les plus riches de la planète et de leurs complices ;

Seule la liberté de circulation, la fermeture des centres de rétention, la régularisation de toutes et tous les sans-papiers et l’égalité des droits nous permettront d’en finir avec ces mortEs.
Nous nous rassemblerons partout en France le 3 avril pour lancer une grande campagne nationale afin d’obtenir la régularisation de tous et toutes les sans-papiers et l’égalité des droits. A Lyon, le rassemblement aura lieu devant la Préfecture du Rhône.
Seules la régularisation de toutes et tous les sans-papiers et l’égalité des droits nous permettront de mettre fin à la concurrence entre travailleurs et travailleuses organisée par le grand patronat.

Union Départementale CGT du Rhône, CGT Vinatier, FSU 69, CNT-SO 69, Solidaires 69, NPA, PCF Rhône, Ensemble! 69, RESF, Émancipation, CGA, Collectif des étudiant.es étrangers de Lyon sans papiers et solidaires, Collectif Amphi Z, Collectif ex-collège Maurice Scève


 
Délit de solidarité : soutien à Dominique, traîné devant le tribunal de Valence ! PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 31 Mars 2019 14:19

communiqué du NPA et d'autres :


"Le 2 avril 2019 à 8 h 30, un militant du collectif « Pas d’enfants à la rue à Valence » est convoqué devant le tribunal de police de Valence pour avoir pénétré dans l’enceinte de la fac de Valence avec quatre familles de demandeurs d’asile, un enfant de 4 ans, une autre de 8 ans, deux adolescents de 14 et 16 ans et une femme enceinte de 4 mois.
Ces familles et ses enfants ont pu passer la nuit à l’abri dans une salle de cours de la fac. Il faisait d’après les archives de Météo France 4° à 19 h et 2° à 7 h du matin à Valence et il pleuvait.
Depuis mars 2017 des citoyen-nes de Valence scandalisés par l’inertie de l’État ont décidé de réagir et d’occuper des bâtiments publics pour mettre les enfants et leurs parents à l’abri.

Par ces occupations ils dénoncent en outre l’incurie des services de l’État qui laisse des semaines durant des demandeurs d’asile à
la rue en infraction à la loi et aux conventions internationales qui stipulent « Une fois sa demande enregistrée par un agent en préfecture, le demandeur d’asile rencontre un agent OFII pour pouvoir bénéficier des conditions matérielles d’accueil (allocation pour demandeurs d’asile, hébergement) et signer l’offre de prise en charge (OPC) afin de pouvoir subvenir à ses besoins le temps de sa procédure d’asile » (http://www.ofii.fr/demande-d-asile).
Le risque encouru par le militant est une amende pouvant atteindre 3500 euros. Le choix du tribunal de police par le procureur n’est pas anodin. En effet le procureur de Valence, qui ne donne aucune suite à des plaintes déposées par des femmes réfugiées pour des violences ou menaces masculines, a été très diligent concernant les citoyen-nes solidaires. Il suit en cela le vieil adage bien connu des DRH dans les entreprises. Mettre les militant-e-s en situation de devoir se défendre au détriment de leur action et attaquer au portefeuille.
Rien que pour se défendre ce sont des centaines d’euros pouvant servir à la solidarité qui disparaissent.

Criminaliser la solidarité est la seule réponse de cet État qui ne respecte même pas ses propres lois.
Les signataires sont solidaires du militant poursuivi, des familles et enfants à la rue et exigent le respect de la loi sur le droit d’asile et l’abandon de toutes les poursuites. Rassemblement devant le tribunal de Valence à 8 h le mardi 2 avril 2019"


 
31 MARS, FIN DE LA TREVE HIVERNALE : MANIF CONTRE TOUTES les EXPULSIONS suivie d'une fête à l'AmphiZ PDF Imprimer Envoyer
Divers
Samedi, 30 Mars 2019 20:24

"De plus en plus de gens, des personnes isolé·e·s, des étudiant·e·s des migrant.e.s ne peuvent plus payer un loyer ni même trouver un toit. En 2017, 125 000 jugements d’expulsion ont été rendus, plus de 15000 expulsions forcées ont été réalisées par la police ainsi que 250 000 coupures d’énergie. En 2018, en France, 566 SDF sont morts dans la rue.
L’urgence au logement est là !
Avec la fin de la trêve hivernale, partout, le 31 mars va sonner le retour, des opérations policières pour expulser de chez eux des précaires et mal-logé·e·s. Pourtant dès le 9 Mars, la Métropole a déjà commencé à fermer les hébergements d’urgences.

