Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

 

 

la page facebook du NPA 69

 

 

L'hebdo du NPA

 

 

 

site national du NPA

 

 

collectif 69 pour un audit citoyen de la dette


Collectif de Vigilance 69
contre l'extrême-droite


 

collectif de soutien
au peuple palestinien

 

 

Identification



 

 

 

 

 

Mobilisation massive de sans papiers pour leur régularisation PDF Imprimer Envoyer
Divers
Samedi, 30 Mai 2020 21:30
A Lyon, le 30 mai, dans le cadre de la journée nationale initiée par la Marche des solidarités, plus d’une centaine de sans papiers ont investi l’initiative de sensibilisation menée par le Collectif 69 de soutien aux régugiéEs et migrantEs pour réclamer leur régularisation.
« DES PAPIERS POUR TOUTES ET TOUS
La Marche des Solidarités appelle à une journée de mobilisation nationale le samedi 30 mai et à faire converger tous les appels à la régularisation des Sans-Papiers vers des initiatives communes.

La crise sanitaire actuelle touche très durement les foyers, les squats, les exilés à la rue : c'est la faim, l’insécurité sociale et sanitaire. À cela s'ajoutent la violence et l'angoisse dans les centres de rétention.
Pour les sans-papiers, sans droits, sans revenus : pas d'accès gratuit aux soins et pas de moyens de subsistance…
Pour sauver ces personnes menacées, nous demandons la mise en place immédiate des mesures suivantes :...

Lire la suite...
 
Macron ne pourra pas confiner nos colères bien longtemps... PDF Imprimer Envoyer
Divers
Lundi, 13 Avril 2020 21:41

Alors que la pandémie du Covid-19 a déjà emporté près de 15 000 personnes, Macron a donc - une nouvelle fois - parlé, et parlé, et parlé… D’abord du blabla pour rendre hommage aux personnels soignants qui, malgré les moyens dont les gouvernements successifs les ont privés, font face au quotidien. Bien des mots de la part du président... mais toujours aucun moyen !
Attendu sur cette question, Macron a annoncé une prolongation du confinement jusqu’à au moins le lundi 11 mai. Dans la suite de l’improvisation et de l’irresponsabilité de ce pouvoir depuis le début de cette crise sanitaire d’ampleur, Macron et le gouvernement, sans aucune anticipation, n’ont donc d’autre politique que de prolonger ce confinement « par défaut ».
Sans surprise, si Macron n’a aucun moyen supplémentaire à donner aux personnels de santé, il promet par contre de nouvelles aides aux entreprises et à une série de secteurs professionnels, avec en particulier des « annulations de charges ». De nouveaux cadeaux, toujours aux mêmes…

Macron promet la reprise progressive des établissements scolaires du 1er et 2nd degré à partir du 11 mai, mais sous quelles conditions ? Et pourquoi alors laisser les universités fermées jusqu’à l’été ? En réalité, cette réouverture des écoles pour les plus jeunes est tout simplement la condition indispensable pour renvoyer leurs parents au boulot, quelle que soit la situation sanitaire. Le Medef l’a ordonné… et Macron exécute.
Sans plus de détails, Macron promet aussi des tests de dépistage… mais aussi le pistage avec la mise en place d’une application de contrôle.
Une « aide exceptionnelle » pour les familles les plus modestes avec enfants (dont on ne connaît ni le montant ni les conditions) et des masques pour tout le monde à partir du 11 mai, voilà tout ce que nous aurons obtenu ce soir...

Lire la suite...
 
Pour une régularisation des migrants sur le sol français et européen PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 12 Avril 2020 12:18

Communiqué du Collectif soutiens/migrants Croix-Rousse-Collège sans frontières Maurice Scève :

« Nous vivons aujourd’hui une situation de crise sanitaire mondiale inédite face à laquelle les plus vulnérables d’entre nous sont les plus exposés. Aujourd’hui environ 500 000 personnes sans-papiers sont présentes sur le sol français, elles sont environ 4 millions sur le territoire de l’Union européenne, vivant souvent dans des conditions précaires inadmissibles et rendant impossible le respect des mesures préconisées par l’Organiation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre la diffusion du coronavirus.
Le Portugal a décidé d’accorder un titre de séjour temporaire (jusqu’au 30 juin) aux migrant·e·s présent·e·s sur son territoire. Une vingtaine de députés français demande également la régularisation temporaire des sans-papiers présents sur le territoire français pendant l’épidémie de coronavirus ; ils invoquent «une mesure de salubrité publique» face à la «situation dramatique des sans-papiers et des sans-abri». Si cette mesure permettra à certain·es personnes sans papiers d’améliorer provisoirement leur situation, elle ne doit pas se faire au détriment de conditions de travail dignes et sécurisées. Nous demandons pour tous les travailleurs et travailleuses l’application du code du travail, en y ajoutant les mesures prescrites par l’OMS.

Lire la suite...
 
