NPA 69

Pour l’abolition de la loi immigration, manif samedi 3 février à 14h30 à Lyon

24 janvier 2024

place Bellecour
pour répondre à l’appel à mobilisation nationale ce jour là par la Marche des Solidarités, qui regroupe de nombreux collectifs de sans papiers
appel en cours de signature par les organisateurICEs de la manif du 14 janvier, rejoints par des syndicats qui étaient dans la rue le 21 janvier et le Collectif Palestine 69

Le point de vue du NPA :

Loi Darmanin : gagner contre le racisme et l’extrême droite

Pour une fois, Marine Le Pen a raison : la dernière loi « immigration » défendue par Darmanin et portée par la macronie, la droite et le Rassemblement national, est bien une victoire idéologique pour l’extrême droite, c’est-à-dire une victoire de son projet de société.

Combattre le racisme d’Etat
De fait surtout mais parfois même de droit, la préférence nationale existe déjà. Par toutes les mesures qui vont encore davantage précariser les étrangerEs, qu’ils soient en situation régulière ou pas, la loi Darmanin approfondit le racisme structurel et ses effets à la fois sociaux, économiques et politiques. Mais en faisant de la détention de la nationalité française une condition pour accéder à certains droits sociaux, cette loi franchit un nouveau cap et marque un début d’institutionnalisation de la préférence nationale. Autrement dit, le racisme d’Etat commence sa mue finale en un Etat raciste.

Cette loi vient de loin, de décennies de reculs sociaux et démocratiques imposés par un néo-libéralisme de plus en plus autoritaire à mesure qu’il s’effondre sous le poids de ses contradictions, de ses ravages et de son absence de légitimité. Fragilisé aussi par son personnel politique discrédité, cet ordre injuste et inégalitaire doit se consolider politiquement par la constitution d’un nouveau bloc bourgeois réactionnaire. Certes, ce bloc connaît des crises de croissance, comme le montre le vote chaotique de la loi Darmanin en décembre. La minorité présidentielle est plus affaiblie que jamais et sa Première ministre a dû partir, remplacée par un Attal tout autant aux ordres de Macron. La concurrence fait rage entre toutes les nuances plus ou moins extrêmes de la droite. Mais de la macronie au RN en passant par LR, débordant sur des ex-PS tel que Valls d’un côté et sur Reconquête de l’autre, ce bloc en fusion marche au pas de charge vers sa maturité illibérale. Cela ouvre de fait la voie à l’accès au pouvoir de l’extrême droite.

Se mobiliser pour l’égalité des droits

Contre l’infâme loi Darmanin et son monde, la mobilisation se construit depuis l’automne. Ces derniers jours, des manifestations ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes partout en France, les dimanches 14 et 21 janvier, afin de demander la non promulgation de cette loi. Par ailleurs, ces prochains jours, le Conseil Constitutionnel pourrait en annuler les mesures les plus folles. Le NPA a été, et sera de toutes les mobilisations contre cette loi dévastatrice pour les étrangerEs mais aussi pour l’ensemble de notre camp social.

L’égalité et la réalité de l’accès aux droits sociaux doit être garantie entre les Français et les étrangerEs, en situation régulière ou pas. Les dispositifs spéciaux, tels que l’Aide médicale d’Etat, doivent être maintenus et même développés. Tous les sans-papiers doivent être régularisés et obtenir rapidement des titres de séjour stables selon des conditions connues, réalistes et limitées. Le droit d’asile doit être garanti, tout comme le regroupement familial. Pour cela, tout l’appareil législatif raciste doit être abattu et le CESEDA refondu. Par ailleurs, sur ce terrain comme sur les autres, les services de l’Etat doivent recevoir les moyens nécessaires pour faire leur travail.
Contre l’Europe forteresse qui préfère voir mourir des milliers et des milliers de migrantEs en mer Méditerranée, le NPA défend la liberté de circulation et d’installation. Cela veut dire une citoyenneté de résidence ouvrant immédiatement et totalement les droits sociaux et civiques aux étrangerEs. Une liberté qui ne peut réellement exister que dans une société débarrassée de l’exploitation et de toutes les oppressions.