Aucune solution n’est proposée sinon la rue.
Les travailleurs sociaux réunis récemment pour manifester leur inquiétude et leur indignation nous alertent : L’hébergement d’urgence est en danger !

À titre indicatif, sur la semaine du 25 février au 3 Mars 2019, 73 % des 2283 personnes qui ont demandé une mise à l’abri au 115 ont été refusés

Mais pas les moyens pour y faire face !
Ces dernières années, les demandes d’hébergement d’urgence ont considérablement augmenté mais l’enveloppe pour financer ces hébergements a baissé de 20 Millions d’euro en 2018.
Aussi depuis des années dans l’agglomération lyonnaise, des enseignants et des parents sont contraints de faire dormir des enfants à l’école. Pour soutenir et mettre à l'abri des familles sans toit ou des migrant.e.s privé.e.s de logement, plusieurs occupations de bâtiments vides ont eu lieu comme l'Amphi Z, la maison Mandela, la Trappe sur Villeurbanne, ou le collège Maurice Scève à Lyon 4eme, soit plus de 500 personnes seules, mineurs isolés, familles et enfants.
Ces squats sont menacés d’expulsion dès ce printemps, les personnes qui y ont trouvé refuge se verront contraints de retourner à la rue

Contre les expulsions, réquisitions !
A Lyon selon les chiffres de l’INSEE 8,4% des logements sont vides (près de 24 000). Malgré la demande pressante des associations...

Lire la suite...
 
Réunion publique contre la loi anticasseurs et les violences policières mercredi 13 mars PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 08 Mars 2019 06:43

"NON A LA LOI « ANTICASSEURS » QUI « CASSE » NOS Libertés !
Les associations, syndicats, et organisations politiques ci-dessous, déclarent :
Le gouvernement a décidé de reprendre à son compte la proposition de loi de Bruno Retailleau, adoptée au Sénat le 23 octobre 2018, et, en première lecture à l’Assemblée nationale le 5 février 2019, intitulé : « visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations » (1). Alors que la France dispose d'un arsenal législatif déjà des plus répressifs.
Les signataires appellent à s’opposer fermement à cette résurgence de la loi anticasseurs de 1970, de sinistre mémoire et abrogée en 1981. Cela marquerait un changement de paradigme avec la possibilité d'une répression inspirée des dispositions de l’état d’urgence dont le passage dans le droit commun ébranle déjà l’État de droit. Ce projet écarterait toujours plus la justice au profit de pouvoirs administratifs exorbitants. Fichage des manifestants, interdiction individuelle de manifester, obligation de pointage sont autant de signes de la poursuite d’une logique de suspicion généralisée et de contrôle social avec le risque de dévoiement des procédures et d’arbitraire.

Les nouvelles mesures contenues dans la proposition de loi, si elles étaient votées, porteraient gravement atteinte aux libertés publiques de toutes et tous. D'autant qu'elles interviennent dans un contexte particulier de répression .
Les signataires condamnent la répression intolérable que le gouvernement mène contre les manifestations du samedi des gilets jaunes, avec des centaines de blessés graves : personnes éborgnées, mains arrachées…auxquelles nous apportons notre soutien et notre solidarité. Nous exigeons du gouvernement l'arrêt de la répression ainsi que l'interdiction de l'utilisation des grenades et des LBD, comme préconisé par le Conseil de l'Europe.
Les signataires dénoncent ces restrictions au droit de manifester , ces lourdes menaces sur les libertés d’opinion et d’expression des oppositions. Les signataires demandent le retrait de la proposition de loi.
Réunion PUBLIQUE MERCREDI 13 MARS DE 18H30 a 20h30 BOURSE DU TRAVAIL DE LYON (Place Guichard  Lyon 3°) SALLE LOUIS VIANNET (Salle des Congrès)"