Il y a urgence à réquisitionner les logements vacants et à renforcer les mesures d’urgence sociale ! PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 07 Avril 2020 17:48

communiqué signé par : Ensemble ! 69 ; France Insoumise ; Génération.s 69 ; Groupe de réflexion et d’actions métropolitaines ; Nouveau parti anticapitaliste 69 ; Parti communiste français 69 ; Parti de gauche 69 ; Parti socialiste du Rhône ; Union communiste libertaire :

"Face à la crise sanitaire du Covid-19 : il y a urgence à réquisitionner les logements vacants et à renforcer les mesures d’urgence sociale !

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre l’expansion du Covid-19 accentuent de fait les inégalités d’accès au logement qui préexistaient à cette crise sanitaire. Même s’il est indispensable, le confinement a des effets délétères sur les situations des personnes à la rue, SDF ou migrant.e.s, des personnes mal logées, ainsi que sur celles pour qui rester au domicile constitue une menace physique. Pour ces personnes précaires, des mesures d’urgence sont vitales.

Le 30 mars, Julien Denormandie, le ministre de la ville et du logement, a annoncé la création de 5467 places en hôtel au niveau national pour accueillir les personnes à la rue. On est très loin du compte quand on sait que dans le seul département du Rhône 9000 personnes dormaient dehors avant le confinement ! Dans cette situation de crise sanitaire, ce n’est pas la fermeture des accueils de jour et l’arrêt de certaines maraudes alimentaires, déplorées par les professionnel.le.s de l’hébergement d’urgence, qui vont améliorer la situation. Le mal-logement qui constitue une source de stress pour les personnes, comme le montre chaque année la Fondation Abbé Pierre, est démultiplié en ces temps de confinement. Il y a urgence aussi à héberger les demandeurs d'asile et les mineurs isolés vivant dans des squats de fortune, et pour lesquels il est impossible d'appliquer les règles de confinement. Comme pour les hôpitaux, les effets néfastes des politiques de restriction budgétaires de ces dernières années dans l’hébergement d’urgence et la politique du logement explosent au grand jour.

Outre les personnes à la rue ou mal logées qui subissent de plein fouet les effets des mesures de confinement, les personnes victimes de violences, conjugales ou LGBTphobes, sont particulièrement exposées. Les femmes sont confrontées en permanence à la menace d’un conjoint violent et les adolescents LGBT à celle de leurs parents. Si le confinement oblige à rester chez soi, il n’est pas interdit de fuir pour se protéger. Mais pour aller où ?...

Lire la suite...
 
URGENCE SANITAIRE et ALIMENTAIRE pour les SQUATS PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mercredi, 01 Avril 2020 20:49

communiqué de l'Intersquats de Lyon et environs :
"Depuis l’expulsion de l’Amphi Z le 11 septembre 2019 et sans proposition de relogement les ex habitants occupent aujourd’hui différents lieux non utilisės par le propriétaire : ancien CMP de Caluire dit le Dur A Cuire, quai Arloing, Lafayette, et Blanqui, ex école G Brassens à Feyzin
Cette population d’environ 400 personnes, composée de familles avec des enfants, de mineurs isolés, et de jeunes adultes exilés de différents pays sont donc dans des conditions de vie précaire depuis plusieurs mois

La crise sanitaire due à l’épidémie de COVID-19 aggrave cette situation par le confinement dans ces lieux et par le fait que les associations qui assuraient le ravitaillement en produits d’hygiène et alimentaires connaissent actuellement de grosses difficultés pour assurer leur tournée.
L’association la Komune et l’Inter squats de Lyon et  environs lancent un appel aux dons pour pouvoir assurer l’achat de produits vitaux en priorité pour les squats qui ne bénéficient d’aucune fourniture par des associations caritatives.

Sachant que les dons en nature apportés par des soutiens sont de moins en moins nombreux à cause des limitations des déplacements due aux mesures gouvernementales.
Vous pouvez toujours si vous le souhaitez apporter des produits d’hygiène ou alimentaires sur ces différents lieux mais aujourd’hui les collectifs de soutien étant contraint d’assurer l’approvisionnement par eux-mêmes nous comptons sur votre solidarité financière pour ce faire. (Pour exemple la consommation en riz sur un de ces lieux est en moyenne de 250 kg par mois. )"

https://www.helloasso.com/associations/la%20komune/collectes/urgence-sanitaire-et-alimentaire-squats


 
A Lyon, que faire des 9 000 personnes à la rue ? PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 24 Mars 2020 23:12

Une semaine après l'annonce des mesures de confinement, le collectif Hébergement en Danger dénonce une situation intenable et indigne pour des milliers de personnes à la rue :
« Dans l'urgence, le Ministre Julien annonçait samedi 21 mars l'ouverture de 2000 chambres d’hôtel en France. Quid des 9000 personnes à la rue rien qu'à Lyon et de l'absence de protection et d'information, pour les centaines de professionnel.le.s qui tentent de maintenir un accompagnement ? Force est de constater que les mesures en faveur des personnes précaires ne sont pas à la hauteur de la crise.

Des mesures jugées dérisoires face à l'ampleur des besoins

A Lyon, à l'heure du confinement, les mesures prises pour limiter la propagation du Covid-19 ont eu un impact dramatique pour les populations vivant à la rue ou en hébergements précaires : fermeture des accueils de jour, des douches et toilettes publics, fermeture des permanences d’accès aux soins et aux droits, suspension des équipes mobiles de psychiatrie et d'addictologie, arrêt de certaines maraudes alimentaires, fin des hébergements à la nuitée et d’autres lieux indispensables à la survie.

