Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Jeunes NPA69
Rassemblement jeudi 13 février contre la répression des lycéen.ne.s de Saint Romain en Gal PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 12 Février 2020 19:06

Soutien aux lycéen-ne-s de Saint-Romain-en-Gal ! Jeudi 13 février à 9 heures, 7 élèves du lycée E. Fitzgerald de Saint-Romain-en-Gal sont convoqués par la police. Le motif ? Ils se sont mobilisé.es sur leur lycée contre les E3C et la réforme des retraites. Cela s’ajoute à la trop longue liste de lycéen-ne-s réprimé-e-s pour leur mobilisation contre le bac Blanquer, qu’il s’agisse de gardes à vue, de sanctions administratives ou tout simplement de violences physiques. Éducation et police nationale se sont bien rapprochées pour entretenir ce climat répressif. On l’a vu par exemple au lycée Ampère Bourse de Lyon où des élèves sont également réprimé.es et poursuivi.es. Un rassemblement est prévu pour eux et elles ce mercredi à 11h au commissariat du 2e arrondissement de Lyon. La convocation des élèves de E. Fitzgerald est une manœuvre d’intimidation, non seulement contre les lycéen-ne-s qui rejettent à juste titre cette réforme, mais aussi contre les travailleuses et travailleurs de l’éducation mobilisés et contre tous ceux qui luttent actuellement contre la politique de casse sociale du gouvernement.

La Coordination interlycées Lyon/ Vienne / Roussillon / Rillieux / Saint-Priest, SUD Education, Solidaires étudiant.e.s, des militant.es de l'UNEF, la CGT Educ 69, Solidaires 69, CNT SO, GénérationS Jeunes, JC, NPA, UCL  exigent le retrait des poursuites contre les 8 élèves d’E. Fitzgerald et appellent à venir soutenir les lycéen.nes jeudi 13 février à 9h devant le commissariat de Givors (2, avenue Prof. Fleming). Soyons nombreux et nombreuses pour lutter contre la répression !


 
Mobilisation à Lyon 2 PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 02 Décembre 2013 11:25

Une Assemblée Générale des étudiant-es de Lyon 2 s'est tenue sur le campus de Bron mardi 26 novembre, rassemblant plus de 500 étudiant-es.

Elle intervenait quelques jours après la scandaleuse répression du mouvement étudiant par le Président de Lyon 2. Jeudi dernier, en effet, à l’occasion d’un « Congrès élargi » supposé remédier à la crise de direction de l’Université (plusieurs vice-présidents ont démissionné), des étudiant-es ont souhaité faire entendre leur point de vue sur la politique d’austérité imposée à l’université. Tout dialogue a été refusé et le Président a fait intervenir les CRS dans l’enceinte même de l’Université. Les flics n’ont rien à faire sur les campus !

Six militant-e-s ont été arrêté-es et ont passé la nuit en garde à vue.

Par ses votes, l’Assemblée Générale des étudiant-es du 26 novembre a dénoncé la répression, affirmé sa solidarité avec les 6 étudiant-es, et exigé l’arrêt immédiat des poursuites.

Elle a, par ailleurs, réaffirmé sa mobilisation contre les lois LRU et Fioraso, contre la privatisation de l’université, les mises en concurrence des sites et des formations, et contre l’austérité qui frappe de plein fouet la jeunesse et le monde du travail. Les étudiant-e-s ont ainsi participé à la manifestation du vendredi 29 novembre, place Bellecour, avec des salarié-es d'entreprises en luttes.

Des contacts sont par ailleurs en cours avec les étudiants mobilisé-es de Lyon 1 et Lyon 3 il faut organiser une mobilisation unitaire des universités lyonnaises.

Dans ce sens, une Assemblée Générale de tous les étudiants des Universités Lyon 1, Lyon 2 et Lyon 3 est prévue le jeudi 6 décembre sur le campus de Bron. Un des enjeux de cette AG sera alors d'organiser la journée nationale de mobilisation  du 10 décembre. Car ce mouvement s’inscrit dans une dynamique de luttes qui voit de nombreuses universités se mobiliser.

A ce titre, l’AG a voté « l’Appel de la 1ère Coordination Nationale des Universités en lutte du 23 et 24 novembre 2013 ».

Le NPA est solidaire et partie prenante du mouvement pour l'abrogation des lois LRU et Fioraso (http://www.npa2009.org/node/37827)

Le NPA exige, par ailleurs, l'arrêt immédiat des poursuites contre les étudiant-e-s de Lyon 2.