Signataires : Ligue des Droits de l'Homme (LDH69), Syndicat des Avocats de France (SAF), UD-CGT du Rhône, FSU69, Siolidaires69, Collectif 21 Octobre, Planning Familial 69 (PF69),  Mouvement Contre le Racisme Pour l'Amitié entre les Peuples ( MRAP 1er-4eme), Libre Pensée du Rhône, Mouvement Ensemble! 69 ( E!69), Nouveau Parti Anticapitaliste ( NPA), Parti Ouvrier Indépendant ( POI), Parti de Gauche du Rhône, France Insoumise 69
____________________________
(1) Intitulé du projet de loi adopté par l’Assemblée Nationale en première lecture le 5
février 2019.


 
Hébergement d'urgence en danger : rassemblement mardi 5 mars à 18h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 22 Février 2019 09:32

devant la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale) 33, rue Moncey à Lyon 7ème


à l'appel d'un Collectif de travailleuses sociales qui dénoncent :


- la remise en cause de la continuité et de l'inconditionnalité de l'accueil
- la baisse des financements
- le manque de places d'hébergement et de logement

voir leurs revendications dans l'appel téléchargeable ici

 


 
Combattons l’antisémitisme et tous les racismes, et refusons toutes les récupérations PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 19 Février 2019 07:00

Profondément antiraciste, luttant contre toutes les formes de discriminations, le NPA s’était inquiété il y a quelques jours de la recrudescence des actes antisémites, confirmée par les chiffres du ministère de l’Intérieur lui-même. Dans le détail, ceux-ci sont passés de 311 en 2017 à 541 l'an passé : +74 %. La CNCDH, Commission consultative des droits de l'homme, indiquait dans son dernier rapport que, si la tendance est à la baisse en ce qui concerne les actes racistes constatés, une progression des actes les plus violents est à signaler, en particulier auprès de membres de la communauté juive.
Une progression qui s’est manifestée de différentes façons ces derniers jours : inscription antisémite « Juden » sur la vitrine d’un magasin Bagelstein, saccages des arbres plantés en souvenir d'Ilan Halimi (jeune homme de confession juive mort sous la torture en 2006 dans l'Essonne), croix gammées dessinées sur les portraits de Simone Veil fait par un street artist, jusqu’aux récentes agressions verbales contre Alain Finkielkraut ce samedi.

Car ce sont bien, lorsqu’on les met bout à bout, des paroles nauséabondes et clairement antisémites qui se sont exprimées contre lui en marge d’une manifestation des Gilets jaunes : « Barre-toi, sale sioniste de merde ! », « Rentre chez toi en Israël ! », « la France elle est à nous ! »... Membres de groupuscules d’extrême droite ou militants salafistes comme semble le dire aujourd’hui la presse, qu’importe. Cette haine n’a rien à faire dans nos luttes sociales, elle doit être clairement combattue.
Pour pouvoir la combattre réellement, il est indispensable de ne pas avoir l’indignation à géométrie variable et la récupération facile. On a ainsi le droit d’être dubitatif quand on voit aujourd’hui certaines personnalités – actuellement au gouvernement ou qui y ont été ces dernières années – délivrer des brevets d’antiracisme, alors même qu’ils pratiquent des politiques inhumaines à l’égard des migrantEs et que toutes leurs politiques antisociales nourrissent le fumier sur lequel prospèrent tous les racismes, toutes les divisions. Et l’on n’oublie pas ceux qui ont multiplié, au cours des dernières années, les propos contre les musulmanEs ou les Rroms, et ont mis en œuvre des mesures racistes quand ils étaient au gouvernement, au travers notamment des actions de prétendu « maintien de l’ordre » dans les quartiers. Souvent les mêmes qui aujourd’hui se servent des insultes contre Finkielkraut pour salir tout un mouvement social, celui des Gilets jaunes…

C’est parce que la lutte contre l’antisémitisme est une chose trop importante pour être laissée aux opérations de récupération diverses et variées que nous n’associons pas nos voix à celles de ces pompiers pyromanes, aussi hypocrites que dangereux. C’est la raison pour laquelle le NPA et ses porte-parole ont signé l’appel « Contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, pour le combat contre toutes les formes de racisme », lancé notamment par des militantEs et forces de l’antiracisme politique, dont l’Union juive française pour la paix. Le NPA, présent au rassemblement annoncé par cet appel mardi 19 février à Paris, est intéressé par une riposte sur cette base à Lyon...