« Qu’est ce que je vais pouvoir dire aux gens que j’accompagne ?...

Lire la suite...
 
Face à la pandémie, retournons la « stratégie du choc » en déferlante de solidarité! PDF Imprimer Envoyer
Divers
Samedi, 21 Mars 2020 15:19
Près de 230 médecins, infirmier.e.s., psychologues, réanimateurs, enseignant.e.s, comédien.ne.s, paysan.ne.s, artistes, chercheuses, scientifiques, musicien.ne.s, syndicalistes, éditeurs, libraires et autres personnalités appellent à s’auto-organiser face à la pandémie de Covid-19 et à rejoindre le réseau de solidarité COVID-ENTRAIDE FRANCE :

"Depuis une semaine la France est entrée dans une nouvelle réalité vertigineuse. Le Covid-19 n’est plus une « petite grippe », selon nos gouvernants, mais la « pire crise sanitaire depuis un siècle ». Un choc intime qui nous fait trembler pour nos proches et toutes les personnes particulièrement fragiles. Une secousse géopolitique qui fait s’effondrer la mondialisation néolibérale comme un château de cartes. 2019 avait été une année d’incendies ravageurs en Australie, Amazonie et ailleurs, et d’immenses soulèvements populaires. 2020 a d’ores et déjà les traits d’une paralysie totale, une crise systémique majeure.
Cette pandémie achève de rendre irrespirable la vie dans un système politique et économique délirant, néfaste, mais surtout inutile au moment où un immense besoin de soin se fait sentir. Après être resté attentiste pendant un mois et demi, Emmanuel Macron a promis, pour ne pas perdre la face, que « l’État paiera […] quoi qu’il en coûte ». La « mobilisation générale » est décrétée. « Nous sommes en guerre », paraît-il, contre un « ennemi invisible ».
Face à cette rhétorique militariste, nous affirmons une autre logique. À « l’union nationale » nous préférons l’entraide générale...

Lire la suite...
 
Ne nous habituons pas au pire : refusons leur état d’urgence ! PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 20 Mars 2020 10:00

Après des semaines passées à rassurer la population, le gouvernement français a bien été obligé de bouger. Raillé par une partie de la presse des autres pays européens, très en retard par rapport à l’Italie, Macron est apparu pour ce qu’il était, un cynique qui n’a pour seul objectif que la continuité de l’activité économique. Mais le pari était trop risqué. Comment prendre la responsabilité de laisser 70% de la population être infectée en quelques semaines quand on sait que le système de santé, mis à mal par deux décennies de contre-réformes néolibérales, ne pourra pas supporter la charge ? Les estimations vont bon train mais il y a fort à parier qu’en maintenant le cap de « l’immunité de groupe » et de la poursuite de toute la vie économique, la France aurait connu une catastrophe sanitaire d’une rare ampleur, comptant ses mortEs par centaines de milliers.

« Nous sommes en guerre »

Changement de braquet donc, à la veille des élections municipales, malgré le maintien contesté du premier tour. De l’immunité de groupe, nous entrons dans un confinement qui se veut le plus radical de tous les pays de l’UE, et dont nous ne savons pas à l’heure actuelle s’il perdurera quelques semaines ou plusieurs mois. Le mot d’ordre est clair : restez chez vous ! Une injonction cependant contradictoire avec le choix de maintenir de nombreux secteurs productifs en état de marche comme nous l’avons mis en lumière dans plusieurs de nos articles, signe d’un système qui, même en temps de crise majeure, continue de fonctionner selon sa propre logique, au risque de mettre en danger une fraction significative du monde du travail.
Alors, pour résoudre cette contradiction, le pouvoir en place anticipe et s’organise. Du « Nous sommes en guerre » de lundi soir, nous sommes passé à « l’état d’urgence sanitaire ». Ce qui n’est pas sans rappeler le discours d’un certain Manuel Valls qui, après les attentats du 13 novembre 2015, en appelait déjà, alors, à l’union nationale, déclarant que nous étions en guerre et proclamant l’état d’urgence, ...

Lire la suite...
 
La solidarité n’est pas un délit ! rassemblement mercredi 18 mars PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 15 Mars 2020 13:11

en soutien à Pierre-Alain Mannoni (ingénieur d'études à l'université Nice-Sophia-Antipolis)
à partir de 13h, devant la Cour d’appel Quai Romain Roland M° Vieux-Lyon

attention, en raison du report du procès, le rassemblement est annulé !

Message de Pierre Alain Mannoni :
« Il y a plus de 3 ans j’ai été arrêté pour « aide aux migrants ». J’avais secouru dans la montagne de la Roya 3 Érythréennes blessées. Je viens de recevoir la notification pour une nouvelle audience au tribunal. Ce sera la 5e. Il y a eu un premier procès à Nice où j’ai été relaxé, puis le parquet a fait appel et j’ai été condamné à Aix-en- Provence à 2 mois avec sursis. Nous avons saisi le Conseil Constitutionnel qui m’a donné raison et a censuré une loi injuste. L’Assemblée Nationale a rédigé un nouvel article et la Cour de Cassation a cassé ma condamnation contraire au principe de Fraternité désormais présent dans la loi. Mais la Cour de Cassation a demandé un nouveau procès à la lumière de la nouvelle loi.

