NPA 69

Halte au génocide ! Rassemblement samedi 13 janvier de 14h30 à 16h30

10 janvier 2024

place des Terreaux (Lyon 1er, métro Hôtel de Ville), à l’appel du Collectif 69 de soutien au peuple palestinien :

"Nous demandons un cessez-le-feu total, l’arrêt des bombardements et des offensives terrestres, la fin des déplacements forcés de populations ainsi que la levée immédiate du blocus. Nous exigeons que la France s’engage activement dans ce sens.
Une paix juste et durable ne sera possible que dans le cadre de la reconnaissance des droits du peuple palestinien, de l’arrêt de la colonisation et de la fin de l’occupation israélienne, dans le respect de l’ensemble des résolutions de l’ONU.
• Cessez-le-feu permanent et levée immédiate du blocus
• Arrêt des bombardements et des déplacements forcés de la population
• Protection du peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie
• Des sanctions doivent être prises contre l’État génocidaire"

Le point de vue du NPA : Halte au génocide à Gaza, Mobilisation internationale !

L’offensive israélienne contre Gaza se poursuit. Les bombardements et les combats au sol ont fait près de 30 000 mort·es, dont 10 000 enfants. La population est touchée par des conditions sanitaires effroyables, avec le manque d’eau, d’électricité, de nourriture, des maladies qui commencent à se répandre. Selon Médecins sans frontière, 85 % de la population de Gaza s’est déplacée, et selon l’ONU, 90 % de la population est en « phase de crise en termes d’insécurité alimentaire ».

Une riposte internationale est nécessaire
L’offensive d’Israël n’est pas une « guerre contre le Hamas », comme veulent le faire croire l’Etat d’Israël et les grandes puissances qui le soutiennent. C’est bien le début d’un génocide contre la population de Gaza qui prend également pour cible l’aide humanitaire. Ainsi, selon MSF, environ 300 personnels de santé ont été tués, une soixantaine d’ambulances ont été détruites, souvent directement ciblées, et seuls 8 hôpitaux (sur 36) sont encore fonctionnels à Gaza.
L’offensive s’étend aussi en dehors de Gaza : selon l’ONU, 1300 personnes ont dû se déplacer, dont 600 enfants, en raison des violences commises par les colons, et plus de 3500 Palestinien·nes ont été arrêtés. Cela tandis que l’armée commence maintenant à frapper le Liban.
Comme le disent bien des représentantEs d’organismes internationaux comme la Fédération internationale pour les droits humains, « Israël mène un génocide contre le peuple palestinien ». Allons-nous laisser faire, comme les grandes puissances ont laissé faire le génocide des Tutsis au Rwanda ou celui des musulman·es de Bosnie ? Allons-nous prétendre, comme face au génocide des juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale, qu’« on ne savait pas » ?

La résistance doit s’organiser
Différents moyens de pression existent. Le premier est le boycott des produits israéliens et des entreprises européennes qui investissent en Israël, ce qui donne déjà des résultats avec le retrait de Puma et d’Orange d’Israël. Il faut aussi faire pression sur notre propre gouvernement qui continue à soutenir la politique de l’Etat d’Israël, et organiser la solidarité en collectant des fonds pour aider les réfugié·es. Enfin, il est nécessaire de construire de grandes mobilisations en solidarité avec le peuple palestinien. Cela signifie, dans nos quartiers, s’organiser en collectifs de base, pour distribuer des tracts, tenir des réunions publiques, organiser le boycott, des manifestations locales…
Ce samedi 13 janvier, une mobilisation internationale est organisée, avec des manifestations dans de nombreuses villes. Elles sont importantes pour nous retrouver, crier notre colère, nous donner confiance.

Pour un autre monde
Plus que jamais, le conflit actuel montre la nécessité d’un autre monde : en Ukraine comme en Palestine, les guerres sont de plus en plus fréquentes, dans un capitalisme en crise profonde. Avec Netanyahou, le Premier ministre israélien, c’est l’extrême droite qui est aux commandes, une extrême droite raciste qui discrimine les Palestinien·nes et les arabes israélien.nes, comme d’autres ici veulent discriminer et réprimer les étranger·es.
Alors que les grandes puissances ont voulu imposer une Palestine réduite à quelques villes et des camps, nous revendiquons une Palestine unie, démocratique, laïque, sur tout le territoire, où les réfugié·es pourraient récupérer les terres dont iels ont été chassé·es, où chacun·e pourrait vivre sans discrimination, quelle que soit sa religion et son origine.