 
DROIT AU LOGEMENT : rassemblement LUNDI 18 FÉVRIER à 9h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 03 Février 2019 10:31
suite au report du procès au tribunal d’instance de Villeurbanne, 3 rue du Dr Pierre Fleury Papillon
« L’ AMPHI Z, LA TRAPPE, ET LA MAISON MANDELA (CUSSET) ABRITENT 350 PERSONNES DONT DES FAMILLES ET 18 ENFANTS ET ÉLÈVES DE VILLEURBANNE
DEPUIS DÉCEMBRE 2017. MAINTENANT, LA SEULE SOLUTION QUI LEUR EST PROPOSÉE, C’EST DE RETOURNER À LA RUE !

CONTRE LES EXPULSIONS
Depuis des années, dans l’agglomération lyonnaise, des enseignants et des parents sont contraints de faire dormir les enfants à l'école, des collectifs solidaires ouvrent des lieux vacants pour mettre à l’abri ceux et celles qui n’ont pas de toit.

Pendant ce temps la Métropole et les Mairies expulsent des personnes seules sans abris et sans solution, des familles avec bébés, enfants et adolescents, des femmes enceintes et des malades. Le résultat de cette politique inhumaine : mise en danger des personnes, traite des êtres humains, mères isolées à la rue, développement des maladies, exposition à des températures extrêmes, manque d’eau, sont autant d’atteintes à la dignité. Outre ces conditions de vie particulièrement difficiles, c’est l’angoisse permanente du lendemain et l’impossibilité de se projeter dans l’avenir.

Il y a dans la Métropole de Lyon de très nombreux lieux vides et vacants, ainsi qu’un manque criant de logements sociaux. Il n’y a aucune volonté politique de soulever cette question dramatique du droit au logement, de ceux et celles pour qui payer un loyer est impossible. Depuis un an, nous revendiquons le droit à l’hébergement et une amélioration des conditions de vie de ceux et celles qui n’ont pas d’autre choix que de vivre en squat. Pour unique réponse, la Métropole demande l’expulsion...

Lire la suite...
 
Réunion publique mardi 31 janvier sur l'application de la Loi sur l’asile et l’immigration PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 27 Janvier 2019 12:59

Loi sur l’asile et l’immigration : où en est-on de l’application ?
Malgré l’opposition entre autres des associations chargées de l’accueil des réfugié-e-s, cette loi rentre progressivement en vigueur depuis septembre 2018 : rétention possible des étranger-e-s jusqu’à 3 mois, y compris avec des enfants, expulsion réalisable avant la fin de la demande d’asile, etc. Il est temps d’en faire un 1er bilan, en particulier sur 2 aspects :
- de plus en plus d’adolescent-e-s étrangers isolés laissés à la rue, d’autres « pris en charge » par les services du Département ou de la Métropole vivent dans des conditions indignes : ils sont considérés d’abord comme des étranger-e-s plutôt que comme des enfants à protéger. Le décret sur le fichage de ces jeunes annoncé pour janvier 2019 risque de permettre l’expulsion de nombre d’entre eux.
- la mise en place des visio-audiences pour les recours des demandeur-se-s d’asile devant la Cour Nationale du Droit d’Asile (plus d’accès au juge, à l’image du projet de loi sur la justice, actuellement en discussion, qui réduit l’accès au juge pour tous les justiciables) : mise en place repoussée dans le Rhône grâce au refus des avocat-e-s qui font de la résistance !