C’est là où j’en suis maintenant : 3 ans et demi pour savoir s’il est légal de secourir des gens en détresse !!!!…. Bref je retourne au charbon à la Cour d’Appel de Lyon le 18 mars 2020 à 13h30.

Les États ne respectent pas le droit et sont responsables de l’horreur aux frontières et en Méditerranée…
Mon affaire étant une des premières concernant l'aide au séjour et à la circulation, il est important d’aller au bout de la procédure judiciaire pour que cette question soit définitivement tranchée et qu’il y ait une jurisprudence de manière que ceux qui suivent ne puissent pas être attaqués avec les mêmes arguments. (…)
Si je suis relaxé ça s’arrête, sinon on continue jusqu’à la Cour Européenne s’il le faut…
(…) la solidarité ne se crie pas sur les toits mais aujourd’hui je le sais et sachez-le, elle est présente partout. Dans les villes et les villages, sur les plages et dans les camps, des petites et des grosses fourmis sauvent des vies et offre de l’humanité. Merci à eux. Merci pour votre soutien ».

Pour ces faits, P.A. Mannoni risque 5 ans de prison et 30 000 euros d’amende...

Lire la suite...
 
Ne laissons pas condamner Cédric Herrou ! Rassemblement mercredi 11 mars PDF Imprimer Envoyer
Divers
Samedi, 07 Mars 2020 23:19

La solidarité n’est pas un délit

déclaration de Cédric Herrou : « Après un procès au Tribunal de Nice en 2017, un appel à Aix en Provence en 2018, un pourvoi en Cour de Cassation, ainsi qu'une Question Prioritaire de Constitutionnalité au Conseil Constitutionnel sur le Principe de Fraternité, je serai une nouvelle fois jugé en Cour d'Appel de Lyon le 11 Mars 2020 à 13H30.

Mon procès n'est pas uniquement un procès sur la solidarité, sur la liberté d'aider autrui au nom de la Fraternité, c'est, comme le plaideront mes avocats Maître Goldman et Maître Oloumi, le procès de l'Asile, du respect de la convention de Genève, de la libre circulation des personnes en demande de protection internationale dans l'espace Schengen.

Par le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures dans l'espace Schengen (en l’occurrence la frontière Franco-italienne depuis 2015), l’État français porte de manière quasi-systématique une atteinte grave et manifestement illégale au droit d'asile.

De plus, la médiatisation et les discours politiques stigmatisent les personnes en migration comme fauteurs de trouble à l'ordre public ; mais ce trouble à l'ordre public, c'est l’État qui en est responsable, par le non-accueil et l'entrave aux droits fondamentaux, trouble dont a été victime la vallée de la Roya ces dernières années.

Ces dernières années, j’ai vu les valeurs de notre République malmenées par ceux qui sont chargées de les protéger : j'ai vu des juges et des procureurs inertes face à la souffrance...

Lire la suite...
 
Dimanche 23 février : FÊTE du Collectif RESF Jeunes 69 PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 21 Février 2020 10:54


VENEZ NOMBREUX à la FÊTE de SOUTIEN

au Collectif Réseau Education Sans Frontières jeunes


– des extraits de la prochaine création de Waninga,
– témoignages et textes inédits de Kélétigui,
– chants d’Abou (accompagné à la guitare, la percussion et la contrebasse),
– slam avec Pierre,
– une version courte de Exils adolescents d’Antoine Dubos


Entrée prix libre et Buffet sur place

 
Soirée de soutien des squats de l'Amphi Z vendredi 24 janvier PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 23 Janvier 2020 23:01
 
Film débat "Paroles de bandits" mardi 7 janvier, 20h au cinéma Lumière Bellecour PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 05 Janvier 2020 14:53

Paroles de bandits, un documentaire de Jean Boiron-Lajous, 1h30 (il est prudent de réserver)
suivi d’un débat avec la participation de membres du Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69
Depuis la fermeture de la frontière entre la France et l’Italie en 2015, la vallée de la Roya est devenue le symbole de l’insoumission. Les migrants bloqués à Vintimille continuent de passer en déjouant barrages et contrôles, aidés par certains habitants de la vallée. Dans cette enclave où des migrants espèrent atteindre un avenir meilleur, la solidarité des habitants est devenue un acte de résistance.
À travers le récit de celles et ceux qui sont dans l’illégalité pour faire respecter des droits fondamentaux, Paroles de bandits raconte l’histoire de ce territoire et de tant d’autres.
Derrière le message de ces bandits, deux ans de tournage, des kilomètres d’entretiens intimes avec chaque personnage…
“Personne n’est illégal”
Une occasion de rappeler le combat à mener contre la politique du gouvernement, en défense des droits fondamentaux

 
Rassemblement pour les droits des enfants étrangers mercredi 20 novembre PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 19 Novembre 2019 22:41

"À Lyon comme à Paris et à Bruxelles : Une même politique contre les réfugiés

À Lyon se multiplient les mesures contre les sans papiers : obstacles mis à leur régularisation, entraves à la scolarisation des mineurs, Obligations de Quitter leTerritoire Français, expulsions, fermetures de squats.  
Ces mesures sont l’application de la politique nationale dictée par Macron, lequel contribue aussi à définir la politique européenne de plus en plus hostile aux migrants.
Macron et sa politique migratoire : Un grand débat…
Le 16 septembre, Macron a déclaré vouloir faire de l’immigration une question centrale, et “regarder le sujet en face’’. Il prépare les élections en se plaçant sur le terrain de Le Pen, légitime ainsi la xénophobie.

Début octobre, le gouvernement a organisé un débat au Parlement (sans vote) pour préparer de nouvelles mesures contre les migrants..

Lire la suite...
 
S’organiser contre l’exacerbation de la violence d’État : réunion publique mardi 19 novembre PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 17 Novembre 2019 16:39

communiqué du Comité contre les violences policières :

« Au racisme d’État, à la répression « anti-jeunes » « anti-quartiers », « anti-pauvres », s’ajoute maintenant la répression « anti-gilets Jaunes », dernier avatar d’une violence d’État de plus en plus étendue, de plus en plus offensive. En prolongement des violences policières, la répression judiciaire fonctionne à plein régime, pour les classes populaires, les personnes racisées, les personnes en manifestation et autres contestataires. C’est face à ce constat que nous, comité de liaison contre les violences policières, avons constitué une commission d’enquête populaire afin de rendre visible la violence d’État, à travers la construction d’un dossier démontrant le caractère systémique de la répression, dossier pouvant également servir à des recours juridiques, notamment au niveau international.

STOP AU DENI DE JUSTICE ! STOP A LA REPRESSION ! Rejoignez-nous le mardi 19 novembre à la Bourse du travail, à 18h30 précises, pour une réunion publique : nous présenterons un premier résultat avec une enquête sur la répression judiciaire des Gilets jaunes à Lyon, un an après le début du mouvement. Pour construire et alimenter ce dossier sur l’ensemble de la violence d’État, du sommet de l’État au simple agent, des violences policières aux violences judiciaires, nous avons besoin de la participation de toutes les personnes concernées ! Merci de nous contacter ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) pour nous rejoindre, nous faire part d’informations sur des violences policières ou judiciaires, qu’elles vous aient visé-e ou que vous en ayez été témoin ! »

 
Rassemblement pour le droit à la PMA pour touTEs dimanche 6 octobre à 15h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 03 Octobre 2019 04:33

place Sathonay, à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville)
"La PMA, vraiment pour toustes?
Le 27 septembre 2019, l'article 1 de la loi bioéthique relatif à la PMA est adopté. Avec seulement 75 votant-es, on ne peut que noter l'intérêt débordant de nos député-es pour une loi qui concerne nos corps et nos familles. S'il ouvre l'accès à la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, elle ne nous satisfait pas pour autant.
Aucune mention n'est faite des personnes trans et intersexes en capacité de porter un enfant mais dont le genre à l'état civil est masculin. La proposition d'amendement visant à les inclure a été rejetée. Il faut donc en conclure que quand il s'agit d'accorder des droits aux personnes trans et intersexes, la biologie, pourtant si chère aux réacs quand il s'agit d'interdire la congélation des gamètes aux femmes trans, disparaît étrangement du débat.

Cette loi discrimine ouvertement les couples lesbiens et leurs enfants : au lieu d'étendre le régime de filiation actuel, réservé aux couples hétérosexuels, le gouvernement décide de créer un régime de filiation spécifique aux couples lesbiens. La Déclaration Anticipée de Volonté oblige les mères à produire un acte notarié payant pour s'engager à être parents. L'article 4 de la loi, en prévoyant d'inscrire cette DAV sur les actes de naissance, instaure une différence entre les enfants de couples hétéros et de couples lesbiens. Le gouvernement justifie ce régime de filiation particulier en invoquant une soit-disant "vraisemblance biologique".
Pour nous, ce ne sont que des compromis avec les revendications lesbophobes et transphobes des anti-PMA.

Face à ces constats :
Nous demandons l'accès à la PMA sans conditions, qu'importe le genre ou l'état civil....

Lire la suite...
 
Mobilisation pour le procès en appel des délinquants solidaires PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 01 Octobre 2019 06:53

à l’appel du Comité de soutien des 3+4+2… de Briançon :

« Les 2 et 24 octobre prochains, deux solidaires passeront en appel au tribunal de Grenoble pour délit de solidarité… Ils sont accusés d’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière sur le territoire français alors qu’ils portaient assistance à des personnes en danger qui avaient déjà franchi la frontière.

Ces appels font suite à des peines de prison prononcées à leur encontre par le tribunal de Gap (05) en janvier dernier (respectivement 4 et 3 mois de prison avec sursis), au mépris de tous les droits de la défense (dossier non parvenu à l’avocat, refus de visionnement d’une vidéo contredisant la version des policiers…). Bientôt suivra le procès en appel des 3+4 de Briançon.