Comment combattre ces mesures liberticides ?
Réunion publique jeudi 31 janvier à 19h, Bourse du Travail - Place Guichard, à Lyon 3ème (métro B, Tram T1)
avec Anne-Caroline Vibourel, avocate en droit des étrangers et des mineurs
et  Jean-Philippe Petit , avocat en droit des étrangers, membre du Syndicat des Avocats de France

Collectif 69 de soutien aux réfugié-e-s et migrant-e-s : ActForRef, ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc'Action Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif Agir Migrants, Collectif Amphi Z, Collectif des étudiantEs étrangerEs, Collectif 69 Palestine, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4 et 3-7-8, RESF-69, Union syndicale Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, SUD santé sociaux 69, Solidaires Retraités 69, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, EELV 69, Ensemble!, France Insoumise Migrations, L’insurgé, Lutte Ouvrière, MJCF 69, Nouveau Parti Anticapitaliste, Nouvelle Donne, Parti de Gauche 69, PCF, UPC…
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 
Rassemblement lundi 14 janvier à 9h contre l’expulsion de l’amphi Z par la Métropole PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 13 Janvier 2019 12:01

communiqué du Collectif de l’amphi Z : "L’amphi Zimmeuble du 12 rue Baudin à Villeurbanne, réquisitionné en décembre 2017 pour héberger des exilé-e-s, se trouve menacé d’expulsion par une nouvelle procédure lancée par la Métropole. Ce bâtiment abrite plus de 250 personnes, hommes et femmes seul-e-s, familles et mineurs isolés.
Ce bâtiment appartenant auparavant au SDMIS (les sapeurs-pompiers) a été vendu cette automne pour la somme de 2 millions d’€ à la Métropole avec comme projet de construire un établissement scolaire. Deux autre bâtiments de cette parcelle sont également occupés par des exilés et sont déjà expulsables. Nous savons nos sorts liés : un jugement en défaveur de l’amphi Z signifierait l’expulsion de l’ensemble des 350 occupant-e-s de la parcelle !


Nous nous opposerons à toute décision d’expulsion de ces habitants sans propositions d’hébergement pérenne et inconditionnel quelques soit leur situation administrative vis-à-vis de leur demande d’asile. Nous rappelons que c’est l’État qui doit légalement héberger les demandeur-euse-s d’asile, et qu’il ne le fait plus depuis de trop nombreuses années, en toute illégalité. La métropole choisit une nouvelle fois la politique de l’exclusion à l’égard de populations migrantes déjà fragilisées par des conditions de vie précaires, et toujours plus menacées dans leurs droits à la liberté de circulation et d’installation par la loi Asile et Immigration de Collomb et Macron qui restreint les accès au droit d’asile.
Le Collectif Amphi Z et ses soutiens appellent à mobilisation devant le TI 3 rue Docteur Fleury Pierre Papillon 69100 Villeurbanne le 14 janvier à 9h00. Départ en cortège de l’amphi Z à 8h00 pour aller au Tribunal."


 
Rassemblement vendredi 11 janvier en soutien aux inculpéEs de Briançon PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 11 Janvier 2019 01:47

à 17h, place de la Comédie à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville)
organisé par Union Juive Française pour la Paix :


« A L’OCCASION DU PROCÈS CONTRE 2 NOUVEAUX SOLIDAIRES le 10 janvier
Depuis 2016, de nombreuses alertes, signalements et plaintes ont été déposés auprès du procureur par Tous Migrants avec le soutien d’associations nationales (Cimade, Secours Catholique, Amnesty, Médecins sans Frontières…). Malgré ces démarches, des dizaines de blessés, des amputations et des morts, la situation n’évolue pas. La présence des «maraudeurs» est plus que jamais nécessaire en montagne pour sauver des vies.

Pourtant, le procureur les poursuit, et le tribunal de Gap les condamne, au lieu de faire respecter les droits des demandeurs d’asile et des mineurs, et la dignité de chaque être humain.