Cette répression s’inscrit dans une politique générale de harcèlement tant pour les solidaires que pour les exilés. L’Organisation « Human Rights Watch » vient de publier un rapport à ce sujet, dénonçant ces pratiques d’intimidation : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/09/05/les-militants-pro-migrants-dans-les-hautes-alpes-harceles-par-la-police-selon-hrw_5506616_3224.html

La mobilisation de tous est nécessaire car la justice veut créer une jurisprudence qui pèsera sur tous les solidaires. Il faut absolument que Kévin et Pierre soient acquittés.
Pour soutenir les solidaires et lutter pour un monde fraternel, à l’inverse des politiques migratoires actuelles, Les procès se tiennent précisément à partir de 13h45 les 2 et 24 octobre à la Cour d'Appel de Grenoble, située place Firmin Gauthier, dans le nouveau quartier proche de la gare SNCF (côté est). C'est là que nous nous rassemblerons pour les soutenir. »


 
Soirée contre les violences policières vendredi 27 septembre à Vaulx-en-Velin PDF Imprimer Envoyer
Divers
Jeudi, 26 Septembre 2019 16:46

« Le comité de liaison contre les violences policières qui s’est constitué dans le Rhône ces derniers mois – autour d’associations, de syndicats, de collectifs et de familles de victimes – appelle à une grande réunion publique le 27 septembre 2019 de 17h à 23h, à la salle de cinéma des Amphis (Vaulx-en-Velin).

Cette soirée permettra d’entendre : sociologue (pour l’analyse de la violence d’État), avocats (pour les possibilités offertes par le droit), collectifs de lutte et victimes (ou leurs familles). La réunion sera aussi l’occasion d’un débat avec les participants. Un repas sera également proposé, et l’entrée est gratuite. Rendez-vous nombreuses et nombreux vendredi 27 septembre, 17h, à la Salle de Cinéma des Amphis, 12 rue Pierre Cot à Vaulx-en-Velin ! Accès : bus 37 ou bus 83, arrêt Vaulx Jean Moulin

Alors que le président de la République et le gouvernement ont choisi le déni le plus complet face aux violences policières massives commises ces derniers mois durant les manifestations, le comité de liaison contre les violences policières du Rhône appelle à une réunion publique le 27 septembre pour les comprendre et les dénoncer. Les violences policières sont un phénomène dénoncé de longue date par les habitants des quartiers populaires, à travers de nombreux collectifs de lutte.

Le journal en ligne Bastamag a identifié 578 morts à la suite d’interventions policières en quarante-deux ans, entre janvier 1977 et décembre 2018. Ce recensement permet d’établir un profil type des victimes : des hommes jeunes des quartiers populaires. Près de la moitié de ces affaires se concentrent en région parisienne et au sein des agglomérations lyonnaises et marseillaises, la moitié des personnes mortes recensées avaient moins de 26 ans, 92 % d’entre elles étaient des hommes.

Lire la suite...
 
Manif samedi 7 septembre à 14h contre l’expulsion de l’Amphi Z PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mercredi, 04 Septembre 2019 05:04

appel du Collectif de soutien à l’Amphi Z :


« On vit ici, on reste ici.


Après plus de vingt mois d’occupation et près de deux ans de lutte, l’Amphi Z est aujourd’hui menacé d’expulsion, laissant plus d’une centaine de personnes sans solution de relogement. Métropole et préfecture agissent main dans la main pour jeter à la rue familles, enfants, femmes et hommes seul.e.s alors même que la plupart devraient être légalement pris en charge par l’Etat.

Depuis un an la Métropole a assigné les habitants au tribunal. Le 10 mai 2019 le jugement a été rendu : l’amphi Z doit être évacué à partir du 1er septembre 2019. Dès le mois de mai, nous nous sommes conformés aux procédures préconisées par les services de l’Etat (diagnostic social) mais seules 30 personnes ont été relogées dans des foyers. Rien n’a été proposé aux autres, dont des familles avec des enfants et des personnes malades.

Le 29 août, un huissier s’est présenté pour signifier aux habitant.e.s leur obligation de quitter le bâtiment le 2 septembre. Nous avons immédiatement saisi le juge d’exécution des peines (JEX) afin de solliciter un délai supplémentaire en l’attente de solutions d’hébergement comme l’Etat en a l’obligation.

Nous restons vigilant.e.s en l’attente de cette audience puisque une expulsion est désormais possible à tout moment.
Nous exigeons une nouvelle fois...

Lire la suite...
 
Chaine humaine des Gilets Jaunes, entre la France et la Suisse, samedi 31 août PDF Imprimer Envoyer
Divers
Vendredi, 30 Août 2019 17:00

Info transmise par le NPA de Haute Savoie :

Rassemblement Place des Nations à Genève devant le siège de l’ONU, à partir de 15H30 Acte 42 : Événement national frontière France/Suisse

Pour stopper les violences policières et défendre le droit de manifester, samedi 31 août, les Gilets jaunes de France et les Gilets de Suisse se donnent la main autour de GENÈVE pour l'événement NATIONAL : https://youtu.be/3WYbdKzAmqk 1ère partie côté France : ✔ 9h : rassemblement en France sur le rond-point Porte de France (à St Genis Pouilly) Distribution de pancartes ✔ 10h : départ à pied du rond-point Porte de France vers la douane de Ferney-Voltaire (8km) ✔ 12h-13h : passage du flambeau en Suisse aux Gilets jaunes suisses et français déjà sur place et mise en place d'une chaîne humaine à partir du parking P47 Pendant ce temps, tenue d’un rond-point avec ralentissements, tractage et informations (RIC, violences policières, ...)

2ème partie côté Suisse : Chaîne humaine de Gilets jaunes France et Suisse depuis la frontière (de Ferney-Voltaire) jusqu'à la Place des Nations de Genève (ONU). ✔ Entre 12h et 13h : deux lieux d'arrivée au choix pour les participants : Place des Nations ou parking P47 après la douane de Ferney-Voltaire ✔ 13h30 à 14h30 : la chaîne humaine est progressivement constituée entre le parking P47 et la Place des Nations ✔ 14h30 à 15h30 : les participants rejoignent la Place des Nations en file indienne sur le trottoir ✔ Vers 15h30 : l’ensemble des participants sont regroupés sur la Place des Nations ✔ 16h à 18h sur la Place des Nations : remise du flambeau, remise de médailles aux victimes, prises de parole ✔ 18h à plus tard au Parc Rigot (juste à côté de la Place des Nations) : moment de détente, de restauration, de musique et de partages Présentation de l'organisation suisse : https://m.youtube.com/watch?v=uz2dd0LiwFM&feature=youtu.be

Après 42 semaines de manifestations réprimées dans une violence inédite par les forces aux ordres du gouvernement Macron, les citoyennes et les citoyens de France et de Suisse appellent conjointement à l'arrêt définitif de l'utilisation des armes de guerre, en particulier le LBD40...

Lire la suite...
 
Rassemblement contre l’expulsion de l’ancien Collège Maurice Scève mercredi 24 juillet à 9h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mardi, 23 Juillet 2019 05:52

devant le Tribunal d’Instance, 67 rue Servient à Lyon 3ème ‘métro Guichard)
communiqué du Collectif du Collège Sans Frontières Maurice Scève :
« Le vendredi 28 juin dernier, la Métropole avait assigné les habitant.e.s et soutiens de l’ex collège Maurice Scève en justice pour une expulsion en urgence et sans délai. Le procès avait été reporté et aura lieu ce mercredi 24 juillet. Visiblement pour satisfaire les intérêts économiques de Vinci Immobilier qui rachète le site, la Métropole veut remettre à la rue des centaines de migrant.e.s : des mineurs isolés, des jeunes majeurs, et des familles avec enfants en bas-âge ! Rassemblement de soutien ce mercredi 24 juillet à 9h devant le Tribunal d’Instance de Lyon - 67 rue Servient.

En septembre 2018, nous, soutiens, citoyen.ne.s, militant.e.s associatifs et jeunes exilés, face à l’incapacité des pouvoirs publics de répondre aux besoins d’un groupe de mineurs isolés étrangers relevant des services de protection de l’enfance, nous avons décidé de réquisitionner les locaux, vides depuis 5 ans, de l’ancien Collège Maurice Scève appartenant à la Métropole de Lyon. Suite à la plainte déposée par cette dernière, le juge du tribunal administratif refusa l’expulsion d’urgence (audience du 15 octobre 2018). Depuis cette date, ce sont plus de 250 jeunes qui ont trouvé dans ce lieu une protection précaire. Parmi eux au moins un tiers sont des mineurs, certains ayant moins de quinze ans. La Métropole assigne aujourd’hui les habitant.e.s et les soutiens en justice, dans une procédure en référé. La Métropole qui n’a cessé de nous dire qu’elle ne savait pas travailler dans l’urgence pour l’hébergement, la prise en charge, la scolarisation... des mineur.e.s isolé.e.s, n’hésite pas à utiliser les procédures d’urgence quand il s’agit de remettre à la rue 250 à 300 exilé.e.s. La Métropole continue à user du double langage. D’une main, elle mandate des associations (Foyer Notre-Dame des Sans Abris et ALPIL) pour intervenir sur l’ex-collège, travailler avec les habitant.e.s et les soutiens et aménager le lieu (très sommairement). Et engage pour cela des fonds publics (400 000 euros) votés le 13 mai 2019 au Conseil de la Métropole. De l’autre main, elle poursuit en justice, dans une procédure d’expulsion d’urgence, les habitant.e.s et les soutiens !!!

Nous refusons l’expulsion de ces exilé.e.s, sans relogement et solutions dignes pour tous les habitant.e.s du Collège. Au lieu d’assigner les occupants du Collège en Référé pour les menacer d’expulsion immédiate, pourquoi ne pas transformer ce squat en un lieu d’hébergement temporaire, avec une convention d’occupation, comme cela se pratique déjà dans d’autres départements ? C’était une des demandes exprimées dans la lettre ouverte envoyée le 8 avril 2019 par le Collectif Maurice Scève à la Métropole et à la Préfecture… lettre ouverte qui n’a jamais reçu de réponse jusqu’à maintenant !