A L’OCCASION DU PROCÈS CONTRE 2 NOUVEAUX SOLIDAIRES
RASSEMBLEMENT LE 10 JANVIER, DEVANT LE TRIBUNAL DE GAP À 8H30
APPEL À UNE JOURNÉE NATIONALE D’ACTION CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES EN BANDE ORGANISÉE
Tous les jours, des hommes, des femmes et des enfants fuient la misère, l’injustice sociale, la violence, et tentent de rejoindre la France, pays des droits de l’homme, dans l’espoir d’une vie meilleure.
Depuis des mois, la police les traque dans la montagne et les refoule systématiquement, sur ordre de l’Etat. Ceci est ILLEGAL. Cette chasse à l’homme, réservée aux personnes de couleur, contraint les exilés à prendre toujours plus de risques. Certains agents profitent de ce régime de non-droit pour se comporter avec violence. Frontière = cimetière PLUSIEURS PERSONNES SONT DÉJÀ MORTES EN TENTANT DE REJOINDRE BRIANÇON.

Après les 7 solidaires déjà condamnés en première instance le 13 décembre 2018, 2 maraudeurs sont convoqués...

Lire la suite...
 
Journée internationale des migrantEs : Manif mardi 18 décembre à 18h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 09 Décembre 2018 07:22

de la place de la République (métro Bellecour) à la place Guichard
à l'appel du Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 : ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc'Action Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif Agir Migrants, Collectif Amphi Z, Collectif des EtudiantEs étrangerEs, Collectif 69 Palestine, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4 et 3-7-8, Planning Familial 69, RESF-69, Union syndicale Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, SUD santé sociaux 69, Solidaires Retraités 69, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, EELV 69, Ensemble! 69, France Insoumise Migrations, L’insurgé, Lutte ouvrière, MJCF 69, Nouveau Parti Anticapitaliste, Nouvelle Donne, Parti de Gauche 69, PCF, UPC…
pour :

Le respect des droits de l’enfant, l’égalité des droits

- prise en charge par la Métropole ou le département de tous les mineurs isolés, des jeunes majeurs, dans le cadre du droit commun de l’aide sociale à l’enfance,
- scolarisation de tous et toutes dans le cadre de l’Éducation nationale,
- non à la hausse des frais d’inscription à l’université

La liberté de circulation et d’installation

- Droit d’asile sans restriction : abrogation des accords de Dublin (obligeant à demander l'asile dans le 1er pays d'enregistrement) et de la loi de mars 2018 permettant de placer les réfugiés en rétention...

Lire la suite...
 
Rassemblement mardi 20 novembre pour le droit inconditionnel au logement PDF Imprimer Envoyer
Divers
Samedi, 17 Novembre 2018 17:52
 
Contre le gouvernement des riches, bloquer l’offensive, taxer les profits, augmenter les revenus PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 15 Novembre 2018 11:49

Ce samedi 17 novembre auront lieu de nombreux « blocages » contre les hausses du prix des carburants. Lancé au départ comme un mouvement citoyen, largement appuyé par les patrons du transport et relayé par la droite et l’extrême droite, cet appel rencontre aujourd’hui un large écho dans les milieux populaires. Si nous ne savons pas encore l’ampleur que prendra la journée de samedi, de larges secteurs s’en saisissent pour exprimer leur colère contre un gouvernement au service des riches qui fait les poches aux pauvres.

Cette colère est légitime et bienvenue : alors que le prix du carburant a explosé de façon spectaculaire pour tous les automobilistes, les patrons du transport sont eux globalement exonérés du paiement d’une grande partie de ces taxes. Outre qu’elles sont injustes socialement, ces taxes sur les carburants sont aussi inefficaces sur le plan écologique car toutes les raisons qui contraignent les travailleurs à utiliser leurs voitures individuelles sont bien supérieures aux incitations fiscales à ne pas les utiliser.

La période ouverte par la mobilisation autour du 17 novembre doit être l'occasion de mettre en avant des revendications essentielles qui ne peuvent en rester à la seule question de la hausse du prix du carburant. Il faut refuser la TVA et l'ensemble des taxes, ces impôts indirects totalement injustes qui amplifient les inégalités. À l’inverse, il faudrait taxer les profits et réquisitionner les multinationales, en premier lieu celles qui font leur beurre sur le commerce du pétrole et pratiquent l'évasion fiscale... Nous avons besoin de transports en commun gratuits pour en finir avec le « tout voiture » coûteux et nuisible pour l'environnement. Enfin, nos revenus, salaires et pensions, doivent être augmentés de 300 euros pour pouvoir vivre dignement.