Lire la suite...
 
Rassemblement pour la libération de Tuna Altinel jeudi 11 juillet à 18 h PDF Imprimer Envoyer
Divers
Mercredi, 10 Juillet 2019 05:41

Place de la République à Lyon 2ème (métro Cordeliers ou Bellecour)
Tuna Altinel est maitre de conférences à l’Université de Lyon 1 et chercheur en mathématiques à l’Institut Camille Jordan. Il a été arrêté en Turquie alors qu’il rentrait dans son pays pour voir sa famille le 11 mai dernier et emprisonné le 12 mai.
Que lui reprochent les autorités turques ? Deux choses :
D’avoir signé la pétition des Universitaires pour la Paix « Nous ne serons pas complices de ces crimes » appelant à l’arrêt des exactions commises par le pouvoir turc contre les populations civiles à majorité kurde dans le sud-est de la Turquie.
D’avoir participé à une réunion publique dénonçant les crimes de l’armée turque à Cizre, ville du sud-est de la Turquie, (en 2016) organisée à Villeurbanne en février 2019 par l’Association « Amitiés Kurdes de Lyon »

Ses collègues mathématiciens se sont immédiatement mobilisés. Une pétition atteint aujourd’hui 6000 signatures. Cinquante-quatre députés de tous bords politiques appellent à sa libération. Interpellé à l’Assemblée Nationale par Cédric Villani, médaille Fiels de mathématiques, le Ministre des Affaires étrangères M. Le Drian a assuré vouloir tout « mettre en œuvre » pour sa libération
Tuna Altinel fait à ce jour l’objet de deux poursuites qui se traduiront par deux procès. Un premier le 16 juillet pour sa signature de la pétition. Le second le 30 juillet pour sa participation à la réunion de Villeurbanne pour laquelle il est poursuivi pour « appartenance à une organisation terroriste » !!!
Des dizaines de milliers d’opposant.e.s à Erdogan croupissent dans les prisons turques : journalistes, avocats, juges, enseignants, militaires, syndicalistes et militant.e.s divers.es.
Il faut empêcher que Tuna Altinel reste en prison !

METTONS TOUT EN ŒUVRE POUR AMPLIFIER LE MOUVEMENT DE SOLIDARITÉJUSQU’À SA LIBÉRATION !
Signataires : Association Culturelle Mésopotamie, Amitiés Kurdes de Lyon Rhône Alpes, Association France Kurdistan du Rhône, Comité universitaire de soutien à Tuna Altinel, Ligue des droits de l’homme Rhône, Comités génération-s de la métropole de Lyon, Ensemble ! Rhône, Europe écologie les verts du Rhône, Parti Communiste Français du Rhône, Confédération nationale du travail Rhône, Union Syndicale Solidaire du Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste



 
Rassemblement mercredi 10 juillet contre la criminalisation des exilé.e.s et de leurs soutiens PDF Imprimer Envoyer
Divers
Dimanche, 07 Juillet 2019 16:07

Appel du Collectif 69 de soutien aux réfugiéEs : "Dans la nuit du samedi 29 juin, Carola Rackete a été arrêtée par la police italienne après avoir accosté avec son navire dans le port de Lampedusa. À son bord, 42 personnes secourues dans les eaux internationales au large de la Libye.
Après 17 jours d’errance en Méditerranée, la capitaine du Sea Watch.3 a pris la décision d’entrer sans autorisation dans le port, bravant ainsi les interdits du ministre de l’Intérieur italien, Salvini et le silence de l’Union Européenne.

Elle l’a fait au nom de l’humanité et du respect des droits fondamentaux. Elle et son équipage ont choisi de sauver 42 femmes et hommes exilé·e·s, condamné·e·s à se noyer au milieu de la Méditerranée, ou à être torturé·e·s, violé·e·s, enfermé·e·s.

En niant le droit de ces personnes d’être secourues, l’Italie se rend complice de l’enfer qu’est devenue la Libye aujourd’hui pour les personnes exilées.

En fermant les yeux et en se déresponsabilisant, la France se rend tout autant complice.

En militarisant ses frontières et en déléguant l’accueil des personnes à des pays tiers, les États de Union Européenne sont tout aussi responsables.

Exigeons que les personnes sauvées et que tou·te·s les exilé·e·s soient protégé·e·s et que leurs droits soient respectés. Exigeons que tous bateaux avec à leur bord des enfants, des femmes et des hommes en danger soient accueillis dans tous les ports de l’Union Européenne.
Exigeons l’arrêt des poursuites contre Carola Rackete, Pia Klemp et tout l’équipage du Sea Watch 3.
Liberté de circulation pour toutes et tous !
RASSEMBLEMENT Mercredi 10 juillet 18h30 Place de la Comédie à Lyon 1er (métro Hôtel de Ville)
pour dénoncer une atteinte inqualifiable aux droits humains les plus fondamentaux et soutenir l’ensemble des personnes exilées et leurs soutiens.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 2