Contre les tentatives de récupération par la droite et l’extrême droite, le NPA apporte son soutien à toutes les initiatives locales, en particulier celles issues du mouvement social, qui permettront au 17 novembre de porter ces revendications. Au-delà de cette journée est posée plus que jamais la nécessité de construire une riposte d’ensemble contre la vie chère, pour l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat, pour la justice sociale. La gauche sociale et politique doit reprendre l’offensive : il y a urgence.

 
Rassemblement contre l'homophobie samedi 10 novembre à 17h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 08 Novembre 2018 17:33
Depuis plusieurs semaines, presque quotidiennement, des agressions lesbophobes, gayphobes, biphobes ou transphobes se succèdent sur l’ensemble du territoire. Agressions physiques, dégradations, insultes, elles sont relayées par les victimes elles-même, sur les réseaux sociaux ou dans les médias.

Pour soutenir les victimes et exiger des pouvoirs publics des mesures concrètes contre les LGBTphobies et en faveur de l’égalité des droits, nos associations appellent à une mobilisation massive samedi 10 novembre à 17 heures, Place des Terreaux à Lyon.
Les mesures concrètes attendues comprennent:
● le lancement par le Gouvernement d'une campagne de sensibilisation nationale sur les LGBTphobies et ses effets
● la mise en place d’une formation initiale obligatoire sur la prévention des LGBTphobies pour les professeur.e.s, magistrat.e.s, policièr.e.s et gendarmes
● l’adoption d’une circulaire conjointe des ministères de la Justice et de l’Intérieur rappelant l'arsenal législatif sur les LGBTphobies

Rappelons que près de 6 personnes LGBT sur 10 adaptent leur comportement pour éviter injures ou agressions LGBTphobes et 1 personne LGBT sur 2 a déjà fait l’objet d’insultes ou d’injures homophobes (​enquête Ifop réalisée pour la Fondation Jean Jaurès et la DILCRAH, juin 2018​).
A quelques semaines des débats parlementaires sur l’extension de la PMA, nous nous inquiétons de voir resurgir des propos et slogans particulièrement violents à l’égard des familles homoparentales et des personnes LGBT. En 2012/2013, le manque de sérénité du débat public sur le mariage pour tout.e.s avait entraîné une multiplication par trois des témoignages d’agressions homophobes tant verbales que physiques (Rapports sur l’homophobie 2013 et 2014 de SOS homophobie).
Nous appelons toutes les personnes pour qui la haine homophobe, lesbophobe, biphobe et transphobe n’ont pas leur place dans la République à nous rejoindre ce samedi.

Associations co-signataires de l’appel:
ADFH, Aides, Amnesty international, Centr’Egaux, GayLib, Caelif, HES, Génération.s LGBTI, EELV LGBT, Couleurs Gaies, Flag !, Acthé, ASMF, Bad Attitude, L’Autre Cercle, Beit Haverim, Les Gais Retraités, Rainbow Submarine, FSU, Au-delà du Genre, Association française des avocats LGBT. Elus locaux contre le sida, Centre LGBT de Paris-IDF, Paris 2018, Diivines LGBTQI+, Berry
LGBT, Bi’Cause, FSGL, Conférence Lesbienne Européenne, Fierté Montpellier Pride, Amnesty International France, le MAG Jeunes LGBT, Le Refuge, le collectif TRANSGRRRLS, Diivinelgbtqi+, Sentinelli di Parigi, APGL Rhône Alpes, AMA, FGL Lyon, Mobilisnoo Lyon, Centre LGBTI de Lyon, GrrrizzLyon, les sœurs de la perpétuelle indulgence convent des traboules, David et Jonathan Lyon, collectif lesbien lyonnais, chorale Omega, planning familial du Rhône, Contact Rhône, keep smiling, Plusbellelanuit, Lesbian and gay Pride Lyon, Enipse prévention santé, les sœurs de la perpétuelle indulgence couvent des 69 gaules, émission pluriel gay, association LGBT de Lyon 2, Agir pour l'égalité.

 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 2